Spiritualités

"le Dieu" ou "le Vieux" ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"le Dieu" ou "le Vieux" ?

Message  Invité le Jeu 5 Nov 2009 - 4:04


Suite au fil
http://vie-spirituelle.all-up.com/reflexions-personnelles-f13/l-amour-peut-il-etre-defini-t454-30.htm#3342

Ce qui ressort à mon sens comme élément de réflexion pratique, c'est à quel point "on" peut buter sur le vocabulaire d'apparence "religieux" de la RA, pour y "lire" finalement le contraire de ce qu'elle dit...

A mon niveau personnel, cela n'a joué qu'après : à la première lecture, le Souffle dépassait largement les mots utilisés, je comprenais sans filtres.
Mais il est vrai qu'ensuite, au fil du temps, ce vocabulaire m'a posé des difficultés, loin d'être inutiles d'ailleurs,
puisqu'elles amènent à percer justement le sens religieux, pour retrouver le sens créateur.

Comme "outil de lecture", il faudrait peut-être créer un petit lexique des mots les plus connotés de la RA (péché, pénitence, sacrifice...), à l'aide également d'explications de FM.





Dernière édition par frèrelibre le Ven 6 Nov 2009 - 17:30, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

sens religieux/sens recréateur

Message  Invité le Ven 6 Nov 2009 - 16:53

Pour commencer : je propose de rassembler de l'outillage

(le travail de mise en forme viendra ensuite ;
ce pourrait être comme un :

lexique : sens religieux/sens recréateur)...

Plusieurs éclairages sur un même mot seront bienvenus !

Les visiteurs sont invités à participer également !


Péché :
relevé par Assunta sur http://freesoulblog.net/jJ9/jJ9tv.html
réponse 06noc09 101C06 :

D'autre part, le mot péché n'est plus compris dans le sens spirituel général de Mal par opposition au Bien, mais évoque une idée de faute personnelle, souvent sexuelle, passible de lourds reproches et même de damnation et d'enfer. Nous passons donc pour de lugubres donneurs de leçons si nous manquons du temps d'expliquer, ce qui est le cas le plus fréquent dans la mission.

(ça nous rappelle bien quelque chose !)

Pénitence :
relevé sur http://alliancepourares.wordpress.com/2008/12/18/en-enseignant-un-autre-langage-frere-michel/

Je comprends que le mot “pénitence” dans La Révélation d’Arès fasse problème à ceux qui n’utilisent pas le filtre prophétique — parole de Mikal Ma Parole (Rév d’Arès, Le Livre i/12) — et qui ne comprennent ce livre qu’à travers le dictionnaire Larousse, Robert, de l’Académie, etc.

Depuis 1974 j’ai affronté des milliers de fois tous les qui pro quo et toutes les méprises ainsi provoqués et je me suis appliqué à expliquer sans me lasser (Rév d’Arès 26/5-15).

On peut “regretter” les mots qui, dans La Révélation d’Arès, apparaissent avec un sens différent, ou décalé, ou élargi, par rapport aux sens que leur donne la culture, mais c’est comme ça et notre mission de Pèlerins d’Arès consiste — entre autres choses — à faire connaître au public ces sens, qui sont ceux que leur donne la grande Pensée, Auteur de la Parole d’Arès!

Pénitence et quantité d’autres mots: pardon, péché, âme, princes, culte, rite, etc., ont chacun un sens nettement démarqué par rapport au sens culturel soit parce qu’il reprend un sens oublié, soit parce qu’il est utilisé faute de mots plus exacts disponibles, par obligation de parler une langue humaine avec son vocabulaire insuffisant, ce qui fait du mot en question un véritable néologisme. Je pense qu’en ce qui concerne “pénitence”, on peut admettre cette seconde hypothèse. Pourquoi? Parce qu’il est important de savoir que la Bible, aussi bien l’ancien que le nouveau testament, n’a pas de mot pour “pénitence”. La grande Pensée, Auteur de La Révélation d’Arès, ne pouvait donc pas vraiment reprendre le sens oublié d’un mot de sa Parole (Bible) qui n’existe pas. Peut-être reprend-Elle un sens utilisé dans les premiers siècles du christianisme et oublié depuis, mais nous n’avons pas vraiment connaissance de cela.

C’est par souci de raccourci ou par erreur et/ou par déformation religieuse, que les traducteurs de la Bible ont utilisé le terme “pénitence”, par exemple dans le cas très connu de Jean le Baptiste, dont on lit dans certaines traductions qu’il prêchait “la pénitence”. En fait, le terme exact est dans Matthieu 3/6 comme dans Marc 1/5 : il prêchait “la confession des péchés.” Tout autre chose. Or, La Révélation d’Arès prend une position très nette contre la “confession des péchés” (Rév dArès 30/15). Il en va de la prédication de Jean le Baptiste comme de l’eau qu’il utilisait pour son baptême (Rév d’Arès 20/3), ce n’est pas moralement répréhensible et c’est plein de bonnes intentions, mais c’est sans valeur de “Fond”.

C’est, d’ailleurs, dans cette même Veillée 30 que la mot “pénitence” est clairement expliqué : “Le pénitent n’est pas le pécheur qui s’assied dans la poussière, qui se couvre d’un sac, mais (c’est) l’homme qui cesse de pécher, même vêtu pour la fête, parfumé, chantant au son des flûtes et des trompettes, et même la joie et la parure ne conviennent-elles pas à celui qui a changé sa vie ? ” Et changé sa vie comment ? En s’efforçant de pratiquer le bien et rien que le bien, ce qui est tout le sens de La Révélation d’Arès.

L’idée d’expiation et de regrets des péchés, même s’il n’est interdit à personne de regretter ses péchés, n’est pas une condition de la pénitence : “Je (le Créateur) ne pardonne pas les péchés. Mon Salut n’est pas au bout du pardon, mais au bout de la pénitence” (30/10). C’est pourquoi je dis tout simplement et continuellement :

La pénitence n’est rien d’autre que le renoncement à la pratique du mal (mensonge, colère, égoïsme, violence, orgueil, etc.) et l’effort de ne pratiquer que l’amour, le pardon, la paix, la délivrance (libération) de tous les préjugés et l’intelligence spirituelle.

N’importe qui, même incroyant, peut être pénitent, c’est-à-dire homme ou femme de bien.

Certes, cette nécessaire précaution que nous devons prendre en précisant à chaque fois ce que signifie “pénitence” alourdit un peu notre mission d’explication, mais dans cette génération, nous ne pouvons pas échapper à cette obligation, puisque tout ce qui conduit au salut de l’individu ou du monde est à revoir d’un bout à l’autre.

Nous ne pouvons enseigner la Vérité qu’en enseignant un autre langage.
Michel Potay, frère Michel


Dernière édition par frèrelibre le Sam 7 Nov 2009 - 15:14, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Parallèle

Message  Invité le Sam 7 Nov 2009 - 15:00

Je lis sur freesoulblog :



"Il vaut mieux risquer d'être mal vus et considérés comme des prêcheurs démodés et tristounets que de risquer de perdre ce qui fait le Fond de notre foi.
Cela n'empêche pas, bien au contraire, de réfléchir à un emploi rénové, voire attractif, de péché et pénitence dans notre témoignage, qu'il se fasse par tracts, par monographies, par vitrines, par conférences ou tous autres moyens."



Stimulant !
Décidément, Didier aura en tout cas déposé ici les bonnes questions de l'air du temps qui vient.

sunny

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "le Dieu" ou "le Vieux" ?

Message  Invité le Sam 7 Nov 2009 - 22:49

Une réponse et des compléments apportés par FM à la suite concernant ce présent fil :
07nov09 101C13 sur
http://freesoulblog.net/jJA/jJAtv.html :

Ces citations de ma main présentent divers intérêts, notamment l'intérêt qu'il y a de signaler la difficulté de rendre dans les traductions bibliques la notion de pénitence.
Je rappelle, pour information, que la Bible n'a pas de mot spécifique pour dire pénitence, ni dans le sens religieux classique ni dans le sens rénové que lui donné La Révélation d'Arès. Dans l'ancien testament les aspects de la pénitence sont généralement rendus par l'idée de confession des péchés ou de prière de contrition. La loi mosaïque ordonnait la confession même pour les fautes involontaires (Lévitique 5/5) et elle prévoyait une confession générale des péchés de la communauté israëlite prononcée par le Grand Prêtre au grand jour de l'Expiation (la grande fête juive de Yom Kippour). Mais les bonnes œuvres et la pîété remplacèrent peu à peu la stricte expiation des péchés et prirent un sens qui allaient peu à peu être celui de la pénitence constructive, re-créatrice, telle que l'envisage La Révélation d'Arès.
Il en résultat qu'à l'époque de Jean le Baptiste, ce dernier donna certainement à pénitence (tout en utilisant des mots évoquant encore la confession des péchés, faute d'autres mots) le sens que La Révélation d'Arès préciserait sans ambiguïté: l'action simultanée de renoncement au Mal et de construction du Bien. (*)
Quand Jean le Baptiste dit : Produisez donc un fruit digne du repentir et ne vous avisez pas de dire en vous-mêmes: "Nous avons pour Père Abraham," car je vous dis que des cailloux que voici Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham... (Matthieu 3/Cool, il utilise le mot repentir, faute de disposer d'autre mot, mais il l'utilise dans le sens que La Révélation d'Arès donnera un peu plus de 1.900 années plus tard au mot pénitence. Il veut notamment dire: "Il ne vous sert à rien d'avoir pour ancêtre Abraham si vous ne renoncez pas au mal pour pratiquer le bien."


(*)
Nous avançons clopin clopant sur :
- nos renoncements fondamentaux (non jugement, non domination), qui évitent le mal.
- notre effort de vertu, qui rayonne d'elle-même.

http://vie-spirituelle.all-up.com/reflexions-personnelles-f13/ne-pas-juger-t222.htm#3430

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

?

Message  Invité le Dim 8 Nov 2009 - 9:33



Dernière édition par frèrelibre le Lun 9 Nov 2009 - 18:04, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "le Dieu" ou "le Vieux" ?

Message  Invité le Dim 8 Nov 2009 - 9:40

D'autres mots de la RA appelant à mon sens ce travail de refondation :

sacrifice
pardon
âme
culte
rite
prier
le mal
le bien
...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "le Dieu" ou "le Vieux" ?

Message  Invité le Dim 8 Nov 2009 - 9:46

N"hésitez pas même sans proposer de définitions ou de documentation, à apporter d'autres éclairages utiles pour faire le tour autant que possible
- du malaise généré aujourd'hui par la connotation religieuse/morale de ces mots,
- et des dépassements heureux possibles et popularisables...


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "le Dieu" ou "le Vieux" ?

Message  Invité le Lun 9 Nov 2009 - 14:03

Pour organiser un lexique actif.

Il pourrait se présenter dans la suite naturelle/logique des « définitions » entre elles et en cercles, pour en illustrer la solidarité :


Exemple sur 4 notions corrélées (les définitions proposées ici sont provisoires) :

Péché : tout tort causé à l’image et ressemblance divine
Image et ressemblance divine : Dieu dans la créature


Pénitence : renoncement actif au péché/acquisition active de la vertu
Vertu : Dieu activé dans la créature


essai d'application :

Le péché,
perte de l'image et ressemblance,
peut être vaincu par la pénitence,
qui recherche la vertu.

peut se traduire par exemple par :

Tout tort causé à quiconque
blesse réellement Dieu
mais tout mal abstenu, tout bien accompli,
le rapprochent naturellement de nous.


...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "le Dieu" ou "le Vieux" ?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 0:52


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum