Spiritualités

Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 437
Date d'inscription : 01/08/2015
Voir le profil de l'utilisateur
21022017
Dans 2-Samuel, Mikal se moqua de David parce qu'il dansait dans la rue tandis qu'entrait l'Arche d'alliance dans Jérusalem. David répondit à Mikal : "C'est devant l'Éternel, Qui m'a choisi de préférence à ton père et à toute sa maison pour m'établir chef sur le peuple de l'Éternel, sur Israël, c'est devant l'Éternel que j'ai dansé." Et la Bible conclut : Et Mikal ou Mikhal la fille de Saül resta sans enfant jusqu'au jour de sa mort. Terrible punition pour une femme de cette époque. On peut donc comprendre que ce nom Mikal me contraria. Nom de femme, nom d'une femme qui se moqua de David et qui en fut punie. 181C105 -

On peut donc comprendre - C'est quand même INCOMPREHENSIBLE (pour un homme soi-disant spirituel et "quasi transcendé" voir 176C64) d'être contrarié de porter un nom de femme "qui se moqua de David et en fut punie".
Le pire serait de porter un prénom d'une personne tueuse, violeuse, décimant tout un peuple. C'est rarement le cas des femmes.
Et le prénom MIkal n'est pas porté par n'importe quelle femme, puisqu'elle permit à David d'accomplir sa mission prophétique. Celui-ci la voulut près de lui par la suite, et elle resta avec lui (voir plus bas).

PUNITION

Comme Simon-Gad je ne crois pas que Dieu se venge sur les Humains (hommes et femmes). Tout le dit dans la Torah, AT et NT. Egalement dans l'EA où il dit par l'intermédiaire de JC "je ne pardonne pas les péchés, l'Homme doit cesser de pécher".
C'est très clair. (Dieu ne rend pas Stérile (physiquement), ni ne donne de cancer, ni de maladie de coeur, etc. )

De même ici
Ezéchiel 18:23 - "Ce que je désire, est-ce que le méchant meure ? dit le Seigneur, l'Eternel. N'est-ce pas qu'il change de conduite et qu'il vive ?"

Refuser un prénom parce que Dieu a puni est erroné. Et ne pas analyser en profondeur la Parole de l'Eternel.

La plus grande Horreur n'est pas la stérilité physique mais la stérilité spirituelle !!

Jésus lui-même nous le dit et nous demande de changer de regard !!! A la femme qui s'écrit en le voyant : «Heureuse celle qui t'a porté et allaité !», il répond «Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui l'observent» (Luc 11, 28)

Cela veut bien dire que même une femme stérile peut être très spirituelle !!!

Qu'il ne faut pas juger selon les apparences !!

1 Samuel 16,7
L’Eternel n’a pas le même regard que l’homme: l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Eternel regarde au coeur.


Le problème à cette époque (et Jésus le démontre ci-haut) c'est que la femme était (et c'est toujours d'actualités hélas de nos jours) considérée que comme reproductrice, n'ayant aucune valeur en tant qu'humain, faisant des enfants mais surtout donnant des Fils. Un animal : "Une chamelle toujours grosse" !!

Avec une vision étroite, pas assez étendue, élargie, sur l'histoire d'un prénom, aucun Homme ne peut pas être clément et miséricordieux, comme Dieu !!

Il ne peut être TOTALEMENT Image et Ressemblance !

Pire, en asséchant son cœur, en refusant de comprendre en profondeur ce que demande Dieu, l'Homme peut devenir lui-même stérile (spirituellement) comme le fut la femme Mikal (physiquement).

------------

En hébreu Mikal veut dire
Le prénom Mikal vient de l’hébreu mikhael, «qui est comme Dieu»

Mikal signification : L'homme au bâton, celui qui frappe
http://www.signification-prenom.net/signification_des_prenoms/prenom_MIKAL.html

C'est aussi le verbe  יָכֹל   [ yakhol ]  
qui veut dire "pouvoir", "être capable" "être en mesure"

Dieu ne donne pas de NOMS ANODINS !!

------------

GENRE
De même refuser un nom parce que c'est une femme qui le porte est une vision de son éducation socio-religieuse mais surtout quelque chose qu'il n'a pas dépassé.
Etant un homme d'une autre génération, il n'a pas enlevé tous ses préjugés envers le genre féminin. Et justement si Dieu lui donne un autre nom (MIKAL) c'est pour qu'il évolue et mette ses préjugés de côté.
Car ne pas supporter qu'il ai un nom de femme est injurieux pour son propre féminin en lui et stupide puisqu'il oublie que MIKAL est un prénom mixte, la preuve la femme de David qui se nomme ainsi !!!

Le fait de se faire appeler Mikal est pour qu'il dépasse ses à-prioris, très certainement. Devenir autre.
Dieu ne donne pas, par hasard, pour humilier une personne, un autre prénom.
Il faut comprendre en profondeur !!
Certainement qu'il doit se connecter à son féminin intérieur :

http://etredivin.hautetfort.com/archive/2015/04/30/masculin-feminin-5613458.html

Qu'il accepte son pseudonyme pour EVOLUER !!!!


Il n'a pas à avoir honte, être humilié ou se sentir rabaisser à porter ce nom de Femme : femme de David. Non seulement elle sauva son mari d'une mort certaine, mais de plus :
Lorsqu’il devient roi, David demande d’aller chercher Mikal. La loi de l’époque disait que si une femme mariée était donnée à un autre homme, elle devenait impure. Selon la loi, David aurait pu renier Mikal, mais il ne le fera pas. Il a respecté son intégrité de Femme. C'est beau! David n'a pas oublié non plus qu'elle lui sauvât la vie.


voir ici
http://vie-spirituelle.forums-actifs.net/t937-mikal-chevre-ou-lentille


Dernière édition par assunta le Ven 3 Mar 2017 - 16:03, édité 3 fois
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

avatar
Olivier de L. d'Île de France écrit sur le Blog de Michel Potay


Citation :16fev17 181C105
Le parallèle avec vous est saisissant, d'où ma remarque : Quand le 2 octobre 1977, Dieu vous dit : Mikal juste prophète (Rév d'Arès i/xii), vous témoignez dans vos notes de votre intense émotion à l'écoute de ces mots. Ensuite vous témoignerez de vos difficultés à accepter ce nom qui est aussi celui de la femme de David, dont Saül voulu faire, sans succès, un instrument de sa victoire sur David (Samuel 17/20).
A quelles "notes" fait-il allusion  ????????

Rien de tel ne figure ni dans l'Édition de 1989, ni dans celle de 2009 en commentaires de ce verset I/12
Note de 1989 :
12. Mikal = Michel. L'hébreu est Mikaël, mais le ë n'est pas perceptible à Arès

aucune allusion à Mikal fille de Saül, épouse de David

Qu'est-ce que c'est encore que cette embrouille ? Rolling Eyes
Qu'est-ce que c'est encore que cette embrouille ?
Ce n'est pas la première fois. Oui j'ai regardé dans la RA aucune allusion à Mikal fille de Saül, épouse du Roi David.
n'est ce pas plutôt la transcription hébraïque de Michel tout simplement ? Il est vrai que dans ce cas ce serait plutôt Mikael qui veut dire qui est comme Dieu.
Michael ou Michaël, parfois orthographié Mickael ou Mickaël, Mikael ou Mikaël, ou encore Mikhaël, est un prénom masculin d'origine hébraïque.
en hébreu מיכאל
mi-kha-El qui signifie - qui est comme Dieu -
A moins que ce soit par allusion au Prophéte Michée (aussi Mika ou Micah selon les traductions) מִיכָה en hébreu.
Assunta est têtue.

Dernière édition par navy le Jeu 2 Mar 2017 - 3:32, édité 1 fois
avatar
Dans la première Édition du Livre, première Théophanie publiée en juin 1982 dans la Revue "Le Pèlerin d'Arès",  en commentaire de ce Verset I/12 " Parole de Mikal, Ma Parole !  " il est juste noté dans la marge : Mikal = Michel.

La transcription du Verset est identique dans l'Édition de 1989, mais par contre elle souffre d'un changement de ponctuation à partir de l'Édition bilingue de 1995 " Parole de Mikal Ma Parole. ", variante reprise dans l'Édition de 2009.

La virgule et le point d'exclamation ont bizarrement disparus !?

ce qui donne intuitivement une autre lecture du Verset, un autre rythme et souffle, la virgule apportant un silence comme en musique, le point d'exclamation donnant un sens d'injonction qui colle très bien avec ce qui précède I/10 : "Écris le Livre, l’œil ouvert !"
 
En plus de donner un  autre sens à la phrase... puisque la première mouture donne le sens de (Que la) parole de Mikal, (soit) Ma Parole ! (ou = Que ta parole soit La Mienne !), un prophète ayant bien évidemment le devoir impérieux envers Dieu comme envers les hommes à qui il s'adresse de restituer très fidèlement Ce Que Dieu lui a Dit.
La seconde, pouvant laisser penser que (La) parole de Mikal -petit "p"- (serait comme, équivalente à la Parole de Dieu) Ma Parole -"P" majuscule-. Ce qui ne se pourrait ... sauf pour ce qui concerne la retranscription de Cette Parole dans le LIVRE, hors commentaires en marge de l'homme Michel lesquels n'apportent que indications aux lecteurs. La majuscule dans le Verset ("Parole de Mikal, ...") n'est à priori justifiée que parce l'usage en français est de mettre une majuscule en début de phrase. Elle pourra se justifier par après par similitude « qui - semblable - El/Dieu » lorsque la Parole de Dieu sera publiée fidèlement dans le LIVRE.

Erreur de typographie, fantaisie du prophète ? lui seul pourrait s'en expliquer.

Personnellement je garde la version originale dont on supposait l'authenticité, la variante de 1995 ne me convient pas du tout d'autant plus qu'aucune explication n'a été donnée qui justifierait ce changement ! ...

Michel ou Mikal
Abram ou Abraham

"On ne t'appellera plus du nom d'Abram, mais ton nom sera Abraham car je te donnerai de devenir le père d'une multitude de nations". Genèse 17,5

Dans la Bible, le changement de nom indique que Dieu donne une mission correspondant à ce nom.

Dans son étymologie d'Abraham : ab-hamôn, père d'une multitude. Ou : ab-ham, père du peuple.
Le sens le plus probable du mot serait ab-ram, le père est élevé (patriarche) sans que rien ne permette de dire précisément en quoi Abraham est différent d'Abram ???
voir aussi : https://fr.wikipedia.org/wiki/Abraham#Anthroponymie

De Michel à Mikal, peut-être en raison simplement qu'à partir de ces Théophanies Michel, l'homme, le Témoin, ne sera, ni ne pourra plus jamais être comme avant d'où ce nouveau nom légèrement différent ???
« mi-kha-El », « qui - semblable - El/Dieu », la Parole que le Témoin donnera aux hommes devant être en tous points semblable à la Parole de Dieu.

" Parole de Mikal, Ma Parole !  "

Dernière édition par visiteur le Sam 25 Fév 2017 - 9:59, édité 1 fois
avatar
Michel Potay écrit dans son Blog en réponse à Olivier de L. d'Île de France commentaire 16fev17 181C105
Réponse :
Oui, je vécus en 1977, comme Abram tombant face à terre quatre mille ans plus tôt, un moment d'émotion intense en entendant la Voix du Créateur me dire : Mikal, juste prophète (Rév d'Arès i/xii). Je murmurai en tremblant : "Comment moi, Michel Potay, un juste prophète?"
[...] Vous vous souvenez aussi de ma contrariété en entendant le Père m'appeler Mikal, qui dans la Bible est le nom de l'épouse de David. [...]
Oui, c'est vrai, j'étais très contrarié en m'entendant appeler Mikal ou Mikhal, nom de femme.
J'avoue que je n'en crois pas un mot ... Rolling Eyes
D'une part il y a erreur puisque "Mikal juste prophète" n'est pas le Verset I/12 de la première Théophanie du 2 octobre 1977 "Parole de Mikal, Ma Parole !" , mais le Verset qu'il ne pouvait pas encore connaître puisqu'il fait partie de la cinquième Théophanie du 22 novembre 1977, deuxième Verset XXXVII/2 "Juste prophète, (va) les mains devant !"

Il ne pouvait donc murmurer en tremblant : "Comment moi, Michel Potay, un juste prophète?"

Et d'autre part, parce que ce Verset I/12 se situe dans les tous premiers instants où l'homme Michel est confronté à la Présence de Dieu sous la forme "d'un bâton de lumière, d'une lumière plus blanche et plus aveuglante que toutes les autres. Un bâton haut et mince comme une canne, insoutenable pour mon regard qui le perçoit par clignements. C'est de ce trait lumineux que me parvient la voix, qui me dit: "Voilà le Retour, ou bien "Tu vois le Retour" *.
* Le LIVRE I/1
Citation in Notes et réflexions sur les heures passées en présence de Dieu (Automne 1977) page 192, Édition 1989

On va mettre ça sur le compte de l'âge, il s'embrouille dans ses souvenirs, ou alors il a bu un peu trop de Bordeaux  Wink
avatar
Assunta et Visiteur, les remarques sur le déroulements des faits que vous évoquez ne sont pas dénuées d'intérêt. Elles vont dans le sens de ce que j'appelle l'esprit critique et le travail de la raison. Mais elles sont comme tout commentaire, le fruit de votre ressenti qui est votre vérité et qui, en ce sens, peut être être partagé pour l'enrichissement de la pensée de tous.

J'ai souhaité et je l'ai redis plusieurs fois, que dans ce forum, l'expression de chacun ne s'ancre pas sur le dénigrement de la pensée de l'autre. La violence prend sa source dans cette façon de faire. En créant ce forum, il y a longtemps maintenant, j'avais imaginé un outil qui nous permettrait à plusieurs de progresser dans la voie spirituelle. Je n'avais pas exclus de mon esprit la critique constructive, des textes, de la fonction prophétique ou la critique de nos propres réflexions concernant notre cheminement spirituel. Pour moi, la raison qui préside à la naissance d'une conscience ne va pas sans l'esprit critique. Mais je n'avais pas imaginé que j'aurais à rappeler sans cesse que nous ne sommes ni justicier ni chansonnier et que le jugement, la moquerie ou l'ironie ne sont pas de mise dans ce cadre particulier.

D'autre part, je voudrais une fois de plus indiquer à Assunta qu'il est facile de dire ce que l'on pense, en prenant appui sur ce qu'un autre a dit, sans pour autant dénigrer sa pensée. Est-ce si difficile d'avoir une attitude constructive ?
Les autres ont droit d'exprimer leur vérité sans prendre le risque de se voir personnellement attaqué par des personnes qui ne savent rien de leur expérience. Il ne me semble pas légitime de dire à celui dont on commente les propos qu'il est « soi-disant spirituel », ou qu'il se trompe ou « qu'il n'a pas dépassé son éducation socio-religieuse », ou qu'il aurait du profiter de ce nom (Mikal) pour « évoluer ».

Nous n'arriverons à rien spirituellement sans un minimum de courtoisie, si nous ne pouvons aller jusqu'à l'empathie. Dans le monde changé que nous appelons de nos vœux, la douceur et le respect seront des qualités essentielles.
avatar
dénigrement ?
le terme me paraît bien fort ! Il y a des faits qui sont là, si la critique ne porte pas sur sa personne elle-même d'un point de vue ontologique, mais sur ce qu'il (a) dit, ou écrit, ou fait, je ne vois pas où est le problème, chaque personne écrivant publiquement s'exposant à d'éventuelles critiques, qui sont de fait des controverses, ou des éléments contradictoires.

Quand Michel Potay écrit sur son Blog (michelpotayblog.net) dans sa réponse 16fev17 181C105 :"Oui, c'est vrai, j'étais très contrarié en m'entendant appeler Mikal ou Mikhal, nom de femme."

Je suis très hautement sceptique Pat ! voilà que l’intéressé était là devant le bâton de lumière (manifestation Théophanique) depuis dix courtes phrases, immensément troublé on imagine, ainsi qu'il le relate lui-même dans ses Notes et Réflexions ... , et voilà qu'il aurait pensé au prénom de cette fille de Saül, femme de David sur l'instant ? sans avoir cru bon de jamais en faire état depuis dans ses différentes Éditions, de cette pensée si "insolite" qui lui aurait traversé l'esprit ?

Qu'il se soit dit froissé de s'être fait nommer de ce prénom féminin en d'autres endroits officieux, (verbalement on supposera), les "notes" étant celles de l'auditeur (Olivier ?) , est d'autant plus suspect qu'il porte lui-même un prénom mixte Michel / Michèle, de même que Alix, Camille, Claude, Dominique, Frédéric(que), Maxence, ...

et si ce n'est pas sur le fait que son prénom phonétiquement est mixte, ce serait donc que c'est non pas le prénom Mikal (ou Mikhal) similairement mixte en hébreu car très proche le Mikhaël, mais en ce qu'il l'associe à cette femme, dont le destin n'était pas trop réjouissant, baladée comme un chèvre (manipulée), marchandée comme une chamelle contre cent quéquettes (vies) de philistins*! par son père Saül (un notable -juge-) qui n'aimait pas David  (le berger), et dont la Bible lui impute d'être stérile, les hommes n'étant jamais handicapés bien évidemment par cette tare dans ces vieux textes, bien que  leurs épouses étaient souvent bien plus jeunes qu'eux, et que certains d'entre leurs maris avaient peut-être des spermatozoïdes mollassons et souffreteux comme nous l'indique la science aujourd'hui.

* "Saül dit: Vous parlerez ainsi à David: Le roi ne demande point de dot; mais il désire cent prépuces de Philistins, pour être vengé de ses ennemis. Saül avait le dessein de faire tomber David entre les mains des Philistins." (1 Samuel 18/25)

" Un élément nouveau intervint dans cette affaire lorsque Mical, la seconde fille de Saül, se déclara amoureuse de David ! (1 Sa 18.20). De nouveau, Saül conçut l'horrible plan d’utiliser l'affection de sa fille pour faire tomber David sous la main des Philistins : « Il se disait : je la lui donnerai, afin qu'elle soit un piège pour lui, et qu'il tombe sous la main des Philistins » (1 Sa 18.21). Comme précédemment, Saül envoya David au combat, qui devait lui faire gagner Mical au prix de la mort des Philistins ennemis. Au grand désappointement du roi, David tua le nombre de Philistins demandé et revint sain et sauf ! Le roi ne put plus reculer, et le mariage eut lieu. David était maintenant gendre du roi.

Réflexions sur le couple David et Mical
http://www.publicroire.com/cahiers-ecole-pastorale/la-bible/article/reflexions-sur-le-couple-david-et-mical
belle mentalité non à cette époque !
des bandes d'assassins !
Rolling Eyes
avatar
Je reste convaincu qu'il y a moyen d'affirmer sa pensée avec le plus grand respect de celle de celui que l'on commente. Ceci est encore plus vrai en ce qui concerne sa personne qui ne devrait jamais être mise en cause, sauf peut-être vis à vis de personne méchante ou d'une mauvaise fois évidente.

Je peux n'être pas d'accord avec toi, Visiteur, disant tout simplement  : « Je pense ceci ou cela pour telle ou telle raison... » Il serait superflu et probablement déplacé si je te disais, même en plaisantant, que tu dois forcer sur la bouteille pour affirmer ce que tu affirmes.

En ce qui concerne la parole biblique ou même islamique, je m'efforce, depuis quelque temps, à ne pas mettre sur le même pied des lois que je considère comme  démodées et inopérantes et la Parole d'amour livrée par le Créateur. A ne pas mettre sur le même pied la violence et le parti-pris de personnage digne d'une mauvaise saga et le symbole qui s'y cache.

A titre personnel, voilà quelques mois que je m'interroge sur le prophétisme et ses revendications d'absolue vérité. Je m'interroge aussi sur l'aspect circonstanciel de la Parole même de Dieu donnée aux Hommes pour qu'ils se conduisent mieux et non pour la sacraliser et au final, piétiner au lieu d'avancer.

Ma réflexion, paradoxalement, est nourri par la réflexion de Musulmans progressistes, plus que par les Chrétiens, notamment un homme comme Mohammet Arkon ou Rachid Benzine.

Bref, je dis cela pour justifier le fait que je ne rebondisse pas sur le fond de l'histoire qui vous l'aurez compris ne m'intéresse pas, mais seulement sur la façon dont vous en avez conduit la critique.
avatar
pour le petit verre de Bordeaux de trop, c'était une boutade. Wink 

Ceci dit en ce qui concerne "Mikal juste prophète" comment dire que son esprit (sa mémoire) ne s'emmêle pas les pinceaux à postériori dans la succession des événements, entre 2 octobre et 22 novembre 1977, et qu'il ne pouvait murmurer "Comment moi, Michel Potay, un juste prophète?".
De même qu'il était très contrarié en m'entendant appeler Mikal ou Mikhal, nom de femme. Je veux bien entendre ta plaidoirie pour le défendre, de même aussi que pour les changements de ponctuation dont n'importe quel linguiste te dira que cela change la phrase, et nuance la lecture (lectio divina), et le sens autrement.

Ce ne sont pas d'ailleurs les seules modifications de ponctuation qu'il a opérées dans ses différentes Éditions. Il faut dire aussi (détail très bassement matérialiste mais incontournable) que pour obtenir un nouvel ISBN (https://fr.wikipedia.org/wiki/International_Standard_Book_Number) et un nouveau prix public du livre, la nouvelle Édition ne peut être le clone parfait de la (des) précédente(s), ce qui explique(rait) en partie les variations (paraphrases - non événements -)* d'une Édition à l'autre. Détail qui pourrait avoir son importance pour que personne ne prétendre privilégier un commentaire d'une Édition récente par rapport à un autre qui lui serait antérieur.
Il en est de même pour les différentes ré-Éditions de la Bible, régulièrement ripolinée, retraduite, enrichie de faux-nouveaux commentaires.
* Les différents commentaires du Verset I/12
Juin 1982 : Mikal = Michel
1989 : Mikal = Michel. L'hébreu est Mikaël, mais le ë n'est pas perceptible à Arès
1995 : Mikal = Michel. L'hébreu est Mikaël, mais le ë n'est pas audible à Arès (voir Mouhamad, Moché, Yëchou, nn 6 et7-9)
2009 : Mikal = le témoin d'Arès, appelé homme Michel dans l'Évangile donné à Arès. Parole de Mikal Ma Parole = le témoin d'Arès est prophète (36/17, XXXVII/2)
Ceci est encore plus vrai en ce qui concerne sa personne qui ne devrait jamais être mise en cause
Sur ce point j'aimerais que tu développes un peu ta pensée si c'est possible.
De mon point de vue, d'une part il ne s'agit pas de (re)mettre en cause la "personne", mais ce qu'elle dit, écrit, ou fait, ce qui traduit autrement ne s'en prend pas à son "état", à son "être", mais à ses actions.
 
Dieu, Le Semeur, nous ayant tous dotés de "raison", on ne va pas mettre son mouchoir par dessus, faire comme si l'on n'en avait pas, surtout si l'on sait s'en servir, et personne, quel que soit son état, roi, président de la république, pape, sultan, prophète ou quidam du coin, s'expose à la "raison" de l'autre en tout ce qu'il fait, dit, écrit. Ceci me parait être un point non négociable actuellement, au moins sous nos latitudes, même si ce ne fut pas toujours le cas en tous lieux et époques.

Mais j'ai bien lu que tu nuances
A titre personnel, voilà quelques mois que je m'interroge sur le prophétisme et ses revendications d'absolue vérité.
Est-ce les prophètes eux-mêmes qui revendiquaient cette Absolue Vérité, ou les hommes qui ont fait d'eux des parangons de Vérité ? des êtres parfaits de façon posthume ? alors qu'aucun d'eux ne devait l'être, pas même l'homme Jésus dont seulement une partie des chrétiens "croient" qu'il est né "Fils de Dieu", alors qu'il l'est devenu à postériori officiellement au début du IV° siècle avec le Concile de Nicée, l'affaire n'était point entendue auparavant et sujette à mille discordes.

Absoluité de façon relative, car pas pour tout. Ainsi je veux bien croire que les prophètes ont rapporté le Verbe de Dieu, de même que Parole de Mikal l'est pour ce qu'il rapporta fidèlement de la Parole de Dieu (Verbe) entendue à Arès tel un greffier appliqué, consciencieux.
Après pour ce qu'il raconte un peu sur tous les sujets contemporains ou non, son prophétisme est très relatif ... et à relativiser. L'homme Michel fait ce qu'il peut vu de sa lorgnette selon le prisme de sa pensée je dirais ...
L'Évangile d'Arès pondère d'ailleurs de beaucoup le rôle de prophète, lui assignant de répondre par ses conseils aux questions qu'on lui demande, et juste de définir avec mesure selon comment il le voudrait, un rite, deux ou trois.

Personnellement je situe l'essentiel de son prophétisme dans sa volonté constante, d'une assiduité digne d'un stakhanoviste,  de faire connaître le Révélation d'Arès, de propager le Message qu'il a reçu, l'Essentiel de son sens, le Fond,  qu'il martèle, ce qui est déjà un bel exploit d'une certaine manière.
Mikal, l'homme Michel, le témoin, de complexion assez ordinaire (il le dit lui-même), mettra peut-être fin à ces vénérations excessives des hommes prophètes ... qui n'ont d'égales que les adulations envers les rois, les princes, les hommes providentiels charismatiques, ... tous stars éphémères à l'échelle de l'humanité.
avatar
Ceci est encore plus vrai en ce qui concerne sa personne qui ne devrait jamais être mise en cause
Sur ce point j'aimerais que tu développes un peu ta pensée si c'est possible.
De mon point de vue, d'une part il ne s'agit pas de (re)mettre en cause la "personne", mais ce qu'elle dit, écrit, ou fait, ce qui traduit autrement ne s'en prend pas à son "état", à son "être", mais à ses actions.
Oui je suis d'accord avec toi Visiteur
Réfléchir pour moi est peser le pour et le contre, pour élever la pensée d'où découle parole et action.
Hannah Arendt disait "Réfléchir, cela signifie penser toujours de manière critique" (elle veut dire "constructive" cela va de soi).

Et dernier point sur ce post, qui nous concerne tous à divers degrés : surtout arrêter de GENERALISER ; faire des généralisations envers le monde (idest les humains qui composent ce monde) car la généralisation est mettre tout le monde dans le même sac, est mentir sans le vouloir par réflexion non mature.
Je prends l'ex. de son écrit récent (je réagis sur ses écrits, je n'attaque pas l'humain)
01mar17 182C34 
... "Greystoke, la légende de Tarzan." Je vis ce film avec elles. À la sortie elles me demandèrent ce que j'en pensais. Je leur dis: "Avez-vous vu ces singes dans la jungle africaine ? Avez-vous remarqué dans leur comportement quelque chose que ne pratiquent plus les hommes, hélas ? Ils se serrent dans les bras.
Ce n'est pas n'importe qui qui écrit cela. Affirmer catégoriquement qu'aucun hommes (hommes et femmes) ne se serrent plus dans leur bras est une forme de mensonge (généraliser est une forme de mensonge) puisque TOUS LES HOMMES sont inclus sauf évidemment les pèlerins d'Arès ! C'est ainsi que cela se lit, tout est toujours sous-entendu, dit dans ce sens.
Cela est sous entendu puisque écrit sur son blog : que lui et les PA se situent 1 étage plus haut que les gens du monde qu'ils rencontrent, échangeant par dessus la rampe, de plier à palier (17Fev11-115c55). Plus de généralisation lorsqu'on travaille pour l'Eternel.
Il y eu et il y a encore des hommes qui ne se serrent pas dans les bras ; il y a même ceux qui ne se disent pas "je t'aime".
Mais il y a eu tout le contraire évidemment, hier comme aujourd'hui.

Faisons tous attention de ne pas généraliser, ce qui rendrait le témoignage se portant en juge, voire en dénigrement. (Mais oui lui aussi juge et dénigre en traitant le monde de "cafard", "serpents rampant" etc... Après tout c'est un humain, pas un dieu, !!)
Leur monde est encore chaud. Le nôtre devient froid. Le froid annonce la mort. J'espère quà l'Appel d'Arès ce monde réagira."
Que de jugement et surtout le RENIEMENT, OSER RENIER tout l'apport du monde, idest de beaucoup de personnes qui agissent, se changent, amènent de l'amour et de l'espoir pour l'humanité. De ces gens certains n'ont même pas besoin de l'appel d'Arès. Que feraient-ils avec des gens ayant une si mauvaise opinion du monde et un tel pessimisme, une telle noirceur ?? (la France est cendre noire a-t-il écrit). Dieu a soufflé dans leur poitrine car Il se doutait très certainement que 'l'homme Michel' aurait du mal et mettrait beaucoup trop de temps à devenir Mikal.
Dieu a soufflé dans les poitrines donc ces gens n'ont pas du tout besoin d'Arès. Les assemblées (devenues 'communautés' par l'homme Michel) devront accepter leur aide, sans chercher à les convertir. Seuls ils n'y arriveront pas comme ils le laissent entendre. Plus de dénigrement, plus de vision aussi pessimiste et noire du monde. Dieu a une vison je pense beaucoup plus haute des Hommes de ce monde, croit en leur capacité de grand changement en eux, sinon pourquoi serait-Il venu rappeler ce qu'Il a déjà dit. Il s'adresse aussi au monde chrétien à travers un curé/évêque pour rejeter tout esprit dogmatique, religieux qui classifie et chosifie, et rejeter toute vision archaïque et ratatine sur les Humains... 
Il est demandé de remettre Dieu à Sa vraie Place : l'EA 28-versets 02-07 disent très clairement où Dieu est car ces personnes qu'il cite ont une grande conscience de ce qu'est l'Homme. 
Dieu s'adresse à un religieux, pour nettoyer les assemblées de culte et enlever les mensonges qu'on nous a appris. C'est clair là aussi. Mais il ne doit pas ou plus y avoir d'antagonisme ni de mépris de personnes ne croyant pas ou n'adhérant pas à la RA. C'est très clair là aussi. Tous devons comprendre par nous-même et refuser qu'on nous inculque ce que l'on doit comprendre... L'Homme n'est pas un imbécile.
EA/03/08 - L’un d’eux La proclame-t-il ? Un autre aussitôt enseigne au peuple ce qu’il doit comprendre, non pas Ce Qu’il a entendu...
Mais bon ! Aujourd'hui je m'y suis fait. C'est vrai, je suis Mikal, mais le Père utilise quand même une fois mon nom de Michel (Rév d'Arès xLii/1).
Il va arriver à accepter ce prénom au bout de 43 ans, même s'il y a encore le "mais" de trop. Et donc éviter de généraliser.
A titre personnel, voilà quelques mois que je m'interroge sur le prophétisme et ses revendications d'absolue vérité
L'homme Michel est un humain comme vous et moi, ce qu'il dit n'est pas toujours parole juste et droite.

Mais Mikal est appelé -lui permettra- de devenir autre :
Comment ???
- en ne luttant plus. Dieu demande de choisir très clairement et de laisser la grolle du mauvais (intérieur et extérieur) qui alors tombera dans une chute sans fin. C'est très très clair. "Choisis Dieu ou Mammon" il n'est plus question de lutte mais bien de CHOIX;
- DONC refuser tout manichéisme, dépasser la notion de bien et de mal qui entretient tout esprit religieux.
http://etredivin.hautetfort.com/archive/2015/08/26/depasser-le-manicheisme-par-l-ontologie-5675824.html
- en acceptant son féminin intérieur, qui contient le plan Sacré de l'Eternel (tout Homme a son féminin et masculin en lui)
- en comprenant que tout Homme est Unique (pas à catégoriser, où serait la Liberté alors)
- à avoir une conscience plus élevée sur lui et les Hommes (hommes et femmes) en les traitant donc avec Amour et respect.
- en échangeant avec tous les PA (c'est faisable même dans d'autres pays par visio conférence par ex), qu'il n'y ai personne de lésé ; ce qu'il a à dire qu'il le dise à tous ou à personne.
- en refusant d'être déifié (descendre du piédestal créé)
- en cherchant à comprendre en profondeur
- en laissant les assemblées libres de leurs choix et actes pour faire connaître la RA (pas des clones les unes et autres,),
- en défendant les spoliés contre les spoliateurs (ne cherchant plus la reconnaissance et la médiatisation à tout prix)
- en rappelant que la RA est un rappel (le 'ici et maintenant', l'unité en soi, etc sont des sujets abordés bien avant 1974)
- en refusant de créer une nouvelle religion, donc en rejetant tout esprit religieux.
- en refusant la parole unique ("être une extension de lui-même" ce que nulle part ne demande Dieu) : chacun comprend, exprime, vit, cette Parole selon Ce qu'il est et Qui il est : là où il en est quoi !
- en fraternisant avec les autres croyances
- en acceptant les athées (ne plus les condamner, et ne plus les confondre avec les puissants dominateurs qui décident de la crise, de la misère, ce n'est pas la même chose...) Les Athées ont fait énormément bouger le monde !
- en ne soutenant plus les politiques identiques et surtout religieuses (Dieu dit où IL est dans l'EA. Ne pas prendre la même queue de vache. Ne plus faire croire que la gauche ait posé problème à la "communauté" arésienne.)
- en valorisant les compréhensions du monde, reconnaître l'apport du monde (sur l'unité en soi, le féminin intérieur, sur l'image de Dieu qu'est la Vie, tout cela amené avant 74 par les ontologues)
- etc...

Mais plus que tout :
Mikal doit faire comprendre :
Surtout rester soi-même tout en ayant le même Fond : ne pas perdre tout ce que Dieu a mis en soi pour l'abdiquer à une seule personne (certain qui a donné toute sa réflexion sur l'anarchie, pourquoi?? ou bien devenir "une chose, un second lui-même" 180C5 ???).
Les ontologque disent : Chaque Homme est un maillon indispensable dans cette vie, casser ou manquer un maillon est déstabiliser tout l'ensemble. car en chaque Homme se trouve le principe divin (ce qui explique que peu importe qu'ils croient ou pas en Dieu). Tous se comprennent et se doivent tous amour et entraide à chacun. Personne ne peut se croire au-dessus d'un autre !

Nous sommes tous des prophètes, dès que l'on s'engage dans cette haute conscience d'Etre ! Dieu a couronné tous ses fidèles même non-croyants mais agissant de belles façons !!! (suivre un seul homme est se tromper grandement).
- en échangeant avec tous les PA (c'est faisable même dans d'autres pays par visio- conférence par exemple.
Tient la VISIO-CONFERENCE c'est une idée. Idea
IL faut en parler aux pèlerins.
avatar
J'ai mis du temps à vous répondre et je m'en excuse. Je regrette d'être amené à redire des choses que j'ai déjà dites maintes fois. Voici comment je vois les choses :

Chacun d'entre nous a ses parti-pris, ses superstitions, ses désirs, ses intérêts, sa subjectivité et ses propres pensées. La liberté d'expression permet de dire à peu près tout ce que 'on pense sur la pensée des autres. C'est l'essence même de la liberté d'expression. Mais il y a trois façons différentes de le faire.
-la première, en s'opposant et en démolissant la pensée ou le raisonnement de l'autre. Cette action s'accompagnant de la mise en accusation de la personne elle-même, soit en la ridiculisant, soit en la menaçant, soit en la priant de  se changer. C'est la façon la plus facile d'exercer sa liberté d'expression. Il va sans dire que cette manière d'agir n'est pas de circonstance sur un forum en recherche spirituelle, même si par accident cela peut se produire parfois.
-La deuxième façon c'est de prendre une idée exprimée par autrui et de la critiquer en mettant en avant la sienne propre. Cette façon devrait être acceptable, mais je pense que spirituellement ce n'est pas encore une bonne façon d'agir, même si là aussi des accidents demeurent tolérables.
-La troisième façon est de dire sa pensée sans prendre d'appui critique sur celle d'un autre. C'est ce que je souhaite pour ce forum. C'est un parti pris personnel, car ce me semble être la meilleure voie d'accomplissement spirituel. Il me semble, au surplus que c'est la plus haute manifestation de la liberté d'expression.

Pour répondre à Visiteur et redire un peu la même chose que précédemment, je dirai que, bien sur, nous sommes doués de raison et cette raison fait que l'on peut en user pour commenter, critiquer ou s'opposer à ce que d'autres ont dit, fait ou écrit. C'est la liberté d'expression commune.  Mais moi, je souhaiterais que nous expérimentions une autre liberté d'expression délivrée de la référence négative à l'autre. Par exemple, s'interroger sur l'infaillibilité d'humains quels qu'ils soient n'oblige nullement à parler du pape. Certes on peut le faire et on ne peut prendre meilleur exemple, mais je le répète, en ne le faisant pas, on évitera amalgame, jugement à charge et réquisitoire étriqué et partisan.

Vous Assunta, vous défendez avec raison la liberté d'expression, le respect que chacun doit avoir pour la pensée des autres et le bien fondé du pluralisme. Mais alors observez tout simplement vos principes et ne dites plus à Michel Potay ce qu'il devrait faire pour être un bon prophète. Laissez lui ses idées, ses erreurs peut-être selon votre point de vue et prenez la part de pluralisme qu'il vous offre, plutôt que de vouloir calquer sur lui ce que vous, personnellement, vous attendez du prophétisme.

Je constate qu'entre nous, ici sur ce forum, se produit le même phénomène qu'un peu partout ailleurs, à savoir que les critiques que l'on adresse aux autres ne semblent pas s'appliquer pour nous. Nous vantons l'ouverture d'esprit, l'absence d'amalgame, la rigueur, la haute tenue morale et beaucoup d'autres choses hautement louable et nous agissons comme si cela ne nous concernait pas. Si nous voulons une société ouverte, plurielle, constructive, chaleureuse, fraternelle, écoutante commençons par rejeter tout ce qui s'oppose à ces qualités.

Ce que je dis vaut autant pour moi que pour d'autres. Personne n'échappe à ce travers. Mais si aucun d'entre nous ne dénonce cette dérive, on finira par trouver ces méthodes normales et de là il n'y a qu'un pas pour participer à la curée générale qui est devenu notre quotidien.
avatar
Bonjour Pat

Merci pour tes longues réponses.

Pour faire court, et répondre à tes questionnements sur le prophétisme, toutes ces petites tribulations arésiennes et le fait qu'elles nous soient contemporaines - ce qui est très exceptionnel dans l'histoire de l'humanité de les côtoyer -  me conduisent personnellement à vraiment relativiser sur ce que l'on appelle un "prophète", qui au final m'apparaît, et c'est fort rassurant d'une certaine manière, comme un individu "lambda", bien humain, faillible comme tous les humains, sans talents extraordinaires ou exceptionnels. Si Dieu recrutait des "athlètes, des "champions",  imagine, ... ce serait totalement contreproductif, tant de personnes seraient découragées devant ces héros superman avant même d'avoir fait un pas en avant.
La RA particulièrement dans sa première partie dite Évangile nous donne une idée très claire de Ce Que Dieu Pense des docteurs, savants, rois, princes, hiérophantes de sociétés occultes et magiciens, devins et sybilles de tout acabit... tous au mieux demi-savants, borgnes d'esprit ou madame soleil, ce que résume si bien l'adage populaire in regione caecorum rex est luscus, mot à mot en français : au pays des aveugles, roi est le borgne. Le corollaire est bien évidemment qu'un prophète ne pourrait être rangé dans toutes ces catégories savantes et que si toutefois il avait eu une de ces qualités... ça ne valait pas un fifrelin face à l'Omniscience Divine.
 
Je constate seulement que si comme tu dis "Chacun d'entre nous a ses parti-pris, ses superstitions, ses désirs, ses intérêts, sa subjectivité et ses propres pensées", des phénomènes d'exagération manifestes ont traversé et traversent les esprits de quelques-uns ou d'autres, c'est une constante anthropologique qui remonte à la nuit des temps, ce qui a conduit à toutes sortes de vénérations variées envers certains personnages de l'histoire, au point de prendre certains hommes pour des demi-dieux, ou dieux, des Saints, ou des "Christ", chaque époque n'échappant pas à ces travers, toutes ayant cherché ou reconnu en certains personnages le Guide, l'homme providentiel, comme d'autres attendent toujours depuis tant de générations un Messie, ou un Godot qui leur annoncera le Grand Jour ou le Grand Soir.

Concernant ce prophétisme, récent comme ceux plus anciens, de ma petite lorgnette, la transmission du Verbe (la Parole) reste l'Essentiel de leurs exploits, car que sait-on au juste de faits fiables et vérifiables de la vie d'Abraham, de Moïse, de Jésus, de Mouhamad et d'autres prophètes, au fond si peu de choses, que des hâdiths, contradictoires parfois, qui se perdent dans des situations contextuelles culturelles dont nous ne savons que très peu de choses également. De la vie humaine de Jésus, que reste-t-il, sinon qu'un tombeau vide, dont rien ne permet d'affirmer que ce Sépulcre fut à l'endroit qui lui est attribué aujourd'hui vu qu'il aurait détruit, puis reconstruit. De même du royaume de David, pourtant décrit dans les traditions si majestueux, qu'en reste-t-il ... rien, nada, que t'chi ! ça fait au moins six décennies que toutes sortes de gens cherchent, remuent la terre en tous sens, et qu'ils n'en trouvent pas la moindre trace à Jérusalem et alentours, ni or, ni même un p'tit bout de cèdre du Liban (dont l'existence est pourtant attestée par l’Évangile d'Arès en 34/09), ni aucun lien historique avec d'autres royaumes voisins. L'Arche d'Alliance pourtant si précieuse paraît-il, qu'est-elle devenue ? est-elle si indispensable au fond ...

Ceci n'est bien évidemment qu'un point de vue personnel qui n'engage que moi, et il y aura autant de façons de voir cet homme, "MICHEL POTAY_l'HOMME MICHEL_et_MIKAL" - qui est les TROIS à la fois CONSUBSTANTIELLEMENT comme dans la SAINTE TRINITÉ Wink -, que d'yeux pour le voir Shocked Suspect clown Neutral rabbit  confused Very Happy Rolling Eyes ...
Libre à chacun de l'appeler comme il veut, et selon les circonstances, comme d'user d'un "frère Michel" pour s'adresser à lui. Ou faut-il en faire un dogme ?


Je ne pense pas que l'on puisse tomber d'accord un jour sur le prophétisme, chacun y puisant ce qu'il veut, ce dont il a besoin surtout, et n'ayant aucune autorité sur quiconque pour imposer aux autres ses propres vues sur ce qu'est un prophète, ce qu'est le prophétisme.

J'avoue avec bonheur m'être totalement libéré depuis pas mal de temps de ces questionnements sans fin sur qu'est-ce qu'un prophète, qu'est-ce que le prophétisme , sans solution universellement acceptable à moins d'être très restreinte et minimaliste pour seulement dire qu'ils furent récepteurs et transmetteurs du Verbe de Dieu ... et qu'ils doivent être les premiers à "essayer" d'être exemplaires en mettant en pratique dans la vie ordinaire les Divins Conseils que Dieu donne à l'homme pour faire en sorte que le monde tournerait mieux, et qu'à terme l'homme finirait par se rapprocher du Dessein initial de Son Créateur quant à sa Nature Originelle Adamique dont il s'est beaucoup éloigné.

Ma conclusion en résumé est donc de dire que si ce(s) personnage(s) "prophète(s)" par ce qu'il (a) (ont) fait, (a) (ont) dit, aide(nt) l'un ou l'autre à avancer,  c'est très bien, et si on peut s'en passer en se débrouillant seul c'est aussi très bien. Aucune obligation écrite nulle part de leur tenir la main, ou de les imiter en tous points, ce qui est impossible d'ailleurs, chaque vie ayant sa propre trajectoire.
«Nulle contrainte en religion» comme nous dit le Qû'ran (2;256).
Jésus ne disait-il pas qu'il fallait s'occuper des malades, et pas des bien-portants, et que des brebis perdues d'Israël, et si c'est "Verbe" (?), c'est toujours d'actualité.

Dans le cas contemporain  qui nous occupe ici d'ailleurs, hormis quelques petites poignées de personnes qui gravitent familièrement autour de lui, tout le monde ignore de A à Z comment vit cet homme la plupart du temps retranché comme un anachorète dans son domicile à Bordeaux ainsi qu'il le dit lui-même sur son Blog, ce qui le rend de fait quasiment "inimitable" sur le plan de la vie quotidienne contrairement aux empreintes qu'avaient pu laisser ses prédécesseurs aux petites grappes d'hommes qui vivaient autour d'eux ... ce qui est une grande nouveauté en matière de prophétisme, et une chance sûrement... car si le psittacisme  est fédérateur d'un point de vue religieux, politique, social, au plan spirituel il est empesé, amidonné et n'est guère adaptatif, autocéphale, innovant, créatif, spontané  ... bref les vertus de "l'imitation" sont en pratique limitées et fort loin d'être une panacée spirituelle pour l'éveil de consciences et d'âmes libres et semblent plus propices à faire de bons petits soldats (de Dieu) le doigt sur la couture du pantalon.
A "l'imitation" du prophète, dont l'obsolescence est très vite inévitablement programmée sur moins d'un siècle en raison des évolutions inéluctables du monde, que nous ne sommes ni clones, ni robots, il faut lui préférer une maïeutique philosophique comme "outil de navigation spirituelle" et que chacun juge de ce qui lui paraît juste (comme disait le Galiléen) s'aidant de ce qu'il sait de la Parole study , de sa petite jugeote  Arrow ou de prendre fraternellement conseil auprès de ses congénères s'il est pétri d'hésitations.
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum