Spiritualités

SYRIE : TEMOIGNAGE DE JEAN-CLAUDE ANTAKLI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SYRIE : TEMOIGNAGE DE JEAN-CLAUDE ANTAKLI

Message  Invité le Mer 26 Déc 2012 - 10:45


Source : http://www.midilibre.fr/2012/08/19/le-temoignage-d-antakli-sur-la-situation-en-syrie,550337.php

Ce biologiste franco-syrien, passe de nombreux mois chaque année dans son pays natal. Son discours tranche avec l’opinion dominante.

Pour l’Occidental, le Moyen-Orient est une terre compliquée. Berceau forcément secoué des religions monothéistes, territoire convoité en raison de ses énergies fossiles, cette zone abrite aussi bien la voie royale qui mène à Byblos, la mère de toutes les bibliothèques, que le chemin chaotique de Damas qui pourrait être celui qu’empruntent, en pure perte, les voies diplomatiques.

La Syrie, à cet égard, est une sorte de symbole, dont le passé civilisationnel est l’un des plus riches qui soit, alors que le présent fait la part belle à la barbarie.

Une situation qui ne cesse de se dégrader

Jean-Claude Antakli ne peut se résigner à cela. Ce biologiste franco-syrien passe plusieurs mois chaque année dans son pays natal. Son épouse Geneviève, biologiste elle aussi, y a créé une école d’infirmières, il y a trois ans. On conviendra volontiers qu’ils peuvent être considérés comme des observateurs privilégiés d’une situation qui ne cesse de se dégrader, et dont on nous dit volontiers qu’elle serait le fait d’un seul homme, Bachar el-Assad. "Je suis très affecté par tout cela", affirme Jean-Claude Antakli. "Je suis un homme libre, je n’ai aucune connivence avec qui que ce soit, mais je suis abasourdi par la manière dont les médias européens retracent généralement les soubresauts qui affectent gravement la société syrienne."

Une manipulation des opinions

Pour parler clair, Jean-Claude Antakli a l’impression que les dés sont pipés, que la manipulation bat son plein, avec le Qatar et l’Arabie Saoudite à la manœuvre, pions avancés d’un américanisme qui lorgne à la fois sur le pétrole et sur la formidable réserve de gaz (la plus grande du monde) qui vient d’être découverte en territoire syrien.

"Certes", précise-t-il, "tout n’est pas parfait en Syrie. Mais les femmes peuvent se promener en minijupes, et le niveau de vie progressait de 6 % par an depuis une dizaine d’années. On nous parle d’une intervention en faveur de la démocratie. Mais de quelle démocratie s’agit-il, alors même que le peuple n’a pas été consulté ? Aujourd’hui, ces mêmes démocraties s’efforcent de lutter contre le terrorisme islamiste, mais c’est lui qu’elles soutiennent en Syrie, ne nous y trompons pas. On trouve aujourd’hui, dans le pays, près de 50 000 mercenaires libyens, afghans ou irakiens qui sèment la terreur..."

Contre une intervention occidentale

Jean-Claude Antakli regrette que la France, son autre patrie, soit devenue "faible sur le plan de la politique internationale. Elle n’est plus gaullienne". Pour lui, les insurgés ont perdu la partie, et c’est pour cela qu’ils demandent une intervention militaire aux occidentaux.

Des témoignages, Jean-Claude Antakli en a récolté des centaines. Tous vont dans le même sens : que les occidentaux ne se mêlent pas des affaires syriennes. Qu’ils n’essaient pas d’importer leurs concepts philosophico-politiques dans des contrées qui n’ont ni les mêmes mœurs, ni la même histoire. Et que, dans cet écheveau, dont tous les fils déclenchent des tirs de mines, on essaie de faire la preuve d’un minimum de réalisme.

Jean-Claude et Geneviève Antakli gardent la foi

Tout cela, bien sûr, peut ressembler à une succession de vœux pieux dans une région qui en a tellement connus. Mais Jean-Claude Antakli a la foi. Celle qui sauve l’âme. Chrétien, il se souvient de ces temps heureux, et pas si lointains, où la cohabitation était heureuse entre les diverses communautés. Il ne peut donc que frémir en entendant le slogan qui a cours en ce moment : Les Alaouites (dont est issu Bachar el-Assad) au tombeau, les chrétiens à Beyrouth.

La partie est-elle perdue pour autant, et le pays va-t-il sombrer à l’image de quelques-uns qui ont été “libérés” à l’occasion du fameux printemps ? À cet égard, Jean-Claude et Geneviève Antakli aiment à citer un contre-amiral, Hubert de Gevigney, qui se demande bien pourquoi, chaque fois qu’un pays arabo-musulman reçoit de l’aide internationale, il fait un bond de cinquante ans en arrière...

Tous deux savent, en tout cas, que l’alternance ne sera pas facile. "Avec ou sans Bachar el-Assad, car ils sont nombreux à pouvoir le remplacer. La France doit aider à faire le bon nettoyage. C’est-à-dire à sortir les terroristes du pays. Nous sommes malgré tout relativement optimistes, car le peuple syrien, dans son immense majorité, et toutes religions confondues, est soudé".

En fait, ce qui gêne le plus le couple Antakli, c’est "le deux poids deux mesures". Ils ne veulent pas d’une Syrie ostracisée. Ils souhaitent que les chrétiens ne soient pas chassés de cet endroit où ils ont quand même été, en tant que religion monothéiste, les premiers à occuper les lieux. "Si les chrétiens partent, ce sera une catastrophe pour l’Occident", prophétisent-ils. Et ils se déclarent, sans aucun souci de provocation, "optimistes quant à l’intégrité et au courage du couple princier syrien", en se demandant s’il n’y aurait pas le désir de certaines puissances de maintenir les pays de la région dans une certaine instabilité.

LIVRE de Jean-Claude ANTAKLI : Le silence de Dieu aux Ed Le Parvis

-------

http://lavoixdelasyrie.com/data/?p=7444
"Le paradoxe de l’émir du Qatar Hamad bin Khalifa Al Thani, c’est son double jeu: il joue les modernistes avec ses «amis» occidentaux, et soutient les extrémistes religieux chez ses «frères» orientaux… mais probablement avec l’approbation de ses amis occidentaux, les pétrodollars de l’émir servant à faire passer la pilule du paradoxe !"
..."Le gouvernement français, qui entend combattre l’islamisme radical sur son territoire, a pour partenaire privilégié l’émir du Qatar, doté d’un statut fiscal avantageux, à la tête d’une monarchie absolue au modernisme tapageur, mais trompeur, qui soutient partout les Frères musulmans et les salafistes armés !"

------

http://french.irib.ir/info/international/item/227174-syrie-a-alep,-les-salafistes-interdisent-aux-femmes-de-conduire
"Syrie : à Alep, les Salafistes interdisent aux femmes de conduire!!!"
Cheikh Ahmad Abdel Latif Abdol, dignitaire religieux et missionnaire syrien, se dit "choqué et scandalisé", face à " une telle fatwa, qui ne passe pas, auprès de l'opinion syrienne, une opinion extrêmement ouverte, au contraire de ce qu'on voit, en Arabie saoudite"! "Cette fatwa prouve à quel point l'Arabie saoudite est impliquée, dans la crise syrienne, et à quel point, elle cherche à transformer notre pays en un émirat arriérré et moyen-âgeux" Le Wahhabisme tente de se faire une place, au sein de la société syrienne, via les miliciens de la milice Al-Nossra liée à Al-Qaïda.

-----

http://www.arte.tv/fr/quel-est-le-jeu-de-l-arabie-saoudite/6833280,CmC=6831342.html
"En Syrie, l’Arabie saoudite soutient l’opposition conservatrice sunnite et les Frères musulmans. Comme le Qatar et la Turquie, elle livre des armes. La CIA la conseille pour savoir à quels groupes ces armes sont destinées. Al-Qaida aimerait en récupérer une partie. Comme en Syrie, les Islamistes utilisent la moindre instabilité pour semer le trouble par des actions violentes. Les Salafistes d’Arabie saoudite s’emploient eux aussi à soutenir les rebelles syriens. A Riyad, le pouvoir craint de plus en plus que les moyens réunis dans ce but ne servent à armer les Djihadistes."

------

http://www.nationspresse.info/?p=188186
Eric Denécé : « Le Qatar est un Etat salafiste modéré qui soutient un islam radical de la pire espèce dans le monde arabe »

------

http://spartacus.info.over-blog.com/pages/syrie_on_prend_les_meme_et_on_recommence-5851593.html
Extrait de ce lien
"L’ambassadeur de France à Damas, son Excellence Eric Chevallier, a tancé vivement la rédaction de France 24, dès le début des troubles, les accusant de « raconter n’importe quoi, sur la soi-disant rébellion en Syrie » (Le Nouvel Observateur).

Comme il insistait pour dire ce qu’il vivait et voyait, on l’accusa de pactiser avec le pouvoir : »C’est une campagne contre moi dégoutante. Je suis le seul étranger a avoir été reçu par l’opposant Riad Séif, dès sa sortie de prison le 15 mai. Pensez-vous, s’il doutait de moi, qu’il aurait accepté ? De tous les ambassadeurs en poste à Damas, je suis le seul à m’être battu avec les autorités syriennes pour qu’ils laissent entrer les journalistes étrangers, en vain. Vous voulez la vérité ? La majorité des Syriens veulent des réformes profondes, pas la révolution. Tous redoutent une guerre civile ». (Le Nouvel Observateur).

Pour ma part, les gens que je côtoie dans mon travail, en Syrie, la plupart francophones, ne comprennent pas l’acharnement des télévisions françaises à reprendre sans nuance, les informations des agences de presse étrangères, qui alimentent les tensions à plaisir."

-------

http://www.infosyrie.fr/actualite/un-journaliste-britannique-dit-ce-quil-a-vu-et-entendu-ces-dernieres-heures-a-azlep/
"Le journaliste britannique confirme qu’à Alep, les combattants étrangers sont nombreux, équipés d’un matériel important si hétéroclite, et que pour les Alépins qu’il a rencontrés, les libérateurs sont les soldats de l’armée régulière et non les barbus de l’insurrection."

------

http://www.voltairenet.org/article174022.html
"L’attaque médiatique et militaire à l’encontre de la Syrie est directement liée à la compétition mondiale pour l’énergie, ainsi que l’explique le professeur Imad Shuebi dans l’article magistral que nous publions. À un moment où la zone euro menace de s’effondrer, où une crise économique aiguë a conduit les États-Unis à s’endetter à hauteur de 14 940 milliards de dollars, et où leur influence s’amenuise face aux puissances émergentes du BRICS, il devient clair que la clé de la réussite économique et de la domination politique réside principalement dans le contrôle de l’énergie du XXIe siècle : le gaz. C’est parce qu’elle se trouve au cœur de la plus colossale réserve de gaz de la planète que la Syrie est prise pour cible. Les guerres du siècle dernier étaient celles du pétrole, mais une nouvelle ère commence, celle des guerres du gaz."

Voir aussi :
http://mobile.agoravox.fr/actualites/international/article/guerre-en-syrie-entre-intox-118535

http://www.resistancerepublicaine.eu/2012/syrie-lettre-ouverte-a-hollande-qui-reconnait-une-coalition-illegitime-par-michel-traboulsy/

Lettre d'un prêtre syrien à François Hollande :
http://www.partiantisioniste.com/actualites/syrie-lettre-ouverte-d-un-pretre-arabe-a-francois-hollande-1179.html


Et au pape :
http://www.geostrategie.com/4559/lettre-ouverte-dun-pretre-arabe-de-syrie-a-sa-saintete-le-pape-benoit-xvi/

"Qu’est-ce donc qui empêche toutes les Églises Occidentales, depuis de bien longues années, de s’en prendre à ces politiques injustes, inhumaines, que l’Occident pratique systématiquement, dans une soumission aveugle et écœurante au Sionisme international ? Et si l’un ou l’autre des responsables ecclésiastiques en Occident, n’a pas le courage, pour une raison ou pour une autre, de prendre les positions qui s’imposent, qu’est-ce qui vous empêche, vous Autorité Suprême dans l’Église Catholique, de pratiquer votre droit et votre devoir pour défendre les damnés de la Terre ?… "
"Le Premier Point m’accule à m’interroger franchement sur les Composantes des divers organismes, administratifs, juridiques, spirituels, représentatifs et médiatiques, qui composent le Vatican, tant à Rome qu’à travers le monde. Or ces composantes ne seraient-elles pas soumises, comme dans toute institution humaine très antique, à des facteurs de suffisance, de vanité, de partialité, d’inertie, voire d’exploitation personnelle ? Or le Vatican est connu pour être, sans conteste, la plus ancienne institution au monde. Si donc mes craintes de prêtre catholique se trouvent, même partiellement, justifiées au niveau du Vatican, ne serait-il pas nécessaire de se hâter de réviser toutes ses administrations, au Vatican et à travers le monde ? Je précise que cela concerne aussi le choix de ses représentants, de façon à mettre un terme à la prédominance des occidentaux, particulièrement les italiens, et à offrir une large possibilité aux représentants qui appartiennent à différentes nationalités et cultures, dont les arabes.

Le Second Point touche l’antisémitisme multiséculaire et anti-évangélique, qu’ont pratiqué les Sociétés et les Églises en Occident, à l’égard des juifs. Je crains au plus haut point que cet antisémitisme n’ait plongé tout l’Occident, et particulièrement ses églises, dans un complexe de culpabilité qui a fini par les enchaîner, voire par les pousser à justifier toutes ces politiques d’occupation, de destruction, de rapine, d’assassinat et d’expulsion, que pratiquent les Israéliens, et avec eux leurs valets que sont les leaders occidentaux, et qui toutes, touchent le monde arabe et musulman depuis cent ans, et la Palestine depuis plus de 70 ans. Quant à la guerre cosmique, sans précédent, menée depuis 17 mois contre la Syrie, elle n’est, selon leur souhait, que le dernier maillon de ce plan infernal.

Y aurait-il aujourd’hui, en Occident, un seul responsable ecclésiastique, qui oserait croire qu’il y a dans le silence de ces églises, de quoi réparer le terrible péché d’antisémitisme perpétré durant tant de siècles ? N’y aurait-il pas plutôt dans ce silence même, un nouveau et plus grave péché, qui rend l’Église d’Occident, d’une façon ou d’une autre, complice des crimes de l’Occident et du Sionisme à la fois ?

Le Troisième et dernier Point concerne l’attitude des Églises d’Orient et d’Occident vis-à-vis de l’Islam et des musulmans. Ici, dans mon souci d’éviter tant d’équivoques qui se sont produits dans le déroulement de l’histoire, tant des chrétiens que des musulmans, tout comme dans le déroulement de l’histoire de tous les peuples, je juge de mon devoir de rappeler un événement historique vraiment typique, dont seul l’Islam peut se prévaloir. Car, en fait, l’Islam, lors de sa conquête de la Syrie, de l’Égypte et de l’Espagne, a inauguré un type de relation avec les pays conquis, que n’a connu aucun autre conquérant, ni avant lui, ni après lui. En effet, il a su se comporter avec les habitants chrétiens de tous ces pays, ainsi qu’avec les juifs, avec magnanimité, grandeur d’âme, sagesse et clairvoyance. Aussi a-t-on dit que l’Islam Syrien est un Islam modéré, quant à sa foi, son comportement et sa convivialité avec les non-musulmans.

Or la guerre menée ces temps-ci contre la Syrie, se propose d’y provoquer une guerre de religion entre musulmans et chrétiens d’un côté, et même une guerre de religion entre les musulmans eux-mêmes, de l’autre. N’est-ce pas d’ailleurs cela qu’a dit expressément Mr. Kissinger, quand il a déclaré, il y a trois mois : « Il nous faut détruire l’Islam Syrien, car c’est un Islam modéré » ?

Ici je trouve que les Églises du Monde Arabe se doivent en premier lieu de sauver aussi bien l’Islam modéré, que les arabes chrétiens. Elles se doivent aussi de chercher à sauver l’Occident poussé par le Sionisme, à mener une guerre ouverte contre l’Islam modéré, et à fomenter un Islam extrémiste, qui ne tardera pas à le submerger à son tour, par son extrémisme et sa violence.

... Car cette affaire ne devrait pas être laissée aux mains de gens qui, comme lors du « Synode pour l’Orient » qui s’est tenu à Rome le 10/11/2010, risquent, dans leur ensemble, de ne pas comprendre que le sort du monde dépend de la qualité des relations entre l’Occident d’un côté, et le Monde Arabe et Musulman de l’autre."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum