Spiritualités

Amour évangélique

Pourquoi faut-il s'aimer les uns les autres ?

Si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi aiment ceux qui les aiment. (Matthieu 5-46)

Si vous faites du bien à ceux qui vous font du bien, quel gré vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi agissent de même. (Luc 6-32)

Et si vous prêtez à ceux de qui vous espérez recevoir, quel gré vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi prêtent aux pécheurs, afin de recevoir la pareille. (Luc 6-34)

L'amour du prochain

Jésus nous propose une voie assez nouvelle d'accomplissement dans l'amour du prochain.

Le concept n'est pas nouveau, déjà l'ancien testament parlait de l'amour du prochain, mais le message évangélique fait de ce principe un principe essentiel, universel, incontournable conditionnant même l'amour de Dieu.


Il ne s'agit plus d'aimer seulement son proche, celui de son clan, mais d'aimer aussi l'étranger, celui qui n'est ni vraiment proche ni vraiment semblable justement.

Prochain ? Etranger ? Tous les Hommes ?

Difficile d'aimer tous les Hommes ! A l'évidence, il y a des gens que je n'aime pas particulièrement. Ceux qui sont méchants, injustes, violents envers moi !

Comme si Jésus pressentait cette objection constante dans l'histoire de l'humanité, il lève tout ambiguïté, dissipe tout équivoque et oblige à reconsidérer l'amour humain avec de nouveaux critères, avec un nouveau système de valeur.


Quitter le mode sentimental pour le mode du vouloir


En réalité, Jésus nous demande de transformer notre façon de considérer les autres Hommes.

Certes, il y a ceux que j'aime sentimentalement parce que j'ai des liens d'amour, d'amitié, de proximité, de parenté avec eux.

Pour les autres que je ne peux aimer sentimentalement, Jésus me demande de quitter ce plan sentimental.

Je dois donc décider d'aimer tous les Hommes quels qu'ils soient et surtout quelque soit mes sentiments personnels vis à vis d'eux.

En nous prescrivant d'aimer, même nos ennemis, Jésus nous oblige à quitter le champ émotif et à  considérer les choses autrement, sur un autre mode.


Mais je vous dis, à vous qui m'écoutez: Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. (Matthieu 5-44)
Si quelqu'un te frappe sur une joue, présente-lui aussi l'autre. Si quelqu'un prend ton manteau, ne l'empêche pas de prendre encore ta tunique. (Luc 6-29)

Au contraire, aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien attendre en retour. Votre récompense alors sera grande, et vous serez les fils du Très-Haut, car il est bon, Lui, pour les ingrats et les méchants. (Luc 6-35)

L'amour de l'ennemi
« Au contraire, aimez vos ennemis... », rapporte Luc( 6-35 ).

Nous sommes ici au cœur d'une révolution culturelle en ce qui concerne l'amour du prochain, tant il semble impossible d'aimer sentimentalement ses ennemis.

 Faut-il en conclure que la notion d'amour évangélique n'est que le rêve d'un idéaliste, à contre courant d'une nature humaine à jamais figée ?


L'amour rendu possible grâce à la notion d'Image et Ressemblance au Père commun

Pour nous aider, Jésus nous propose un autre concept, un concept raisonnable: celui de la ressemblance des hommes entre eux. En prenant conscience que l'autre est mon prochain, qu'il me ressemble vraiment, je peux l'aimer comme moi-même, pour la simple raison qu'il me ressemble.

L'autre devient un humain comme moi. Ainsi étant tous, Image et Ressemblance de notre Créateur, nous sommes forcément dans une sorte de fratrie. Par le bien, par le mal que nous faisons tous, nous nous ressemblons, nous sommes proches les uns des autres. Aimer l'autre, c'est prendre conscience que je fais partie de la même communauté que lui. Cette proximité solidaire constitue une unité qu'on appelle l'humanité.

En acceptant cette communauté de destin, il m'est, alors, plus facile d'aimer indistinctement tous les hommes. 


L'interlocuteur de Dieu, c'est l'humanité toute entière.

On peut se demander pourquoi Dieu insiste tant sur l'amour des Hommes entre eux.

Y a t-il quelque chose qui justifie cet amour, pourquoi devrait-on s'aimer? Pourquoi faire ?

Pour comprendre cette nécessité, peut-être faut-il revenir sur la notion d'humanité.En face de Dieu il n'y a pas un individu, mais une multitude d'individus. C'est cette multitude qu'il appelle son Peuple, ses Assemblées, ses Fils......Il aime tous les humains en particulier, mais le partenaire de cette Création, c'est l'Humanité.

Dieu n'a pas comme projet de constituer une élite de quelques Hommes qui seraient dignes de devenir des dieux, mais d'élever à ce rang l'humanité toute entière. en ce sens il n'y a pas de destin particulier.

Toutefois, on ne peut pas penser raisonnablement que tous les Hommes vont adhérer au plan divin, mais seulement une fédération d'Hommes de bien, incroyants et croyants, comme le dit le Message arésien.

Il ne s'agit pas de venir à Dieu un par un, mais ensemble.L'humanité est un tout pour Dieu.


Le projet divin, c'est donc l'humanité

L'humanité inachevée doit trouver dans son potentiel divin, la force de réaliser le partenariat de co-création que Dieu lui propose.

Ainsi, nous comprenons encore mieux aujourd'hui qu'hier, que notre humanité ne peut pas s'en tirer sans amour, sans fraternité
Nous mesurons mieux l'insistance de Jésus et de l'ensemble de la Parole, car deux perspectives s'offrent à nous désormais :
-la première, de nous auto anéantir dans une sorte de haine meurtrière généralisée.
-la deuxième, de prendre conscience de la nécessité de la fraternité pour créer les conditions d'un partenariat avec le Créateur, dont l'exemple est l'ascension de Jésus vers son destin divin..

En conclusion, nous nous rendons bien compte que le concept d'amour que Jésus nous proposait déjà il y a deux mille ans, était une proposition d'évolution harmonieuse de notre histoire commune.
Ce fameux "Royaume" que nous devons révéler et construire.

Pat