Spiritualités

Abd el-Kader

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Abd el-Kader

Message  pat le Dim 19 Oct 2008 - 20:11

Les Musulmans fêtent le bicentenaire de la naissance d'Abd el-Kader.
Ce résistant à la colonisation des français en Algérie, capturé en en 1847.
Emprisonné en France, c'est Napoléon III qui le transfert à Damas en 1852, respectant ainsi, enfin, la parole donnée par le duc d'Aumale et les généraux français lors de sa capture.
Homme d'honneur et de grande foi, il est un des premiers à avoir rédigé une charte pour un traitement humanitaire des prisonniers, bien avant Henri Dunant (1863).
« Tout Arabe ayant un Français ou un chrétien en sa possession est tenu pour responsable de la façon dont il est traité [...]. Au cas où le prisonnier se plaindrait du plus petit sévice, l’Arabe qui l’a capturé perdrait tout droit à récompense. »

Je doute que l'armée française qui se trouvait en face ait respecté les mêmes principes....et malheureusement l'histoire nous apprend que quelques uns seulement de nos officiers ont respecté cette règle lors de la guerre d'indépendance de l'Algérie.

A partir de 1852, Abd el-Kader quitte la France et fait le serment de ne plus jamais séjourner en Algérie. Le gouvernement français lui versera une pension jusqu'à la fin de sa vie et en 1855 il s' établit définitivement à Damas près du tombeau de son maître à penser : Ibn Arabi, le grand poète mystique musulman.
Dès lors Abd el-Kader se consacre à l'étude des manuscrits de Ibn Arabi et aux commentaires des grands textes coraniques.

Son enseignement à l'imitation de son maître est un enseignement de tolérance. Pour lui un juif, un chrétien, un musulman ou un païen en prière prient forcément le Dieu unique. C'est la théorie du wahdat al-wujud :
« Notre Dieu et le Dieu de toutes les communautés opposées à la nôtre sont véritablement un Dieu unique [...]. Il s’est manifesté à tout adorateur d’une chose quelconque - pierre, arbres ou animal- sous la forme de cette chose ; car nul adorateur d’une chose finie ne l’adore pour elle-même ; ce qu’il adore, c’est l’épiphanie en cette forme du vrai Dieu ... »

Admirable pensée, peu importe l'image que je me fais de Dieu, toutes choses témoignent de l'existence de Dieu dans cette chose ou mieux de la naissance de Dieu dans cette chose (épiphanie).
Ma prière s'élève forcément vers le Dieu unique dont les formes divergentes sont seulement la manifestation de la diversité culturelle où les messages divins ont été révélés.

« Pour qui le veut le Coran [...]
Pour qui le veut la Torah
Pour tel autre l’Évangile
Pour qui le veut mosquée où prier son Seigneur
Pour qui le veut synagogue
Pour qui le veut cloche ou crucifix
Pour qui le veut Kaaba dont on baise pieusement la pierre
Pour qui le veut images
Pour qui le veut idoles
Pour qui le veut retraite ou vie solitaire
Pour qui le veut guinguette où lutiner la biche. »


Etrange texte pour l'époque!
Etrange personnage qui restera fidèle à la parole donnée à son ennemi!
Plus encore, qui défendra au péril de sa vie les chrétiens maronites persécutés au Liban et en Syrie. A la suite d'un édit ottoman instituant une sorte de citoyenneté pour tous les habitants sans distinction de religion, les musulmans de la région, mécontents, ont voulu attenté à la vie de ces chrétiens. Abd el-Kader leur donnera asile et aura le courage de s'opposer aux siens en ces termes :
« Mes frères, votre conduite est impie ! Qu’êtes-vous donc pour vous arroger le droit de tuer des hommes ? À quel degré d’abaissement êtes-vous descendus puisque je vois des musulmans se couvrir du sang des femmes et les enfants. Dieu a dit : celui qui aura tué un homme, a commis un meurtre,et il sera regardé comme le meurtrier du genre humain tout entier » (CORAN).
La foule hurle sa haine :
Abd el-Kader, déterminé : « Les chrétiens, tant qu’un seul de ces vaillants soldats qui m’entourent sera debout, vous ne les aurez pas, car ils sont mes hôtes. »

La dignité et le sentiment d'appartenir à l'espèce humaine avant d'appartenir à un clan ou à une religion caractérisent la pensée d'abd el-Kader et de son maître Ibn Arabi, né plus de six cent ans avant lui.


Voici un texte qui illustre merveilleusement l'esprit de ces deux hommes de temps reculés et dont ce forum se réclame:

Mon cœur est devenu capable
D'accueillir toute forme.
Il est pâturage pour gazelles
Et abbaye pour moines !
Il est un temple pour idoles
et la Kaaba pour qui en fait le tour,
Il est les Tables de la Thora
Et aussi les feuillets du Coran !
Je crois en la religion de l'amour
Où que se dirige ses caravanes
Car l'amour est ma religion et ma foi

Ibn Arabi (1165-1240)

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Abd el-Kader

Message  Invité le Lun 20 Oct 2008 - 0:32

A la lecture du texte je me suis dit "Cet homme est Soufi". Je me suis renseignée et effectivement cet homme était SOUFI. Les soufis sont religieusement parlant, ouverts, tolérants et désirent l'entente entre toutes les religions ainsi qu'avec ceux qui ne croient pas. Ceux-ci n'étant pas - à leurs yeux - vus comme des êtres malfaisants ou considérés de mauvaise façon ou perdus. De plus ils respectent la liberté et libre-arbitre de l'humain - hommes et femmes puisque le soufisme les considèrent égaux.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abd_El-Kader
Troisième fils de Sidi Mahieddine, cheikh de l'ordre soufi Qadiri, et de Zohra une femme savante, il est né probablement le 6 mai 1807 à La Zaayah, une école religieuse de la Guyathnali (les Tentes), dans la région de Mascara, sur la route d'Oran. Son éducation religieuse soufiste, passe, dès huit ans, par le pèlerinage avec son père à la Mecque (le Hajj) puis se poursuit chez Ahmed Bilhar, son oncle paternel, l'étude du Coran, les principes des sciences physiques et morales, de la géométrie et de l'astronomie, la gymnastique, l'exercice du cheval et le maniement des armes. Enfin, Mahieddine envoya son fils dix-huit mois à Oran, chez Sidi Ahmed ben-Kodja, qui lui enseigna la politique.
http://djaladjomathematiques.blogspot.com/2008/01/le-soufisme-serait-il-le-salut-des.html
Voici une expression d'un Soufiste Mohamed Ould Sidi Mohamed (Moydidi)
Le soufisme serait-il le salut des musulmans d’Afrique ? Que pense l’islam de la femme du djihad et des non musulmans ?
Au moment ou notre continent connaît une escalade de violences, de mouvements et d’actions en rapport avec l’islam, il est plus-qu’impérieux de rappeler aux musulmans et non musulmans d’Afrique et d’ailleurs que notre religion est aux antipodes de ce que d’aucuns tentent de justifier ou de rapporter à cette religion dont le nom même signifie paix et salut... Cependant qu’est ce que le soufisme ? Quel est son sens et quels sont ses enseignements ? ses ambassadeurs ?
Selon plusieurs sources concordantes, le mot soufi s'apparente étymologiquement à la pureté (Assafa en Arabe) c'est à dire celui qui cherche à purifier son âme de ses vices cachés, et son cœur des biens matériels de ce bas monde. La beauté ou la clarté de son cœur se traduit par la beauté de son comportement et ses bonnes actions.
Le soufisme est né à peu près en même temps que l'Islam (vers le 8eme siècle). Il se démarque de l'Islam orthodoxe dans son rapport avec les autres religions. Pour le soufi, les religions du monde sont issues d'une même unité divine. Tous les êtres humains sont des frères. Les soufis estiment que la clé de la connaissance réelle de Dieu et l’accession au paradis est l'amour et se laissent guider par leur sentiment. Ils se rapprochent de Dieu par le le Wird, le Zikr ( invocation ) et la prière et mettent au centre de leur préoccupation l'amour de Dieu et de l'homme. Qu’ils soient Tijaniya, Quadiriya, Hamawiya ou autres écoles, toutes invoquent Dieu et prêchent le pardon, la tolérance, la charité et la recherche du savoir.
Le soufisme est un hymne à la vie en communauté. Il lutte contre l’obscurantisme et le fanatisme aveugle. Ses règles sont basées essentiellement sur l’amour du Cheikh, l’hospitalité, la générosité et la courtoisie.
En Afrique les grands cheikhs et érudits ont marqué l’islam et formé leurs disciples par la prière, le wird, le Zikr, le taouhid. Parmi ces grands érudits je vais nommer le grand Cheikh Sidiya El Kebir, le Cheikh Oumar Foutiyou Tall, El Haj Malick Sy, Cheikh Ahmaou Bamba, Cheikh Mohamed Fadhel, Cheikh Saadbou Haidara, Cheikh Baye Niass, El hadj Oumar Tall, Aguibou Tall, Le Cheikhou ahmadou amadou du Macina, le Cheikh Sid Ahmed Bekkaye de Tombouctou, le Cheikh Thierno bokar salifou tall, le Cheikh Hamahoullah, Ba Lobbo, Cheikh Ousmane Dan Fodio etc… qui sont des valeurs sures des grandes écoles soufiya d’Afrique.
Ces pionniers des grandes tarikhas ont balisé les pistes et aucun autre courant religieux islamique ou non venu d’ailleurs ne pourra endoctriner leurs disciples, leurs talibés et leurs héritiers. La soufiya, une voie, considérée à tort comme une forme de Shirk (idolâtrie) demeure aujourd’hui le meilleur rempart contre les idéologies dangereuses qui sèment la terreur légalisent la mort et la destruction.(voir sur le site la suite...)
Au sujet de la guerre sainte (djihad) :
Le terme de "djihad" mérite d'être clarifié. Le sens même du mot signifie « effort ». Accomplir le djihad veut dire "faire des efforts, lutter contre ses propres pulsions". Notre Prophète a expliqué que le plus grand djihad est celui "qu'une personne engage contre ses propres pulsions, contre elle même. Il faut entendre par là les désirs, les tentations, l’égoïsme. Une autre forme de Djihad est la discussion ou l’opposition intellectuelle contre les anti religieux ou les pourfendeurs de l’islam.
La guerre sainte au sens du combat (quital) est menée seulement pour se défendre ( soi même, son honneur ou son bien). Seul le chef suprême des musulmans autrement dit le commandeur des croyant peut décider de cette guerre. Depuis la chute de l’empire ottoman, qui est le chef de tous les musulmans ? moi je ne le connais pas.
Dieu nous dit aussi à propos de ceux qui provoquent les guerres ou attisent la guerre : "Toutes les fois qu'ils allument un feu pour la guerre, Allah l'éteint. Et ils s'efforcent de semer le désordre sur la terre, alors qu'Allah n'aime pas les semeurs de désordre." (Le Coran, sourate al-Ma'ida, verset 64
Aux premières heures de l’islam, plusieurs dizaines de musulmans et musulmanes furent harcelés, maltraités, torturés, et même assassinés, leurs concessions brûlées et leurs biens saccagés et emportés. Cependant ils n’ont pas songé à se défendre et ont continué à mener leur vie et travailler. Devant les agressions de plus en plus barbares des arabes païens, les musulmans émigrèrent en Ethiopie et à Médine. Le djihad a été autorisé par Dieu dans un but défensif, pour que les musulmans puissent défendre leurs vies et leurs biens et leur croyance. Dieu a dit à propos de la guerre sainte : « Il est autorisé à ceux qui sont attaqués (de se défendre) - parce que vraiment ils sont lésés; et Allah est certes Capable de les secourir - ceux qui ont été expulsés de leurs demeures, contre toute justice, simplement parce qu'ils disaient: "Allah est notre Seigneur". (Le Coran, sourate al-Hajj, versets 39-40
Les musulmans ont le droit de se défendre, mais pas de livrer des guerres à tour de bras contre d’autres religions pour s’imposer ou pour des raisons politiques ou d’accession au Pouvoir. Les colonnes musulmanes qui partaient en guerre du temps du prophète combattaient pour la cause de Dieu les païens mais pas de gens du livre ( chrétiens et juifs).
Combattez dans le sentier d'Allah ceux qui vous combattent, et ne transgressez pas. Certes. Allah n'aime pas les transgresseurs! (Le Coran, sourate al-Baqara, verset 190)
Ils combattaient d’une manière humaine et ne devaient pas brutaliser les hommes de foi, les faibles, les malades les femmes et les vieux. Ils ne devaient même pas abattre un arbre ou démolir une habitation.
La coexistence pacifique dans le choix des croyances revient aussi dans le Coran : Dieu nous dit : Dis : celui qui veut être croyant qu’il le soit et celui qui veut être incroyant qu’il le soit » (Coran, 18/29), ou encore : « pas de contrainte en religion » (Coran, 2/256). Notre religion condamne l’agression car « Dieu n’aime pas les agresseurs » (Coran, 2/190 et 5/87). Les termes paix, est cité dans 49 versets du saint Coran.
En ce qui concerne les rapport avec les non musulmans : Dieu nous interdit d’agresser un non musulman mais plutôt le traiter avec respect et humilité jusqu’à ce qu’il écoute la voie de Dieu et embrasse l’islam. L’attitude d'un musulman à l'égard des non-musulmans doit être empreinte d’humilité et de respect. Il doit traiter gentiment tous les non-musulmans
Allah ne vous défend pas d'être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables. Allah vous défend seulement de prendre pour alliés ceux qui vous ont combattus à cause de la religion, chassés de vos demeures et ont aidé à votre expulsion. (Le Coran, sourate al-Mumtahina, versets 8-9).
Allah nous informe dans le saint Coran que nous devons aimer les gens du livre et partager avec eux car leurs croyances sont les même que la nôtre. Nous croyons tous en un Dieu unique. Dieu nous invite à épouser des femmes chrétiennes et juives, à partager leurs nourritures…
Vous sont permises, aujourd'hui, les bonnes nourritures. Vous est permise la nourriture des gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise. (Vous sont permises) les femmes vertueuses d'entre les croyantes, et les femmes vertueuses d'entre les gens qui ont reçu le Livre avant vous, si vous leur donnez leur mahr, avec contrat de mariage, non en débauchés ni en preneurs d'amantes. Et quiconque abjure la foi, alors vaine devient son action, et il sera dans l'au-delà, du nombre des perdants. (Le Coran, sourate al-Maida, verset 5)
En Islam nous reconnaissons tous les prophètes et envoyés d’Allah ainsi que les livres révélés même si la bible a été plusieurs fois modifiée selon les circonstances.
Je ne souhaite pas clore cette petite parenthèse sur la vraie nature de l’islam sans évoquer cette phrase du grand mufti : « L’islam est l’une des religions les plus tolérantes (...) Tous les hommes sans exception sont d’après le Coran les intendants de Dieu sur terre. C’est Dieu seul qui a le droit de juger s’ils sont dignes de sa confiance. Personne n’a le droit d’intervenir en son nom (...) L’humanisme islamique englobe tous les hommes et recherche le dialogue avec toutes les formes de pensée et de civilisation. On n’a pas le droit d’ériger l’islam en système d’oppression de répression ».....
Mohamed Ould Sidi Mohamed (Moydidi)

----------------------------------------------------------------------

http://www.leprophetemohammed.net/q_s_n.php
Le site est animé par un collectif indépendant de musulmans issus de différents milieux associatifs et universitaires.
Les animateurs de ce site sont des français musulmans bien aux faits des questions de la société. Possédant chacun un certain degré de connaissance en matière de religion musulmane, ils comptent agir avec clairvoyance, sérénité et sincérité.
Le responsable de la rédaction est l’auteur du livre intitulé : « Au-delà des caricatures, le vrai visage du Prophète Mohammed », Noureddine Aoussat, diplômé des universités d’Aix-En-Provence, enseignant en management et militant associatif.
Sans affiliation à aucune grande ou petite fédération en France ou ailleurs, le collectif animant ce site, aspire à constituer un élément complémentaire à tous les acteurs musulmans oeuvrant volontairement et authentiquement pour le bien des musulmans en France.

« Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront.» Coran 3/104.
Aujourd’hui, éditorialistes avides de sujets sensationnels, intellectuels en mal de médiatisation, et politiques en course derrière l’électorat, tous semblent n’éprouver aucun scrupule à recourir au mensonge, l’amalgame et la fabulation, dans le seul but de diaboliser l’Islam. On occulte l’histoire et on feint d’ignorer que le message coranique enseigne le respect, la tolérance d’autrui et la paix :
« Si ton Seigneur l’avait voulu, tous ceux qui sont sur la terre auraient cru. Est-ce à toi de contraindre les gens à devenir croyants ? » Coran 10/99.
« Et dis : La vérité émane de votre Seigneur. Que croie celui qui veut, et que mécroie celui qui veut » Coran 18/29.
« Eh bien, rappelle ! Tu n’es qu’un rappeleur, et tu n’es pas un dominateur sur eux » Coran 88/21-22.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Abd el-Kader

Message  Invité le Mar 21 Oct 2008 - 15:51

Bonjour

je mêle un sujet à un autre en faisant un rapprochement qui ressemble à un grand écart que vous trouverez peut-être périlleux, mais il m'est venu à l'esprit, peut-être parce qu'Abdel kader était lui même un personnage politique (sultan):
J'écrivais:
La laïcité est pour moi garante de la paix sociale entre toutes sortes de convictions sans préférences.

Sujet: Benoît 16 a t-il lu la Révélation d'Arès?
que je rapproche de la tolérance exprimée par la prière d'Abd el-Kader , et de l'ouverture de cœur d' Ibn Arabî

« Pour qui le veut le Coran [...]
Pour qui le veut la Torah
Pour tel autre l’Évangile
Pour qui le veut mosquée où prier son Seigneur
Pour qui le veut synagogue
Pour qui le veut cloche ou crucifix
Pour qui le veut Kaaba dont on baise pieusement la pierre
Pour qui le veut images
Pour qui le veut idoles
Pour qui le veut retraite ou vie solitaire
Pour qui le veut guinguette où lutiner la biche. »


Mon cœur est devenu capable
D'accueillir toute forme.
Il est pâturage pour gazelles
Et abbaye pour moines !
Il est un temple pour idoles
et la Kaaba pour qui en fait le tour,
Il est les Tables de la Thora
Et aussi les feuillets du Coran !
Je crois en la religion de l'amour
Où que se dirige ses caravanes
Car l'amour est ma religion et ma foi

Que l'Etat nous laisse tranquille et reste dans sa neutralité, il n'a pas à se poser en directeur de conscience, mais à laisser évoluer librement les consciences. [Que les gouverneurs s'efforcent d'être un peu soufi Wink ]
Et que les religions ne cherchent pas à faire de leur puissance un protecteur.
La religion est une relation intime à la vie, la connexion amoureuse à l'autre. Le Temple est dans (le cœur de) l'Homme, pas dans les pierres des édifices, les symboles, les bruits du monde, les chandelles, l'encens, l'or, la puissance, ...
Le cœur, siège de la joie et des pleurs.

regards français sur Abd el-Kader et sur la conquête de l’Algérie. (toute une série d'articles sur lui > LDH ligue des droits de l'homme Toulon)
http://www.ldh-toulon.net/spip.php?rubrique33

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Abd el-Kader

Message  Invité le Ven 24 Oct 2008 - 23:16

Assunta a cité ces Versets du Coran:
« Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront.» Coran 3/104.

« Si ton Seigneur l’avait voulu, tous ceux qui sont sur la terre auraient cru. Est-ce à toi de contraindre les gens à devenir croyants ? » Coran 10/99.
« Et dis : La vérité émane de votre Seigneur. Que croie celui qui veut, et que mécroie celui qui veut » Coran 18/29.
« Eh bien, rappelle ! Tu n’es qu’un rappeleur, et tu n’es pas un dominateur sur eux » Coran 88/21-22.
Ô comme je me sens en phase avec eux !
Que l'Andalousie revienne ... je suis certain que nous pouvons faire bien mieux même. C'est ce que m'inspire la Révélation d'Arès.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Abd el-Kader

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:19


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum