Spiritualités

CAIN ET ABEL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CAIN ET ABEL

Message  Invité le Mar 22 Sep 2009 - 12:57

Pour lire le texte entier
http://vie-spirituelle.all-up.com/bible-et-evangiles-f6/cain-et-abel-t409.htm?sid=c9607cbbe80d6582ebff4f35b056cfa7#2645

On peut donc remarquer que la conscience morale existait très tôt chez les hommes puisque les mythes les plus anciens condamnent le meurtre, la jalousie, la vengeance, la rivalité agressive. Qu'ils ont vite compris que la vie avait une valeur absolue et que la loi du plus fort représentait un véritable danger pour la pérennité de l'espèce.
Par contre on ne sent pas chez l'Homme une véritable compréhension de la nécessité impérieuse de tels comportements dans la réalisation de son humanité. Ces codes moraux sont restés au stade moral d'interdits sans véritablement atteindre la prise de conscience souhaitable sur le plan spirituel.
Je pense que si l'Homme en est resté à des codes moraux c'est parce qu'il a perdu cette vérité que Dieu est en lui, c'est-à-dire tout ce que Dieu a mis en nous, qui fait que nous sommes comme Lui image et ressemblance.
L'Homme peut se dire que Dieu est en lui mais si ce n'est pas une évidence ce sera difficile pour lui de le vivre.
Dieu existe c'est clair (enfin pour moi). Nous l'imaginons suivant notre croyance à mon avis. J'aimais beaucoup l'imaginer comme un homme jusqu'à ce qu'Il me parle et que je le ressente comme une immense énergie d'amour très difficile à décrire (je le sentais immense et infini) qui me parlait hors et dans moi.
La Révélation d'Arès affirme bien l'Image et Ressemblance de l'Homme avec Dieu sans être très explicite là-dessus à savoir comment vivre cela, le faire grandir en soi. Personnellement j'ai mieux compris et su comment développer cette Image et Ressemblance grâce à l'ontologie.
En comprenant que tout vient d'abord de l'intérieur de soi, on dépasse tout du moins on comprend les codes que l'Homme s'est donné. On comprend que l'autre c'est soi-même aussi, on prend mieux conscience de notre immense responsabilité vis-à-vis de Etres notamment aussi de la création. C'est quelque chose de merveilleux de comprendre cela même si ce n'est pas toujours facile dans la constance.
Les religions n'amènent pas à cette prise de conscience et si elles l'amènent c'est sous forme d'ésotérisme, ou de connaissance qui n'est donné qu'à certains sous forme de secret, de mérites (initiés, etc...). Donc l'Homme se réfère aux codes sociaux, religieux...
Il y a quelque chose à apporter. Il me semble que c'est un devoir !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CAIN ET ABEL

Message  Invité le Mar 22 Sep 2009 - 19:36

Ce texte écrit par Pat soulève la question du dépassement ou plutôt de la transcendance de l'Homme.
Dépasser ses défauts pour faire valoir ses belles qualités. Et rejoint, grâce à ce dépassement, l'idée de se réharmoniser : l'homme valoriser son féminin en lui et la femme ne pas oublier son masculin ou réciproquement suivant le cas de chacun.
Se réharmoniser fera dépasser tous les mythes, donc toutes les violences (thème du blog de FM http://freesoulblog.net/jII/jIItv.htm).
Le lien entre le texte de Pat et le thème de la dernière entrée de FM est super !

Je mets la réponse à la question que j'ai posé à Frère Michel, et sa réponse très intéressante.

22sep09 99C06
L'homme et la femme ne sont-ils pas un mythe à eux tout seuls ?
Sans généraliser, les préjugés et visions très basses projetés sur eux ne les ont-ils pas transformés en une sorte de mystification ? Équilibrer le masculin et le féminin en eux permettrait de faire éclater les autres mythes les entourant.
Maryse

--------------------------------------------------------------------------------
Réponse :
Vous soulevez un sujet dont le développement serait plus long qu'une simple réponse dans un simple blog.
Je ne peux, si j'ai bien compris votre question, que répondre brièvement : Oui, un mythe sépare le masculin et le féminin, qui cependant ne sont pas interchangeables. Ils sont complémentaires.

Leur différence ne porte pas sur le fondamental humain, mais seulement sur la biologie, de toute façon.

La Révélation d'Arès dit: L'homme (l'humain) est de chair, d'esprit et d'âme (17/7).

Partant de là, que puis-je dire du masculin et du féminin et des mythes qui les prétendent radicalement différents ?

Concernant la chair, leurs chairs montrent respectivement des différences notables. Physiologiquement et donc psychiquement, pour la part de psychisme respectivement afférente à la différences physiologique, chaque homme n'est pas et chaque femme n'est pas un mythe en soi.
Il y a la réalité homme psycho-physiologique d'un côté et la réalité femme psycho-physiologique de l'autre côté, chacun remplissant certaines fonctions différentes et possédant dans ses fonctions respectives des capacités et des qualités psycho-physiologiques différentes.
Mais ces fonctions respectives sont très loin de rendre compte de leur vie commune ou, si vous préférez, du fondamental humain. C'est là un point capital, celui où les mythes font éclater la réalité. La réalité est que les différences entre la chair masculine et la chair féminine ne sont pas essentielles, mais complémentaires. La Bible écrite dans un hébreu qui ne dispose pas de termes abstraits dit cela autrement et joliment : ...et ils ne sont qu'une seule chair.(Genèse 2/24).

On peut voir cette seule chair (la compénétration des chairs) comme seulement nécessaire pour faire l'enfant, mais c'est parler par l'instinct animal, du moins barbare. Ici la réalité s'est transcendée: L'humain pouvait rester au stade animal-barbare ou le dépasser. Il l'a dépassé, pas assez encore, mais il l'a dépassé.
C'est son existentialisme.
Autrement dit, l'humain a imprimé à sa vie une autre existence, commune: la communauté homme/femme ou femme/homme, en dépassant les existences primitives et distinctes du mâle et de la femelle.
Même si cette communauté est encore floue ou incertaine dans bien des cas, l'humain (le descendant de l'Adam devenu barbare par choix, Rév d'Arès 2/1-5), étant existentiel du fait de l'image et ressemblance du Créateur en lui (Genèse 1/27), est largement, au cours des âges, remonté du stade barbare — D'ailleurs, La Révélation d'Arès lui propose une nouvelle remontée, l'ultime.
De sorte que, dans l'état actuel de l'humain, il est déjà mythique en effet de parler de l'homme comme d'une existence et de la femme comme d'une autre existence, parce que la notion de mâle et femelle est bien plus que dépassée. Parler de mâle et de femelle humains séparément est devenu aussi inepte que de parler de tronc séparément des membres.
Certes l'humain tronc peut vivre, mais si on le nourrit. Sinon il n'est pas viable. Il y a infirmité grave, due au mythe. Le masculin et le féminin sont tous les deux tout à la fois et indistinctement le tronc et les membres, malgré que le mythe continue d'agiter sa hâche ou sa scie pour séparer la seule chair. La soudure du tronc et des membres est encore instable, du fait du mythe, en effet. La soudure reste à recréer totalement pour revenir à une seule chair. D'elle sortira une nouvelle évolution physiologique, sans aucun doute.

Concernant l'esprit, aucune différence ! Les différences résultent de la culture qui est la source de quantité de mythes, de loin les plus gros concernant respectivement l'homme et la femme..

Concerne l'âme, aucune différence ! Des mythes existent dans le domaine spirituel dans des cultures lointaines, mais le judaïsme, le christianisme et l'islam les ont reconnus faux en totalité, bien que n'ayant pas dans la pratique de la vie vaincu tous les mythes culturels, loin s'en faut.

Donc, pour finir, les différences entre homme et femme sont encore pour la plupart mythiques.

Vous avez raison.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum