Spiritualités

Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Jeu 8 Oct 2009 - 12:58

... la femme L'a protégé.


"Un peu de toi en nous, mon Dieu"



Une “prière” que j’aime beaucoup :
Elle provient du Journal d’Etty Hillesum, daté du 12 juillet 1942 :
une prière que la jeune femme écrivit quand elle comprit, en écoutant la radio, la réalité de l’extermination du peuple Juif, extermination qu’elle connu elle-même à Auschwitz, où elle mourra le 30 novembre 1943 :


"En moi ce jasmin continue de fleurir"




« Ce sont des temps d’effroi, mon Dieu. (…) Une chose cependant m’apparaît de plus en plus claire : ce n’est pas toi qui peux nous aider, mais nous qui pouvons t’aider, et ce faisant, nous nous aidons nous-mêmes. C’est tout ce qu’il nous est possible de sauver en cette époque et c’est aussi la seule chose qui compte : un peu de toi en nous, mon Dieu. Peut-être pourrons-nous aussi contribuer à te mettre au jour dans les cœurs martyrisés des autres. Oui, mon Dieu, tu sembles assez peu capable de modifier une situation finalement indissociable de cette vie. Je ne t’en demande pas compte, c’est à toi au contraire de nous appeler à rendre des comptes, un jour. (…) Il y a des gens qui cherchent à protéger leur propre corps, qui pourtant n’est plus que le réceptacle de mille angoisses et de mille haines. Ils disent : “Moi, je ne tomberai pas sous leurs griffes !” Ils oublient qu’on n’est jamais sous les griffes de personne tant qu’on est dans tes bras. (…) Tu connaîtras sans doute aussi des moments de disette en moi, mon Dieu, où ma confiance ne te nourrira plus aussi richement, mais crois-moi, je continuerai à œuvrer pour toi, je te resterai fidèle et ne te chasserai pas de mon enclos. (…) Derrière la maison, la pluie et la tempête des derniers jours ont ravagé le jasmin. (…) Mais quelque part en moi ce jasmin continue de fleurir, aussi exubérant, aussi tendre que par le passé. Et il répand ses effluves autour de ta demeure, mon Dieu. Tu vois comme je prends soin de toi. Je ne t’offre pas seulement mes larmes et mes tristes pressentiments, en ce dimanche matin venteux et grisâtre je t’apporte même un jasmin odorant. »





Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Jardinière dans l'âme.

Message  Invité le Jeu 8 Oct 2009 - 13:02

Quelques autres passages extraits de son Journal : “Une vie bouleversée”

Seul le savoir qui mène à la sagesse vous apporte le bonheur et non celui qui mène au pouvoir.

Lorsque on a de l’aversion pour son prochain, on doit en chercher la racine dans le dégoût de soi-même.

Il faut d’abord apprendre à se pardonner ses défauts, si on veut pardonner aux autres. C’est peut-être l’un des apprentissages les plus difficiles pour un être humain.

Les hommes se servent de l’autre pour se laisser persuader d’une chose à laquelle au fond de leur cœur ils ne croient pas. On cherche dans l’autre un instrument pour couvrir le son de sa voix intérieure. Si chacun de nous écoutait un peu plus sa voix intérieure, s’il essayait de faire retentir une voix en soi-même, alors il y aurait beaucoup moins de chaos dans le monde.

Ce qu’on a obtenu librement de soi-même est plus solidement fondé et plus durable que ce qui s’est développé sous la contrainte.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Femme en dignité

Message  Invité le Jeu 12 Nov 2009 - 19:15

Post trouvé sur un média du Web :

"Que de blablas Mad pour tenter de minimiser ce qui se passe dans le monde, la majorité sont le fait d'hommes et la majorité est contre les femmes et les enfants, tout le reste de votre discours consistent à dire oh ne regardons ce que font les hommes car il y a quelques femmes qui peuvent faire pareil...

d'ailleurs même vos religions monothéistes sont masculines et ont réduite la femme à un objet qui n'a pas d'âmes...faut arrêter de nous l'a raconter historiquement la femme a été et reste l'être le plus maltraité sur terre en raison de sa féminité et l'enfant car il est aussi dépendant.

Et qui vous parle d'excuses ?? vous êtes le seul a tenter de faire des hommes de pauvres petites choses alors qu'ils ont tout les pouvoirs encore et ne respectent pas la vie en lui infligeant leurs folies.

Vous savez le jours où les hommes seront excisés, voilés, subiront des tortures d'ordres sexuels en majorité, subiront des salaires inférieurs, des remarques vulgaires sur leurs masculinités etc... Razz on en parlera de vos excuses..."


Embarassed

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  pat le Jeu 12 Nov 2009 - 20:46

Mais vous ne le saviez donc pas ? Dieu n'a pas créé la femme.
Un être de second plan ! La femme !
-Indigne d'être un prophète. Prophétesse peut-être , un peu folle quoi !
-indigne d'exercer la fonction sacerdotale dans la plupart des religions
-indigne d'assister à la prière avec les hommes chez d'autres
-indigne de disposer de son corps dans presque toutes les religions
-indigne de représenter Dieu qu'on préfère avec une grande barbe
-indigne d'être libre et de se représenter elle-même dans encore beaucoup trop de mouvements religieux de par le monde.
L'homme, ce guerrier viril, a bien mérité une place de choix auprès d'un dieu qu'il s'est créé à sa ressemblance.

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Jeu 12 Nov 2009 - 23:42

Mais vous ne le saviez donc pas ? Dieu n'a pas créé la femme.
Et pourtant ... il est écrit:

Adam donna à sa femme le nom d'Ève: car elle a été la mère de tous les vivants.
Genèse 3/20 Bible Louis Segond

L'homme donna pour nom à sa compagne "Ève" parce qu'elle fut la mère de tous les vivants.
Genèse 3/20 traduction du Rabbinat

Le glébeux crie le nom de sa femme: Hava-Vivante. Oui, elle est la mère de tout vivant.
Entête 3/20 traduction A Chouraqui (très littérale, mot à mot)

Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme ou "de la" femme ?
Ève, la mère de tous les vivants

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Ven 13 Nov 2009 - 0:20

à mon sens


Dieu s'est blotti dans l'âme de la femme



DIACONESSE*


*Dans les premiers siècles, se dit de femmes chrétiennes régulièrement
au service de l'[Assemblée] (en grec diaconos, tardivement diaconissa).
(...)
Paul, le grand organisateur, sait ce qu'il refusera et demandera à la femme. Elle
n'enseignera pas dans les assemblées (1Co 14:34)
image et texte :
http://servirdieu.skyrock.com/ (le blog d'une femme catholique attirée par le service de Dieu/empêchée par la hierarchie)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Ven 13 Nov 2009 - 0:55

*Dans les premiers siècles, se dit de femmes chrétiennes régulièrement au service de l'[Assemblée] (en grec diaconos, tardivement diaconissa).
(...)
Paul, le grand organisateur, sait ce qu'il refusera et demandera à la femme. Elle n'enseignera pas dans les assemblées (1Co 14:34)

Et oui, d'Adam à Paul, que d'eau passée sous le pont ! de "femme_mère de tous les vivants" à ... "femme" !

Cor 11/ 3 à 16

Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l’homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ.
Tout homme qui prie ou qui prophétise, la tête couverte, déshonore son chef.
Toute femme, au contraire, qui prie ou qui prophétise, la tête non voilée, déshonore son chef : c’est comme si elle était rasée.
Car si une femme n’est pas voilée, qu’elle se coupe aussi les cheveux. Or, s’il est honteux pour une femme d’avoir les cheveux coupés ou d’être rasée, qu’elle se voile.
L’homme ne doit pas se couvrir la tête, puisqu’il est l’image et la gloire de Dieu, tandis que la femme est la gloire de l’homme.
En effet, l’homme n’a pas été tiré de la femme, mais la femme a été tirée de l’homme ;
et l’homme n’a pas été créé à cause de la femme, mais la femme a été créée à cause de l’homme.
C’est pourquoi la femme, à cause des anges, doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend.
Toutefois, dans le Seigneur, la femme n’est point sans l’homme, ni l’homme sans la femme.
Car, de même que la femme a été tirée de l’homme, de même l’homme existe par la femme, et tout vient de Dieu.
Jugez-en vous-mêmes : est-il convenable qu’une femme prie Dieu sans être voilée ?
La nature elle-même ne vous enseigne-t-elle pas que c’est une honte pour l’homme de porter de longs cheveux,
mais que c’est une gloire pour la femme d’en porter, parce que la chevelure lui a été donnée comme voile ?

Si quelqu’un se plaît à contester, nous n’avons pas cette habitude, non plus que les Églises de Dieu.

Il ne convient pas de blâmer et encore moins juger Paul, ou sa pensée très imprégnée de pharisaïsmes, l'apôtre Pierre (Simon-Pierre) était parfaitement sur la même longueur d'onde. Mœurs de l'époque ! et puis c'est à cause des anges !

Évangile selon Thomas * logion 114.

1 Simon Pierre leur dit :
2 Que Mariam sorte de parmi nous,
3 parce que les femmes ne sont pas dignes de la Vie.
4 Jésus dit :
5 Voici que je l'attirerai
6 afin de la faire mâle,
7 pour qu'elle soit, elle aussi, un esprit vivant,
8 semblable à vous, les mâles.
9 Car toute femme qui se fera mâle
10 entrera dans le royaume des cieux.

* d'après mes souvenirs, cet évangile a toujours eu cours dans l'Église copte qui en gardait des fragments, (bien qu'écarté par le Concile d'Hippone en 393 puis de Carthage en 397) tout comme le livre d'Hénoch - à vérifier -

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Ven 13 Nov 2009 - 1:24

Mais vous ne le saviez donc pas ? Dieu n'a pas créé la femme.
Et pourtant ... il est écrit:

Adam donna à sa femme le nom d'Ève: car elle a été la mère de tous les vivants.
Genèse 3/20 Bible Louis Segond

Adam n'est pas un homme mais représente le peuple humain (hommes et femmes) spiritualisé (qui a reçu l'image et ressemblance donc les 5 dons que Dieu définit dans la RA).
Eve de l'hébreu, H'ava signifiant " la Vivante "
Il n'y a rien de physique ou de domination de l'homme sur la femme ici.
En fait tout doit être vu d'un point de vue spirituel et non pas littéral (Paul est parole d'homme et pas de Dieu).
Dieu demande au peuple humain (hommes et femmes) de nommer les êtres. Alors pourquoi l'homme donnerait un nom à la femme. Si c'est le cas la réciproque doit être vraie. Mais à mon avis cela est ajout d'homme.
Il ne faut pas oublier aussi que la Parole a été modifiée pour asseoir un pouvoir sur la femme.

Voici tiré de l'enseignement de FM :
- L'homme a fait de la femme le symbole des plus grandes tentations, la tentation par excellence. Ce n'est pas ainsi que Dieu voit la femme.

- La femme, malgré sa soumission à l'homme, a réussi à transmettre quelque chose. Il faut arriver à saisir cela, à le rendre créatif mais sans renverser les rôles.

- Il faut développer une image de Bien chez la femme !

- Dieu a le souci de réhabiliter la femme : Dieu veut que la femme reprenne son rôle spirituel.

- Que Marie soit vierge, ce n'est pas cela le plus important. Marie, c'est la mère [qui met au monde des fils spirituels] !



TIRE DU BLOG DE FM DONT JE N'AI PAS RELEVE LE N° D'ENTREE ET DE COMMENTAIRE

Je profite de mon commentaire pour recevoir un enseignement sur un point de la Genèse qui m’interpelle — Ne publiez pas ce paragraphe frère Michel, si vous l’estimez hors de propos ou si vous ne voyez pas la nécessité d’y répondre —. Lorsqu’il est écrit que la femme est née de la côte d’Adam? J’espère que c’est une parabole, parce que c’est faux dans le sens de l’évolution des espèces et c’est aussi à partir de la chute d’Éden, que la femme à tellement subi, souffert des violences des hommes et qu’en se rebellant par autodéfense, elle devient aujourd’hui dans le monde plus indépendante, se donnant une liberté, un épanouissement, une reconnaissance qui durant des siècles lui furent refusés?
J’ai bien une réponse dans la Veillée 1 de l’Évangile donné à Arès [Première partie de La Révélation d'Arès], mais ce n’est pas clair dans mon esprit lorsque je suis dans ce passage de la Bible. Sans que cela me taraude chaque jour, j’en suis interpellé et je tiens leur rendre hommage chaque jour, comme vous me l’avez toujours montré frère Michel.


Réponse :
Dans la Veillée 1 de La Révélation d'Arés je ne vois pas de réponse à votre question sur Ève conçue de la côte d'Adam (Genèse 2/21-23). Il n'est question d'Ève ou Haouah que dans (Rév d'Arès 2/3), dans (37/6) et dans (v/3) et pas du tout sous l'angle de la création de la compagne d'Adam. Autrement dit, La Révélation d'Arés n'évoque nulle part les conditions dans lesquelles Ève fut créée.
Dans la Bible, la création d'Ève est évoquées deux fois.
La première fois dans (Genèse 1/27)Ève n'est pas nommée et est simplement appelée femelle. À cet endroit il est simplement dit que
Dieu créa l'homme à son image, à sa ressemblance il le créa, mâle et femelle il les créa.
La dexième fois dans (Genèse 2/21-23) Ève n'est pas nommée non plus et est simplement appelée femme, et où il est en effet question d'une côte prélevée sur Adam, comme un greffon est prélevé d'un arbre, pour en former
une femme.
Cela signifie simplement que l'homme et la femme ne font qu'une seule chair (Genèse 2/24) tant dans l'union charnelle que dans leur constitution physique, c.-à-d. ils sont de la même espèce, dont la capacité spirituelle (image du Créateur, Genèse 1/27), en plus de la capacité biologique (image de l'animal), est unique sur terre et sans doute dans l'univers.




Phrases tirées du magazine, Frère de L'Aube, n°65 :
Ayez confiance en vous ! Que grandisse et devienne déterminant votre rôle comme transformatrices de cette société, transformatrices à part entière ! Vous aussi êtes appelées à changer le monde (Révélation d'Arès 28/7) ! Vous pouvez même faire plus que les hommes, notamment plus que les hommes de pouvoir, en agissant sans polémiquer comme ils le font. Aux femmes, il faut rappeler toute la confiance que le Créateur leur porte ; aux hommes il faut les appeler à établir partout les femmes dans leurs mérites, parce que la femme a la paix (Rév. d'Arès 9/1-5, XXVII/9 → 14, etc.). Ce n'est pas le plus mince défi lancé à notre civilisation de soumission féminine et d'inégalité des sexes, c'est même un baromètre fiable que les pèlerins d'arès peuvent consulter souvent pour "évaluer" la qualité de leur pénitence et de leur changement. Et cette "guerre des sexes" présentée dans la Genèse (3/16) comme une sombre fatalité, pire, une punition consécutive au péché originel, Dieu nous apprend à Arès qu'elle est de l'entière responsabilité de l'homme... [À ce sujet, voir l'article : "La domination de l'homme sur la femme"] :
http://forumspirituel.discutfree.com/forum-d-information-et-d-enseignement-f2/la-domination-de-l-homme-sur-la-femme-t453.htm

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Ven 13 Nov 2009 - 2:00

Évangile selon Thomas * logion 114.

1 Simon Pierre leur dit :
2 Que Mariam sorte de parmi nous,
3 parce que les femmes ne sont pas dignes de la Vie.
4 Jésus dit :
5 Voici que je l'attirerai
6 afin de la faire mâle,
7 pour qu'elle soit, elle aussi, un esprit vivant,
8 semblable à vous, les mâles.
9 Car toute femme qui se fera mâle
10 entrera dans le royaume des cieux.

Quand il est dit de la faire mâle cela veut dire réveiller le masculin en elle afin que les apôtres la considèrent comme eux (à l'époque les femmes n'avaient quasiment aucun droit).
Ici le contraire est valable car sous-entendu (les apôtres hommes doivent réveiller leur féminin) afin qu'il n'y ai plus rejet entre l'homme et la femme mais complémentarité.

C'est super c'est ce que l'on doit réussir à équilibrer en nous si ce n'est déjà fait.

Il y a aussi l'évangile de marie-madeleine de Leloup
cela rejoint celui de thomas
Les religions ont tout sali particulièrement les femmes, jusqu'à aujourd'hui. C'est pour cela que les gens ne veulent plus de dogmes, notamment celui sur les femmes aussi.
C'est bien ça bouge et il ne faut pas faire revenir les choses en arrière.
La crise est et sera positive car elle permettra de faire évoluer les choses (masculin/féminin voir plus haut)
mais si ça recule ça sera terrible et c'est les femmes qui prennent toujours en premier; il faut éviter cela.
Il est important de comprendre tout cela non pour valoriser un genre plutôt qu'un autre mais pour faire changer les choses. Cela (masculin/féminin) doit se comprendre, se savoir pour avoir un autre regard les uns sur les autres, complémentaires et ne plus se déchirer, se diviser et se faire souffrir. Aucun Humain n'est parfait ! Mais nous tendons tout ici à la perfection !!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Ven 13 Nov 2009 - 2:04

Il ne faut pas oublier aussi que la Parole a été modifiée pour asseoir un pouvoir sur la femme.
Dans le verset cité, il ne me semble pas justement que la parole ait été modifiée. C'est l'interprétation femelle/ femme / icha / Eve qui a été amalgamée en synonymie , et est devenue réductrice.
Ève/ Hava exprime assez précisément (c'est un Mystère tout de même) l'idée que Dieu s'est blotti dans l'âme de la femme

Il est bien dit qu'Adam (l'homme) la nomme Icha, comme il lui donne le nom d'Eve au verset 3/20 cité plus haut. Ce sont des noms en référence à ses qualités. En cela il les reconnaît en elle.
Mais avant, verset 1/27
Dieu créa l'homme à son image; c'est à l'image de Dieu qu'il le créa; Mâle et femme furent créés à la fois.
traduction du Rabbinat
Mâle et femme traduit par mâle et femelle dans la TOB, et par il créa l'homme et la femme dans la Bible Louis Segond

2/23. Et l'homme dit: Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair! on l'appellera femme, parce qu'elle a été prise de l'homme.
Bible Louis Segond

2/23 Et l’homme dit: "Celle-ci, pour le coup, est un membre extrait de mes membres et une chair de ma chair; celle-ci sera nommée Icha, parce qu'elle a été prise de Ich."
traduction du Rabbinat

2/23.
Le glébeux dit: « Celle-ci, cette fois, c’est l’os de mes os, la chair de ma chair, à celle-ci il sera crié femme ¬ Isha ¬: oui, de l’homme ¬ Ish ¬ celle-ci est prise. »
traduction A Chouraqui

d'où femme, Icha, Eve, ne peuvent avoir le même sens. C'est ce que j'en déduis.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Ven 13 Nov 2009 - 3:36

Ce sont des paroles et interprétations. La femme ne sort pas de la côte d'Adam comme on l'a rabâché et fait croire. C'est complètement faux pour asseoir une domination. Dieu a créé l'Homme (homme et femme) tant sur le plan physique que spirituel. L'idée de la femme sortie d'adam est une façon de mettre l'homme en premier et la femme en second.
Il nous faut dépasser les interprétations de toute façon.
[peut-être y a-t-il eu mauvaise compréhension ici le féminin de l'homme qu'il prend pour une femme et qu'il renie son côté féminin ?]

FM donne la signification :
il est en effet question d'une côte prélevée sur Adam, comme un greffon est prélevé d'un arbre, pour en former une femme.
Cela signifie simplement que l'homme et la femme ne font qu'une seule chair (Genèse 2/24) tant dans l'union charnelle que dans leur constitution physique, c.-à-d. ils sont de la même espèce, dont la capacité spirituelle (image du Créateur, Genèse 1/27), en plus de la capacité biologique (image de l'animal), est unique sur terre et sans doute dans l'univers.


L'homme et la femme sont fait de la même espèce avec chacun une capacité spirituelle (dans le Coran il est dit que Dieu regarde seulement les coeurs) et constitué comme l'auroch (chair cf RA). Le reste que tu cites ce n'est pas sûr et je pense que c'est invention pour prévaloir d'une autorité par rapport à un genre.
C'est le côté spirituel qu'il faut présenter aujourd'hui, le reste les femmes (dont je m'inclue) et certains hommes aussi n'en veulent plus, parce qu'il y a toujours division au lieu de créer quelque chose de Beau.

FM a dit aussi "Dieu nomme Adam et Ève. L'homme va alors porter un nom propre." Cela me paraît plus véridique et évident !!



---------------------------------


Trouvé sur un site :



Rôle de la femme

http://ducielalaterre.org

De nos jours la femme s'émancipe de plus en plus et fait preuve d'une certaine sensibilité et d'une plus grande ouverture d'esprit concernant la spiritualité. N'a-t-elle pas, dans les temps actuels et dans les temps à venir, un rôle important à jouer?

« Nous répondons ceci: "contrairement à ce qui vous est enseigné dans les livres ou les religions, la femme a toujours eu un rôle important depuis qu'elle existe. Même si elle n'a pas toujours eu un rôle visible, elle a eu un rôle très conséquent. N'oubliez pas la Mère de votre Frère Jésus.

Nous voudrions vous dire aussi ceci : les hommes ont cru à leur supériorité. Si Jésus n'a choisi que des disciples hommes, ce n'est pas qu'il méjugeait la femme ou qu'il la trouvait inférieure, c'est simplement que dans le monde où il se mouvait à cette époque, dans la conscience des hommes qui vivaient il n'y avait pas place pour la femme. Cela ne veut pas dire qu'elle n'existait pas, mais c'était les hommes qui faisaient la loi, et même si les femmes guidaient souvent cette loi, les hommes voulaient avoir la première place.

Les hommes sont le complément de la femme et il ne faut pas qu'il y ait dualité entre eux. Tant qu'il y aura dualité entre l'homme et la femme il ne pourra pas y avoir avancement.

La femme d'aujourd'hui a développé une plus grande sensibilité que l'homme, parce que l'homme est toujours enfermé dans ses anciens schémas de fonctionnement, dans sa logique, dans son analyse. La femme n'a pas la même logique, la même analyse, parce qu'elle sait. Elle comprend avec des sens qui ne se sont pas encore totalement éveillés chez l'homme.

Cependant la femme, pas plus que l'homme, ne gérera toute seule le monde de demain. Si actuellement elle a la chance, par des acquis, par son travail, de s'être éveillée un tout petit peu plus rapidement que l'homme, il est nécessaire qu'elle l'aide.

Ce que nous vous demandons, c'est que pendant le parcours qui unit un homme et une femme ils puissent marcher main dans la main disant : « tu es mon complément, j'ai besoin de ton énergie, j'ai besoin de ta force, j'ai besoin de ta conscience, j'ai besoin de ton intuition, j'ai besoin de ton amour. »

C'est ainsi qu'il faudrait faire et non créer des querelles un peu « sexistes ». Pour nous le sexe n'a pas de réalité, il y a seulement des incarnations différenciées. Alors que chacun essaie de vivre du mieux possible avec le vêtement physique, le véhicule de manifestation qui lui a été donné, sans dominer l'autre, en cheminant main dans la main avec l'autre, que ce soit avec son compagnon, son frère ou son ami. C'est ce que vous devez apprendre. Si les femmes d'aujourd'hui ont une avance sur les hommes, qu'elles prennent cette avance pour les aider, pour les ouvrir davantage.

Les hommes ont écrit l'histoire, mais bien souvent ce sont les femmes qui l'ont faite. »

Le nouveau monde verra l'équilibre se rétablir entre le masculin et le féminin, entre l'homme et la femme, et aussi entre la partie masculine et la partie féminine de chaque être humain. Tout sera en équilibre.

Une nouvelle compréhension naîtra de la grande sensibilité de la femme. Elle n'est pas pour la guerre car elle donne la vie et ne l'enlève pas. La femme de demain aura un rôle pacificateur, révélateur.

Nous parlons de la véritable femme, celle qui est complète en elle-même, celle qui a fait l'unité dans ses parties masculine et féminine. Elle sera très grandement secondée par l'homme.

Il est absolument nécessaire que dans votre société il n'y ait pas de dualité entre un homme et une femme ! Il faut qu'il y ait unité ! Chacun d'eux a un rôle important, que ce soit au niveau de l'énergie ou de la sensibilité. Un homme ne capte pas les énergies de la même façon que la femme et ne les restitue pas de la même façon.

Demain les femmes pourront réparer un peu ce que les hommes n'ont pas pu faire ou ont profondément dérangé.

Malheureusement il y a actuellement des femmes que nous pouvons qualifier de « dangereuses ». Il y en a d'ailleurs dans des gouvernements de certains pays, mais elles ne resteront pas longtemps en place. »

Ils me montrent une image de paix. Je vois des femmes qui sont la représentation de la mère dans toute sa beauté, dans sa pureté, de la mère qui réconforte, de la mère qui aide, de la mère qui donne naissance à une autre vie. C'est le symbole de la femme de demain qui aura auprès d'elle l'homme qui lui aussi donne la vie.

« N'oubliez jamais ceci : L'homme et la femme sont nécessaires à la vie ! Nous ne parlons pas de la procréation. Bien évidemment à ce niveau-là l'homme et la femme sont complémentaires ! Nous parlons de l'équilibre de la vie.

Tant qu'il y aura dualité, tant que la femme sera, comme dans certains pays, le symbole d'un sexe ou de la débauche, il ne pourra pas y avoir la paix. La femme et l'homme doivent retrouver leur vraie place.

Certaines religions ont fait beaucoup de tort à cette unité. Elles ont totalement évincé les femmes. Il y a eu des civilisations merveilleuses sur ce monde où l'unité de l'homme et de la femme a été absolue. Dès que l'un ou l'autre a voulu dominer, ces civilisations se sont écroulées.

Pour en revenir au rôle de la femme, nous aimerions dire ceci : vous, les femmes, commencez par faire l'équilibre en vous, commencez à prendre réellement votre place, la vraie place, celle d'une femme qui est là pour donner, pour rassurer, pour rayonner son Amour et sa Force.

Une femme est beaucoup plus forte qu'un homme, non dans la force physique mais dans l'énergie, dans la conscience, dans ce qu'elle peut réaliser.

Alors grandissez et grandissez encore ! Faites ressortir en permanence ce qu'il y a de plus beau, de plus fort en vous, et soyez certaines que l'équilibre entre vous et les hommes se fera très rapidement.

Au tout début ils accepteront peut-être difficilement de ne pas avoir le premier rôle, mais quel est le premier rôle ? Dans l'Amour il n'y a pas de premier rôle, il n'y a simplement que le désir profond de transformer en beauté et en perfection ce qui ne l'est pas encore.

Essayez de commencer par une petite chose qui est en vous, que vous voulez éliminer ou transformer jour après jour. Petit à petit, vous arriverez à la fusion dans l'Amour avec vous-même, c'est-à-dire avec votre Partie Divine, à la fusion avec tout ce qui vous entoure, à la fusion avec tout l'Univers ».

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :


  • qu'il ne soit pas coupé
  • qu'il n'y ait aucune modification de contenu
  • que vous fassiez référence à notre site http://ducielalaterre.org
  • que vous mentionniez le nom de Monique Mathieu


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

de Ich à Icha

Message  Invité le Ven 13 Nov 2009 - 15:13

ils sont de la même espèce, dont la capacité spirituelle (image du Créateur, Genèse 1/27)
= Ils sont de même nature ... >> adamique.

L'Éternel Dieu dit: Il n'est pas bon que l'homme soit seul; je lui ferai une aide semblable à lui.(2/18)
Bible Louis Segond
"une aide digne de lui" dit la traduction du Rabbinat.

De Ich à Icha, ce n'est que la prise de conscience d'une même identité ... adamique.

adam n'est pas un Nom (comme le précisait navy), c'est la nouveauté spirituelle qualitative qui s'ajoute à sa capacité biologique (image de l'animal).
Ich/Icha identité adamique ... avant l'âme.

Eve, c'est autre chose > mère de tout vivant.

D'ailleurs ma pensée évolue, elle se questionnait "Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme ? ou de la femme ? ...

Dieu s'est blotti en la femme, vecteur pour y perpétuer le don de la vie accordé une seule fois.
Eve serait peut-être (?) ce côté Mére en Marie, femme symbolique de toutes les Ève.

Je ne vois pas de contradictions entre la Genèse et la Bible. Par contre il faut sortir de cette image populaire de la femme_côtelette ,
La deuxième fois dans (Genèse 2/21-23) Ève n'est pas nommée non plus et est simplement appelée femme, et où il est en effet question d'une côte prélevée sur Adam, comme un greffon est prélevé d'un arbre, pour en former une femme.
le sens de la Bible est beaucoup plus riche, très subtil, et non équivoque.
La complémentarité, c'est l'aide, et non deux natures adamique, et évique distinctes. C'est ce que j'essaie de montrer.


Ce n'est pas Dieu qui nomme, c'est l'homme qui nomme.

Et l'homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs; mais, pour l'homme, il ne trouva point d'aide semblable à lui. (2/20)
Et l’homme dit: ... celle-ci sera nommée Icha, parce qu'elle a été prise de Ich." (2/23)
L'homme donna pour nom à sa compagne "Ève" (3/20)


Icha parce que issue de Ich et complémentarité - aide - (il la reconnaît de même nature que lui - il n' y a aucun rapport de supériorité /infériorité). C'est lui (adam) qui lui donne ce nom
C'est l'expression de sa prise de conscience et qui marque qu'elle est "comme lui Icha/Ich. La création de Icha est complémentaire, elle ne change rien à la nature adamique, Dans la Bible Dieu dit "nous allons lui donner une aide" (je cite à peu près)

Pour moi les qualité spirituelles sont strictement identiques entre hommes et femmes. C'est exactement le même potentiel, ce que confirme le logion 114 de Thomas.

En termes de qualités spirituelles qualitatives, la femme n'est dotée d'aucune aucune spécificité différentielle par rapport à l'homme. Conséquence très importante >> C'est pourquoi on peut parler de stricte égalité ontologique (nature de l'être) entre hommes et femmes.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Ven 13 Nov 2009 - 15:27

Évangile selon Thomas * logion 114.

1 Simon Pierre leur dit :
2 Que Mariam sorte de parmi nous,
3 parce que les femmes ne sont pas dignes de la Vie.
4 Jésus dit :
5 Voici que je l'attirerai
6 afin de la faire mâle,
7 pour qu'elle soit, elle aussi, un esprit vivant,
8 semblable à vous, les mâles.
9 Car toute femme qui se fera mâle
10 entrera dans le royaume des cieux.
Jésus ne dit pas qu'il va changer la nature de Marian, il dit qu'il va l'attirer, faire resurgir, l'amener à (re-)prendre conscience que la femme est comme l'homme, de même nature, égale. Nature enfouie sous les sables des traditions, autant pour Paul, Simon-pierre que pour Mariam.
Il éduque tout le monde ainsi.
C'est ce que je comprend.


Dernière édition par njama le Ven 13 Nov 2009 - 15:46, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Ven 13 Nov 2009 - 15:37

Merci njama pour ce développement éclairant, notamment,



Adam n'est pas un Nom (comme le précisait navy), c'est la nouveauté spirituelle qualitative qui s'ajoute à sa capacité biologique (image de l'animal)

et pour Adam, nommer Eve,

C'est l'expression de sa prise de conscience et qui marque qu'elle est "comme lui" Icha/Ich. La création de Icha est complémentaire, elle ne change rien à la nature adamique.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Ven 13 Nov 2009 - 15:51

Merci Njama pour ces précisions beaucoup plus claires !!

Frère Michel avait expliqué en répondant sur son blog (ce que Navy dit)

FM donne la signification :
il est en effet question d'une côte prélevée sur Adam, comme un greffon est prélevé d'un arbre, pour en former
une femme.
Cela signifie simplement que l'homme et la femme ne font qu'une seule chair (Genèse 2/24) tant dans l'union charnelle que dans leur constitution physique, c.-à-d. ils sont de la même espèce, dont la capacité spirituelle (image du Créateur, Genèse 1/27), en plus de la capacité biologique (image de l'animal), est unique sur terre et sans doute dans l'univers.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Ven 13 Nov 2009 - 15:53

Je trouve le texte de la Genèse très riche en subtilités, mais si on le survole, on n'en garde qu'une vue grossière, superficielle, alors qu'il me semble très précis.
C'était autant intéressant que capital de remettre les idées à leur place, le regard porté sur la femme, sur Ève, mère de tout vivant en elle ... restaurer l'image qualitative qui est loin de celle de la côtelette d'Adam , ou de la servante de l'homme.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

LA FOI DES FEMMES

Message  Invité le Sam 2 Jan 2010 - 15:25

LA FOI DES FEMMES



illustration : http://revelation-ares-26.over-blog.net/article-19719352.html


Yëchou tremble, la femme tremble ; Yëchou pleure, la femme pleure.
Le Livre, Révélation d'Arès, XXVIII-2



Voir aussi sur AF,
La Femme montre la Foi (à suivre)
http://ascensionfraternelle.blogspot.com/2010/01/la-femme-montre-la-foi-suivre.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Lun 25 Jan 2010 - 11:45

http://www.jovanovic.com/mensonge.htm

Le MENSONGE UNIVERSEL
de Pierre Jovanovic






Chapitre 1 : Le secret bien gardé

Selon le Livre de la Genèse, Adam et Ève ont été expulsés du paradis parce qu'ils avaient mangé une pomme. Et depuis ce terrible jour, vous et moi sommes voués au malheur : tels des Sysiphes, nous devons pousser ce « péché » tout au long de notre vie sans jamais pouvoir racheter la faute originelle de nos lointains parents, et encore moins ouvrir la porte du paradis.

C'est une condamnation éternelle, une malédiction divine, proférée par Dieu en personne à l'encontre de l'humanité, simplement parce que Ève a été trop curieuse... Nous sommes donc tous coupables, et la femme plutôt dix fois qu'une.

Pourquoi ?

Selon saint Paul, Tertullien et saint Augustin, parce que cette faute est retransmise de génération en génération par l'union sexuelle , elle-même n'étant qu'une pure répétition systématique du péché originel.

Ainsi, avant même de naître, tout être humain est d'office condamné puisqu'il n'est que le fruit d'une répétition constante de la faute !

Et tout cela à cause d'un serpent qui s'était distingué en vendant des Encyclopédies Universalis non pas en porte à porte mais d'arbre en arbre. Des milliers de commentateurs juifs, catholiques, protestants et musulmans ont écrit des kilomètres d'explications aussi savantes que bizarres sur cette « faute originelle », cette « chute de l'homme », cette « perte de la grâce », cette « perversion de la femme », etc., sans jamais convaincre véritablement.

Et pour cause... Ce « péché originel » a permis par exemple à saint Paul, le théologien favori du Vatican ( surtout aujourd'hui ), d'écrire que « la femme est un corps sans tête », et à saint Jérôme de dire que « la volupté avec une femme est un crime à classer juste après l'homicide ». Même au cours du XIXe siècle, pourtant plus éclairé, le prêtre catholique Lamennais a affirmé que « la femme est une statue vivante de la stupidité parce qu'en la faisant d'un reste de limon, Dieu en a oublié l'intelligence ». Seul problème, cette apologie du « péché originel » imposée par la Bible et tous ses prêtres ne repose sur rien !

Depuis presque trois mille ans, des millions d'hommes et de femmes ont été nourris d'un texte qui a été entièrement maquillé, truqué et transformé par un ou plusieurs scribes hébreux entre 1250 et 800 av. JC.


Il n'y a jamais eu de serpent.

Il n'y a jamais eu de péché de la femme.


En revanche, il y a bien eu un mensonge phénoménal grâce à un savant « mélange » de passages ôtés et d'autres réécrits. Le scribe qui a rédigé le Livre de la Genèse a simplement pris un texte sumérien intitulé Enki et Ninhursag, antérieur d'au moins 1500 ans à la naissance de l'écriture hébraïque, et en a modifié toute la structure pour l'adapter à « ses » besoins comme vous allez le découvrir dans ce livre.

Au cours de l'histoire, ce mensonge a été plus meurtrier que le principe de l'esclavage, plus efficace que le principe du droit divin et plus neutralisant que toutes les bombes atomiques réunies.

Lorsque j'avais six ans et que je suivais les cours de catéchisme prodigués par les gentilles sœurs dominicaines, je fus marqué par leur obsession à nous parler du serpent, le « Prince du Mensonge ». Elles nous donnaient des crayons de couleur afin que nous dessinions la scène d'Adam, d'Ève et du serpent dans le jardin d'Éden. Celui ou celle qui dessinait le serpent le plus menaçant gagnait une image pieuse. Aujourd'hui, je sais d'avance qu'avec ce livre, je ne gagnerai pas d'image pieuse, sauf peut-être de mes lecteurs.

Le « Prince du Mensonge » n'est pas celui auquel on pense et qu'on nous montre avec tant de frénésie depuis des siècles ( afin de nous empêcher de regarder ailleurs ).

Le « Prince du Mensonge » est bien ce scribe hébreu qui a jeté les bases du plus grand holocauste intellectuel de l'Occident en désignant, entre autres, la femme comme responsable de tous les maux de l'existence humaine.


Ève n'a jamais mangé de pomme, ni donné d'interview à un serpent tentateur.

Elle ne nous a jamais condamnés.

En revanche, celui qui nous a menti, et gravement culpabilisés, est bien le rédacteur du jardin d'Éden , ce scribe-traducteur que les spécialistes nomment « J » et qui a saccagé le texte original sumérien pour l'arranger à sa façon, en enlevant les passages qui le gênaient.

Mais comment ce J. en est-il arrivé là ? En collant le texte sumérien original au texte hébreu, en analysant les passages enlevés, et en comparant les modifications, nous allons découvrir les véritables raisons qui l'ont amené à réécrire le texte et à changer son histoire ( et du même coup l'Histoire ).

La question qu'on pourrait alors se poser est la suivante : « Comment se fait-il que personne n'ait jamais parlé de ça ? ». Réponse :

1 ) parce que la première traduction de la tablette originale sumérienne a été faite en... 1915, c'est-à-dire en pleine Première Guerre mondiale, autant dire que c'est tombé à plat, et :

2 ) parce que cela oblige à remettre en question tout ce qui nous a été enseigné sur le sujet depuis le début. Vous imaginez un prêtre annoncer à la fin de sa messe : « Mes chers fidèles, il n'y a jamais eu de péché originel. C'est ennuyeux, parce que j'ai fait sept années d'études la-dessus au séminaire » ... ?

Les spécialistes du sumérien, eux, connaissent très bien ce texte puisqu'ils l'ont traduit dès le début du XXe siècle. Et c'est d'ailleurs leur vilain secret ! Mieux placés que tous les autres universitaires, ils savent depuis longtemps que la personnalité et les actions de la déesse Ninhursag ressemblent étrangement, et point par point, à celles de Yahvé. C'est également l'observation de Gwendolyn Leick, une grande spécialiste anglaise de la littérature sumérienne :

« Il y a un remarquable manque de communication entre les spécialistes qui planchent sur leurs tablettes et le grand public. La pression de la vie académique contemporaine rend ce rôle de médiation et de communication encore plus difficile. En conséquence, la plupart des informations phénoménales de l'une des plus grandes civilisations reste confinée au monde fermé des sumérologues et des exégètes bibliques ».

En 1945, le grand sumérologue Samuel Noah Kramer l'a pourtant souligné avec infiniment de délicatesse, de peur que les fondamentalistes bibliques américains se servent de son origine juive pour l'attaquer, et aussi que les rabbins ultra-orthodoxes viennent à lui reprocher de remettre en cause leurs saints textes ( dictés soi-disant par Dieu en personne à Moïse ). Pas évident de se retrouver coincé entre deux forces antagonistes aussi puissantes.

Alors, comme une vérité impossible à développer, ils l'ont gardée et en discutent de temps à autre entre gens de bonne compagnie tout en attirant l'attention sur une autre tablette cunéiforme, celle qui raconte le Déluge. Pourquoi ? Parce que celle-ci montre que les faits rapportés par la Bible sont bien exacts.

Au début du XXe siècle, pour les universités anglo-saxonnes c'était l'argument choc pour obtenir les financements des riches veuves très pieuses. N'importe quel département d'assyrologie digne de ce nom aurait vu ses dons privés disparaître s'il s'était amusé à trop montrer que le texte hébreu du jardin d'Éden a moins de valeur que le plan original du jardin des Tuileries.

Et puis remettre en cause le texte mythique de la Bible, celui du Jardin d'Éden, c'est avant tout aller au casse-pipe académique, social, religieux, bref un enterrement (universitaire) de première classe... Pas de vagues.

C'est pour cela qu'on voit toujours aujourd'hui dans tous les dictionnaires cette phrase suffisamment floue : « Les textes bibliques ont des parallèles plus anciens ». La notice de l 'encyclopédie Encarta, consultée chaque jour par des centaines de millions d'écoliers et d'étudiants , en est le parfait exemple :

« Le récit biblique de la création d'Adam et Ève diffère seulement par quelques détails de nombreux autres mythes semblables du Moyen-Orient ancien et d'ailleurs. Des thèmes semblables apparaissent également dans des sources mésopotamiennes anciennes comme l'Épopée de Gilgamesh, datant d'environ 1800-1700 av. JC. (...)

La plupart des spécialistes actuels de la Bible prennent cependant l'histoire d'Adam et Ève pour ce qu'elle semble être : une histoire hébraïque des origines humaines ayant beaucoup de points communs avec les mythes d'autres peuples anciens, mais un certain nombre de traits distinctifs.

La valeur religieuse du récit ne s'en trouve nullement diminuée mais simplement redéfinie ».


« Par quelques détails » et « nullement diminuée ».. Quant on pense qu'au concile de Constantinople, les évêques se sont physiquement battus pour l'emplacement d'une virgule dans une simple définition de l'Esprit saint !

Songez de plus qu'il n'existe même pas un livre grand public dédié exclusivement au texte sumérien du jardin d'Éden !

Certes, on trouve une trentaine d'analyses (en 90 ans, c'est finalement très peu) publiées dans des revues ultra-spécialisées du type Journal of Near Eastern Studies , des communiqués savants comme le très vieux Cuneiform Parallels to the Old Testament du professeur Rogers, ou des doctorats contemporains du genre « Le rôle mythologique d'Enki et de Ninhursag dans la perception du monde anté-diluvien » ou « Enki-Ea, analyse diachronicale des textes et images issues des toutes premières sources sumériennes », où le sujet qui nous préoccupe, lui, reste toujours mineur.

Dans cette dernière thèse de doctorat par exemple, soutenue par Peter Espak, le jardin d'Éden est expédié sans jamais insister sur l'extraordinaire détournement littéraire biblique dont l'auteur est pourtant le témoin. Il est vrai, sa thèse a été soutenue à la faculté de théologie de l'université finnoise de Tartuu. Et qui dit théologie, dit terrain glissant pour un étudiant qui veut obtenir sa thèse.

Les universitaires sont certes connus pour travailler les détails, et en assyriologie plus qu'ailleurs, mais cela explique-t-il qu'ils finissent parfois par ne plus voir l'ensemble ? Et dans le cadre du texte Enki & Ninhursag, on peut même se demander quelle est la part de l'auto-censure... Alors peut-on franchement dire que les grandes « Religions du Livre » ne reposent sur rien à partir du moment où le texte précis du Livre de la Genèse est un faux ?

Oui, absolument ( encore faut-il le courage d'oser l'écrire ) puisqu'elles se sont construites sur la notion transgressive du péché d'Ève sur lequel les saint Paul, saint Augustin, saint Thomas d'Aquin et autres ont bâti toute leur démarche et construction intellectuelle ( notons que dans les évangiles, le Christ n'a strictement rien dit sur Adam et Ève dans un autre chapitre ). Même aujourd'hui, les prédicateurs des églises évangéliques, comme tous les curés catholiques, vous disent d'une seule voix que pour vous racheter de la faute d'Adam et Ève, vous devez remettre votre vie entre les mains de Jésus, afin d'être « lavé » de leur péché...

Soulignons quand même que ce plagiat du Jardin d'Éden ne remet pas en cause les autres livres de l'Ancien Testament, et encore moins les textes évangéliques du Nouveau. Mais au XXIe siècle rien n'a changé depuis saint Paul et je ne parle même pas des chrétiens fondamentalistes qui en sont encore au monde formé en une semaine et à Ève sortant de la côte d'Adam - ils viennent même d'ouvrir un parc d'attractions biblique sur ce thème !

Ceux-là risquent de manger les pages de ce livre.

Les rabbins, eux, sont tout aussi catégoriques sur cette notion de disgrâce : l'homme s'étant dénaturé lors de sa chute d'Éden, seule l'observation de toutes les règles du judaïsme permet de retrouver un semblant de pureté... Traduisez : la femme juive n'a toujours pas le droit de poser son pied sur le sol de la synagogue où officie ce même rabbin regarder ce qui se passe en bas en silence. C'est son prix à payer par héritage de dette spirituelle.

Le poids du péché originel « pèse » aujourd'hui 3000 ans pour les juifs et 2000 pour les chrétiens. Autant dire une éternité.

Alors pourquoi ce jardin sumérien est-il toujours aussi peu connu ?

Eh bien, supprimez le principe du péché et de la culpabilité, et vous n'avez plus aucune prise véritable, coercitive pourrait-on dire, sur vos fidèles en général et sur les femmes en particulier !

Pourtant, voici 5000 ans, cela n'empêchait pas les Sumériens de construire des temples dans lesquels ils rendaient hommage à leurs dieux. Et ils n'étaient pas culpabilisés par leurs prêtres, vu que leur texte du jardin d'Éden, le vrai, Enki & Ninhursag, ne montre avant tout qu'une seule chose, que l'amour empêche la mort. Les Sumériens rendaient hommage à leurs dieux parce que, selon eux, ces derniers ont créé l'homme pour être leur esclave. Point. Ils étaient conscients des forces supérieures et surtout du fait qu'ils n'étaient finalement que des fétus de paille entre les mains de ces dieux, les Anunaki.

Ce registre là donc, ils le connaissaient bien. Le très distingué W. G. Lambert, grand assyriologue devant l'Éternel, a ainsi traduit un texte intitulé « Ludlul Bel Némequi» et Samuel Noah Kramer a transposé « Un homme et son Dieu » : ô surprise, on retrouvera les deux textes plusieurs siècles plus tard chez les hébreux dans le Livre de Job, bien connu de tous les prêtres actuels car très pratique pour expliquer aux ouailles au chômage pourquoi Dieu les a abandonnés.

Autre question que l'on peut se poser : « Oui, et alors ? Qu'est-ce que ça va changer ? ». Réponse : rien et en même temps tout ! En lisant le vrai texte du jardin d'Éden, on se rend compte à quel point « on nous a menti », à quel point on a culpabilisé et menti à nos parents, grand-parents, aïeux, etc., et cela sur au moins 300 générations. Cela fait beaucoup d'êtres humains dont la vie a été brisée à cause de cette monstrueuse notion du péché originel. Pendant des générations, les filles-mères, les femmes divorcées et même les jeunes mariés ont payé un lourd tribut psychologique à cette notion par une vie malheureuse ou par des suicides.

Le roman Water for chocolate pourrait résumer à lui seul tous ces drames individuels, tous ces crimes et toutes ces souffrances induits par le péché d'Ève vécus de génération en génération. Cette saga familiale se déroule dans les années 1830 au Nouveau Mexique, époque pas si lointaine où les femmes vivaient leur sexualité dans la honte permanente, et où les jeunes pensaient que les bébés naissaient d'un simple baiser sur la bouche. L'une des filles se marie et arrive le moment de sa nuit de noces, préparée par le curé : la jeune mariée passe alors une épaisse robe de lin avec juste un trou brodé au niveau de son sexe, afin que son mari puisse « commettre le péché de chair » en toute légalité chrétienne mais sans jamais voir le corps nu de sa femme, parce que, ne l'oubliez pas, dans le Livre de la Genèse il est écrit qu'une fois le péché commis, « Adam et Ève se rendirent compte qu'ils étaient nus ».

Cette nudité et cette sexualité jugées sales et honteuses par l'Église , ont fait le bonheur des confessionnaux pendant des siècles et des siècles, et le malheur de tous ceux qui étaient obligés de s'y rendre.

Alors qu'est-ce que cela change de savoir que le texte fondateur du jardin d'Éden ne vaut plus un shekel parce qu'il est l 'œuvre d'un faussaire ?

Eh bien, en plus de la stricte vérité littéraire, religieuse et théologique, cela montre à quel point un péché originel qui n'a jamais existé a servi de levier pour manipuler des populations entières en maintenant simplement sur elles le joug de la punition divine...

Le, ou plutôt, les responsables de cet holocauste intellectuel sont :[/size]

1 ) le scribe J., ou les scribes qui ont dépouillé le texte sumérien pour composer le leur, et qui va devenir a) le socle sur lequel s'établiront tous les autres, et b) le seul à expliquer les origines de l'humanité pendant 1900 ans à 60% de la population mondiale.

2 ) saint Paul qui va se servir de J. dans ses lettres et épîtres pour répandre au nom du Christ le mépris du corps et l'inutilité des femmes ( le Christ n'avait jamais rien dit de tel ).

3 ) Tertullien, « père de l'Église » qui va utiliser les écrits de saint Paul pour condamner le remariage (obligation de célibat) et tenter d'obliger les femmes à porter un voile.


4 ) saint Augustin, qui va expliquer que le péché originel est la répétition systématique de la faute initiale, ce qui va culpabiliser la nudité et condamner l'acte charnel. Sa célèbre phrase à l'intention des seuls hommes : « Qui a une femme se détourne de Dieu » en dit long, et signifie que la femme, elle, ne représente rien pour Dieu puisque avec ou sans mari, elle est de toute manière irrécupérable. Pour tous ces braves gens, la femme est le diable en personne.

5 ) les prêtres (toutes religions confondues) qui vont amplifier le rejet de la nudité, de la sexualité et de la femme, en faisant lire chaque semaine que Dieu fait, un extrait des écrits misogynes de saint Paul, et ce depuis plus de 1400 ans.


Il est encore préférable de se marier que de se brûler » a ainsi précisé Paul dans son Épître aux Corinthiens, faisant comprendre une nouvelle fois qu'il est quand même moins grave de se marier que de brûler en enfer.

Et selon saint Jérôme, Dieu condamne ce mariage encore plus lorsque le mari est amoureux de son épouse ( si, si ) :
Rien n'est plus infâme que le mari qui aime sa femme comme une maîtresse : il commet le péché d'adultère ».

Autant dire que le seul mariage qui ait jamais trouvé grâce aux yeux de ce clergé catholique malade de sa chasteté est le «mariage blanc», celui qui n'est contracté que pour les seuls besoins de procréation</A>, toujours à cause du péché d'Ève.

Et il suffit d'écouter les discours du dernier pape pour se rendre compte que rien n'a changé. Dieu merci, Benoît XVI ne dispose plus du pouvoir de ses prédécesseurs, mais s'il pouvait... Au Moyen-Âge, l'intimité de nos ancêtres a été entièrement régie par des décrets ecclésiastiques et ceux qui ne les respectaient pas étaient menacés d'excommunication, voire du bûcher. Ainsi, à cause du jardin d'Éden, nul n'avait le droit de faire l'amour le mercredi, le vendredi et le dimanche des temps ordinaires, et encore moins pendant les 40 jours avant la Pentecôte, Pâques puis Noël et les 10 jours qui les suivaient avant et après les fêtes de la Vierge, le modèle absolu donné aux femmes par le clergé certaines fêtes de grands saints et surtout 180 jours avant l'accouchement et 40 jours après. Inutile d'ajouter que l'Église réglementait aussi la position du couple et ce qu'il pouvait «techniquement faire dans un lit... Quant au divorce, n'en parlons même pas.

La chape de plomb judéo-chrétienne était tombée pour 2000 ans.

On comprend alors encore mieux l'importance de savoir que le péché du jardin d'Eden n'a jamais existé. Il a simplement servi à des prêtres pour empêcher leurs semblables de vivre pleinement leur vie. Malheur au bébé qui mourait non baptisé. «Son âme partait directement en enfer» disaient-ils, persuadant les parents qu'ils étaient bons, eux aussi, pour l'enfer éternel. Sous Henri IV, ils risquaient même le bûcher.


Au XIXe siècle, les prêtres et les médecins ont refusé de diffuser les nouvelles méthodes d'accouchement parce que le Livre de la Genèse disait que la femme «doit accoucher dans la douleur».
Au milieu du XXe, le Vatican s'était opposé à la diffusion de la pilule, parce qu'elle permettait de «pécher». Et combien de bébés ont-ils été tués ou abandonnés parce que la maman ne voulait pas devenir une mère célibataire, signifiant «je suis une prostituée, j'ai couché sans être mariée», et ce jusqu'aux années soixante-dix ? Combien de mariages malheureux à cause de ce dogme criminel ? Le père d'un écrivain français du XIXe avait toujours imaginé «vivre dans le péché», parce que, marié, il était tombé amoureux d'une femme d'une condition inférieure (sa servante). Sa vie n'a été qu'une longue et douloureuse suite de culpabilisations sociales, l'empêchant de vivre pleinement son bonheur.

Au final, c'est une réplique de la série télévisée new-yorkaise Sex in the City qui résume le mieux la situation. En compagnie de son amie Miranda, la journaliste se rend dans une église épiscopalienne de New York. En constatant le côté coincé des fidèles, Miranda lui chuchote à l'oreille : « Catholiques, épiscopaliens, shakers, quakers, c'est du pareil au même, toutes ces religions sont faites pour bousiller la vie sexuelle ». Elle venait tout juste de se séparer d'un catholi­que parce qu'après l'amour, il se précipitait systématiquement sous la douche pour se laver du péché qu'il venait de commettre. Elle ne pensait pas si bien dire.

Il n'existe que trois tablettes du texte Enki & Ninhursag. Elles sont vieilles de 4000 ans. Au cours d'un entretien, le professeur Attinger, assyriologue de l'Université de Berne et grand spécialiste du texte, nous a précisé que si «ces tablettes originales remontent aux alentours de 1800 avant JC, le texte, lui, a été fixé entre 2100 et 2000 avant notre ère».


(SUITE DANS LE LIVRE)


---------------------------------------


Le Mensonge Universel
d'Adam et Eve :

Le Vatican le sait
depuis 1915...

LE LIVRE DONT 99% DES MEDIAS
N'OSENT PAS VOUS PARLER



L'auteur du Livre de la Genèse (J. pour les spécialistes) a plagié un texte sumérien dans lequel une déesse naît de la côte d'un dieu qui a mangé une plante interdite dans un jardin... Mais le Vatican, tout comme les pseudo théologiens bibliques, se sont bien gardés d'en informer le public. Eve n'a jamais croqué de pomme, ni n'a été tentée par un serpent. C'est tellement incroyable qu'au début les lecteurs ont du mal à croire ce qu'ils lisent, mais de fil en aiguille, les arguments, et surtout le texte original, sont incontournables et imparables.

Découvrez la Vérité, soyez porteur de la Vérité, ne vous laissez plus raconter des histoires sur la pseudo chute de l'humanité à cause d'une femme... Réflexions des lecteurs: "C'est totalement déstabilisant", "Ce livre m'a libérée" ou "J'ai toujours su qu'on nous racontait des c... Ce livre nous le prouve, ENFIN !".

FRANCE 3: "Voilà donc l'idée de Pierre Jovanovic : comparer les traductions de ces textes fondateurs et de s'interroger sur ces erreurs (volontaires?) de traduction soigneusement répercutées depuis leur origine. Dans quel but ? Culpabiliser bien sûr pour mieux maîtriser. Pour une réussite, cela aura été une réussite. S'appuyant sur les traductions d'éminents assyriologues, ce livre devient en réalité particulièrement dérangeant à l'encontre des idées reçues. À ne pas lire si l'on n'apprécie pas la bousculade de ses certitudes. Iconoclaste et libérateur..."
LA REVUE DE LA LUNE NOIRE 14 juin 2008 : "Saluons le courage révolté de Pierre Jovanovic qui vient de faire paraître un livre édifiant remettant en question l'existence même d'un quelconque Adam (Il ne précise pas ce qu'il advient de ce fait cette fameuse "première femme", Lilith, mais on pourra en déduire la vaste supercherie qui en découle concernant ces histoires à "dormir debout". Et nous n'en comprendrons que mieux la nature du "refoulement" historique). Un pavé dans la mare où il revient sur le texte "fondateur" de la Génèse biblique, dont il démontre qu'il s'agit d'un pur et simple plagiat de textes sumériens antérieurs. Ouf ! Il était temps de le dire ! Cette assertion étant largement référencée et documentée par les recherches universitaires".

Le MENSONGE UNIVERSEL comprend toutes les références universitaires du texte, ainsi que la dernière traduction du plus grand spécialiste mondial du sumérien, le Pr. Attinger, de l'Université de Genève.


Dernière édition par Assunta le Lun 25 Jan 2010 - 12:08, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Lun 25 Jan 2010 - 11:55

Je n'ai pas tout lu, mais j'ai entendu parlé de ces "révélations"...
J'ai de gros doutes...

Outre que Jovanovic réfute une interprétation qui n'est finalement que la sienne, il jette un voile sur l'enseignement - pour moi extrêmement important - contenu dans l'épisode "péché originel", dont la signification est à mon avis autrement féconde et profonde.

à suivre avec les Dialogues avec l'ange...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Lun 25 Jan 2010 - 12:10

Pour moi le péché originel n'existe pas. C'est une invention de l'homme pour tenir/asservir ses semblables, particulièrement les FEMMES.

Avec le péché originel tout a été mis sur le dos des femmes : la faute, la chute de l'humanité. Et la sexualité a été vue comme quelque chose de sale. De cela tu ne peux pas dire le contraire.
L'église catholique a de grands torts dans ce sens !!!

Dieu en parle dans la Révélation d'Arès où Adam a voulu tout dominer, même la femme (donc jeter le doute à son égard et mettre des mensonges sur son dos pour mieux asseoir son pouvoir).
Si tu doutes de ça......

EVANGILE DONNE A ARES
CHAPITRE 2
verset 1 A 5

E/ch.02/v.01
Je suis Celui Qui a parlé par Adam, Mon Premier Fils, qui a choisi d’être maître de la terre et de M’en payer tribut en passant par les plaies de Job et par la fosse,

E/02/02
qui a choisi d’être maître des arbres et de leurs fruits, décidant souverainement lequel sera planté, lequel sera abattu, quels fruits seront récoltés, lesquels seront mangés par ses enfants, lesquels seront mangés par ses troupeaux,


E/02/03
qui, de compagnon d’Ève, a choisi de devenir son maître, lui imposant ses ruts, sans plus partager les joies que J’ai réservées aux époux, faisant d’Ève une chamelle toujours grosse pour grossir les rangs de ses armées et de ses serviteurs, pour pourvoir à ses cuisines et à ses adultères,


E/02/04
qui a voulu être maître du fer, qu’il a forgé pour ouvrir la terre, sa sujette, au grain et aux sources, pour armer ses guerriers, pour abattre ses arbres, maître de l’or, de la laine des brebis, des couleurs des roches, pour en parer ses plus belles femmes, en faire saillir leurs formes qui mettent en joie son regard et ses basses entrailles, pour les corrompre et corrompre tous ceux dont il tire profit et joie, puissance et obéissance,


E/02/05
qui a choisi d’être maître des pierres, qu’il a érigées pour s’abriter, vivant ou mort, dans son humidité mouvante et tiède comme dans le vêtement d’os secs et froids qu’il a voulu pour M’attendre au creux de la terre.


---------------------------

Phrases tirées du magazine, Frère de L'Aube, n°65 :
FM écrit :
Ayez confiance en vous (cf les femmes) ! Que grandisse et devienne déterminant votre rôle comme transformatrices de cette société, transformatrices à part entière !
Vous aussi êtes appelées à changer le monde (Révélation d'Arès 28/7) !
Vous pouvez même faire plus que les hommes, notamment plus que les hommes de pouvoir, en agissant sans polémiquer comme ils le font.

Aux femmes, il faut rappeler toute la confiance que le Créateur leur porte ; aux hommes il faut les appeler à établir partout les femmes dans leurs mérites, parce que la femme a la paix (Rév. d'Arès 9/1-5, XXVII/9 14, etc.).
Ce n'est pas le plus mince défi lancé à notre civilisation de soumission féminine et d'inégalité des sexes, c'est même un baromètre fiable que les pèlerins d'arès peuvent consulter souvent pour "évaluer" la qualité de leur pénitence et de leur changement. Et cette "guerre des sexes" présentée dans la Genèse (3/16) comme une sombre fatalité, pire, une punition consécutive au péché originel, Dieu nous apprend à Arès qu'elle est de l'entière responsabilité de l'homme...

Voir l'article : "La domination de l'homme sur la femme" :
ttp://forumspirituel.discutfree.com/forum-d-information-et-d-enseignement-f2/la-domination-de-l-homme-sur-la-femme-t453.htm

DOMINATION DE L’HOMME SUR LA FEMME
Quand, dans Genèse (3/16), il est écrit : «Tu seras avide de ton homme et lui te dominera.» Il ne faut pas comprendre cela comme une Volonté du Trés-Haut, mais comme un avertissement ou une mise en garde, car le Saint, le Blanc (Révélation d'Arès XIV/3) ne prend pas plaisir aux rapports de force entre hommes et femmes et d'une manière générale à toutes les souffrances que les hommes s'infligent ou font subir aux autres : « Dieu ne veut pas de mal pour les mondes » (Coran III/108).


Dans cette même Genèse, il est écrit en (2/23-24), que le Créateur créa Adam et Ève pour qu'ils s'attachent l'un à l'autre et deviennent une seule chair, ce qui implique une complémentarité, un respect et un amour réciproques, bien loin de ces rapports de domination et de soumission. Cela devient encore plus flagrant à la lecture de La Révélation d'Arès qui explique que la chute d'Adam (ou de l'humanité spirituelle), découla de son choix d'être maître de la terre et de dominer ses semblables. On peut alors conclure que le sexisme et le machisme sont de l'entière responsabilité de l'homme : « Qui, de compagnon d'Ève, a choisi de devenir son maître, lui imposant ses ruts, sans plus partager les joies que J'ai réservées aux époux, faisant d'Ève une chamelle toujours grosse... » (Rév d'Arès 2/3) - Réflexion inspirée par un article du magazine : frère de l'Aube.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Lun 25 Jan 2010 - 12:47


Il n'y a pas lieu de polémiquer...

Il s'agit d'échanger des éclairages/compréhensions sans prêter à l'autre des idées ou des intentions qu'il ou elle n'a en rien exprimées ("De cela tu ne peux pas dire le contraire". "Si tu doutes de ça......")...

Donc tu écris Assunta :

"Pour moi le péché originel n'existe pas"

Pour moi, en dehors de la dogmatique augustinienne ou autres, le péché existe,
- et a bien une origine.

Au moins depuis Adam_et_Ève, qui ont librement et conjointement choisi de se détourner de Dieu au profit du "savoir", enclenchant pour tous leurs descendants un obscurcissement de la Vie -obscurcissement logé au coeur de tous : la tare.


Mais cela n'a RIEN à voir avec la religion évidemment.

Quelques lumières de l'ange :







D’où vient l’or ? De quel arbre est-il le fruit ?
De l’arbre du Savoir.
Adam a tendu la main vers ce qui brille,
Au lieu de tendre vers la lumière elle-même.

Il y a encore un autre arbre.
Son nom est mystère. Son fruit est la Lumière.

...

…l’arbre a été arraché, déraciné.
Mais il va recevoir des racines.
Son fruit sera le « DONNE.
Couper : douleur – Arracher : horreur.
Mais la force ramène au centre.
Voici la clef du « péché originel » :
Le déracinement, l’éloignement n’existent
Que dans le temps et dans l’espace.
C’est la moitié de la délivrance.
Si tu enfonces un clou, tu lèves d’abord la main.
Le marteau s’éloigne, mais la force grandit –
Elle s’abat.
S’ELOIGNER DE DIEU
EST UNE FORCE MERVEILLEUSE.

...

Adam, chassé, - à la place de L’Enfance en Dieu –
A reçu le savoir : la pensée.
La joie insouciante a été effacée.
La Co-naissance n’a pu se poser
Au-dessus du sentiment.

Le Paradis lui été enlevé.
L’acte sans péché, l’innocence ont été perdus.

...

Le Nouveau Nom de Marie est Co-naissance.
Arbre qui donne toujours des fruits là-haut et ici-bas.
Arbre qui porte la pomme de Lumière
A la place de la pomme empoisonnée.


...

L’Arbre de la Vie Eternelle,
Le Père nous l’a donné, nous le gardons.


Nous allons le donner à celui
Qui n’écoute plus le Serpent
,
Qui possède l’autre arbre.
L’Arbre de la Vie Eternelle, nous le gardons.
Nous le gardons bien, le glaive à la main.

Mais pourquoi l’Arbre, s’il n’y a pas de fruit ?
Et pourquoi le fruit,
S’il n’y a personne pour le manger ?
Ce n’est pas le fruit qui n’est pas mûr,
Mais celui qui le mange.
C’est pour cela que nous devons encore le garder.
Le bon père ne fait pas garder les beaux fruits
Pour lui-même, mais pour les enfants.

Le petit nourrisson ne peut pas encore manger
De fruits. Le père le sait bien.
A chaque instant, vous êtes dans le Paradis.
Il y a deux arbres interdits. Vous pouvez choisir.
Le Serpent vous a tentés.
Vous avez mangé et c’est devenu amer.

NOUS INTERDISONS. NOUS GARDONS,
MAIS VOUS, VOUS N’AVEZ QU’A VENIR !
TRIOMPHEZ DE NOUS !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Lun 25 Jan 2010 - 13:33

Pour moi le péché existe,
- et a une origine.

Je ne parle pas du péché (pour moi aussi il existe) mais du péché originel celui par lequel - soit disant - tous les maux de l'humanité sont arrivés et ce par la faute de Eve (toutes les aberrations crées et entretenus suite à cela par les théologiens et tout corps de religion).

Tu as mal lu d'où la confusion. Et je me suis moi-même mal exprimée.

L'auteur parle du péché, celui découlant du péché originel.
D'où le titre de son livre "Le mensonge universel".

Ce péché originel a été entretenu par l'église, quoiqu'aujourd'hui elle n'ose plus dire ouvertement que tout est de la faute de la femme.

Vu par un musulman :
La doctrine du péché originel est fausse
Pas toutes les sectes chrétiennes acceptent la doctrine du péché originel. On considère cependant que cette doctrine fait partie du Christianisme depuis qu'elle est devenue la doctrine officielle catholique selon les enseignements d'Augustin, environ 500 ans après le Christ (paix sur lui). Les implications de cette doctrine ont depuis été allégées par l'Église catholique mais une erreur reste un erreur et son acceptation jusqu'à aujourd'hui est une preuve éclatante de la corruption des enseignements originaux de Jésus (psl) dans le Christianisme.
la croyance que chaque enfant qui nait porte sur lui le péché d'Adam dénie la justice de Dieu qui pardonne et qui ne punit pas une personne par le faute d'une autre, d'ailleurs dans la bible il est indiqué:
le fils ne porte pas l'iniquité du pere:

Ezhzchiel : 18.20
L'âme qui pèche, c'est celle qui mourra. Le fils ne portera pas l'iniquité de son père, et le père ne portera pas l'iniquité de son fils. La justice du juste sera sur lui, et la méchanceté du méchant sera sur lui.

Dieu pardonne les péchés:
18.21

Si le méchant revient de tous les péchés qu'il a commis, s'il observe toutes mes lois et pratique la droiture et la justice, il vivra, il ne mourra pas.

Selon la doctrine du péché originel, un enfant naît pécheur et donc punissable. Je ne peux l'accepter. Tous les enfants sont nés innocents. Est-ce qu'un enfant de trois ans va en enfer ? Ils peuvent faire des bêtises parfois, mais ils n'ont pour intention que d'expérimenter afin de découvrir les règles.
Le péché originel rend confus toute la notion de péché dans le Christianisme. Comment savoir si j'ai fait quelque chose de mauvais ? Je ne l'ai pas fait, quelqu'un d'autre l'a fait et je me fais punir pour ça !

Afin de prouver que le dogme de sacrifice et de salut est un dogme qui n'a aucune relation avec ce qu'enseignent les prophètes et dont Jésus , on va s'arrêter sur la foi des musulmans en ce qui concerne le péché d'Adam et les péchés des autres êtres humains, le coran a évoqué le péché d'Adam après que Satan l'a trompé mais il a aussi parlé de son repentir , et que ce repentir fut accepté par Dieu :

" 121. Tous deux (Adam et Ève) en mangèrent. Alors leur apparut leur nudité. Ils se mirent à se couvrir avec des feuilles du paradis. Adam désobéit ainsi à son Seigneur et il s'égara.
122. Son Seigneur l'a ensuite élu, agréé son repentir et l'a guidé. " coran 20.121

le coran parle d'Adam et de l'honoration de Dieu pour lui et qu'il fut le vicaire de Dieu sur terre :

"30. Lorsque Ton Seigneur confia aux Anges : "Je vais établir sur la terre un vicaire "Khalifa". " coran 2.,30

Le coran parle aussi de son Honoration lui et sa descendance :

" 70. Certes, Nous avons honoré les fils d'Adam. Nous les avons transportés sur terre et sur mer, leur avons attribué de bonnes choses comme nourriture, et Nous les avons nettement préférés à plusieurs de Nos créatures. " coran 17.70

Peut être la plus grande Honoration fut de dire aux anges de se prosterner devant Adam :

11. Nous vous avons créés, puis Nous vous avons donné une forme, ensuite Nous avons dit aux Anges : «Prosternez-vous devant Adam.» Ils se prosternèrent, à l'exception d'Iblis qui ne fut point de ceux qui se prosternèrent. coran 7.11

Dieu a accepté le repentir d'Adam comme il accepte le repentir de tout ceux qui lui ont désobéi , quelque soit l gravité de ce péché , il suffit de se repentir pour se faire pardonner par Dieu :

53. Dis : «Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde de Dieu. Car Dieu pardonne tous les péchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux». Coran 39.53

116. Certes, Dieu ne pardonne pas qu'on Lui donne des associés. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Coran4,116

Dieu a ensuite fait descendre Adam du paradis à la terre et lui a demandé et à ses fils de vivre sur terre , il leur a donné la capabilité de faire le bien ou le mal tant qu'il sont vivants , après il reviendront à leur Dieu pour que chacun soit récomponsé ou châtié selon ce qu'il a fait :

"38. - Nous dîmes : "Descendez d'ici, vous tous ! Toutes les fois que Je vous enverrai un guide, ceux qui [le] suivront n'auront rien à craindre et ne seront point affligés».
39. Et ceux qui ne croient pas (à nos messagers) et traitent de mensonge Nos révélations, ceux-là sont les gens du Feu où ils demeureront éternellement." coran 2.38

chaque personne est responsable de ses propres actes :

14. Certes, c'est Moi Dieu : point de divinité que Moi. Adore-Moi donc et accomplis la Salat pour le souvenir de Moi.
15. L'Heure va certes arriver. Je la cache à peine, pour que chaque âme soit rétribuée selon ses efforts. coran20.14

13. Et au cou de chaque homme, Nous avons attaché son oeuvre. Et au Jour de la Résurrection, Nous lui sortirons un écrit qu'il trouvera déroulé :
14. «Lis ton écrit. Aujourd'hui, tu te suffis d'être ton propre comptable». Coran 17.13

même la toute petite œuvre est comptée , que ce soit du bien ou du mal :

7. Quiconque fait un bien fût-ce du poids d'un atome, le verra,
8. et quiconque fait un mal fût-ce du poids d'un atome, le verra. Coran 99.7


Mais la responsabilité de l'homme de ses actes n'empêche la miséricorde de Dieu :

73. Nous croyons en notre Seigneur, afin qu'Il nous pardonne nos fautes ainsi que la magie à laquelle tu nous as contraints». Et Dieu est meilleur et éternel. Coran 20.73

Quand à la question du péché hérité , c'est inacceptable, et le coran affirme clairement :

38. qu'aucune [âme] ne portera le fardeau (le péché) d'autrui,
39. et qu'en vérité, l'homme n'obtient que [le fruit] de ses efforts;
40. et que son effort, en vérité, lui sera présenté (le jour du Jugement).
41. Ensuite il en sera récompensé pleinement, Coran 53.38

Et ceci fut le message des autres prophetes comme dit le coran :

36. Ne lui a-t-on pas annoncé ce qu'il y avait dans les feuilles de Moïse
37. et celles d'Abraham qui a tenu parfaitement [sa promesse de transmettre]
38. qu'aucune [âme] ne portera le fardeau (le péché) d'autrui Coran 53.36

16. Mais, vous préférez plutôt la vie présente,
17. alors que l'au-delà est meilleur et plus durable.
18. Ceci se trouve, certes, dans les Feuilles anciennes,
19. les Feuilles d'Abraham et de Moïse. Coran 87.16

Et pour terminer :

123. Ceci ne dépend ni de vos désirs ni des gens du Livre . Quiconque fait un mal sera rétribué pour cela, et ne trouvera en sa faveur, hors de Dieu, ni allié ni secoureur.
124. Et quiconque, homme ou femme, fait de bonnes oeuvres, tout en étant croyant... les voilà ceux qui entreront au Paradis; et on ne leur fera aucune injustice, fût-ce d'un creux de noyau de datte . Coran 4.123

Ceux ci sont quelques versets du saint coran , qui exposent clairement ce que Dieu a communiqué à son messager à propos de la question du péché et du salut , et comme nous dit Dieu dans le coran :

"76. Ce Coran raconte aux enfants d'Israël la plupart des sujets sur lesquels ils divergent" Coran 27.76 .



------------------------------

FM dit "Et cette "guerre des sexes" présentée dans la Genèse (3/16 : Il dit à la femme: J'augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi.) comme une sombre fatalité, pire, une punition consécutive au péché originel, Dieu nous apprend à Arès qu'elle est de l'entière responsabilité de l'homme... "

A Arès, Dieu est venu réexpliquer la vraie cause du péché et comment l'Homme (homme et femme) peuvent le dépasser par leur changement intérieur et extérieur (pénitence) et ainsi transcender leur vie.

Dieu revient vers l'Homme qui décide de changer. L'Homme par son changement, dépasse la fatalité inscrite ou pouvant être considérée comme telle (donc indépassable) dans la Génèse.


Merci pour la citation du Dialogue avec l'Ange

D’où vient l’or ? De quel arbre est-il le fruit ?
De l’arbre du Savoir.
Adam a tendu la main vers ce qui brille,
Au lieu de tendre vers la lumière elle-même.

Il y a encore un autre arbre.
Son nom est mystère. Son fruit est la Lumière.

...

…l’arbre a été arraché, déraciné.
Mais il va recevoir des racines.
Son fruit sera le « DONNE.
Couper : douleur – Arracher : horreur.
Mais la force ramène au centre.
Voici la clef du « péché originel » :
Le déracinement, l’éloignement n’existent
Que dans le temps et dans l’espace.
C’est la moitié de la délivrance.
Si tu enfonces un clou, tu lèves d’abord la main.
Le marteau s’éloigne, mais la force grandit –
Elle s’abat.
S’ELOIGNER DE DIEU
EST UNE FORCE MERVEILLEUSE.

...

Adam, chassé, - à la place de L’Enfance en Dieu –
A reçu le savoir : la pensée.
La joie insouciante a été effacée.
La Co-naissance n’a pu se poser
Au-dessus du sentiment.

Le Paradis lui été enlevé.
L’acte sans péché, l’innocence ont été perdus.

...

Le Nouveau Nom de Marie est Co-naissance.
Arbre qui donne toujours des fruits là-haut et ici-bas.
Arbre qui porte la pomme de Lumière
A la place de la pomme empoisonnée.


...

L’Arbre de la Vie Eternelle,
Le Père nous l’a donné, nous le gardons.


Nous allons le donner à celui
Qui n’écoute plus le Serpent
,
Qui possède l’autre arbre.
L’Arbre de la Vie Eternelle, nous le gardons.
Nous le gardons bien, le glaive à la main.

Mais pourquoi l’Arbre, s’il n’y a pas de fruit ?
Et pourquoi le fruit,
S’il n’y a personne pour le manger ?
Ce n’est pas le fruit qui n’est pas mûr,
Mais celui qui le mange.
C’est pour cela que nous devons encore le garder.
Le bon père ne fait pas garder les beaux fruits
Pour lui-même, mais pour les enfants.

Le petit nourrisson ne peut pas encore manger
De fruits. Le père le sait bien.
A chaque instant, vous êtes dans le Paradis.
Il y a deux arbres interdits. Vous pouvez choisir.
Le Serpent vous a tentés.
Vous avez mangé et c’est devenu amer.

NOUS INTERDISONS. NOUS GARDONS,
MAIS VOUS, VOUS N’AVEZ QU’A VENIR !
TRIOMPHEZ DE NOUS !




Dernière édition par Assunta le Lun 25 Jan 2010 - 13:41, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Invité le Lun 25 Jan 2010 - 13:40

OK !

"péché originel" = faute de la femme, c'est la religion et la domination masculines.

Or Adam et Ève se sont librement détournés de la Lumière, comme nous pouvons librement L'accueillir et La laisser filtrer de nos petites vies, sunny


Merci, geek

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu s'est blotti dans l'âme d'une femme

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 5:55


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum