Spiritualités
ouvert à tous

Ce forum qui porte le nom général de "Spiritualités"

permet à chacun de témoigner de la sienne.

N'hésitez pas à parler de votre foi ou de votre humanisme.
En tant qu'invité, sans vous inscrire,
vous pouvez poster un message dans "Invités, visiteurs, vos réflexions"

Chacun d'entre nous est porteur de divin et donc porteur d'étincelles de vérité.
Si nos croyances nous portent à plus de fraternité et de bonté,
alors il n'est pas inutile de les partager.
C'est ainsi que nous nous approcherons de la "Vérité" dont Dieu seul a le monopole.


______________________________________________________________________________________________________

Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 1893
Date d'inscription : 31/07/2007
Voir le profil de l'utilisateur

A nouveau Etty Hillesum

le Ven 12 Avr 2013 - 12:44
Ce matin je dédie ce petit mot à ceux qui me lisent sans intervenir sur ce forum et qui parfois m'envoient leurs impressions en courriers privés ou par téléphone.
J'ai cité hier la passionnée Etty Hillesum. Je la cite à nouveau aujourd'hui:

« J'ai rompu mon corps comme le pain et l'ai partagé entre les hommes »
Comment ne pas voir ici une allusion à la cène christique !
Cela donne une ouverture sur le sens des paroles de Jésus qui a lui-même rompu son corps pour l'offrir aux Hommes. C'est la même image et en elle-même elle ne contient rien qui s'apparente à l'eucharistie telle que les églises l'ont interprétée.
Le « faites ceci en Mémoire de moi », n'implique pas davantage une présence effective. On est dans le symbole comme dans les propos de Etty.
Juste retour des choses. Une jeune femme de vingt sept ans de culture juive exprime clairement l'amour et le sacrifice que tout amour implique, avec des mots simples directement accessibles dans leur simplicité et dans leur symbolisme.
Jésus a rompu le pain comme on rompt son corps à la souffrance, par amour de l'humanité.
Je finirai par une autre parole citée par Etty Hillesum mais dont elle n'est pas l'auteure :

« Il est des gens que je porte en moi comme des boutons de fleur et que je laisse éclore en moi. D'autres que je porte en moi comme des ulcères, jusqu'à ce qu'ils crèvent et suppurent ( Frans Bierenbach)
Là encore, la perspective d'aimer même ses ennemis est parfaitement illustrée.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum