Spiritualités

Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 428
Date d'inscription : 01/08/2015
Voir le profil de l'utilisateur
01042017
Aujourd’hui l’islam se radicalise. Devient agressif. Premières victimes de cette radicalisation : les femmes. Un paradoxe pour cette religion qui s’est longtemps préoccupée de beauté, de sensualité et de sexualité. Ce film réalisé par une réalisatrice d’origine algérienne lève le voile, pour la première fois, sur les rapports entre Mahomet et les femmes. Un film qui met volontairement en avant un « Islam des lumières » et qui raconte ses amours, ses passions, ses plaisirs.
L’histoire d’un homme ouvert et tolérant pour son époque, d’un homme tendre et sensible très loin des clichés des fondamentalistes. Un film qui bousculera les idées reçues.



Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

avatar
Merci Assunta

très bon documentaire de 2007 qui gagne à être plus connu, bien qu'il a été vu déjà plus d'un million de fois depuis août 2014. Les bonnes choses gagnent à être TRÈS CONNUES !

bon aussi, parce que depuis 2007 la situation s'est beaucoup dégradée en raison de factions islamistes armées, soutenues par des puissances arabes mais aussi très étrangement contrairement à leurs valeurs démocratiques par de grandes puissances d'occident, principalement américaines, françaises et anglaises, avec l'appui en sous-main de l'entité sioniste israélienne, de sa diaspora mondiale, et d'une oligarchie mondiale colonialiste, qui ont apporté un large soutien en moyens divers, par des contributions financières, logistiques, par des armes à ces terroristes dans la guerre en Libye, et aujourd'hui en Syrie et en Irak, pour soutenir des séditions, piller et tenter de refaçonner le moyen-orient, prétendant à l'inverse de leurs actes lutter contre le terrorisme islamique.

Je ne souhaite la mort de personne, mais si tous ces mercenaires islamistes qu'ils soient d'orient ou d'occident trouvent en Irak et en Syrie leurs tombeaux comme les Croisés mercenaires étrangers également trouvèrent les leur en leur temps, faute de connaître hélas tout le bien qu'ils auraient pu commettre à l'avenir, au moins ils auront cessé de nuire, car c'est semer chaos, destructions et morts qu'ils font, et rien d'autre n'ayant dans leurs bagages que cet ersatz d'islam intégriste.

Il est certain que ces récents événements de sales guerres ont malheureusement beaucoup terni l'image de l'islam, l'opprobre d'exactions opérées par ces bandes armées, et d'attentats aveugles  (pas que en France, bien qu'elle n'a pas été visée sans raison) retombant sur la communauté musulmane, très paisible dans son ensemble.
Oui, il ne faut pas que l'arbre de ces violences d'aujourd'hui, surtout politiques, bellicistes, localisées cachent la forêt d'une immense oumma qui ne demande qu'à vivre en paix, et en harmonie avec d'autres croyants dans le respect de tous les prophètes.

Dans le même ordre d'idée, je veux dire de décalage entre l'image médiatique qui est donnée aujourd'hui d'un islam qui serait soi-disant belliciste et conquérant par nature et par essence depuis ses origines, en analogie médiatique toujours on pourra constater d'après ce documentaire de 2009 que le président syrien Bachar Al-Assad n'a rien d'un dictateur sanguinaire massacreur de son peuple ainsi que nous l'ont présenté les médias et la plupart des élus politiques.

Vidéo loin, loin, loin de la caricature que les médias ont taillé au personnage ...j’y ai retrouvé cet état d’esprit « syrien », qui justement m’avait tant plu au printemps de cette même année 2009
[VIDEO] Documentaire sur Bachar El Assad “A visage découvert”, réalisé par Ludovic Frossard, diffusé pour la première fois le 22 juin 2009 sur France 5.
durée : 52’00 https://www.youtube.com/watch?v=NQabcWlSuBc
ou autre lien
http://www.dailymotion.com/video/xsq9jl_a-visage-decouvert-bashar-el-assad_webcam




Dernière édition par visiteur le Lun 3 Avr 2017 - 17:49, édité 1 fois
avatar
Fatima el Fihriya, fondatrice de la première université

Eve / 9 décembre 2013

Fatima el Fihriya, surnommée Oum al Banine (La mère des deux fils) est la fondatrice de la mosquée el-Qaraouiyyîn, plus ancienne université du monde encore en activité.


Mosquée el-Qaraouiyyîn

Née au 9ème siècle, Fatima est originaire de Kairouan en Tunisie. Très jeune, elle émigre avec sa famille à Fès, au nord du Maroc. Son père, Muhammad Al-Fihri, est un riche commerçant. Lorsque sa sœur Maryam et elle héritent de sa fortune, elles décident de dépenser leur héritage au service de la communauté pour honorer la mémoire de leur père.
En 859, Maryam dirige la construction de la Mosquée des Andalous, tandis que Fatima entreprend d’agrandir la mosquée el-Qaraouiyyîn, qui sera la plus grande d’Afrique du nord. Elle fait extraire tous les matériaux de construction d’un terrain voisin et fait le vœu de jeûner tous les jours jusqu’à la fin des travaux.
Au sein du pôle religieux et culturel de Fès, la mosquée el-Qaraouiyyîn fait aussi fonction d’université et devient la première de l’histoire. Elle enseigne entre autres la religion, la grammaire, la médecine, les mathématiques, et produit de grands penseurs, théologiens, philosophes ou astronomes.
Fatima el Fihriya meurt en 880. L’Université Al Quaraouiyine, qu’elle a fondée, est encore en activité aujourd’hui.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fatima_el_Fihriya
en commentaire de cet article sur le site L'HISTOIRE PAR LES FEMMES
mohamed senni
8 janvier 2017 à 8 h 53 mn

Ibn Khaldoun nous informe qu’une femme Sit El Moulk a exercé le pouvoir en Ifriqia (actuelle Tunisie). Vers 1058, une jeune femme, Zaïneb En-Nafzaouïa, originaire de Kairouan, arrivait à Aghmat à quelques kilomètres à l’Est de ce qui deviendra Marrakech, fuyant la furie des Béni Amer. Le célèbre Ibn Abi Zaïd Al-Kaïraouani qui nous a légué sa célèbre  » Rissala » était cousin avec son père. Elle épousera Youcef Ben Tachfine qui l’associa à tout ce qu’il entreprit d’autant plus que c’est grâce à elle qu’il obtint le pouvoir des mains de son cousin. Elle participa à la construction de la ville de Marrakech. Et voila deux Kaïrouanaises qui laissèrent oeuvres utiles au Maroc. Elle mourut en 1072 et son mari lui survécut 34 années.
source  : https://histoireparlesfemmes.com/2013/12/09/fatima-el-fihriya-fondatrice-de-la-premiere-universite/

même sujet, autre lien : https://www.imanemagazine.com/fatima-al-fihriya-fondatrice-de-la-plus-ancienne-universite-du-monde/
avatar
J'ai beaucoup aimé dans la vidéo l'intervention un peu espiègle de Dounia Bouzar anthropologue de 28'53 à 29'28 dans laquelle elle explique que Dieu voulait amener les hommes à comprendre qu'au fond il fallait la monogamie mais Il ne pouvait passer d'un coup d'un seul,  ah, vous passez de je sais pas combien de femmes à UNE ! donc Il a fait des étapes "pédagogiques" pour leur faire comprendre par des moyens détournés ... que l'homme ne peut pas être juste avec plusieurs épouses ...
mais "Il a un peu surestimé les hommes, parce que pffff ! treize siècle plus tard ils n'ont toujours pas compris le Message"

ça appelle déductions que la Parole est évolutive, qu'Elle tombe toujours dans le contexte de l'environnement culturel d'une époque, d'un lieu géographique ...
c'est vrai pour le Coran, comme pour les Évangiles palestiniens, et les vieux Textes bibliques.
Cela le sera encore pour cette Révélation d'Arès dégringolée dans cet occident chrétien qui a ses bons côtés comme ses mauvais côtés qu'il lui faudrait rectifier 

Ce qui devrait interdire également de tirer de la Parole des conclusions par trop universelles, et la vouloir  Immuable ad vitam aeternam avec les intégrismes correspondants, puisque il y a des positions de droit comme de droiture morale qui sont susceptibles d'être améliorées.
Et si la Parole est assimilée à la Loi Divine, cela prouve que cette Parole est évolutive et pas aussi "Absolue" que les religieux le prétendent vu qu'Elle se configure dans un environnement humain qui est lui-même très relatif, et certainement pas homogène.

Statistiques INED Institut National d'Études Démographiques

Il y a à peu près le même nombre de femmes que d’hommes sur Terre. Mais dans le détail, il y a légèrement plus d’hommes : 102 hommes pour 100 femmes (en 2010). De façon encore plus précise, sur 1000 personnes, 504 sont des hommes (50,4 %) et 496, des femmes (49,6 %). Il naît un peu plus de garçons que de filles : 107 garçons pour 100 filles. Mais les garçons meurent plus que les filles ; c’est vrai dans l’enfance, mais aussi à l’âge adulte. Il arrive donc un âge où les hommes et les femmes sont en nombre égal : en France, c’est à 25 ans (en 2010). Au-delà de cet âge, ce sont les femmes qui sont plus nombreuses, l’écart se creusant avec l’âge. Ainsi, en France, 8 centenaires sur 10 sont des femmes (en 2010).
Bien sûr, les personnes de l'antiquité n'avaient pas vraiment idée de ces statistiques qui ne plaident pas pour la polygamie, sauf à priver sciemment ses congénères de trouver compagnon, compagne, épouses, ou époux. Le monde tribal accentuait encore davantage le disproportion puisque par des coutumes pré-islamiques un certain nombre de filles étaient enterrées vivantes à la naissance ce qui avait pour conséquence de créer une société démographiquement déséquilibrée selon les genres ... avec probablement des frustrations correspondantes

Dans la Genèse Dieu donne à l'homme UNE compagne !
Si vraiment Il avait voulu Il lui en aurait donné 36 ou 72 ...
avatar
Fatima el Fihriya, surnommée Oum al Banine (La mère des deux fils) est la fondatrice de la mosquée el-Qaraouiyyîn, plus ancienne université du monde encore en activité.
Je ne connaissais pas ces femmes, merci à toi Visiteur.
Tout a évolué dans le monde dès que les femmes ont oser prendre leur destin en main. Les femmes ont agi en occident (bien qu'elles doivent malgré tout être vigilantes, des droits acquis peuvent si vite être supprimés), cela se verra encore plus en orient et partout sur la planète où elles continuent de souffrir.

Ce qu'il faut souligner : aucun religieux ne les ont aidé hier et ne les aide aujourd'hui.
Les choses vont venir, doucement mais sûrement !! Grâce à la force et au courage des femmes.

Dounia Bouzar dit vers la fin à 46:42 mn
"Jusque là ce sont les hommes qui ont fait parler l'islam pendant des siècles, et ce qu'on peut dire en souriant, c'est que vu ce que certains hommes en ont fait, voyons ce que les femmes peuvent en faire".
(On peut paraphraser en nommant d'autres religions que l'islam.)

Les femmes (bien qu'il y en ai certaines terribles) veulent l'harmonie, la paix et le bonheur pour leurs familles, les peuples, et ensuite pour elles-mêmes.

Donc lorsque je lis en
02avr17 183C46
Cette humanité est brisée. C'est nous seuls qui pouvons recoller les morceaux. Suivez-moi !
Je me demande pourquoi faire croire une telle chose : l'humanité est-elle aussi négative et incapable de créer et de changer par elle-même comme cette phrase l'exprime clairement ?? "Etre brisé" est ne rien pouvoir faire, pire perdre même sa Force Vive.
OU bien dis autrement : et le reste du monde, et les femmes, ils font quoi, ils sont quoi?? aux yeux des égoïstes narcissiques voire des mythomanes ??
Les femmes de la planète, justement (avec justesse) élargiront le regard étriqué de des Hommes (hommes et femmes) en général, des religieux en particulier. C'est ce que Mahomet avait compris, lui qui avait plaisir à parler et écouter les femmes.


Dans la Vidéo est démontré ce qu'est un homme juste et équitable !! ce qui manque tant aux religieux!!
Il est important de donner une autre image de Mahomet, traité de pédophile alors que cela concours à l'invention d'homme jaloux, traité de mauvaise façon, alors qu'il a osé à une époque hyper difficile et hyper masculine, de libérer les femmes des jougs abêtissants. Bravo à cet homme merveilleux !! Comme dit dans la vidéo : un homme "tendre", "humble" et surtout aimant et respectant les femmes dans leur être profond. OUi bravo à cet HOMME !!!

http://etredivin.hautetfort.com/archive/2016/07/14/l-age-de-aicha-lors-de-son-mariage-avec-le-prophete-mahomet-5826230.html
Visiteur a écrit:....depuis 2007 la situation s'est beaucoup dégradée en raison de factions islamistes armées, soutenues par des puissances arabes mais aussi très étrangement contrairement à leurs valeurs démocratiques par de grandes puissances d'occident, principalement américaines, françaises et anglaises, avec l'appui en sous-main de l'entité sioniste israélienne, de sa diaspora mondiale, et d'une oligarchie mondiale colonialiste, qui ont apporté un large soutien en moyens divers, par des contributions financières, logistiques, par des armes à ces terroristes dans la guerre en Libye, et aujourd'hui en Syrie et en Irak, pour soutenir des séditions, piller et tenter de refaçonner le moyen-orient , prétendant à l'inverse de leurs actes lutter contre le terrorisme islamique.
On le dit, on le dit maintenant il faudrait pouvoir le prouver, donner des sources fiables dans la mesure du possible. Shocked

Visiteur a écrit:.... et d'attentats aveugles  (pas que en France, bien qu'elle n'a pas été visée sans raison) retombant sur la communauté musulmane, très paisible dans son ensemble.
très paisible (si l'on veut) mais très nombreuse. On en a un peu discuté Visiteur. Very Happy

.....d'après ce documentaire de 2009 que le président syrien Bachar Al-Assad n'a rien d'un dictateur sanguinaire massacreur de son peuple ainsi que nous l'ont présenté les médias et la plupart des élus politiques.
Les derniers évènements prouvent le contraire.
Attaque chimique en Syrie : 
La représentante de la Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie Carla Del Ponte assure qu'il est «certain» que le régime syrien ait eu recours à «un gaz mortel». Elle demande par ailleurs au Conseil de sécurité de «juger Bachar el-Assad» et réclame «justice pour tous ces enfants tués».
48 heures après qu'une attaque chimique présumée a frappé la ville rebelle de Khan Cheikhoun, dans la province d'Idleb, faisant au moins 86 morts parmi les civils, dont 30 enfants, et 160 blessés, la diplomate accuse ouvertement le régime de Bachar el-Assad dans une interview sur la chaîne de télévision suisse RTS.
Ce qui est certain, c'est que c'était un bombardement aérien et que c'était le régime syrien qui bombardait», explique-t-elle, affirmant également que le recours à un «gaz mortel, donc une arme chimique» est «certain». Des autopsies réalisées en Turquie ce jeudi sur trois corps ramenés d'Idleb ont prouvé les allégations de la diplomate.
La représentante de la Commission d'enquête de l'ONU va dans le même sens, arguant que «la Syrie a ratifié la Convention contre les armes chimiques». «Tout en sachant cela, intentionnellement, ils ont frappé et ils ont frappé des civils», ajoute-t-elle.
--------------------------------
Dans la nuit du jeudi 6 au vendredi 7 avril, le président des Etats-Unis, Donald Trump a ordonné des frappes sur une base aérienne  du régime syrien. Ce bombardement, qui marque un spectaculaire revirement de la politique américaine, intervient deux jours après l’attaque à l’arme chimique de la ville de Khan Cheikhoun, imputée à l'armée  syrienne, qui a fait des dizaines de morts et a choqué la communauté internationale.
Selon certains Assad, c'est  300000 morts.
pour d'autres "c'est encore une propagande malsaine pour lui piquer son gaz et son pétrole comme "ils" ont fait pour Saddam Hussein."
Ce qui est étonnant c'est que les opinions soient tellement tranchées des uns et des autres alors que la réalité elle est unique.
et les journalistes seraient incapables de nous donner un minimum d'informations fiables ..... ??? "Il faut aller voir sur place " c'est ça Very Happy

Si je comprends bien la Russie soutient le gouvernement syrien de Bachar el-Assad dans sa guerre contre des rebelles hostiles au régime qui a fait plus de 320 000 morts et jeté des millions de Syriens sur les routes en six ans.
Mais si Bachar fils du dictateur Hafez el-Assad n'était pas aussi un dictateur il n'y aurait pas de rebelles... Very Happy
avatar
Anne Morelli est enseignante en histoire à l'université libre de Bruxelles.
En 2001, -avant le 11 septembre- elle a rédigé un livre :
Principes élémentaires de la propagande de guerre, utilisables en période de guerre chaude, tiède ou froide (édition Labor).



Cet opuscule est inspiré par les travaux de Pon Sombi sur la "Grande guerre" (écrit en 1928).
Au-delà de son actualité, ce livre permet à tous et toutes de décrypter les discours et actes de propagandes appliqués à toutes les guerres, mais aussi aux "conflits" sociaux et sécuritaires.

Les 10 PRINCIPES de la propagande en période de guerre selon Anne Morelli :

- Nous ne voulons pas la guerre, nous ne faisons que nous défendre

- Le camp adverse est le seul responsable de la guerre

- Le chef du camp adverse a le visage du diable (l'affreux ou le bouc émissaire de service)

- C'est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers

- L'ennemi provoque sciemment des atrocités, et si nous commettons des bavures c'est involontairement

- L'ennemi utilise des armes non autorisées

- Nous subissons très peu de pertes, les pertes de l'ennemi sont énormes

- Les artistes et intellectuels soutiennent notre cause

- Notre cause a un caractère sacré

- Ceux (et celles) qui mettent en doute notre propagande sont des traîtres.


http://www.mvtpaix.org/wordpress/blog/2016/04/04/principes-elementaires-de-propagande-de-guerre/?print=pdf

--------------
INTERVIEW ANNE MORELLI - RADIO LIBERTAIRE

Anne Morelli a été reçue par l'émission "Pas de quartier" (Radio Libertaire).
http://www.avoixautre.be/spip.php?article366

Radio libertaire : Pourquoi dix ?

Anne Morelli : Je pense que les dix "commandements" que je propose, suffisent à ma démonstration sur la propagande militariste. Au-delà de la guerre, ce que je propose est une grille d'analyse "critique" des discours politiques portés par les médias. Mon but est purement pédagogique, obliger les individus à utiliser le doute vis à vis de la propagande. Je dois dire que depuis quelques temps, j'ai la satisfaction de rencontrer beaucoup de mes élèves qui se disent étonnés de voir combien ces préceptes sont malheureusement d'actualité.

Radio libertaire : Justement comment se fait-il que la propagande guerrière utilise encore aujourd'hui les "combines" les plus éculées ?
A. M. : Prenez James Shea -responsable de la propagande de l'OTAN- lors de la guerre contre la Yougoslavie (l'affaire du Kosovo), c'est un historien. Il a pris comme sujet de thèse : la propagande pendant la première guerre, il connaît parfaitement les travaux de Pon Sombi à partir desquels je suis partie.
Depuis l'invasion de la Gaule par Jules César jusqu'à la deuxième guerre -annoncée- contre l'Irak, invariablement les gouvernements décidés à faire la guerre, ont utilisé les mêmes leviers de propagande. Depuis longtemps, les peuples savent que la guerre est meurtrière. Pour les gouvernements, il faut créer une émotion courte mais importante qui permette de faire adhérer l'opinion publique aux objectifs et de faire passer la mort au second plan.


R.L. : Prenons un de tes préceptes, le premier,…
A. M. : Il est essentiel de faire croire qu'un Etat est en "état" de légitime défense. Ce sont les autres qui nous agressent, "NOUS" sommes obligés de nous défendre. C'est pourquoi GW Bush affirme avoir des preuves des liens entre l'Irak et Ben Laden. L'invasion de la Pologne par les nazis est issue d'une provocation. Nous savons que des soldats allemands déguisés en Polonais ont "agressé" leurs compatriotes, ce qui a permis à Hitler d'affirmer qu'il ne faisait que se défendre. Dans les cours d'écoles, nous avons tous connus une bagarre dans laquelle un des protagonistes disait : ce n'est pas moi qui ai commencé, c'est lui !
Un dictateur, pour mobiliser ses futurs soldats, est obligé d'user de la propagande. Hitler, encore lui, a envahi la Tchécoslovaquie pour sauver le peuple sudète. Personne n'a jamais dit : "nous allons faire la guerre pour nous emparer de la sidérurgie ou des champs de pétrole". Les peuples ne marcheraient pas. Autre exemple, les guerres coloniales, quand la Belgique s'empare du Congo (Zaïre), c'est pour "sauver" les populations locales des esclavagistes arabes. A aucun moment, les gouvernements ne font la guerre pour instaurer l'économie de marché. Il y a une cause humanitaire : libérer la femme afghane des affreux Barbus. A ce propos, plus personne ne parle du sort des femmes afghanes aujourd'hui.


R.L. : Il faut aussi un monstre en face.
A. M. : Etre le salaud de service est très souvent un statut intérimaire. Regarder Saddam, il a été l'enfant chéri de l'occident pendant sa guerre contre le diable de l'époque : l'Iran des mollahs. Milosevic était reçu en grande pompe dans toute l'Europe, avant d'être diabolisé et accusé de posséder la troisième armée de monde. Sadam ou Milosevic sont des "salauds", mais tant qu'ils servaient les intérêts du capitalisme, ils n'avaient rien à craindre. Le Kaiser, avant la guerre de 14, était respecté. La situation peut aussi s'inverser : d'anciens dictateurs deviennent des partenaires (économiques). Tout est propagande (comme dans 1984 de G. Orwell), aucun pays n'a de ministère de "l'attaque", mais un ministère de la "défense".

R. L : Comment les services de propagande utilisent les atrocités de la guerre pour conforter le militarisme ?
A. M. : Les atrocités ne sont que du fait de l'ennemi. En Belgique, pendant la guerre de 14-18, un bobard énorme a circulé : les soldats allemands coupaient les mains des petits enfants. Il a tellement bien marché qu'un milliardaire américain a donné des sommes fabuleuses pour construire des hôpitaux spéciaux pour abriter ces enfants. C'est un bobard qui a servi à la propagande anti-allemande aux Etats-Unis : Comment vous, le peuple américain, pouvez-vous rester indifférents au sort de ces enfants mutilés ! L'objectif était que le gouvernement américain participe à la guerre aux côtés des britanniques et des français. En 1990, il y a eu cette pseudo infirmière qui à la télévision américaine, décrivait comment les soldats irakiens sont entrés dans une maternité au Koweït, assassinaient les nouveaux nés et sortaient les prématurés des couveuses. Horreur ! Nous avons appris que l'infirmière était la fille de l'ambassadeur du Koweït à Washington et que cette opération a été montée par une agence de publicité.
L'essentiel est de créer une émotion, un sentiment de révulsion qui justifie la guerre. La guerre n'a malheureusement pas besoin de ces manipulations pour être scandaleuse.


R. L. : NOS soldats n'ont jamais commis d'atrocité !

A. M. : C'est que j'appelle, le soldat baby-sitter !
J'ai vu dernièrement à Bruxelles une campagne de propagande en faveur de l'armée. Que nous dit-elle ? Que nous montre-t-elle ? Des soldats -belges- qui ont des enfants dans les bras, ils leur servent des tartines ou ils donnent des biberons. Pour un peu, on pourrait distinguer des couches dans leur paquetage. Pas une arme n'apparaît. Cette affiche je l'ai retrouvée pendant la seconde guerre mondiale (c'était un waffen SS), la première guerre mondiale et un peu partout sur la terre. James Shea n'a-t-il pas utilisé la notion de dégâts co-latéraux pour décrire le bombardement d'un hôpital à Belgrade ?
Quand un jeune meurt dans une cité, c'est au pire une bavure!


R. L. : Tout ce que tu nous décris pose le problème de la presse et des journalistes.
A. M. : Bien évidemment, nous pouvons dénoncer les liens entre les journalistes et les pouvoirs économiques, politiques … Mais au-delà d'un conformisme intellectuel ou comme vous le dites d'une certaine servilité, je crois que les conditions dans lesquelles ils travaillent, les mettent dans l'impossibilité de recouper l'information ou de faire de l'investigation. La pression du temps, du scoop, les obligent à prendre une info sans avoir le temps de la recouper. Concentration de la presse dans quelques grands groupes. Réduction des effectifs, évidemment, les gouvernements, les militaires, les patrons le savent. Ils leurs livrent des informations toute prêtes à être consommées qui arrivent par fax ou dans des dossiers de presse.
Il y a aussi l'argent. Le gouvernement Bush a ouvert d'énormes crédits afin de lancer une campagne vers les médias. Objectif : Donner une meilleure image de la politique des Etats-Unis vers l'opinion européenne.
Des journalistes ont été payés pour faire cette propagande


--------------

Voir aussi ici : 

http://www.humanite.fr/monde/anne-morelli-la-propagande-de-guerre-est-en-marche-547989
L’argument des armes chimiques ne vous paraît 
pas suffisant ?
Anne Morelli. On a dit tout de suite qu’elles ne pouvaient être le fait que de Assad, comme si les djihadistes 
en face étaient des enfants de chœur ! Même si l’ONU concluait à la responsabilité d’Assad, des frappes aériennes ne sont pas la solution. Elle toucheront des civils. Dans des quartier ravagés par la guerre civile, comment distinguer les bons des mauvais ?

--------------


http://lesmoutonsenrages.fr/nous-sommes-manipules/la-propagande-de-guerre/
Comment les médias occidentaux ont-ils couvert les diverses guerres qui ont suivi la première guerre du Golfe ? Peut-on dresser des constats communs ? Existe-t-il des règles incontournables de la « propagande de guerre » ? 
Oui.


1. Cacher les intérêts. Nos gouvernements se battent pour les droits de l’homme, la paix ou quelque autre noble idéal. Ne jamais présenter la guerre comme un conflit entre des intérêts économiques et sociaux opposés.
2. Diaboliser. Pour obtenir le soutien de l’opinion, préparer chaque guerre par un grand média-mensonge spectaculaire. Puis continuer à diaboliser l’adversaire particulièrement en ressassant des images d’atrocités.
3. Pas d’Histoire ! Cacher l’histoire et la géographie de la région. Ce qui rend incompréhensibles les conflits locaux attisés, voire provoqués par les grandes puissances elles-mêmes.
4. Organiser l’amnésie. Eviter tout rappel sérieux des précédentes manipulations médiatiques. Cela rendrait le public trop méfiant.

Règle n° 1. Cacher les intérêts. 
La règle la plus fondamentale de la propagande de guerre, c’est de cacher que ces guerres sont menées pour des intérêts économiques bien précis, ceux des multinationales. Qu’il s’agisse de contrôler les matières premières stratégiques ou les routes du pétrole et du gaz, qu’il s’agisse d’ouvrir les marchés et de briser les Etats trop indépendants, qu’il s’agisse de détruire tout pays pouvant représenter une alternative au système, les guerres sont toujours économiques en définitive. Jamais humanitaires. Pourtant, à chaque fois, c’est le contraire qu’on raconte à l’opinion.
La première guerre contre l’Irak a été présentée à l’époque comme une guerre pour faire respecter le droit international. Alors que les véritables objectifs, exprimés dans divers documents – même pas internes – du régime US étaient : 
1. Abattre un régime qui appelait les pays arabes à s’unir pour résister à Israël et aux Etats-Unis. 
2. Garder le contrôle sur l’ensemble du pétrole du Moyen-Orient. 
3. Installer des bases militaires dans une Arabie saoudite déjà réticente. Il est très instructif, et cocasse, de relire aujourd’hui les nobles déclarations faites à l’époque par la presse européenne européenne sur les nobles motivations de la première guerre du Golfe. De tout cela, zéro bilan.
Les diverses guerres contre la Yougoslavie ont été présentées comme des guerres humanitaires. Alors que, selon leurs propres documents, que chacun pouvait consulter, les puissances occidentales avaient décidé d’abattre une économie trop indépendante face aux multinationales, avec d’importants droits sociaux pour les travailleurs. Le vrai but était de contrôler les routes stratégiques des Balkans (le Danube et les pipe-lines en projet), d’installer des bases militaires (donc de soumettre la forte armée yougoslave) et de coloniser économiquement ce pays. Actuellement, de nombreuses informations sur place confirment une colonisation éhontée par les multinationales dont US Steel, le pillage des richesses du pays, la misère croissante qui s’ensuit pour la population. Mais tout cela reste soigneusement caché à l’opinion internationale. Tout comme les souffrances des populations dans les divers autres pays recolonisés.
L’invasion de l’Afghanistan a été présentée comme une lutte anti-terroriste, puis comme une lutte d’émancipation démocratique et sociale. Alors que, là aussi, des documents US parfaitement consultables révélaient de quoi il s’agissait. 
1. Construire un pipe-line stratégique permettant de contrôler l’approvisionnement de tout le sud de l’Asie, continent décisif pour la guerre économique du 21ème siècle. 
2. Etablir des bases militaires US au centre de l’Asie. 
3. Affaiblir tous les « rivaux » possibles sur ce continent – la Russie, l’Iran et surtout la Chine – et les empêcher de s’allier.
On pourrait analyser pareillement comment on nous cache soigneusement les véritables enjeux économiques et stratégiques des guerres en cours ou à venir : Colombie, Congo, Cuba, Corée… Bref, le tabou fondamental des médias, c’est l’interdiction de montrer que chaque guerre sert toujours des multinationales bien précises. Que la guerre est la conséquence d’un système économique qui impose littéralement aux multinationales de dominer le monde et de le piller pour empêcher ses rivaux de le faire.


Règle N°2. Diaboliser.
Chaque grande guerre commence par un grand média-mensonge qui sert à faire basculer l’opinion pour qu’elle se range derrière ses gouvernants.
– En 1965, les Etats-Unis déclenchent la guerre du Vietnam en inventant de toutes pièces une attaque vietnamienne contre deux de leurs navires (incident «de la baie du Tonkin»).
– Contre Grenade, en 83, ils inventent une menace terroriste (déjà !) qui viserait les USA.
– La première agression contre l’Irak, en 1991, est «justifiée» par un prétendu vol de couveuses dans une maternité de Koweït City. Média-mensonge fabriqué de toutes pièces par la firme US de relations publiques Hill & Knowlton.
– De même, l’intervention de l’Otan en Bosnie (95) sera «justifiée» par des récits truqués de «camps d’extermination» et des bombardements de civils à Sarajevo, attribués aux Serbes. Les enquêtes ultérieures (tenues secrètes) montreront pourtant que les auteurs étaient en fait les propres alliés de l’Otan.
– Début 99, l’attaque contre la Yougoslavie sera «justifiée» par une autre mise en scène : un prétendu «massacre de civils» à Racak (Kosovo). En réalité, un combat entre deux armées, provoqué par les séparatistes de l’UCK. Ceux que les responsables US qualifiaient de «terroristes» au début 98 et de «combattants de la liberté» quelques mois plus tard.
– La guerre contre l’Afghanistan ? Plus fort encore, avec les attentats du 11 septembre. Sur lesquels toute enquête sérieuse et indépendante sera étouffée, pendant que les faucons de l’administration Bush se précipiteront pour faire passer des plans d’agression, préparés depuis longtemps, contre l’Afghanistan, l’Irak et quelques autres.
Chaque grande guerre commence par un média-mensonge de ce type : des images atroces prouvant que l’adversaire est un monstre et que nous devons intervenir pour une «juste cause».
Pour qu’un tel média-mensonge fonctionne bien, plusieurs conditions sont nécessaires : 
1. Des images épouvantables. Truquées si nécessaire. 
2. Les marteler plusieurs jours, puis prolonger par des rappels fréquents. 
3. Monopoliser les médias, exclure la version de l’autre camp. 
4. Ecarter les critiques, en tout cas jusqu’au moment où il sera trop tard. 
5. Qualifier de «complices», voire de «révisionnistes» ceux qui mettent en doute ces média-mensonges.


Règle N° 3. Pas d’Histoire ! 
Dans tous les grands conflits de ces dernières années, les médias occidentaux ont caché à l’opinion les données historiques et géographiques essentielles pour comprendre la situation des régions stratégiques concernées.
En 1990, on nous présente l’occupation du Koweït par l’Irak (qu’il ne s’agit pas ici de justifier ou d’analyser) comme une «invasion étrangère». On «oublie» de dire que le Koweït avait toujours été une province de l’Irak, qu’il en a été séparé en 1916 seulement par les colonialistes britanniques dans le but explicite d’affaiblir l’Irak et de garder le contrôle de la région, qu’aucun pays arabe n’a jamais reconnu cette «indépendance», et enfin que le Koweït est juste une marionnette permettant aux Etats-Unis de confisquer les revenus du pétrole.
En 1991, en Yougoslavie, on nous présente comme de gentils démocrates «victimes» deux dirigeants extrémistes, racistes et provocateurs, que l’Allemagne a armés avant la guerre : le Croate Franjo Tudjman et le Bosniaque Alia Izetbegovic. En cachant qu’ils renouent avec le plus sinistre passé de la Yougoslavie : le génocide anti-serbe, anti-juif et anti-rom de 41-45. On présente aussi les populations serbes de Bosnie comme des envahisseurs alors qu’elles y vivaient depuis des siècles.
En 1993, on nous présente l’intervention occidentale en Somalie comme «humanitaire» en cachant soigneusement que des sociétés US ont acheté le sous-sol pétrolifère de ce pays. Et que Washington entend contrôler cette région stratégique de la «Corne de l’Afrique» ainsi que les routes de l’Océan Indien.
En 1994, on nous présente le génocide rwandais en faisant silence sur l’histoire de la colonisation belge et française. Laquelle avait délibérément organisé le racisme entre Hutus et Tutsis pour mieux les diviser.
En 1999, on nous présente le Kosovo comme une terre envahie par les Serbes. On nous parle de «90% d’Albanais, 10% de Serbes». Passant sous silence la forte diminution du nombre des Serbes lors du génocide commis dans cette province durant la Seconde Guerre mondiale, puis durant l’administration albanaise de la province (années 80). On escamote aussi l’existence au Kosovo de nombreuses minorités (Roms, Juifs, Turcs, Musulmans, Gorans, etc…). Minorités dont «nos amis» de l’UCK avaient programmé le nettoyage ethnique, qu’ils réalisent aujourd’hui sous les yeux et avec la bénédiction de l’Otan.
En 2001, on crie haro sur les talibans, régime certes peu défendable. Mais qui les a amenés au pouvoir ? Qui les a protégés des critiques des organisations des droits de l’homme afin de pouvoir construire avec eux un juteux pipeline transcontinental ? Et surtout, au départ, qui a utilisé le terrorisme de Ben Laden pour renverser le seul gouvernement progressiste qui avait émancipé la paysannerie et les femmes ? Qui a ainsi rétabli la pire terreur fanatique en Afghanistan ? Qui, sinon les Etats-Unis ? De tout ceci, le public ne sera guère informé. Ou trop tard.
La règle est simple. Occulter le passé permet d’empêcher le public de comprendre l’histoire des problèmes locaux. Et permet de diaboliser à sa guise un des protagonistes. Comme par hasard, toujours celui qui résiste aux visées néocoloniales des grandes puissances.


Règle N° 4. Organiser l’amnésie.
Lorsqu’une grande puissance occidentale prépare ou déclenche une guerre, ne serait-ce pas le moment de rappeler les grands média-mensonges des guerres précédentes ? D’apprendre à déchiffrer les informations transmises par des états-majors ô combien intéressés ? Cela s’est-il produit à l’occasion des diverses guerres des années 90 ? Jamais. A chaque fois, la nouvelle guerre devient la «guerre juste», plus blanche encore que les précédentes, et ce n’est pas le moment de semer le doute.
Les débats seront pour plus tard. Ou jamais ? Un cas flagrant : récemment, un super-menteur a été pris la main dans le sac, en flagrant délit de média-mensonge. Alastair Campbell, chef de la «communication» de Tony Blair, a dû démissionner quand la BBC a révélé qu’il avait truqué les informations sur les prétendues armes de destruction massive. Ceci a-t-il provoqué un débat sur les précédents exploits du dit Campbell ? N’aurait-il pas été intéressant d’expliquer que toute notre information sur le Kosovo avait été concoctée par ce même Campbell ? Que cela méritait certainement un bilan et une réévaluation de l’information donnée sur la guerre contre la Yougoslavie ? Il n’en a rien été.
avatar
Mon post précédent est certes long mais il est intéressant de voir une autre information pour que nous ayons une autre réalité que le pouvoir donne aux hommes.
Et constater qu'il est difficile, avec des informations que l'on nous donne, difficile d'avoir une opinion juste. 

Nous en revenons toujours à l'essentiel : l'importance de changer en soi-même donc importance de se connaître.



Pour en revenir au Sujet : le prophète Mahomet. 
S'il était vivant, s'il vivait aujourd'hui, ici à notre époque :
je pense qu'il ne donnerait crédit ni aux Juifs, ni aux Palestiniens (pour en rester à ces 2 contrées). Il demanderait à chacun de ne plus tomber et rester dans les pièges des propagandes qui font et entretiennent les conflits. Il leur demanderait d'établir la paix et l'équité. Il renverrait chacun relire les "devarim" les Paroles données à Moïse sur le mont Sinaï, à se rappeler que Allah a toujours prôné la paix et l'entente entre les diverses communautés sans contrainte aucune (religieuse, financière, etc...) et rappellerait les propos du Prophète Jésus qui est de traiter les autres comme nous voudrions nous-mêmes être traités.


Bref il n'aurait pas de langue de bois, ni ne tergiverserait et ne demanderait pas de choisir un camp. Il serait clair et net et demanderait à tous et toutes et particulièrement aux dirigeants de se réformer totalement (de caractère, de coeur afin que cela rejaillisse extérieurement). 
Ce sont toujours les dirigeants qui ont une immense douleur à laisser le pouvoir et apprendre à vivre sans dominer.
Ce sont toujours ceux aimant obéir qui ont du mal à changer aussi.
Les peuples, une immense partie des peuples, eux, écouteraient Mahomet car ils veulent la paix, la joie, le bonheur, et tous les Bienfaits pour toute l'Humanité.

Il est temps que les peuples s'expriment, et soient écoutés !!!
Surtout il est temps qu'ils refusent d'obéir aux dominations des puissants (dirigeants, multinationales, banques...) qui ne veulent que le profit et se moque totalement de l'Humain et de leur sort durant et après les conflits armés.


Si Mahomet était là il mettrait un grand coup de pied dans cette fourmilière (et peut-être même quelque part). L'intégrité appelle - non seulement  à refuser toute compromission - mais surtout à être ferme, clair et net, et surtout à se tenir droit (confiance absolue, aucun doute) devant la Parole Révélée depuis Abraham jusqu'à nos jours !!!!
Assunta a écrit:Mon post précédent est certes long mais il est intéressant de voir une autre information pour que nous ayons une autre réalité que le pouvoir donne aux hommes.
Et constater qu'il est difficile, avec des informations que l'on nous donne, difficile d'avoir une opinion juste.
Oui trés long, tellement long que l'on a pas le temps de tout lire Very Happy
excuses moi Very Happy
Le probléme c'est que nous ne sommes pas nombreux ici.


Nous ne voulons pas la guerre, nous ne faisons que nous défendre, Le camp adverse est le seul responsable de la guerre, Le chef du camp adverse a le visage du diable, C'est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers (tu parles), L'ennemi provoque sciemment des atrocités, et si nous commettons des bavures c'est involontairement, L'ennemi utilise des armes non autorisées,  Les artistes et intellectuels soutiennent notre cause, Notre cause a un caractère sacré...
C'est comme ça depuis toujours. Rien n'a changé depuis la guerre de 14... Very Happy 
Pendant la guerre de 14-18 on a entendu parlé d'apparitions de la vierge...probablement fausse habilement mises en scéne ...
quand la propagande tombe du ciel...

Le Courrier de la Manche, le 9 janvier 917, avait compilé plusieurs témoignages.
« Un prêtre allemand, blessé et fait prisonnier à la bataille de la Marne, est mort dans une ambulance française où se trouvaient des religieuses. Il leur a dit : “Comme soldat, je devrais garder le silence ; comme prêtre, je crois devoir dire ce que j’ai vu. Pendant la bataille, nous étions surpris d’être refoulés car nous étions légion comparés aux Français, et nous comptions bien arriver à Paris. Mais nous vîmes la Sainte Vierge toute habillée de blanc, avec une ceinture bleue, inclinée vers Paris… Elle nous tournait le dos et, de la main droite, semblait nous repousser.” »

Au début de la guerre des soldat anglais jurent avoir aperçu le spectre du chevalier st Georges.
Mons, le 23 août 1914. La situation est grave. Les Allemands ont débordé la ville par l'est. Ils menacent les arrières et la ligne de retraite britannique.
Les Anglais, en infériorité numérique, sont encerclés de toutes parts. La défaite et le massacre semblent inévitables. C'est à ce moment, vers minuit, qu'une force surnaturelle venue du ciel paralyse l'armée allemande et permet au corps expéditionnaire britannique de se replier et de sauver ainsi des centaines de vie. La légende des anges de Mons était née. Le mois suivant, la presse britannique s'empare de cette histoire.


Les soldats britanniques virent St-Georges émergeant d'une brume dorée, également monté sur un grand cheval blanc se cabrant

Des soldats français déclarent avoir vu l'archange St-Michel - d'autres rapportent qu'ils ont vu Ste-Jeanne d'Arc - revêtu d'une armure dorée et chevauchant un magnifique destrier blanc dont la crinière vole dans le vent comme des ailes.
 
Pour les septiques, cette histoire n'est le fruit que d'une combinaison de rumeurs et d'hallucinations de soldats stressés . Mais étrangement du côté allemand, il y a aussi des traces d'un phénomène inexpliqué le soir du 23 août 1914. ..

----------------------------------------------------------



En réalité, cette légende avait été inventée de toute pièce par un journaliste du London Evening News, Arthur Machen. Il raconta cette histoire (« The Bowmen ») le 29 septembre 1914, un mois après la retraite britannique : Saint-Georges patron de la ville, et protecteur de l'armée britannique, était apparu dans le ciel à la tête d'une armée d'archers d'Henri V pour défendre à la fois ses troupes et sa ville. Machen eut beau avouer publiquement sa mystification, rien n'y fit ; le récit patriotique allait entrer dans l'histoire, et subir quelques modifications esthétiques qui remplaceraient Saint-Georges et les archers par une nuée d'anges !

A mediter
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum