Spiritualités

les Esséniens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

20112012

Message 

les Esséniens




-Les Esséniens
Le groupe le plus influent parmi les groupes dissidents est celui des Esséniens, dont la rupture avec Jérusalem date d'environ un siècle et demi avant J-C.
C'est un grand prêtre ( donc un ex-saducéen) déposé qui provoqua un schisme à propos de questions rituelles et juridiques.

Entré en dissidence contre le pouvoir religieux du Temple et contre le pouvoir politique local auxquels il reproche leur compromission avec l'envahisseur romain, il prit la direction de la communauté sous le nom de « Maître de Justice ». Il fut assassiné par le pouvoir politique asmonéens.

Les plus radicaux vivent dans des monastères ( Qumram dont nous reparlerons est sans doute l'un d'entre eux.), où ils mènent une vie d'ascète, sans femme, sans richesse, sans aucun plaisir, loin de Jérusalem. Ils passent leur temps à prier et à lire les Écritures qu'ils interprètent suivant les enseignements du Maitre de Justice. Ils pratiquent le bain quotidien de purification et vivent dans le silence du travail de leurs mains. Cependant il devait exister plusieurs tendances dans ce groupe puisqu'on trouve aussi quelques groupes d'esséniens mariés ne vivant pas en monastère.

Ils croient que Dieu est omniprésent et dirige sans cesse toute la Création. Ils refusent l'autorité du grand prêtre et sont hostiles au centralisme du Temple. D'ailleurs ils ne pratiquent pas de sacrifice sanglant. Ils pensent que la sainteté de la vie est la véritable manière de plaire à Dieu et non l'offrande de sacrifices rituels.
Ils croient aussi à la résurrection et à la vie après la mort suivant les mérites accumulées sur cette terre.
Ils attendent le Messie qui viendra les libérer. Ils préparent la venue du règne de Dieu et leurs écrits témoignent d'une attente d'un Messie libérateur. Leur libération interviendra après le Jour du Grand jugement où les forces du bien triompheront des forces du mal. C'est alors que les morts ressusciteront. Ce messianisme s'accompagne donc de l'idée d'Apocalypse.
Ils n'étaient pas très nombreux peut-être 5000, mais ils étaient admirés et leur influence semble avoir été assez considérable parmi le peuple
.


Dernière édition par pat le Lun 10 Déc 2012 - 22:44, édité 1 fois

pat

Messages : 1867
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

les Esséniens :: Commentaires

Message le Mar 20 Nov 2012 - 22:26  Invité

Marie-Madeleine était Essenienne. Je ne sais si on dit ainsi ou bien du Mouvement Esséniens. Ce sont des spirituels qui guérissaient et soignaient.
Marie-Madeleine n'a jamais été une prostituée mais comme tous les Esseniens une libre-penseuse qui remettait en questions les dogmes et certaines traditions et désiraient qie les hommes et les femmes aient une vision plus haute d'eux mêmes, se connaissent (esprit et corps) et aient un regard plus haut sur eux-mêmes. Hommes et femmes apprenaient, étudiaient. C'est pour cela qu'elle a été mal traitée par la religion catholique bien plus tard qui l'a faite passer pour une prostituée. Honte aux chrétiens !!!

Ce messianisme s'accompagne donc de l'idée d'Apocalypse.
Pas cette apocalypse que longtemps jusqu'à il n'y a pas si longtemps les églises chrétiennes appelaient "la fin du monde".
Non pas cette fin négative.
C'est l'apocalypse dans le sens de Révélation. Oter le voile pour découvrir la réalité spirituelle de l'Homme, sa grandeur en lui.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 21 Nov 2012 - 15:19  pat

Assunta dit
Pas cette apocalypse que longtemps jusqu'à il n'y a pas si longtemps les églises chrétiennes appelaient "la fin du monde".
Non pas cette fin négative.
C'est l'apocalypse dans le sens de Révélation. Oter le voile pour découvrir la réalité spirituelle de l'Homme, sa grandeur en lui.
Les apocalypses juives s'inscrivent dans un contexte de guerre, de soumission, de désespoir du peuple juif. Elles viennent donner au peuple un peu d'espoir et sont, en effet, le dévoilements poétiques ou oniriques d'une réalité de substitution où le monde redevient vivable. Elles annoncent qu'un jour, en général assez proche, le peuple sera délivré par un ange de Dieu, par Dieu lui-même, ou par un messie parfois qualifié de « Fils de l'homme » ou aussi "de Fils de Dieu", assis à la droite de Dieu. Toutes ces notions ne sont donc pas des inventions du christianisme mais s'inscrivent dans l'histoire du judaïsme qui se fait sur fond d'apocalypse, notamment dans les moments difficiles :
-1-au moment de l'exil babylonien au 4ième siècle avant JC.
Le prophète Isaïe raconte comment Dieu va intervenir dans l'histoire pour faire revenir son peuple d'exil (Isaïe ch. 55 à 66)
-2- au moment de la crise maccabéenne, 2ième siècle avant JC, où le prophétisme de Daniel prend une tournure à la fois apocalyptique, mais aussi eschatologique.
Le prophète Daniel prédit que Dieu ne va plus intervenir par les prophètes mais va intervenir lui-même dans l'histoire. Israël va être délivré et la fin des temps va venir
-3- au moment de la conquête par Pompé en 63 avant JC.
Nous avons à cette époque une véritable pépinière de messianisme apocalyptique, dont témoigne le mouvement esséniens, mais aussi de nombreux autres mouvements dont celui de jésus ou tout au moins de ses disciples
-Marc annoncent l'apocalypse au chapitre 13 verset 14à 23 de son évangile.
-Jean, sans doute le quatrième évangéliste, écrit l'apocalypse, dernier livre du nouveau testament, lui-même largement inspiré d'apocalypse juives précédentes.
-Paul croyait aussi que cette génération ne passerait pas sans le retour du Christ en puissance.....
-Voir aussi le chapitre 24 de Matthieu. Au verset 34 Jésus dit «  En vérité, je vous le dis , cette génération ne passera pas que tout cela ne soit arrivé. Cependant il ajoute, moins catégorique «  Quant à la date de ce jour et à l'heure, personne ne les connait, ni les anges des cieux, ni le Fils, personne que le Père seul. »
En être à évoquer l'heure, prouve bien que Jésus pensait que cela arriverait dans peu de temps même si prudent il avoue que seul le Père connait le jour.

Le peuple juif baigne donc dans ce climat d'apocalypse et Jésus lui-même qui s'identifie au « fils de l'homme » fait donc appel à la tradition des psaumes, mais aussi du prophète Daniel et surtout peut-être de « l'apocalypse d'Hénoch », textes juifs écrits 5 siècles avant JC, dont on a retrouvé des fragments à Qumram. Le fils de l'homme c'est le Messie de la fin des temps. assis à la droite de Dieu, figure qui se confond avec celle du messie et avec celle du fils de Dieu que nous voyons parcourir toute la littérature juive. Il s'agit ici du dévoilement prophétique de l'attente du Messie, dont l'arrivé marque la libération d'Israël et le début du règne de Dieu dont Israël sera la nation alliée .
Mais cela n'a rien à voir avec la notion de Fils de Dieu deuxième personne de la Trinité définie bien plus tard par une église en proie à des schismes destructeurs de son unité.

Les apocalypses sont les supports littéraires d'un messianisme libérateur. Mais sur fond d'apocalypse, se greffe le plus souvent un fond eschatologique, c'est un dire un fond de fin des temps. Car pour le peuple juif sa libération s'accompagnera du règne de Dieu. Dieu non seulement délivrera son peuple mais le mettra en position d'être une sorte de leader des autres peuples qui se soumettront au Dieu unique d'Israël. C'est une sorte de fin du monde ou tout au moins de fin d'un monde d'injustice pour un monde enfin fraternel et juste, dont cependant Israël serait le pivot....


Toute cette littérature traine avec elle toute sortes interprétation plus ou moins ésotériques.
Le fils de Dieu pour quelques uns c'est tout homme qui fait le bien
Le règne de Dieu pour d'autres n'est pas un événement identifiable dans le temps et l'espace mais à l'intérieur de l'homme quand il commence à faire le bien.
On peut penser en lisant les évangiles que Jésus a bien souvent largement dépassé les interprétations simplistes de la littérature historique de son temps tout en y étant largement soumis culturellement.
On voit aussi que les apôtres, les disciples ne devaient pas avoir une position très unifiée de toutes ces conceptions, car on trouve un mélange de croyances assez stupéfiantes dans les écrits des apôtres ou des premiers convertis comme Paul.

Que après tant de siècles nous ayons compris et identifié certains termes d'un manière moins terre et terre et plus spirituel est heureux, mais dans ce récit j'essaie d'identifier des courants de l'époque de Jésus pas ce que nous pensons aujourd'hui.

Pour revenir au esséniens, il n'est pas du tout certain qu'il aient eu la conception spirituelle que vous soutenez.
Leur dogmatisme basé sur la lutte d'un monde de lumière contre un monde des ténèbres, leurs rigidité, leur rituel de pureté obsédant, leurs manières austères, leur mépris du corps et leur méfiance vis à vis de la femme qui n'étaient pas admises dans les couvents, ne les prédisposaient pas à être les libres penseurs que vous évoquez.
N'oublions pas qu'ils étaient en rupture avec les saducéens et les pharisiens pour des raisons de différences rituelles qu'ils souhaitaient appliquer avec plus de rigueur.

Je ne sais pas si Marie Madeleine était essénienne, femme de Jésus, initiée ou ancienne prostituée. Nous savons peu de chose sur elle. L'évangile de Thomas nous la présente comme compagne de Jésus, initiée privilégiée du maître.
On trouve aussi à son propos pas mal d'élucubrations sans source.

Revenir en haut Aller en bas

Message Aujourd'hui à 16:47  Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum