Spiritualités

Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 428
Date d'inscription : 01/08/2015
Voir le profil de l'utilisateur
22062016
source :  http://positivr.fr/ashley-rap-conakry-pedophilie/?mc_cid=2e9b85a3c8&mc_eid=d2acc32087

A 17 ans, Ashley rappe contre les pédophiles.
Approchée par un pédophile à 12 ans, l'adolescente n'a pas oublié. Aujourd'hui, avec ses textes et sa voix, elle dénonce les agressions.

La parole a beau se libérer peu à peu, la pédophilie reste largement un tabou et les victimes en parlent rarement. Mais Ashley, elle, ose donner de la voix. Cette jeune Sierre-Léonaise de 17 ans prend même le micro pour être mieux entendue !

Depuis cinq ans, Aïcha Bah, alias Ashley, vit en Guinée. En 2014, cernée par le virus Ebola qui a fait 2 500 morts dans le pays, elle passe l’essentiel de son temps enfermée chez elle. «Ma mère ne voulait plus qu’on prenne les taxis pour aller au lycée, elle avait peur qu’on attrape le virus.»

Résultat, pour tuer le temps Ashley se met à l’écriture et au rap. Et c’est en se rappelant ce qu’un vieil muezzin a tenté de lui faire subir qu’elle s’est mise à dénoncer la pédophilie via le hip-hop.

Le Monde lui a récemment consacré ce très joli reportage :
voir la vidéo sur le lien ci-haut

Texte vidéo
Salut tout le monde, mon nom est Aïcha Bah. Ceci est mon quartier. Mon quartier s'appelle Wanindara. Et l'endroit précis où j'habite s'appelle Wandjan. C'est un quartier dangereux. Mais c'est un quartier qui m'inspire énormément puisque c'est un ghetto.
Et je suis une rappeuse, comme vous le savez déjà.
Quand j'étais enfant, un vieil homme est venu vers moi (il y a des hommes comme ça qui aiment jouer avec les petites filles). L'homme s'est avancé vers moi et à commencé à me toucher les seins. Je l'ai frappé et il m'a dit : "Viens ma chérie, je vais te donner des bonbos, des sucreries". J'ai me suis dis : Non, je ne ferai pas ça.
Alors j'ai commencé à écrire des chansons, et quand on m'a créé des bits en studio, je me suis dit en rentrant chez moi "sur quoi vais-je écrire ? sur quoi vais-je chanter ?". Je me suis souvenue qu'un jour un vieil homme est venu me toucher les seins et j'ai commencé à chanter sur ce vieil homme et sur tous ces hommes qui se comportent mal avec les enfants et qui "jouent" avec eux alors que ça ne se fait pas.
Je dédicace cette chanson "Kono non" anti-pédophile à tous les guinéens et particulièrement à tous ces vieillards qui sont incapables de se respecter eux-mêmes, et qui tombent "amoureux" des enfants et des petites adolescentes.

«Il appelle à voix basse la fillette/
l’a conduit dans un coin/
lui chuchote des mots doux/
lui donne des sucettes et des biscuits/
il veut l’amadouer et abuser d’elle (…)»

Les textes d’Ashley son résolument engagés. Dans sa ligne de mire, la jeune artiste vise aussi la polygamie : «Quand le mari prend une seconde épouse, il ne se soucie plus du tout de sa première ni des enfants qu’il a eus avec elle. Je n’aime pas la polygamie.»

Et, apparemment, elle n’est pas la seule. Ses chansons l’ont propulsée sur les plus grandes scènes aux côtés de quelques-uns des plus grands artistes africains (Youssou N’Dour, Tiken Jah Fakoly, Mory Kanté ou Aïcha Koné).

La pédophilie sera efficacement combattue le jour où le tabou tombera. En ce sens, Ashley est un exemple !
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

Aucun commentaire.

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum