Spiritualités
anipassion.com

Foi de l'homme en lui-même....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Foi de l'homme en lui-même....

Message  pat le Mar 20 Mai 2008 - 23:13

Je suis désolé de délaisser un peu ce forum, mais je suis surchargé de travail depuis le début de ce mois. Cela ira mieux la semaine prochaine. Pourtant, je voudrais partager avec vous une réflexion qui n'est pas sans rapport avec d'autres sujets abordés dans ce forum.

Qu'avons nous encore à demander à Dieu? Nous avons déjà tout ce qu'il faut à l'intérieur de nous pour satisfaire notre demande.
C'est le cadeau de Dieu de nous avoir donné son Image et sa Ressemblance.
Que demander de plus?

Pensons plutôt à honorer ce cadeau.
En révélant ce formidable potentiel d'Image et Ressemblance.

Plus facile de feindre de croire qu'il suffise de prier pour que la Création se réalise, alors que nous sommes sans doute arrivé à un point d'évolution qui ne nous permette plus de laisser du temps au temps, car apparemment nous avons épuisé notre capital temps.

A écouter les uns et les autres, on a l'impression qu'il y a urgence. Et personne ou presque personne ne suggère qu'il va falloir très vite construire cette partie essentielle de notre être, celle qu'aucun microscope ne peut observer parce qu'elle est d'ordre qualitative : spécificité de l'être humain..

Bernard Henry Lévy disait l'autre jour à la radio cette phrase terrible: « Nous sommes menacés de dé-création »
Dé-Création, rien que de prononcer ce mot, j'ai comme une sorte d'effroi !

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Foi de l'homme en lui-même....

Message  Invité le Mer 21 Mai 2008 - 20:12

Merci Pat pour ce message... J'aime beaucoup tes messages et j'y prête une très grande attention.
Demander à Dieu ? Le fait est que par la bouche du Christ il nous dit : Demandez et vous recevrez ! Frapper et l'on vous ouvrira ! C'est-à-dire qu'il y a dans cette position de "demandeur" une posture d'humilité, une posture qui dit que l'on n'est pas plein "d'ego" ou d'orgueil et que nous sommes à même de recevoir autre chose... une compréhension toujours nouvelle de la vie, toujours plus profonde. Mais en fait je pense qu'il n'est même pas indispensable de croire car les croyances elles-mêmes m'apparaissent comme des structures rigides en soi et qu'elles sont issues de notre conditionnement ou éducation. Être ouvert...

Mais en même temps ce que tu exprimes m'apparait comme absolument vrai... C'est-à-dire que nous n'avons pas à "attendre" car si nous sommes "à l'image de Dieu" nous sommes sans doute une part de son dynamisme en action.
Ca me rappelle une petite histoire :
"Un homme, après un naufrage commence à dépérir sur un radeau au milieu de l'océan... Passe un navire qui lui propose de le récupérer, il refuse en affirmant qu'il a foi en Dieu et que celui-ci le sauvera sans nul doute. Le navire part et laisse le naufragé sur place... Trois jours plus tard, passe un hélicoptère et le même scénario se reproduit... Au final, l'homme meurt et, se retrouvant devant Dieu, il lui demande pourquoi il ne la pas sauvé... Et Dieu répond qu'il lui a envoyé un navire et un hélicoptère..."

Amitié à tous...


Dernière édition par Jean-Yves le Mer 21 Mai 2008 - 23:00, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foi de l'homme en lui-même....

Message  pat le Mer 21 Mai 2008 - 21:14

Jean-Yves, je vais te faire un aveu. Je ne crois qu'à deux ou trois choses et cela mène ma vie.

1-Je crois en l'homme, je crois en la parole donnée, je crois en la bonté, je crois en la droiture. Mais je sais aussi que l'homme est capable de barbarie inimaginable.
2- Mais je continue de croire qu'il peut changer s'il le veut
3- Et qu'il peut ressembler au Dieu dont il est l'Image et la Ressemblance.

Voilà mon esprit n'est pas encombré de croyances, mais je me battrais (pacifiquement('Cool')) tout ce qui me reste à vivre pour essayer de faire partager ces croyances, car je crois que nous n'avons pas d'avenir si nous négligeons cet aspect de nous mêmes.

J'ai bien conscience que pour partager cette foi, je dois tenir compte des athées pour qui l'Image et Ressemblance d'un Dieu ne veut rien dire. Avec eux je peux partager les effets de ce « dynamisme en action » dont tu parles et qui est pour moi l'effet visible, la conséquence de cette Image et Ressemblance.
Il peut être plus facile de partager cela avec un incroyant qu'avec un croyant tout rempli de préjugés.

L'important c'est de faire éclore la splendeur de l'homme, et Dieu sans doute trouvera que cela est bon, comme au premier jour de la Création et les conditions seront alors réunies pour qu'Il fasse signe à celui qui le niait.
C'est le rôle que Dieu se réserve, il est le Semeur. Alors le naufragé comprendra que le bateau ou l'hélicoptère qui passent lui sont adressés.

Merci de nous rendre visite. Je rappelle l'adresse de ton forum : http://spiritualite-laique.forumsactifs.com/index.htm

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Foi de l'homme en lui-même....

Message  Invité le Sam 24 Mai 2008 - 2:34

Bonsoir Pat
Tu cites BHL:
Bernard Henry Lévy disait l'autre jour à la radio cette phrase terrible: « Nous sommes menacés de dé-création »
Dé-Création, rien que de prononcer ce mot, j'ai comme une sorte d'effroi !
Ne voyant pas de trop ce que voulait dire ce mot "décréation", j'ai trouvé un interview de BHL au journal Information Juive , Réflexions sur le néo-antisémitisme qui précise cette pensée.
http://www.consistoire.org/infoJ/InfojNov07.pdf
J'y retrouve le même ton complexé de persécution auquel je suis habitué chez cet auteur (il n'est pas le seul) chez qui anti-sionisme vaut antisémitisme.
Le néo-antisémitisme étant une combianison d'anti-sionisme, de négationnisme, et de compétition des victimes.
Mais passons sur cette opinion que je partage pas, le sionisme étant plus ou moins bien accueilli , voire rejeté, au sien de la communauté juive. On peut aimer cette région et ses habitants sans être ni sioniste, ni anti-sioniste. Passons aussi sur l'usage de l'antisémitisme à des fins politiques.

Un peu plus loin, il s'exprime en raccourci sur sa vision de l'antisémitsme historique, idéalisant au passage cette diaspora (qu'il suppose uniforme ?) face à une humanité qui serait elle, complétement totalement "idolâtre".
I.J : Robert Wistrich a dit de l'antisémitisme qu'il était " la plus longue haine ". N'y a-t-il pas dans cette haine quelque chose d'irrationnel, peut-être de mystique ?

BHL : Vous voulez sans doute dire d'énigmatique. Je considère pour ma part que cela a à voir avec le fait que les juifs sont les porteurs de la loi. Ce à quoi on en veut, à la fin des fins, c'est à ce corps du judaïsme : la loi, la haine de l'idolâtrie, l'empêchement d'idolâtrer en rond. L'humanité veut être idolâtre, elle veut adorer l'Histoire, les idoles de fer et de sang et elle trouve, en travers de sa route, les juifs. C'est ce que dit Hegel : il y a ce petit peuple qui me fiche en l'air mon système dialectique et détruit ma théodicée. Il y a un peuple qui résiste et ne veut pas disparaître. Il continue d'exister à l'abri de ses barrières invisibles qui sont celles de la Torah. Pour lui, les juifs sont des gêneurs métaphysiques.
C'est un peu simpliste, mais pas tout faux. Effectivement, le judaïsme a véhiculé cette Torah avec fidélité au fil des siècles.

I.J : Vous définissez cette sagesse biblique comme " la nécessité d'une morale laborieuse, infatigable, efficace ".

BHL : C'est cette grande idée juive que l'homme est le collaborateur de Dieu. Que c'est à lui de faire en sorte que l'oeuvre de création se poursuive. C'est là une belle idée au sens propre et au sens grec étymologique du mot, une idée poétique. Cette sagesse biblique est une morale du faire, de l'action. Levinas - encore lui disait que le judaïsme est moins une optique qu'une pratique. Une optique cela veut dire un regard contemplatif vers Dieu. Une pratique cela veut dire prendre à bras le corps la chair des choses et d'y oeuvrer poétiquement.
Bref, cette sagesse a un message à livrer à tous.

I.J : Vous évoquez aux dernières pages de votre livre les leçons que le Gaon de Vilna et son disciple Haïm de Volozhine vous ont enseignées.
Qu'est-ce que ces maîtres vous ont appris ?

BHL : Enormément de choses. L'âme de la vie (Editions Verdier) de Haïm de Volozhin est pour moi un livre de chevet. Ce que vient faire ce rabbin à la fin de ce livre politique ? En vérité, il vient en renfort de ce que je crois être l'urgence politique du moment. C'est-à-dire : même - et surtout - quand on ne croit plus aux solutions toutes faites, qu'on ne croit plus que la cité idéale va nous tomber du ciel, il faut continuer d'agir. C'est ce que dit rabbi Haïm. Quelle est sa doctrine ? Elle consiste à dire trois choses . Un : Dieu a créé le monde ; deux : une fois la création achevée, il s'en est retiré ; trois :pour que le monde ne s'effondre pas comme un château de sable et qu'il ne se dé-crée pas, il faut que, par leur prière et leur étude, les hommes en soutiennent infatigablement les murailles fragiles. Le monde est menacé de se défaire et seuls les hommes peuvent empêcher ce processus de dé-création.
Eh bien, je dis qu'il en va de même pour la politique, pour la morale.
Et pour la France d'aujourd'hui.
Je note donc que le judaïsme (selon BHL) indique bien que l'homme est co-créateur, "Que c'est à lui de faire en sorte que l'oeuvre de création se poursuive", qu'il est avant tout "une pratique", "que la cité idéale (Jérusalem Céleste ?) ne va pas nous tomber du ciel" et qu'il faut continuer d'agir" pour "empêcher ce processsus de dé-création" pour ne pas anéantir, non pas le monde, car il nous survivrait d'une façon ou d'une autre, mais ce qui nous caractérise en propre, d'être "unis" au Créateur..

Au moins sur ces points je suis bien d'accord et cela rejoint ce que dit la révélation d'Arès.
Ou je le suis moins et pas du tout, c'est sur ses vues plus intellectuelles que politiques d'ailleurs, quand il dévalorise la tolérance au point d'en faire mépris, "dédain", intolérance dont la laïcité serait la matrice. Alors que la laïcité veille aux choix de chacun, croyants ou non-croyants.
I.J : Voici ce que vous écrivez à propos de la tolérance et de la laïcité : “Avec la tolérance, on fait des autodafés. Avec la laïcité,on fait dialoguer les livres, tous les livres, à commencer par les livres sacrés… La tolérance peut devenir le cimetière des démocraties alors que la laïcité est leur creuset”.

BHL : Je reprends là des analyses de Marcuse en particulier. Je crois que la tolérance prétend que toutes les idées se valent et que toutes les opinions sont équivalentes. Au nom de la tolérance on accepte tout. La tolérance met sur le même plan - non sans un certain dédain - toutes les opinions. La laïcité, elle, fait le partage entre ces opinions, entre celles qui appellent au meurtre et celles qui respectent les autres. La laïcité refuse l'idée que les religions aient quoi que ce soit à nous dire sur la façon dont doivent se lier le lien social et le lien politique.
"Avec la tolérance on fait des autodafés" !!! c'est complétement fou ce qu'il écrit dans son livre * confused

* "Ce grand cadavre à la renverse" Editions Grasset

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foi de l'homme en lui-même....

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:54


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum