Spiritualités

AVOIR UN REGARD PLUS HAUT SUR LES FEMMES

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

18112015

Message 

AVOIR UN REGARD PLUS HAUT SUR LES FEMMES




QUE LES HOMMES AIENT UN REGARD PLUS HAUT SUR LES FEMMES
QUE LES FEMMES PRENNENT CONSCIENCE DE LEUR POTENTIEL DIVIN
OSENT ËTRE ELLES-MEMES...


04nov15 169C2
Il n'y a pas longtemps, dans une réponse à un commentaire, je ne sais plus lequel, je parlais de Thérèse de Lisieux et disais que cette âme admirable QUété une aussi grande, si elle avait été épouse et mère, si elle avait joui dans les bras de son époux, senti avec délectation la chair tendre de ses enfants contre elle et cuisiné avec joie dans sa cuisine des bons mets et des bons gâteaux pour les uns et les autres. C'est peut-être cette humanité que notre mission ne fait pas assez sentir. 

Qui peut savoir, qui peut être sûr, de ce qu'aurait été Thérèse de L. si elle n'avait pas porté le voile ???
Longtemps la religion (celui qui s'exprime dans cette citation était un ancien évêque donc formaté sur le rôle précis d'une femme et s'assurant que celles-ci tiennent bien leur rôle), longtemps la religion - et la société qui s'associait à cette forme de patriarcat religieux - définissait le rôle de la femme que par rapport à l'homme. C'est-à-dire que seul l'homme savait évidemment ce qu'une femme avait besoin, ce qu'elle devait penser, et surtout faire.... mais que par rapport à lui... par rapport à ses besoins propres. Egoïstement elles furent mises dans une case, une prison étriquée qui les réduisirent à de simples reproductrices sachant cuisiner. Leur éducation : servir leur mari en étant de brillantes femmes d'intérieur et soigner les enfants... Point barre..
Le reste ?? S'occuper d'elles, avoir des activités, ou pire avoir un travail... C'était tout simplement inadmissible...
Combien de femmes se sont totalement oubliées parce que, en tant qu'humain, en tant qu'êtres, elles ne pouvant exprimées leur désir. Elles dénigrèrent aussi leur propre sexe et leur féminin fut bafoué, méprisé, mis aux oubliettes !!!

Je comprends qu'un homme de 86 ans puisse avoir cette vision réduite et simpliste (bon pas tout à fait il parle de jouir mais l'église condamnait cela jusqu'au siècle dernier) de ce que serait une femme si elle n'était pas religieuse. Surtout si en plus cet homme fut évêque !!!

Je comprends cette vision - toute patriarcale - pas si ancienne que cela et qui peut revenir si une certaine politique s'instaurait ici.
Mais qu'un homme choisit par Dieu et on sait pourquoi il fut choisi même s'il aime jouer le surpris, puisse ensuite affirmer : "C'est peut-être cette humanité que notre mission ne fait pas assez sentir".
Alors là je me dis qu'il n'est jamais sorti de son patriarcat, de son esprit religieux... Ou alors il n'a pas tout saisi dans ce que Dieu lui demande...
Là c'est beaucoup plus grave !!!!

Parce que démontrer "l'humanité" à travers cette image à ses yeux idyllique est tout simplement non seulement simpliste, mais insultant pour les femmes, idest insultant dans le sens ratatinée dans sa dimension TOTALE, ENTIERE en tant que Femme...
Et ce qui n'est pas flagrant de prime abord, c'est aussi limiter les hommes, les rapetisser aussi dans leur dimension totale d'hommes... Et donc c'est se limiter spirituellement....
Qu'Est-ce qu'une femme pour cet homme ?
Quel rôle lui attribue-t-il en général ??
Que connaît-il de l'aspect Féminin ??
Se connaît-il vraiment,je veux parler ici sur le plan ontologique ??? Que vit-il spirituellement ?


- Quand il demande (écrit sur son blog) aux jeunes de prendre les idées du monde pour les mettre à la vision arésienne,
- Quand il reprend les termes des humanistes en disant "humaniser" au lieu de "spiritualiser", ou bien le terme "Centre d'études"= pourquoi changer ainsi ??


Je me demande ce qu'il a compris vraiment s'il ne se sert pas de ce que disent et écrivent d'autres...
Je ne lui reproche pas d'utiliser ce que d'autres disent et écrivent mais de grâce, avec une vision étroite du féminin, et sa façon de faire, de grâce, qu'il réfléchisse avec son cœur, en laissant de côté ses archaïsmes, qu'il sache dire que tel ou tel l'influence, mais qu'il ne se serve pas des autres en faisant croire qu'il sait tout et comprend tout et entretenir des visions étroites de la moitié de l'humanité que représente les femmes...


Car ce n'est pas par une vision douceureuse d'une femme au foyer choyant ses enfants et surtout son mari (même si elle jouit dans ses bras), qui fera "sentir l'humanité" au monde...
L'humanité (hommes et femmes) n'a pas attendu cela pour vivre ce bonheur, ayant chassé la religion au pouvoir - la religion qui durant des siècles a dévalorisé l'Homme et particulièrement la femme - chacun et chacune a pu choisir sa place en tant qu'hommes, en tant que femme, même choisir de ne pas avoir d'enfants...

Car réduire une vision heureuse et changée de l'humanité à sa vision toute personnelle (s'il la vit et que cela lui convienne, tant mieux, j'espère que cela convient à sa femme aussi) est généraliser voire imposer (car généraliser entraîne ce danger) une vision seulement d'un seul homme, cela est calquer sa propre vision seule à tout le reste du monde. Cela est une faute spirituelle, car c'est ne pas tenir compte de ce qu'est l'autre en tant qu'humain, totalement humain.
C'est bafouer l'humanité, violer son intégrité ontologique, que d'agir ainsi, et particulièrement les femmes !!!


Car après tout (que ce fut autrefois, comme aujourd'hui) il y a des hommes qui ne désirent absolument pas avoir d'enfants,
il y a des femmes qui ne désirent pas non plus avoir d'enfants
Il y a des hommes qui préfèrent vivre séparément avec la femme qu'ils aiment
Il y a des femmes qui préfèrent vivre séparément avec l'homme qu'elles aiment...
Cela ne les réduit pas du tout sur le plan humain et ontologique... Pas du tout... Et cela ne fait pas d'eux de mauvais êtres humains ou des humains non complets....

Si une personne ou un groupe veut faire croire cela, alors c'est qu'il y a quelque chose qui n'est pas du tout compris, ni respectée : le choix humain, le potentiel immense mis en chacun et chacune ; et également le refus de bien lire la Parole, dans laquelle il n'est nullement commandée, ni ordonnée, ni même écrit noir sur blanc la façon dont l'homme et notamment la femme doit vivre sa vie de femme.... (ou d'homme pour les hommes)...


Dans la Parole, Dieu parle au cœur de l'Homme (H= hommes et femmes) Il s'adresse à lui, à savoir :
- chercher à comprendre avec le cœur
- ne pas soumettre ni dominer (cela ne s'arrête pas seulement aux corps mais aussi à l'esprit donc ne pas définir que telle personne aura tel rôle à tenir, telle autre un autre)
- ne pas spolier
- ne pas définir l'autre par rapport à soi, à sa religion, à sa culture,
etc...

Mais il est demandé :
- AIMER l'autre humain qui a lui/elle sa dimension divine propre dont personne n'a le droit de déconsidérer
- respecter sa richesse intérieure
- respecter ses choix de vie même s'ils ne plaisent pas....
- valoriser la Beauté de l'autre (hommes et femmes)
- partager (libéralement) tout ce qui a trait à l'élévation
- chercher à comprendre en profondeur (idest avec le cœur)... donc ne pas juger ni catégoriser l'Etre Humain (femme particulièrement)....


S'arrêter à une dimension "petite famille toute gentille et proprette" est surtout rabaisser, réduire cette Parole qui est faite pour ELEVER, ENCOURAGER, AIMER, mais surtout qui est faite, avant d'imposer sa vision, à SE CONNAITRE TOTALEMENT SOI-MEME...

Après, OUI, certains et certaines pourront valoriser s'ils le désirent leur façon de vivre, que ce soit à travers l'image idyllique que MP a du couple... Mais il faudra y voir à travers cette jolie vision :
- l'engagement profond de deux Etres,
- la connaissance personnelle de leur être profond ontologique (que chacun - l'époux et l'épouse - se connaisse vraiment et sache qui il et elle EST)
- l'amour réciproque de leur union
- et alors là oui l'amour de l'enfant pourra survenir si de cet amour physique et spirituel, règne la confiance COMMUNE.

Mais si l'enfant n'est pas le but de cette union très belle décrite ici, personne ne peut dire, n'aura le droit de dire, que cette union ne transpire pas de "cette humanité que notre mission ne fait pas assez sentir".
Il ne faut pas juger, catégoriser, mettre dans des cases...
Cela est difficile pour tous encore, je le concède, mais si l'on veut apporter à l'humanité il est important d'avoir une réflexion et vision TRES haute de l'Homme (hommes et femmes) et particulièrement de la Femme !!!! Mais ne pas oublier que tout commence par soi : se connaître d'abord soi....
QUI EST SAUVE? QUI N'EST PAS SAUVE?

Et étant équilibré intérieurement et vivant cela, alors oui il sera facile de dire que un tel m'a apporté cela, un autre m'a inspiré ceci, ou copier un exemple très beau, etc... Nous aimerons valoriser la richesse de l'autre et l'apport qu'il nous amène !!!!!
------------------------
Extrait de mon article sur mon blog ("vivre l'harmonie dans le couple") =

CREER UN COUPLE HARMONIEUX 
* La femme qui est unie à son masculin et son féminin ; l'homme qui est uni à son masculin et à son féminin ; ces deux personnes formant un couple témoignent alors d'un couple très harmonieux, qui échange, qui partage, qui dialogue, où la domination de l'un ou de l'autre n'a pas lieu d'être puisque l'harmonie est effective. Ils vivent une relation très très belle, une relation d'amour (l'amour comprend aussi le partage, la compréhension, la complicité, la confiance, pleins de belles choses...). 

* Comprendre l'autre n'est pas "être comme l'autre" ni "être l'autre", c'est être soi idest rester soi... Mais ici, dans le cas de ce couple équilibré (où homme et femme sont équilibrés en eux-mêmes) c'est être pleinement soi (chacun est unit à ses propres masculin et féminin en chacun d'eux). 

*  Si l'un ou l'autre n'est que dans son masculin (ou féminin), il n'est qu'une partie de lui-même et alors se déséquilibrera et déséquilibrera l'ensemble du couple.

* L'équilibre intérieur amène extérieurement l'harmonie, permet de trouver sa place, de s'autoriser à être, amène l'épanouissement.

SUR LE PLAN ONTOLOGIQUE

* Sur le plan ontologique (que l'on vient de voir) l'homme et la femme sont égaux = la constitution et la fonction de leur esprit (conscient et subconscient) est identique. Et peuvent tous deux se connecter à la Présence Divine en eux et ne faire plus qu'Un avec elle. Et devenir des Etres Divins.

SUR LE PLAN HUMAIN

* Sur le plan humain, ils sont des Etres UNIQUES.Ce qui induit qu'ils ne sont ni égaux, ni inégaux sur le plan humain mais ils sont UNIQUES car créés uniques, libres, indépendants, que la seule connaissance d'eux-mêmes et l'équilibre que cette connaissance amène, leur permet de créer leur vie, de choisir et de construire des choses magnifiques, notamment à travers un couple !!!

Le couple doit être le reflet de cette réalité Ontologique et Humaine !!!

assunta

Messages : 387
Date d'inscription : 01/08/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

AVOIR UN REGARD PLUS HAUT SUR LES FEMMES :: Commentaires

Message le Mer 18 Nov 2015 - 11:11  pat

Il n'y a pas longtemps, dans une réponse à un commentaire, je ne sais plus lequel, je parlais de Thérèse de Lisieux et disais que cette âme admirable qui a été une aussi grande, si elle avait été épouse et mère, si elle avait joui dans les bras de son époux, senti avec délectation la chair tendre de ses enfants contre elle et cuisiné avec joie dans sa cuisine des bons mets et des bons gâteaux pour les uns et les autres. C'est peut-être cette humanité que notre mission ne fait pas assez sentir.

Encore une fois, votre propos auraient été plus crédibles si vous aviez donné votre pensée plutôt que de critiquer une personne. Cela vous aurait permis d'avoir un commentaire plus concis. Mais bon , laissons cela....

Il est question ici de Thérèse de Lisieux, femme admirable, simple et pourtant si complexe dans sa psychologie et sa vie spirituelle. J'ai une grande admiration pour cette femme hors du commun. Et comme vous je ne suis pas certain qu'elle aurait été la même dans un contexte différent. Elle fait partie de ces âmes qui se donnent entières avec passion. Un humain aurait probablement été de trop entre elle et la divinité qu'elle voulait servir exclusivement.
Concernant le procès d'intention que vous faites à l'auteur de la citation précédente, lui même, se replace dans le contexte de la fin du 19ème siècle ou la femme était avant tout une épouse. Beaucoup se sont épanouit dans ce rôle (aujourd'hui encore pour certaines ) de mère, de cuisinière, de femme d'intérieure, comme on disait. Thérèse qui vivait dans cette société patriarcale, n'en avait surement pas souffert, elle et ses sœurs qui ont été élevées par un père si aimant et si doux. En tout cas, si Thérèse s'était mariée, c'est sans doute ce qu'elle serait devenu dans cette société normande bourgeoise un peu fermée.

Dans ce contexte dire" C'est peut-être cette humanité que notre mission ne fait pas assez sentir." ne veut pas dire que nous devons faire sentir l'humanité par l'exemple de femmes à la maison qui font de petits gâteaux pour leur progéniture, mais que nous devons faire sentir notre humanité par de simples gestes comme ceux qu'aurait sans doute fait Thérèse si...Le fait de faire des gâteaux n'est pas un but en soi. Ce n'est pas l'apologie d'une fonction précise à laquelle la femme serait astreinte. C'est juste une illustration de ce que nous pourrions faire de simple à travers l'exemple et le contexte précis de Thérèse.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 18 Nov 2015 - 11:58  assunta

votre propos auraient été plus crédibles si vous aviez donné votre pensée plutôt que de critiquer une personne. 
C'est ce que j'ai fait il faut bien lire et comprendre aussi !!!
Cela veut dire que vous avez lu qu'une partie de ce que j'ai écrit !!!!


Je ne fais pas de procès d'intention, c'est faux...
Je donne mon avis même s'il ne plaît pas...
Et je sais bien lire malgré tout le français. Car même si l'exemple concerne certes thérèse de lisieux (aussi magnifique que soit cette femme), le but donné est de démontrer à travers ce qu'aurait pu être Thèrèse hors du couvent, se servir de son exemple fictif et en faire une réalité pour "C'est peut-être cette humanité que notre mission ne fait pas assez sentir. " donc cet exemple est à démontrer ici et maintenant...

J'amène une autre réflexion sur de tels propos et aussi une solution plus haute et ontologique...
Mais je ne demande pas qu'on y adhère juste qu'on réfléchisse en profondeur entre ce qui est donné à croire/suivre et ce que l'on peut amener soi sans suivre des exemples réduits et réducteurs de certains....

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 18 Nov 2015 - 19:13  visiteur

Notre bulle spirituelle n'est pas celle d'un Carmel ! Il n'y a pas longtemps,  ...  je parlais de Thérèse de Lisieux et disais que cette âme admirable eût été une aussi grande, si elle avait été épouse et mère, ...
Si c'est une critique des excès de piété religieuse du Carmel ("bulle de concentration spirituelle") et d'autres institutions monastiques (purs produits de l'imagination humaine), on pourrait comprendre, que d'enfermer de belles âmes n'est pas forcément nécessaire ...

mais de là à vouloir "idéalement" coller les femmes dans les bras d'un époux, derrière ses fourneaux, et pour le repos du guerrier, [ le titre de cet Entrée 169 du Blog s'appelle "Destin" ! ] on a affaire à une image d'Épinal surannée, qui appartient à une époque révolue. Les femmes ont pris goût à la liberté, on les comprend. Elles ne s'en épanouiront que davantage.

A la lecture de l'évangile, on peut être surpris qu'aucune femme ne participait à la Cène, et rien ne dit que ce sont les apôtres qui avaient préparé le graillon pascal, on devine en filigrane qu'elles avaient été affairées en cuisine pour préparer ce repas. L'Église était restée, et reste encore, sur ce modèle patriarcal de la société juive et des sociétés tribales, elle en a fait une doctrine sociale. 

Comment se peut-il que l'homme revendique la liberté, et que sa compagne (son "prochain" le plus proche) ne pourrait en bénéficier. Il faut les laisser les femmes libres ... car, Dieu a pris le parti de laisser Sa Créature libre, le moins que l'on puisse faire, pour L'honorer, comme pour honorer la femme, est d'en faire autant, et pas moins.

L'amour est un oiseau rebelle
que nul ne peut apprivoiser,
L'amour est enfant de bohème
Il n'a jamais, jamais, connu de loi...
comme dit la chanson

Faut pas prendre tout ce que dit le frère Michel pour parole d'évangile ... ce n'est pas parce qu'un certain nombre de femmes se sont épanouies dans leur rôle de mère au foyer - et tant mieux - (mais il n'a qu'un temps, les enfants ne le restent qu'un temps) qu'il faut en faire une généralité.
Miche Potay peut penser ce qu'il veut, et l'exprimer évidemment ... ceux qui veulent l'imiter en tous points, libres à eux également, mais ils se heurteront inévitablement sur ce sujet à des résistances féministes bien légitimes, au risque d'épuiser inutilement leurs énergies qu'il serait mieux de placer ailleurs.
Faut pas se tromper de combat, le problème général n'est pas une opposition homme - femme, mais bien des oppositions hommes - hommes
La femme a acquis de hautes luttes quelques droits par rapport à la condition de servitude qui fût la sienne depuis Mathusalem ("qui, de compagnon d'Éve  a choisi de devenir son maître... " Év. 2/3-4) ..., c'est une évidence historique. Rester dans la même direction libératrice et libertaire relève du bon sens spirituel à mon avis.
On n'est pas obligé d'être d'accord avec Michel Potay CQFD... c'est à chacun de suivre sa conscience.

Revenir en haut Aller en bas

Message Aujourd'hui à 16:45  Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum