Spiritualités

HUMANISME ET SPIRITUALITE POUR VIVRE LA NON-VIOLENCE ACTIVE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

HUMANISME ET SPIRITUALITE POUR VIVRE LA NON-VIOLENCE ACTIVE

Message  Invité le Sam 5 Avr 2008 - 19:02

La non-violence est plus que le pacifisme. Elle demande une grandeur d'âme et un regard sur soi honnête pas toujours facile à poser allant de pair avec un changement intérieur de l'humain, mais totalement indispensables pour la vivre. La non-violence inclut le pacifisme.



LES 6 PAS DE LA
NON-VIOLENCE ACTIVE


par Martin Luther King


* La Non-Violence Active est une attitude face à la violence. Elle intègre la désobéissance civile et la non-participation face aux lois violentes.

* La désobéissance civile trouve la justification idéologique et philosophique suivante : si l'Etat impose des lois qui sont violentes du fait de leur injustice, de la discrimination, etc., et si l'application de telles lois affecte négativement les gens parce qu'elles les transforment en agents et récepteurs d'injustice et de discrimination, alors ces personnes ont le droit et l'obligation morale de ne pas obéir à ces lois. La désobéissance civile et la non-coopération brisent intentionnellement les lois injustes et en assument les pénalisations, par exemple l'incarcération, comme une conséquence digne de leurs actions.

* La non-participation ou le vide face à la violence demande de ne pas intervenir dans des situations violentes, ce qui a normalement un effet économique négatif pour le fomenteur de cette violence. Il a aussi pour effet d'exposer publiquement l'attitude morale des deux parties.


Martin Luther King a définit 6 étapes pour la mise en place de la Non-Violence Active
Tiré de “Letter from Birmingham Jai” (lettre de la prison de Birmingham) Penguin Books 1963 de Martin Luther King. Ces 6 étapes sont basées sur ses campagnes non-violentes, ses enseignements qui mettent l'accent sur la nécessité d'agir de façon non-violente pour des changements à la fois personnels et sociaux.
Etape 1 : Recherche de l'information
Etape 2 : Education
Etape 3 : Engagement personnel
Etape 4 : Négiciations
Etape 5 : Action directe
Etape 6 : Réconciliation


Etape 1 : Recherche de l'information
* Pour comprendre et décortiquer un problème, une injustice faite à une personne, une communauté, une institution, il faut se documenter. Vous devez enquêter et rassembler toutes les informations vitales en provenance de tous les partis impliqués afin de pouvoir accroître votre compréhension du problème. Vous devez devenir expert sur la position tenue par votre (vos) occupant(s).

Exemple :
* Collecter les informations passées et présentes dans les articles de journaux, magasines, la radio, la TV.
- Apporter une expertise sur le problème
- Faire des recherches documentaires en bibliothèque
- Discuter avec d'autres personnes et faire des interviews
- Rechercher sur internet



Etape 2 : Education
* Il est important d'informer les autres, inclus vos opposants sur le problème. Cela pour minimiser les incompréhensions et vous attirer le soutien et la sympathie de certains.


Etape 3 : Engagement personnel
* Contrôlez quotidiennement votre foi dans la philosophie et les méthodes d'action Non-Violentes. Supprimez les motivations cachées et préparez-vous à accepter de souffrir, si besoin est, dans votre travail pour la justice.


Etape 4 : Négociations
* Utilisez la dignité, l'humour, l'intelligence pour vous confronter à votre adversaire en présentant une liste d'injustices, et un plan pour y remédier. Regardez ce qui est positif dans chaque action et déclaration que celui-ci fait. Ne cherchez pas à l'humilier mais suscitez le positif chez lui. Cherchez des solutions qui lui permettront aussi d'être gagnant.


Etape 5 : Action directe
* Des actions sont menées pour forcer moralement l'adversaire à travailler avec vous à la résolution des injustices. L'action directe impose une “tension créative” dans le conflit. L'action directe est la plus efficace quand elle illustre l'injustice qu'elle vise à corriger.
Il y des centaines de tactiques d'action directe, notamment :
- Les boycotts et le refus d'acheter des produits
- Les marches et ralllies
- Les grèves et les débrayages
- Les campagnes d'envois de lettres et de pétitions
- Occupations de locaux, désinvestissements ou investissements selon
- Refus politique par le vote.


Etape 6 : Réconciliation
* Par la Non-Violence on cherche l'amitié et la compréhension de l'adversaire. La Non-Violence ne vise pas à la défaite de l'adversaire. La Non-Violence est dirigée contre les actes injustes commis par les institutions, les forces, les politiques oppressives, et non contre les personnes.

“Une loi ne pourra jamais obliger un homme à m'aimer mais il est important qu'elle lui interdise de me lyncher” Martin Luther King - Extrait du Wall Street Journal - 13 novembre 1962.

Les 6 arguments en faveur
du recours méthodique à la Non-Violence :

Martin Luther King - Extraits de "Combats pour la liberté" (1958)


* “Premièrement - La résistance Non-Violente n'est pas destinée aux peureux ; c'est une véritable résistance ! Quiconque y aurait recours par lâcheté ou par manque d'armes véritables, ne serait pas un vrai non-violent. C'est pourquoi Gandhi a si souvent répété que, si l'on n'avait le choix qu'entre la lâcheté et la violence, mieux valait choisir la violence. Mais il savait bien qu'il existe toujours une troisième voie : personne - qu'il s'agisse d'individus ou de groupes - n'est jamais acculé à cette seule alternative : se résigner à subir le mal ou rétablir la justice par la violence ; il reste la voie de la résistance Non-Violente. En fin de compte, c'est d'ailleurs le choix des forts, car elle ne consiste pas à rester dans un immobilisme passif. L'expression “résistance passive” peut faire croire - à tort - à une attitude de “laisser faire” qui revient à subir le mal en silence. Rien n'est plus contraire à la réalité. En effet, si le non-violent est passif, en ce sens qu'il n'agresse pas physiquement l'adversaire, il reste sans cesse actif de coeur et d'esprit et cherche à le convaincre de son erreur. C'est effectivement une tactique où l'on demeure passif sur le plan physique, mais vigoureusement actif sur le plan spirituel. Ce n'est pas une non-résistance passive au mal, mais bien une résistance active et non-violente.

* Deuxièmement - La résistance Non-Violente ne vise pas à vaincre ou humilier son adversaire mais à gagner son amitié et sa compréhension. La Non-Violence veut engendrer une communauté de frères, alors que la violence n'engendre que haine et amertume.

* Troisièmement - C'est une méthode qui s'attaque aux forces du mal, et non aux personnes qui se trouvent être les instruments du mal. Car c'est le mal lui-même que le non-violent cherche à vaincre, et non les hommes qui en sont atteints.

* Quatrièmement - La résistance Non-Violente implique la volonté de savoir accepter la souffrance sans esprit de représailles, de savoir recevoir les coups sans les rendre. Le non-violent doit être prêt à subir la violence, si nécessaire, mais ne doit jamais la faire subir aux autres. Il ne cherchera pas à éviter la prison et, s'il le faut, il y entrera “comme un fiancé dans la chambre nuptiale”.

* Cinquièmement - Cette résistance Non-Violente ne se contente pas d'écarter toute violence extérieure et physique mais également toute violence intérieure de l'esprit. Le résistant non-violent est un être qui s'interdit non seulement de frapper son adversaire, mais même de le haïr. Le non-violent affirme que, dans la lutte pour la dignité humaine, l'opprimé n'est pas obligatoirement amené à succomber à la tentation de la colère ou de la haine.

* Sixièmement - Enfin, la résistance Non-Violente se fonde sur la conviction que la loi qui régit l'univers est une loi de justice. En conséquence, celui qui croit en la non-violence a une foi profonde en l'avenir, qui lui donne une raison supplémentaire d'accepter de souffrir sans esprit de représailles. Il sait en effet que, dans sa lutte pour la justice, il est en accord avec le cosmos universel. Il est vrai que certains partisans sincères de la non-violence ont de la peine à croire en un Dieu personnel. Mais ils croient à l'existence de quelque force créatrice agissant dans le sens d'un Tout universel. Que nous croyions à un processus inconscient, à un Brahmane impersonnel ou à un Dieu vivant, à la puissance absolue et à l'amour infini, peu importe : il existe dans notre univers une force créatrice qui oeuvre en vue de rétablir en un tout harmonieux les multiples contradictions de la réalité.”

****************

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: HUMANISME ET SPIRITUALITE POUR VIVRE LA NON-VIOLENCE ACTIVE

Message  Invité le Lun 7 Avr 2008 - 20:33

Bonjour Assunta

Tu écris:
La désobéissance civile trouve la justification idéologique et philosophique suivante : si l'Etat impose des lois qui sont violentes du fait de leur injustice, de la discrimination, etc., et si l'application de telles lois affecte négativement les gens parce qu'elles les transforment en agents et récepteurs d'injustice et de discrimination, alors ces personnes ont le droit et l'obligation morale de ne pas obéir à ces lois. La désobéissance civile et la non-coopération brisent intentionnellement les lois injustes

A la notion de désobéissance civile, qui suppose insubordination, donc le fait qu'en tant qu'être humain nous soyons (ou serions) subordonnés à un autre, à d'autres, je préfère de loin utiliser le terme de non-obéissance.

C'est-à-dire, que je n'ai pas à obéir. Ne pas obéir, n'est pas désobéir.
Ne pas obéir, c'est estimer ne pas avoir à obéir.


Le but de la Loi n'est pas de contraindre, il est de fixer des limites. Le Droit collectif puise sa légitimité dans le Droit individuel.
Le but d'un "Réglement" qui n'est pas une loi, mais qui a "force de loi" est contraignant.
Or les Lois civiles, établies pour la bonne civilité de la société, ne pourraient être conçues pour "contraindre", elles ne peuvent être des Réglements, car alors, elles seraient en pure opposition avec les Principes fondateurs de la société. La subordination n'est pas compatible avec l'Egalité, ni avec la Liberté.
A preuve du contraire, nous ne sommes pas ou plus, sujets de quelconque(s) personnage(s).

Se placer dans une optique de désobéissance, c'est implicitement accepter une soumission.
Or je ne vois pas en quoi, ni par qui ma volonté pourrait être assujettie.
Il y avait bien la conscription militaire dans le temps, qui n'était pas d'origine "révolutionnaire", que je tiens pour une forme de coup d'Etat, d'abus de pouvoir, mais elle n'existe plus.
D'ailleurs, parallélement à cette "obligation", existait "légalement et juridiquement" l'objection de conscience.

Tout cela est nuances, et au final le même "ne pas faire" (non-violence, ...).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: HUMANISME ET SPIRITUALITE POUR VIVRE LA NON-VIOLENCE ACTIVE

Message  Invité le Lun 7 Avr 2008 - 21:58

Ne pas obéir, c'est estimer ne pas avoir à obéir.

certes mais ne pas obéir n'inclut pas obligatoirement une action. C'est juste décider de ne pas faire ce qui est demandé.

Se placer dans une optique de désobéissance, c'est implicitement accepter une soumission.

La désobéissance n'est absolument pas accepter une soumission. La désobéissance c'est refuser une loi, une façon de vivre, d'être, refuser que l'on impose quoi que ce soit en contradiction avec ce que l'on est, etc... non conforme avec ce que l'on est au fond du coeur. La désobéissance telle que pratiquée - donc réfléchie lucidement, pratiquée avec le coeur idest le soin d'apporter à son frère humain - est une grandeur surtout alliée à la non-violence qui est difficile à vivre mais belle et noble puisqu'elle appelle à une grandeur d'âme.

Ne pas obéir est une chose. Désobéir est autre chose. Gandhi et Luther King l'ont démontré magnifiquement (d'autres aussi que l'on ne connaît moins ou pas du tout); David Henry Thoreau l'a prouvé aussi de belle façon. Dans son livre "La désobéissance civile" son récit lorsqu'il est en prison tout du moins sa façon d'avoir vécu cela et sa façon de l'expliquer, est sublime.

Pourquoi ces hommes sont merveilleux ainsi que tous les anonymes ayant désobéis, parce qu'ils prouvent que tous pouvons agir ainsi mais à condition de le faire dignement et en proposant de belles choses à la place de ce que l'on ne désire pas. C'est là l'immense différence avec un simple refus d'obéir.

Assunta

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: HUMANISME ET SPIRITUALITE POUR VIVRE LA NON-VIOLENCE ACTIVE

Message  Invité le Mar 8 Avr 2008 - 23:44

La désobéissance c'est refuser une loi, une façon de vivre, d'être, refuser que l'on impose quoi que ce soit en contradiction avec ce que l'on est, etc... non conforme avec ce que l'on est au fond du coeur. La désobéissance telle que pratiquée - donc réfléchie lucidement, pratiquée avec le coeur idest le soin d'apporter à son frère humain - est une grandeur surtout alliée à la non-violence qui est difficile à vivre mais belle et noble puisqu'elle appelle à une grandeur d'âme.
je suis d'accord avec toi Assunta, mais ce que je voulais dire c'est qu'avant même cette "désobéissance civile" (parce que les personnes, le peuple seraient mis devant une loi injuste, inique), il y a au préalable une non-obéissance (refus) qui la motive, et qui est motivé.
De toute façon, qu'une non-béissance soit suivie d'action(s) ou non, une non-obéissance est une désobéissance du point de vue de la loi, ou celui qui voudrait contraindre.

Si Martin Luther King s'est assis dans un bus réservé aux blancs, ce n'est pas parce qu'il voulait désobéir (par provocation), c'est qu'il estimait en son for intérieur ne pas avoir à obéir à cette loi (ou réglement) discriminatoire.

Si David Henry Thoreau a refusé de payer l'impôt (quelques dollars), ce qui lui a valu un petit séjour en prison, c'est qu'il estimait ne pas avoir à soutenir par l'impôt la guerre qui était menée contre le Mexique qu'il estimait injuste. Son idée n'était pas de désobéir sans raison(s), au contraire sa raison, son âme était déterminée à ne pas obéir pour ne pas cautionner ce qu'il trouvait injuste.

Leurs simples non-obéissances ont amené à contester le fondement même des lois qu'ils estimaient iniques.
Pourquoi ces hommes sont merveilleux ainsi que tous les anonymes ayant désobéis, parce qu'ils prouvent que tous pouvons agir ainsi mais à condition de le faire dignement et en proposant de belles choses à la place de ce que l'on ne désire pas. C'est là l'immense différence avec un simple refus d'obéir.

Quand j'étais petit, si j'avais fait une petite bêtise avec un copain et que je pretextais le fait qu'il m'ait demandé de la faire, on me disait:
"Et si ton copain te demande de te jeter dans le canal, tu vas le faire aussi ?" ... histoire de titiller mon "propre jugement".

Pourquoi serait-il nécessaire d'avoir ou de vouloir systématiquement "proposer de belles choses" ?
Un refus, est un refus. Tu dis oui, ou tu dis non. C'est ta liberté.
C'est comme dit la Révélation d'Arès "ne pas faire un pas en avant", ne pas vouloir suivre celui qui fait des bêtises.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: HUMANISME ET SPIRITUALITE POUR VIVRE LA NON-VIOLENCE ACTIVE

Message  Invité le Mer 9 Avr 2008 - 2:08

J'entends désobéir dans le sens constructif. Par amener de belles choses j'entends proposer par notre propre exemple que l'on peut changer en soi et le monde tout en laissant le libre choix, le libre arbitre à ceux qui nous regardent.
Amener des belles choses peut se faire en refusant d'obéir ce qui prouve la réflexion de l'humain. Dans ce cas, tout acte, toute décision, quels qu'ils soient partent d'une réflexion.

Il peut y avoir irréflexion sur l'instant (l'exemple de l'enfant le démontre) mais la réflexion viendra malgré tout même si c'est après l'erreur.

Désobéir dans le sens constructif tel que je l'entends se fait par une attitude spirituelle et/ou des actes.
Le but de l'article n'est pas de parler de la désobéissance en elle-même mais de la non-violence dont la désobéissance (personnelle, civile) y est inclue.
La non-violence appelle a une grandeur d'âme.
L'article de Martin Luther King pour nous ramener à nous-mêmes et nous apprendre ou nous rappeler que l'humain peut accomplir de belles choses mais surtout peut et doit se changer au fond de lui-même.

Par extension la Révélation d'Arès nous appelle à la désobéissance en usant de non-violence. Désobéir (dans le sens de mettre autre chose à la place ex: chercher à comprendre au lieu de juger) aux dogmes, aux préjugés, aux limites que nous nous imposons, etc. Elle appelle aussi à la non-violence puisqu'il est dit "tu ne lèveras la main sur personne". Désobéissance, non-violence, appellent à une réflexion, à un regard lucide sur soi-même, à découvrir sa force, à appliquer la constance, ... voire à une action dans le monde. Par là-même c'est quelque chose de constructif !! Qui construit l'être qui désire à son tour que d'autres se construisent.

Assunta

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: HUMANISME ET SPIRITUALITE POUR VIVRE LA NON-VIOLENCE ACTIVE

Message  Invité le Ven 11 Avr 2008 - 14:02

Bonjour Assunta

On en revient toujours au même précepte, c'est que cette attitude part de "soi".
Dans ce cas, tout acte, toute décision, quels qu'ils soient partent d'une réflexion.
Ce "soi" n'est pas une référence collective. Chaque situation ne se ressemble pas. Nous ne sommes plus dans l'univers de la ségrégation qu'a connu Martin Luther King, pas plus que sous le joug de l'Empire britanique qu'a connu Gandhi en Inde.
L'un et l'autre sont de magnifiques exemples, source d'inspiration, de refléxion, mais chaque réponse est à adapter en fonction des paramètres qui varient au fil du temps.
Ce n'est pas la non-violence qui crée la grandeur d'âme, auquel cas il suffirait de s'asseoir par terre comme un yogi et de s'abstenir de tout acte.
"Pourquoi ne jugez-vous pas par vous-mêmes de ce qui est juste" (Jésus je n'ai plus les ref.).
Si nous sommes "Image et ressemblance" ce "soi-même" est seigneur., et il ne faut pas laisser quelqu'un décider à notre place. Si nous nous joignons à une action synérgique ou collective, c'est bien que nous y avons consenti en connaissance de cause.

C'est l'attitude spirituelle qui est à la source de la non-violence, parce qu'elle sait que ce n'est que par la pratique du Bien (Amour, justice, bonté, ...) que les choses peuvent évoluer en mieux.
Une bonne attitude spirituelle respecte la liberté de l'autre, elle ne lui impose rien.
La non-violence n'est pas une attitude spirituelle par elle-même, car dans certains cas, ce n'est pas l'attitude appropriée, ce qui ne veut pas dire non plus le contraire > "violence". Nous avons la possibilité de contester (de contestar répondre) par exemple, d'exprimer notre désaccord ..., de dire NON (liberté) . La non-violence pour la non-violence (sans réflexions) est stupide, même si elle a le mérite de ne faire de mal à personne, et si elle est inappropriée, elle génère une mauvaise reponse à la problématique.

L'éducation à la non-violence est une très belle chose si elle mène à la reflexion dont tu parles (sujet très vaste).


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: HUMANISME ET SPIRITUALITE POUR VIVRE LA NON-VIOLENCE ACTIVE

Message  Invité le Ven 11 Avr 2008 - 15:52

Merci Njama
C'est exactement ce que je voulais dire : la non-violence appelle à la spiritualité c'est évident. Et la non-violence s'apprend. Elle n'est pas innée. En cela elle est une grandeur et représente plus que le pacifisme car elle fait appel (sciemment, consciemment, pour celui qui désire l'appliquer dans sa vie) au meilleur de soi-même.

Le discours de martin Luther king démontre comment lui et tous ceux qui l'aidèrent, l'ont appliquée dans un cas très particulier, certes et il démontre bien dans les 6 points que celui qui veut appliquer la non-violence doit appliquer avant tout au fond de soi un changement.

Mais avant d'arriver à des extremes comme Gandhi et King l'ont vécu, il est important d'apprendre à être non-violent et la spiritualité nous y aide puissamment.
Assunta

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: HUMANISME ET SPIRITUALITE POUR VIVRE LA NON-VIOLENCE ACTIVE

Message  pat le Ven 11 Avr 2008 - 21:47

Je suis complètement d'accord avec vous
La non violence est une attitude qui témoigne d'une vie spirituelle épanouie.
Et aussi comme dit Assunta: la non violence appelle à la spiritualité, car je crois que tout acte spirituel est un témoignage en soi

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: HUMANISME ET SPIRITUALITE POUR VIVRE LA NON-VIOLENCE ACTIVE

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 0:52


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum