Spiritualités

La laïcité expliquée à M. Sarkozy ... et à ceux ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La laïcité expliquée à M. Sarkozy ... et à ceux ...

Message  Invité le Sam 7 Juin 2008 - 21:38

Jean Baubérot, est un historien et sociologue français spécialiste de la Sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Après avoir occupé la chaire d'«Histoire et sociologie du protetantisme» (1978-1990), il est titulaire de la chaire d'«Histoire et sociologie de la laïcité» (depuis 1991) à L'Ecole pratique des hautes études dont il est le président d'honneur. Il a écrit vingt ouvrages, dont un roman historique. Il est le coauteur d'une Déclaration internationale sur la laïcité signée par 250 universitaires de 30 pays.


La laïcité expliquée à M. Sarkozy ... et à ceux qui écrivent ses discours



Un livre de Jean Baubérot
Compte-rendu de lecture par le CICNS

La "laïcité" est de nos jours si souvent invoquée, défendue, sacralisée, critiquée que chacun finit par croire qu'il connaît, à force de répétitions, la signification de ce terme. Rien n'est moins vrai et le dernier livre de Jean Baubérot "La laïcité expliquée à M.Sarkozy et à ceux qui écrivent ses discours" chez Albin Michel, s'emploie à montrer que même au plus haut niveau de l'État, des conceptions très personnelles de la laïcité et de son histoire ont été exposées, là où une prise de distance et une retenue étaient attendues.

Construisant son texte à la manière d'un commentaire composé des trois discours de Nicolas Sarkozy à Latran, à Ryad et au CRIF, Jean Baubérot pointe du
doigt des erreurs historiques, parfois non innocentes, et les interprétations hâtives ou erronées sur la laïcité par le chef de l'État. Cet exercice lui permet d'élargir la réflexion au-delà des discours prononcés par le Président pour présenter de façon didactique et dans un style non académique, une notion qui structure notre société.

L'impertinence salutaire du texte traduit sans doute l'agacement d'un chercheur devant les récupérations nombreuses dont fait aujourd'hui l'objet la laïcité.

Nous reproduisons ci-dessous quelques extraits. Dans ces extraits, le pronom "vous" désigne Nicolas Sarkozy (à moins d'une précision particulière).

http://www.sectes-infos.net/Jean_Bauberot_3.htm

Derrière ce lien qui redirige vers le CICNS* (défenseur des minorités spirituelles), vous découvrirez un petit florilège de citations croustillantes de ce spécialiste de la laïcité.
* Centre d'Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Laïcité et spiritualité ?

Message  Invité le Ven 13 Juin 2008 - 7:16

Je pense que les humanistes qui ont "imaginé" le principe de la laïcité, l'ont fait en gardant à l'esprit un fond spirituel commun à l'ensemble des hommes (c'est comme ça que je comprend la devise républicaine "liberté, égalité, fraternité").
L'une des forces de la laïcité serait de garantir la liberté de croire de chacun, or je trouve que certains défenseurs de la laïcité veulent effacer de la place publique toute forme de manifestation de foi, que cela vienne du président de la république ou de la jeune fille qui souhaite aller à l'école voilée. On souhaite tout simplement faire taire Dieu (du moins la représentation culturelle qu'on en a). Je ne pense pas que cela soit une solution, je pense qu'il faut tirer la laïcite vers le haut, et lui redonner sa part spirituelle, et d'ouvrir le dialogue sur les convictions des uns ou des autres plutôt que de faire taire celui qui exprime une conviction autre que républicaine et athée. Nous aurons tous à y gagner.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La laïcité expliquée à M. Sarkozy ... et à ceux ...

Message  Invité le Ven 13 Juin 2008 - 9:52

L'une des forces de la laïcité serait de garantir la liberté de croire de chacun, or je trouve que certains défenseurs de la laïcité veulent effacer de la place publique toute forme de manifestation de foi, que cela vienne du président de la république ou de la jeune fille qui souhaite aller à l'école voilée. On souhaite tout simplement faire taire Dieu (du moins la représentation culturelle qu'on en a).
La laïcité garantit la liberté de croire de chacun. Ce sont quelques politiciens (qui se disent peut-être laics) qui agissent au nom de la laicité. Ils ne veulent plus qu'elles soient neutre et l'utilisent à nos dépens en imposant leurs idées.
La laicité est là pour bien rappeler que le public et le privé sont nécessairement parfois séparés à juste titre : que la politique ne se mêle pas de religion qui doit rester du domaine privé et que la religion ne se mêle pas de politique. Par exemple jusqu'à ce débat, cette loi interdisant ou toute preuve extérieure religieuse, il n'y a jamais eu de problème en France pour les femmes portant un voile sur la tête. Il faut rappeler aussi que beaucoup de femmes musulmanes étaient contre le port du voile à l'école particulièrement parce qu'elles savaient que beaucoup d'hommes récupèreraient cela afin de continuer à dominer la femme dans la sphère publique (je fais allusion aux quartiers difficiles). Ce sont ces femmes-là, ces femmes musulmanes qui s'insurgèrent le plus.
Mais ne faites pas de la laicité une image négative ce qui n'est pas le cas. Ce sont les hommes qui désirent dominer politiquement, qui jouent sur cela afin de jeter le trouble et la disharmonie entre les gens. Diviser pour mieux régner en se servant de la laicité, au nom de la laïcité : ce qui est abjetc !!!!!!!!!!!!

-----------------------------------------------------

QU'EST CE QUE LA LAÏCITE ?

Opinion d'associations laïques

La laïcité est la forme institutionnelle que prend dans les sociétés démocratiques la relation politique entre le citoyen et l'état, et entre les citoyens eux-mêmes. Au départ, là où son principe était appliqué, la laïcité a permis d'instaurer la séparation de la société civile et des religions, l'état n'exerçant aucun pouvoir religieux, et les églises aucun pouvoir politique.
Pour garantir à la fois l'égalité de tous et la liberté de chacun, la laïcité distingue et sépare les domaines public, où s'exerce la citoyenneté, et privé, où s'exercent les libertés individuelles (de pensée, de conscience, de conviction) et où coexistent les différences (biologiques, sociales, culturelles). Appartenant à tous, l'espace public est indivisible : aucun citoyen ou groupe de citoyens ne doit imposer ses convictions aux autres. Symétriquement, l'état laïque s'interdit d'intervenir dans les formes d'organisation collectives (partis, églises, associations etc.) auxquelles tout citoyen peut adhérer et qui relèvent du droit privé.

La laïcité garantit à tout individu le droit d'adhérer à une conviction, d'en changer, de n'adhérer à aucune.
La laïcité de l'Etat n'est donc pas une conviction parmi d'autres, mais la condition première de la coexistence de toutes les convictions dans l'espace public.
Toutefois, aucune liberté n'étant absolue et tout droit supposant des devoirs, les citoyens restent soumis aux lois qu'ils se sont données.

La laïcité est-elle antireligieuse ?
Nullement. On peut être croyant et laïque, tout comme on peut être libéral ou socialiste et démocrate. La laïcité n'est pas l'irréligion : elle offre même la meilleure protection aux confessions minoritaires, puisque aucun groupe social ne peut être discriminé.
L'existence ou l'inexistence d'un dieu sont deux hypothèses également invérifiables du point de vue de la raison, et également inutiles à la gestion de l'intérêt public.
Indifférent et incompétent en matière de doctrines et de croyances, l'état laïque ne s'occupe que de ce qui relève de l'intérêt public.

La laïcité est-elle anticléricale ?
Par principe, la laïcité garantit la liberté de croyance et de culte dans les limites des lois communes et de l'ordre public. Cependant, elle s'oppose au cléricalisme lorsqu'il prône des discriminations ou tente de s'approprier tout ou partie de l'espace public.

La laïcité s'oppose-t-elle à la liberté d'expression ?
Au contraire : la liberté d'expression n'est pas seulement une condition nécessaire de la laïcité, elle en est l'origine. Les inventeurs de la séparation des églises et de l'état furent des contestataires des religions d'état, souvent protestants, persécutés pour leurs idées...
Ce qui menace la liberté d'expression, c'est bien plutôt le droit que se sont arrogés certains groupes à censurer toute opinion différente sous couvert d'une dignité blessée.
La liberté d'expression ne doit connaître d'autres bornes que celles de l'ordre public et de l'atteinte aux bonnes moeurs. Seules doivent être proscrites et poursuivies les insultes, les menaces et la diffamation envers des individus ou des personnes morales.

Qu'est-ce que la "laïcité plurielle" ou "ouverte" ?
Un slogan vide de sens et une absurdité conceptuelle. Confondant pluralisme et pluralité, on prétend accorder à chaque groupe se réclamant d'une identité collective des droits spécifiques.
Les termes de "laïcité plurielle" visent à diaboliser la laïcité en la présentant comme dogmatique. Ce sont les intégristes ou les relativistes qui emploient ce terme. Or ce sont eux qui présentent un danger réel pour la diversité des opinions et des appartenances : les premiers parce qu'ils sont certains de détenir une vérité incontestable et veulent l'imposer par la contrainte; les seconds parce qu'ils croient toutes les opinions contestables, et donc interchangeables. Or toute société a besoin d'un minimum de principes prioritaires.
En toute raison, on ne saurait à la fois défendre un espace public commun et accorder des passe-droits à tel ou tel groupe de citoyens. Ni discriminations, ni privilèges, telle est la devise de tout état garantissant à ses citoyens l'égalité de traitement.

Et la tolérance ?
La tolérance suppose toujours que quelqu'un tolère et que quelqu'un est toléré : en général, une majorité tolère des minorités. La laïcité fait mieux : les lois que le peuple se donne démocratiquement sont valables pour tous les citoyens. La citoyenneté étant aveugle aux différences, une minorité ne peut être traitée différemment de la majorité.

La laïcité s'oppose-t-elle au multiculturalisme ?
Non quand il est de fait, oui quand il est de droit. La laïcité défend la multiplicité des cultures contre les tentatives d'uniformisation du néolibéralisme, par exemple. En tant que fait, le multiculturalisme nous paraît être une chance.


En revanche, la théorie multiculturaliste mène à la destruction des sociétés démocratiques, car en partant du droit à la différence, qui va de soi, elle vise à défendre des différences de droits incompatibles avec l'égalité, et qui aboutissent au communautarisme, c'est-à-dire à la prétention de certains groupes d'échapper aux lois communes.
Le multiculturalisme est justement la conséquence d'un échec à définir un espace public dépassant les différences.
La volonté des multiculturalistes à rechercher l'égalité est légitime, mais les moyens qu'ils proposent jouent à contre-emploi : la discrimination positive, qui tend à rétablir l'égalité en compensant les inégalités culturelles, aboutit à des effets pervers qui renforcent l'exclusion plutôt que de l'atténuer. Le racisme des minorités envers la majorité ou envers les autres minorités mène à la guerre des ghettos.

Toute discrimination est par définition négative.
Au-delà des différences, nous croyons en l'unité fondamentale du genre humain. Voir en tout homme un autre soi-même : voilà tout notre programme.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La laïcité expliquée à M. Sarkozy ... et à ceux ...

Message  pat le Ven 13 Juin 2008 - 15:33

Jérome a dit :
L'une des forces de la laïcité serait de garantir la liberté de croire de chacun, or je trouve que certains défenseurs de la laïcité veulent effacer de la place publique toute forme de manifestation de foi, que cela vienne du président de la république ou de la jeune fille qui souhaite aller à l'école voilée.
Bien sûr, il ne faut pas s'imaginer dans cette affaire qu'il y a d'un coté les bons laïques qui voudraient une parfaite neutralité de l'Etat dans ce domaine et de l'autre les mauvais religieux qui voudraient rétablir je ne sais quel pouvoir perdu. Il y a ces deux catégories effectivement. Mais il y a aussi des laïques qui veulent éradiquer toutes formes de spiritualité et aussi toute forme de croyance en Dieu et il y a aussi des gens pour qui prononcer le nom de Dieu n'est pas devenu synonyme de gros mot.
Et j'adhère complètement à la suite de ton propos :

On souhaite tout simplement faire taire Dieu (du moins la représentation culturelle qu'on en a). Je ne pense pas que cela soit une solution, je pense qu'il faut tirer la laïcite vers le haut, et lui redonner sa part spirituelle, et d'ouvrir le dialogue sur les convictions des uns ou des autres plutôt que de faire taire celui qui exprime une conviction autre que républicaine et athée. Nous aurons tous à y gagner.
Pour ma part, je suis un peu fatigué de toutes ces analyses qui, à partir d'un mot, d'une attitude se lancent dans des suppositions, des pronostics tous, plus ou moins probables mais en même temps tous plus ou moins improbables. Ce jeu politicien et, lui aussi, pas si innocent que ça, finit par nous faire crier avant d'avoir mal, de sorte que nous nous mobilisons parfois en pure perte d'énergie.

Lorsqu'un élu, quel qu'il soit parle de Dieu, de spiritualité, il reste dans le cadre de la laïcité qui n'est pas de ne plus parler de ces sujets, mais qui est de permettre que tout le monde puisse le faire ou ne pas le faire, puisse l'écouter ou ne pas l'écouter.

Quant à dire que l'Etat ne doit pas s'occuper de religions, je crois que ce n'est ni possible ni souhaitable. L'Etat doit s'occuper de tout ce qui préoccupe ses citoyens. S'ils ont envie d'aller au foot-ball, on construit des stades et des routes pour y aller, s'ils ont envie d'aller au temple on fait la même chose. On ne laisse pas des croyants prier dans des caves. Un Etat dans la neutralité que certains voudraient qu' il soit, serait un Etat déconnecté de ses concitoyens. Une étanchéité parfaite entre les actes publiques et les croyances privées est impossible.
De la même façon que l'Etat s'occupe du droit du travail, alors que c'est essentiellement un contrat privé, qu'il s'occupe de la vie sociale, de la vie artistique...des citoyens dont il a la responsabilité, il doit aussi réfléchir à l'aspect social de la croyance.
Ce qu'il faut surveiller après, c'est que l'Etat n' avantage pas plus une religion qu'une autre, un Etat n'a pas à avoir une religion officielle, c'est ça la laïcité, mais à permettre à toutes les religions et à toutes les spiritualités qui respectent la loi de pouvoir s'exprimer librement et exprimer librement leur conviction en publique et en privé.

« Il ne faudrait pas que la laïcité devienne une religion civile qui exclurait à ce titre les convictions religieuses ». (Jean-Arnold de Clermont - Président de la Fédération protestante de France )

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La laïcité expliquée à M. Sarkozy ... et à ceux ...

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 0:48


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum