Spiritualités

Laïcité ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Laïcité ...

Message  Invité le Ven 22 Mai 2009 - 23:35

La laïcité, un vieux débat ... que ta Chronique relance. L'occasion de faire le point sur le sujet.
La laïcité est une opportunité pour casser le mythe de la Vérité absolue que certains croyants pensaient détenir et au nom de laquelle ils exerçaient leur totalitarisme et leur hégémonie.

Le président de la République avait eu l'idée de relancer ce concept et parler d'une laïcité "positive", ce qui sous-entendait quelque part, soit, à mots couverts , que la laïcité, pure, simple pouvait avoir des aspects négatifs, ou, dans le meilleur des cas que cette notion avait besoin d'être enrichie en ouverture spirituelle.
Que nenni !!!!!

Qu'en est-il exactement à l'usage ?
Je ne peux que constater que sa laïcité dite positive s'en révèle que plus partiale, et sectaire.
Le décret 0092 paru dans le journal officiel de la République Française du 19 avril 2009 est signé de Sarkozy, Fillon et Kouchner. Il permet l’application de l’accord du 18 /12/2008 signé entre notre pays et le Saint siège.
Il s’agit donc d’un accord entre une institution religieuse de dimension mondiale (l’Eglise catholique) et la France. Il concerne l’enseignement supérieur catholique sur le territoire national français et non pas les enseignements supérieurs confessionnels, ce qui est déjà une discrimination dans le cadre français !
[...]

Qui habilite des instituts d’enseignement supérieurs catholiques sur le territoire français ?

• si c’est l’Etat du Vatican, il y a un problème de souveraineté
• si c’est l’Eglise catholique, il y a un problème de laïcité

En fait il y a les deux !

Mais, à quel titre l’Etat Français reconnaîtrait-il un diplôme de théologie ou de métaphysique chrétienne ? En quoi l’Etat laïque est-il concerné ? Cet Etat n’a pas à apporter sa caution à une pensée religieuse ;
Dans le cas présent il ne se contente pas de connaître cette pensée religieuse, il la reconnaît ; donc c’est anti-laïque .
Ce pouvoir pontifical n’est pas qu’un fantasme (même s’il est vrai qu’il y a des résistances dans l’opinion catholique elle-même. )…Il tend à vouloir s’exercer dans toute sa rigueur dogmatique et même réactionnaire. Par cet accord, l’Etat Français se soumet à la compétence d’une religion pour apprécier la valeur universitaire sur le territoire français. L’Etat soumet son appréciation à une religion.
[...]

Cet accord est anti-laïque puisqu’il bafoue l’indépendance de l’Etat par rapport aux religions et bafoue donc la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat

Cet accord est anti-républicain :il va à l’encontre des lois :* celle du 18 mars 1880 qui dans l’article 1 précise que les examens et épreuves pratiques qui déterminent la collation des grades ne peuvent être subis que devant les facultés d’Etat ; * celle de 1905 qui dans l’article 1 stipule que « la République ne reconnaît , ,ne salarie, ni ne subventionne aucun culte ; * contre l’avis de Conseil d’Etat de 1984 qui réaffirme que le principe du monopole d’Etat sur la collation des grades universitaires s’impose , même au législateur.

cet accord est anticonstitutionnel car il ne respecte pas l’article 53 de notre Constitution qui dit en substance que les modifications de traités, d’accords, de dispositions … ne peuvent être ratifiées ou approuvées qu’en vertu d’une loi.
Un recours en Conseil d’Etat pourrait annuler ce torpillage d’un des piliers de la laïcité car sous prétexte de faciliter les cursus universitaires en Europe, on n’a pas à liquider la laïcité de notre République.

Article partiellement retranscrit de Philippe Hardouin EDITO Golias Diplômes: un pacte concordataire
http://golias-editions.fr/spip.php?article2848

Face à cette dérive avérée et nettement partisane, ma conclusion (provisoire) est que ce n'est pas à l'État d'être laïc, mais à chacun de s'efforcer de l'être. Laïc, voulant dire Qui n'appartient pas au clergé ni à un ordre religieux. geek
D'ailleurs comment une Institution, ou des Institutions peuvent-elles être ou se prétendre laïcs (ou laïques) , C'est leur prêter des attributs de la "personne" ! Le meilleur gage de la laïcité est que chacun la respecte pour sa liberté de conscience, d'opinions, ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Laïcité ...

Message  pat le Mar 26 Mai 2009 - 21:47

Le meilleur gage de la laïcité est que chacun la respecte pour sa liberté de conscience, d'opinions, ...
Complètement d'accord et on pourrait appliquer cette maxime pour beaucoup de concepts.

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laïcité ...

Message  Invité le Mer 27 Mai 2009 - 0:47

Jean Baubérot * commente sur son Blog

* historien et sociologue français spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Titulaire de la chaire d'« Histoire et sociologie de la laïcité » à l' École pratique des hautes Études

Bon, je vous livre le texte publié par Le Monde (Article de Maryline Baumard. B. et C. Bonrepos).

Pour Jean Baubérot, " c'est un des fondements de la laïcité de l'enseignement qui est mis en cause "
LE SOCIOLOGUE des religions Jean Baubérot, auteur de /La Laïcité expliquée à M. Sarkozy/ (Albin Michel, 2008), estime que l'heure est grave. Avec l'accord passé entre la France et le Vatican sur les diplômes, "c'est un des fondements de la laïcité de l'enseignement qui est mis en cause, car celle-ci repose sur la collation des grades par les universités publiques ".
[...]
Ce professeur émérite à l'Ecole pratique des hautes études estime que les politiques abordent le sujet de la religion avec un regard biaisé :
"Les gouvernants privilégient les institutions. Ils n'ont toujours pas compris que les pratiques religieuses se sont individualisées et que les catholiques français entretiennent un rapport de liberté avec leur Eglise." Selon lui, c'est la difficulté, pour le politique, de construire un projet d'avenir qui "entraîne un repli identitaire réofficialisant de façon rampante des "racines chrétiennes" "Cela s'est accentué avec Nicolas Sarkozy, mais avait débuté avec Lionel Jospin, qui a institué, en 2002, un "dialogue institutionnel" avec le catholicisme .


[J. B. : et j’avais précisé dans l’interview que l’aspect gênant était non le dialogue lui-même, mais son aspect « institutionnel », dont une des conséquences est la présence du nonce dans la délégation catholique.
Très mauvais esprit comme je suis, je ne suis pas sûr que les évêques français disent exactement la même chose quand à leur degré d’opposition à l’euthanasie ou au mariage entre personnes de même sexe, suivant que le nonce n’est pas là, et est là, alors qu’il n’a pas de raison d’être là
.


LE FOND DU PROBLEME
c’est le double rôle du Saint-Siège et du pape : chef d’Etat d’un côté, voulant en avoir les pouvoirs d’un chef d’Etat, et autorité spirituelle de l’autre. Le jour où la direction de l’Eglise catholique aura vraiment accepté la laïcité, elle renoncera à l’Etat du Vatican.


ma conclusion (provisoire) est que ce n'est pas à l'État d'être laïc, mais à chacun de s'efforcer de l'être.
Ma seconde conclusion est qu'on ne peut pas rendre responsable de ces dérives le seul Chef de l'État (ici Nicolas sarkosy, ou son Gouvernement), car il faut bien que le pape y ait lui-même consenti, et les ait agréées, et que si le Saint-Siège n'est pas capable de laïcité, c'est aux catholiques de s'affirmer laïcs, c'est à dire libres de cette tutelle ecclésiale pour le très simple respect des convictions spirituelles de chacun.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Laïcité ...

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:19


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum