Spiritualités

"Condamner la porte vers le sacré..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Sam 27 Fév 2010 - 9:53

Alexandre Soljenitsyne :

"On asservit les peuples plus facilement avec la pornographie que par des miradors".



Isabelle Sorente :



"Pour moi la sexualité, y compris dans sa vanité, y compris dans ses ratés, est du domaine du sacré. Un des hauts lieux de la métamorphose.

L’amour physique est une des portes vers la grande joie de vivre, la grande joie d’être humain.

Je pense que tout discours visant à faire croire que l’amour physique est au choix, triste, ennuyeux, morose, dégoûtant, mécanique, etc… est au moins dangereux, peut-être criminel.

C’est condamner la porte vers le sacré, casser l’enthousiasme du corps.
Ensuite, évidemment, il n’y a plus qu’à aller faire du shopping."







éros et les anges



il me semble que la terre la plus profonde est comme le ciel le plus lointain
en nous
et que la pure ivresse des sens
en reflets absolus
touche aussi la lumière
de nos corps nus


Laurent




Pour cesser toute complaisance envers le porno :
L'envers du porno
http://ascensionfraternelle.blogspot.com/2010/02/voila-le-voile.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Dim 28 Fév 2010 - 12:29

Que le "porno" reprenne sa place et l'amour la sienne.

L'un au compost, l'autre élevé jusqu'à nos Ciels.
Qui ne font qu'UN.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Mer 3 Mar 2010 - 16:28

la pornographie, c'est assouvir une pulsion sexuel sans amour, sans tendresse, sans complicité, sans partage, sans rire
la pornographie est un drame, le drame de la solitude, le drame d'un manque de tendresse
Pauvres producteurs de film et revue pornographique et ceux qui les diffusent , qui font de l'argent sur la misère humaine, je les plains car ils passent à côté de la vie et se prépare un ciel terrible, car je ne vois pas bien comment on peut se construire une belle âme en produisant des films et des revues pornographiques et en les diffusant mais peut-être que Dieu pardonnera ?
Interdire la pornographie ne servirait à rien, il faut juste souhaiter à ces âmes égarées dans le voyeurisme de la sexualité de se tourner un jour vers la lumière, à chacun son libre arbitre, Jésus nous le rappelle, il ne sert à rien d'envoyer l'eau du salut à celui qui n'a pas librement choisit de se mettre en route.
très fraternellement

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Mer 3 Mar 2010 - 17:32

prostitution, pornographie ce n'est pas la même chose. La pornographie est obscène (ce qui est choquant par son caractère inconvenant, son manque de pudeur, sa trivialité, sa crudité), que la prostitution ne l'est pas.

La pornographie ... c'est du business, je suis d'accord.
La pornographie ne met pas forcément en jeu des personnes, exemples la littérature pornographique, les peintures obscènes "manière de publier ses pensées et ses
sentiments",
reflets de l'âme !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  pat le Mer 3 Mar 2010 - 23:09

Dès le début de son aventure, l'humain sacrifie la partie féminine de son être pour sur- valoriser la partie masculine, rompant ainsi l'équilibre voulu par Dieu.
La moitié du genre humain écrasée, meurtrie dès le commencement
La femme objet des désirs, des convoitises, objet d'échanges, d'alliances ou de conflit de l'homme.
De compagne essentielle, la femme est devenue fabrique d'enfants destinés à servir.
De compagnon, l'homme est devenu un maître.

Pourtant, il semble assez évident que la différenciation sexuelle de l'Homme avait pour but de créer dans l'épanouissement sexuel, une diversité et une complémentarité propice à l' accomplissement de la vie spirituelle. Vie spirituelle prolongée par la création d'un être nouveau. L'homme et la femme, à l'image de Dieu ont été promus "créateurs" dès l'origine, associés à Dieu dans l'originalité de la Création.
Dieu aurait pu « inventer » un tout autre système ou l'Homme ne crée rien : une reproduction asexuée, par « bouturage » comme les plantes ou tout autre mode que Dieu aurait pu concevoir.

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Jeu 4 Mar 2010 - 9:32

La sexualité est une oeuvre sacrée, le ventre des femmes est un temple,
nous dit le Christ à Arès.


La pornographie tend à devenir une norme comportementale, et d'abord chez les jeunes...

Quel contraste...




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Jeu 4 Mar 2010 - 11:20

Le chant de l'ardent désir :

Mon cœur devient capable de toute image :

Il est prairie pour les gazelles,

Couvent pour les moines,

Temple pour les idoles,

Mecque pour les pèlerins,

Tablettes de la Torah et livre du Coran.

Je suis la religion de l'amour, partout où se dirigent ses montures,

L'amour est ma religion et ma foi.



Moheïddine Ibn ’Arabî (1165-1240)
http://ascensionfraternelle.blogspot.com/2010/03/le-chant-de-lardent-desir.html#comments




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Jeu 4 Mar 2010 - 15:19

frèrelibre a écrit:La sexualité est une oeuvre sacrée, le ventre des femmes est un temple,
nous dit le Christ à Arès.

Là je trouve que tu y vas un peu fort frèrelibre sur le vocabulaire ...

le ventre des femmes un temple ? tu aurais dit qu'il est tabernacle * j'aurais mieux compris ! (encore qu'il ne peut l'être ou le devenir que pour ceux et celles qui ont vraiment conscience que quelque chose de sacré se joue ("se révèle") dans l'union, sans quoi je ne vois pas comment une union serait sacrée.)

et Dieu (Christ) ne parle nullement de "sexualité". Heureusement, c'est un terme très moderne ( du XIX° siècle) utilisé d'ailleurs davantage par les hommes des sciences de la nature (sexualité des plantes, des animaux) que par les pionniers de la psychologie. Freud utilise le mot libido, il ne traite pas de sexualité.

* du latin tabernaculum, tente > tente des hébreux dans le désert, la tente (d'Assignation) de la Rencontre (Sanctuaire, l’endroit où Dieu s’est manifesté, ou se manifeste), la tente où reposait l'arche d'Alliance.
tente ... sous un voile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

ME LLAMAN CALLE

Message  Invité le Ven 5 Mar 2010 - 4:51

Je sais qu'un jour viendra yo sé que un día llegará,
Je sais qu'un jour ma chance arrivera yo sé que un día vendrá mi suerte
Elle viendra me chercher, sortie d’un homme bon un día me vendrá a buscar, a la salida un hombre bueno
Pour toute la vie ... pa toa la vida ...

Quel contraste...

Pour offrir une autre façon de voir ces travailleurs du sexe, que l'on soit jeunes ou moins jeunes ...

Cette chanson avait été écrite pour un film qui s’appelle « Princesas », l’histoire d’une prostituée …

La réalisation de ce clip a permis de leur donner la parole à ces dames de la rue, dont les noms sont …Puri, Carmen, Carolina, Pereira, Marta, Marga, Heidi, Marcela, Jenny, Tatiana, Rudy, Mónica,
María, María ...
Le Making of de Me llaman calle (vidéo 25 mn) est une belle page pleine d’humanité. Je ne connais pas cet univers, pas plus que Manu Chao ne le connaissait.
Merci à lui et au réalisateur Fernando Leon de Aranoa qui je cite : « ce film ne donne pas de réponses, mais pose de bonnes questions ».


ME LLAMAN CALLE (On m'appelle « la rue »)
On m'appelle « la rue »
Battant le pavé, rebelle et si perdue
Ils m'appellent la rue
La rue de la nuit, la rue du jour
On m'appelle la rue
Aujourd’hui fatiguée, aujourd'hui si vide
Comme une petite machine dans la grande ville

On m'appelle la rue, je monte dans ta voiture
On m'appelle la rue de la mal_joie (la malegria), rue blessée
Rue fatiguée de tant aimer

Je descends la rue, je monte la rue
Je ne me rabaisse en rien ni par la vie
On m'appelle la rue et c'est ma fierté
Je sais qu'un jour viendra
Je sais qu'un jour ma chance arrivera
Elle viendra me chercher, sortie d’un homme bon
Pour toute la vie et sans payer, mon cœur n'est pas à louer

On m'appelle la rue, on m'appelle la rue
La rue souffrance, rue triste de tant aimer
On m'appelle la rue, la rue, et encore la rue
Ils m’appellent la rue, d’un coin à un coin
Ils m’appellent la rue balle perdue, ainsi disparaît ma vie
Ils m’appellent rue de la déception, rue de l’échec, rue perdue

Ils m’appellent la rue, la sans futur
Ils m'appellent la rue, la sans issue
Ils m'appellent la rue, une rue plus une rue,
Celle que les prostituées
montent et descendent
Comme une petite machine dans la grande ville

Ils m'appellent la rue, ils m'appellent la rue
La rue souffrance , la rue triste de tant aimer
Ils m'appellent la rue, la rue, et encore la rue

Ils m'appellent toujours, et a n'importe quelle heure
Ils m'appellent ma belle, toujours au mauvais moment

Ils m'appellent pute, et aussi princesse
Ils m'appellent la rue, c’est ma noblesse
Ils m'appellent la rue, la rue souffrance, rue triste de tant aimer

On m'appelle la rue, on m'appelle la rue
La rue souffrance, la rue triste de tant aimer

A la Puri, a la Carmen, Carolina, Bibiana, Pereira, Marta, Marga, Heidi, Marcela, Jenny, Tatiana, Rudy, Mónica, María, María ...

On m'appelle la rue …

ME LLAMAN CALLE Manu Chao

http://www.dailymotion.com/video/x31sl2_manu-chao-me-llaman-calle


Le making-of que je vous invite vraiment à regarder, 25 mn environ. Manu Chao et Fernando León de Aranoa expliquent dans la première moitié comment s'est formé ce projet, puis dans la deuxième partie, apparaissent les relations très chaleureuses et si humaines qui se sont tissées avec "elles", au bord de ce monde si peu connu ...

http://www.dailymotion.com/video/x4gtr9_manu-chao-making-of-me-llaman-calle_music


("la rue" perdue de tant aimer)







COLECTIVO HETAIRA

Collectif de défense des droits des prostituées

Les « Hetairas » étaient les courtisanes de la Grèce antique. Ces femmes avaient un large accès à la culture et jouissaient d'une grande reconnaissance sociale. « Hetaira » est donc un mot noble qui s'emploie à l'égard de personnes respectables.

C'est dans le but de préserver cette imagerie de la femme qu'en 1995 un groupe de bénévoles se baptise « collectif hetaira » pour lutter en faveur de la reconnaissance des « femmes de la rue » et réalise au quotidien un travail d'information sur le terrain, répondant à des questions d'ordre sanitaire, psychologique, juridique et social.

http://www.colectivohetaira.org/web/index.php

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Ven 5 Mar 2010 - 7:55

njama a écrit:
frèrelibre a écrit:La sexualité est une oeuvre sacrée, le ventre des femmes est un temple,
nous dit le Christ à Arès.

Là je trouve que tu y vas un peu fort frèrelibre sur le vocabulaire ...

le ventre des femmes un temple ?


Établis partout les femmes dans leurs mérites !
Mais mets-les en garde contre l’adultère et l’impudicité sacrilèges,
où elles perdent leur Vie,
car Marie a fait de son ventre un temple sacré à jamais
!
EA, 9/5-6

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Ven 5 Mar 2010 - 7:59

njama a écrit:
frèrelibre a écrit:La sexualité est une oeuvre sacrée, le ventre des femmes est un temple,
nous dit le Christ à Arès.


et Dieu (Christ) ne parle nullement de "sexualité".


Le Christ ne prononce pas le mot "sexualité", nuance.
Mais de quoi nous Parle-t-Il ?



Mais avant de connaître leurs corps, car c’est une œuvre sacrée, ils viendront à l’Assemblée, qui priera avec eux selon que tu l’établiras, pour que le Père leur fasse don du regard des anges, les yeux qui rendent pures leurs nudités, qui les dérobent aux aguets du tentateur lubrique, pour qu’ils soient sur leur lit comme les remous de Bézatha, non pas comme les vagues qui se lèvent et s’abaissent pour engloutir.
J’envelopperai leurs joies d’innocence,
J’en ferai une œuvre sacrée.

EA, 33/22

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Ven 5 Mar 2010 - 12:39

Mais avant de connaître leurs corps, car c’est une œuvre sacrée, ils viendront à l’Assemblée, qui priera avec eux selon que tu l’établiras, pour que le Père leur fasse don du regard des anges, les yeux qui rendent pures leurs nudités, qui les dérobent aux aguets du tentateur lubrique, pour qu’ils soient sur leur lit comme les remous de Bézatha, non pas comme les vagues qui se lèvent et s’abaissent pour engloutir.
J’envelopperai leurs joies d’innocence,
J’en ferai une œuvre sacrée.

EA, 33/22[/quote]

est ce que quelqu'un sait ce que veut dire les remous de Bézatha ?
merci

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  pat le Ven 5 Mar 2010 - 13:09

A l'occasion d'une fête des Juifs, Jésus monta à Jérusalem.

Or, à Jérusalem, près de la Porte des Brebis, il existe une piscine qu'on appelle en hébreu Bézatha. Elle a cinq colonnades,
sous lesquelles étaient couchés une foule de malades : aveugles, boiteux et paralysés.

Il y en avait un qui était malade depuis trente-huit ans.
Jésus, le voyant couché là, et apprenant qu'il était dans cet état depuis longtemps, lui dit : « Est-ce que tu veux retrouver la santé ? »
Le malade lui répondit : « Seigneur, je n'ai personne pour me plonger dans la piscine au moment où l'eau bouillonne ; et pendant que j'y vais, un autre descend avant moi. »
Jésus lui dit : « Lève-toi, prends ton brancard, et marche. »
Et aussitôt l'homme retrouva la santé. Il prit son brancard : il marchait !

Or, ce jour-là était un jour de sabbat.
Les Juifs dirent à cet homme que Jésus avait guéri : « C'est le sabbat ! Tu n'as pas le droit de porter ton brancard. »
Il leur répliqua : « Celui qui m'a rendu la santé, c'est lui qui m'a dit : 'Prends ton brancard, et marche !' »
Ils l'interrogèrent : « Quel est l'homme qui t'a dit : 'Prends-le, et marche' ? »
Mais celui qui avait été guéri ne le savait pas ; en effet, Jésus s'était éloigné, car il y avait foule à cet endroit.
Plus tard, Jésus le retrouva dans le Temple et lui dit : « Te voilà en bonne santé. Ne pèche plus, il pourrait t'arriver pire encore. »
L'homme partit annoncer aux Juifs que c'était Jésus qui lui avait rendu la santé.
Et les Juifs se mirent à poursuivre Jésus parce qu'il avait fait cela le jour du sabbat. Jn 5, 1-16


A l'emplacement de cette piscine se situe aujourd'hui le couvent des pères blancs . En hébreu, Bézatha (ou Bethesda) signifie « maison de grâce ». Ce lieu, où s'est développé un culte de guérison depuis -150 jusqu' à 70 apr.J-C était fréquenté par des malades qui ne pouvaient pas du fait de leur maladie accéder au Temple.
Parce qu’il leur est interdit de s’approcher du Temple en raison de leur état de santé, une foule de malades vient y chercher guérison.

Pour plus de précision archéologique, se rendre sur :
http://www.interbible.org/interBible/decouverte/archeologie/2008/arc_080215.html
où l'on verra que ce portique était dédié a un déesse grecque, pas très loin du Temple et fréquenté par Jésus?

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Ven 5 Mar 2010 - 21:17

Personnellement Frèrelibre, je ne fais pas ces rapprochements entre EA, 9/5-6 et EA, 33/22, [ mais libre à toi frère de faire cette déduction le ventre des femmes est un temple. ]

Marie, c'est un cas carrément à part !!!!!!!!!!!!! (cf le sujet sur L'Annonciation ICI )

Qu'est-ce qui distingue un temple d'une église ?
Les uns diront, le premier c'est pour les protestants, la seconde pour l'église chrétienne catholique, orthodoxe ... and so on

Eh bien, c'est tout faux !
En fait les églises chrétiennes sont des temples (eh oui ), et les temples protestants sont des églises (du grec ekklésia assemblée ), car il n'y a "d'autels" que dans les temples.

Je propose qu'on écrive à l'Académie française, au Vatican, à Larousse, Flammarion, Littré, Robert et j'en passe ... pour qu'ils rectifient ces erreurs sémantiques inacceptables qui perdurent depuis des siècles et que l'on y mette de l'ordre pour y voir plus clair !

La différence "majeure", puisque les uns et les autres ont en commun d'être des lieux de culte (ce que l'on ne peut pas dire du ventre de la femme évidemment), c'est "l'autel" ... qui renvoie à l'idée de sacrifice.

J’en ferai une œuvre sacrée.
C'est de l'union qu'il parle à mon idée, pas du ventre de la femme.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Ven 5 Mar 2010 - 22:38

J’en ferai une œuvre sacrée.
C'est de l'union qu'il parle à mon idée, pas du ventre de la femme.

Oui c'est de la sexualité dont Dieu parle lorsqu'Il dit "j'en ferai une oeuvre sacrée.

Le Temple représente le corps de l'Homme (hommes et femmes).
Il est important que la femme ne fasse pas n'importe quoi mais il est tout aussi important que l'homme ne fasse pas n'importe quoi non plus. La pornographie ce n'est pas que la faute de la femme. Ne plus regarder que dans un sens, mais dans les 2 sens.
L'homme aussi ne doit pas souiller son corps en usant de violence, en violant, etc... ou simplement sans aller si loin, en regardant des images pornographiques.

... en effaçant des registres de César son nom
et le nom de sa mère des registre du temple
pour qu'il n'y ai plus de génération,
pour que sa mère restât une jeune fille...


Annotations de FM :
Jeune fille = La Révélation d'Arès ne dit pas si la mère de Jésus, qui d'ailleurs n'est pas nommée ici, fut ou ne fut pas vierge. C'est parce que ce fait n'eut aucune conséquence sur la droiture et l'amour prophétiques de Jésus qu'il dut à ses seuls exploits pour mettre ses pas dans les Pas du Père, idest à ses seuls efforts pour devenir une image de l'amour, de la liberté et de l'intelligence du Créateur.

Il faut faire attention certes (je parle ici pour les femmes) mais on ne doit pas retomber dans les travers religieux et dire que le ventre de la femme représente le Temple et à partir de là condamner arbitrairement les femmes. Les hommes qui regardent des films pornographiques sont tout aussi responsables que les femmes. N'accablons pas sans cesse. Regardons ce qui élève et les hommes tout comme les femmes, ensemble, aideront à faire évoluer les choses.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Ven 5 Mar 2010 - 23:03

Peut-être que l'oeuvre sacrée est un enfant.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Ven 5 Mar 2010 - 23:43

Mauve a écrit:Peut-être que l'oeuvre sacrée est un enfant.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Sam 6 Mar 2010 - 0:31

Assunta a écrit:

... en effaçant des registres de César son nom
et le nom de sa mère des registre du temple
pour qu'il n'y ai plus de génération,
pour que sa mère restât une jeune fille...


Annotations de FM :
Jeune fille = La Révélation d'Arès ne dit pas si la mère de Jésus, qui d'ailleurs n'est pas nommée ici, fut ou ne fut pas vierge. C'est parce que ce fait n'eut aucune conséquence sur la droiture et l'amour prophétiques de Jésus qu'il dut à ses seuls exploits pour mettre ses pas dans les Pas du Père, idest à ses seuls efforts pour devenir une image de l'amour, de la liberté et de l'intelligence du Créateur.

Il me semble important (je peux me tromper ?) de "déconnecter" Jésus ("dû à ses seuls exploits pour mettre ses pas dans les Pas du Père") de Marie, de bien les voir comme "deux âmes" séparées et à part entière chacune, même si nous savons que l'une et l'autre sont, on ne peut plus intimement liées.
Indéniablement "l'impeccabilité" * de Marie n'a pu être sans influences fécondes sur son enfant !

Évangile de Thomas

55.
1 Jésus a dit :
2 Celui qui ne récuse son père et sa mère
3 ne pourra se faire mon disciple ;
4 et celui qui ne récuse ses frères et sœurs
5 et ne porte sa croix comme je la porte
6 ne sera pas digne de moi.

79.
1 Une femme dans la foule lui dit :
2 Bienheureux le ventre qui t'a porté
3 et les seins qui t'ont nourri !
4 Il lui dit :
5 Bienheureux ceux qui ont entendu le Verbe du Père,
6 l'ont gardé en vérité !
7 Car il y aura des jours où vous direz :
8 Bienheureux le ventre qui n'a pas conçu
9 et les seins qui n'ont pas donné de lait !

101.
1 Celui qui ne récuse son père et sa mère
2 comme moi
3 ne pourra se faire mon disciple ;
4 et celui qui n'aime son Père et sa Mère
5 comme moi
6 ne pourra se faire mon disciple ;
7 Car ma mère m'a enfanté,
8 mais ma Mère véritable m'a donné la Vie.

* impeccable, Empr. au lat. impeccabilis, d'abord attesté au sens de « incapable de faute » puis, chez les auteurs chrétiens au sens de « incapable de pécher ».
cf. aussi peccable « qui est capable de pécher ».

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Sam 6 Mar 2010 - 6:58

Il n'y a pas de conflit homme/femme posé ici, donc je m'en tiens à la Parole, et à ce que j'en lis, qui est pour moi parfaitement clair :

Avec et depuis Marie, le ventre de la femme est devenu un Temple sacré, d'où l'Avertissement du Christ à toutes les femmes à partir de là.


Quant à l'oeuvre sacrée, il suffit de relire plus haut la citation qui répond à njama, il s'agit bien en effet de l'union sexuelle homme femme, personne n'a dit qu'il s'agissait d'autre chose...

Quelle Parole de Clarté !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Sam 6 Mar 2010 - 8:56

Avec et depuis Marie, le ventre de la femme est devenu un Temple sacré, d'où l'Avertissement du Christ à toutes les femmes à partir de là.

et indirectement à tous les hommes de ne pas souiller le ventre des femmes.

Nous sommes tous des Etres divins.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

ré-enchanter l'amour

Message  Invité le Sam 6 Mar 2010 - 9:29

« J’ai regardé autour de nous La paix flottait toujours »



Allongée près de moi
Tu m’as souri
D’un visage délié
Tes boucles enfin apprivoisées
Tranquille dans l’herbe sage
Cela nous suffisait
J’ai regardé autour de nous
La paix flottait toujours

Et c’est ainsi que je me suis levé
Songant que lorsque je te reverrai
Enfin nos yeux feront l’amour



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

a

Message  Invité le Sam 6 Mar 2010 - 11:36

Ce qui me semblait très intéressant dans ce documentaire (making-of) c'est qu'il propose une toute autre approche de cette question, "des travailleurs du sexe".

Une approche de ce "plus vieux métier du monde" (dit-on) qui n'est pas "moraliste" (qui a trait aux mœurs). Car s'il est le "plus vieux métier du monde" , aucun , aucune parole, ne sont encore venus à bout de ces dérives.

Pareillement, je ne vois pas que La Parole, quelles soient Bible, Coran, Révélation d'Arès, ... puissent être utilisées comme des traités de morale.

Les paroles de Me llaman calle synthétisent assez bien les différents ressorts de ces pratiques (marginales somme tout), chaque femme de ces rues s'identifiant plus ou moins dans une expression de cette chanson.

On y retrouve même ce Fond (arésien) qui est vraisemblablement la seule clef du problème
Je sais qu'un jour viendra
Je sais qu'un jour ma chance arrivera
Elle viendra me chercher, sortie d’un homme bon


tout comme on retrouve que ces situations ne sont pas forcément "perditions" de ces âmes blessées,
rue de la mal_joie (la malegria), rue blessée, la rue souffrance, rue triste, rue balle perdue, rue de la déception, rue de l’échec, rue perdue, la sans futur , la sans issue , rue fatiguée

et qu'elles ne s'y complaisent pas.
Je ne me rabaisse en rien
On m'appelle la rue et c'est ma fierté
mon cœur n'est pas à louer

Même ces situations qui les font "presque personne" leur laissent malgré tout "un nom"
Ils m'appellent la rue, c’est ma noblesse

et ce documentaire, en grattant un peu délicatement "sans aucun jugement sur elles", ressuscite que derrière chaque visage, elles s'appellent
Puri, Carmen, Carolina, Bibiana, Pereira, Marta, Marga, Heidi, Marcela, Jenny, Tatiana, Rudy, Mónica, María, María ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Invité le Sam 6 Mar 2010 - 11:53

njama : "Pareillement, je ne vois pas que La Parole, quelles soient Bible, Coran, Révélation d'Arès, ... puissent être utilisées comme des traités de morale."

Comme tu as raison !


Il s'agit de Paroles de Vie.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Condamner la porte vers le sacré..."

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:31


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum