Spiritualités

L'homme crucifié

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'homme crucifié

Message  Invité le Dim 4 Avr 2010 - 11:55

Du haut de mes sept ans ...


J'étais animée par l'intérêt de connaître les us et les coutumes de ce peuple au contour affable.


Mes pas, m'entraînèrent vers l'église de notre ville. Je poussais la grande porte en bois qui n'était pas fermée.


Avec une sensation de crainte et de curiosité, prudemment j'avançais dans cette grande salle, au plafond creux, sous sa hauteur majestueuse imagée de peintures de l’humanité d’un autre temps.


Je vis à ma droite une imposante icône, celle d'une mère d'un grand charme, tenant dans ses bras un enfant. Posés sur le sol à ses pieds, des cierges allumés.


A ma gauche, un autre buste, celui d'une silhouette jeune, ayant entre ses mains une rose pourpre et un chapelet.


Tout en continuant d'errer, mes yeux se fixèrent sur l'autel séduisant. Accrochée au mur, une statue, celle d'un homme crucifié.


Malgré la peur, que j'éprouvais à cet instant, je trouvais le courage de courir vers la porte. Cette nuit-là, je ne pouvais pas pénétrer le sommeil. Dans mon lit, j'étais paralysée par la vision d'horreur.


Dès que je fermais les yeux, je revoyais sa souffrance dessinée avec soins.


Des plaies ouvertes à l'endroit de son noble cœur, des épines en fer tressées comme une couronne, fixées sur sa tête, le sang qui suintait sur son visage.


Ce diagramme d'effroi, m'envahit littéralement.


J'avais besoin pour continuer à vivre, de savoir qui était cet homme châtié. Je débutais ainsi ma quête vers notre Concepteur.

Hannia Djour



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Dieu crucifié

Message  Invité le Lun 5 Avr 2010 - 2:22

L'homme de Dieu ...



" C'est clair que de voir un christ qui nous ouvre les bras est beaucoup moins "triste" que de le voir sur sa croix , le symbole de la croix est pourtant le symbole de l'amour infinie du père pour nous tous. Il fallait au moins ça pour que nos cœurs soient frappés par la compassion ... non ? "
Sandra


Ce n'est pas sans analogie avec la Mémoire du Sacrifice dont parle la révélation d'Arès ...

"Pour comprendre le sens de Sacrifice, se souvenir qu'en aimant l'homme, en souffrant de son indifférence, de son orgueil et de ses crimes, et en l'appelant inlassablement à revenir au Bien, Dieu assume un Sacrifice: celui de Sa Majesté pliée à l'Amour."
note encadrée de la veillée 9 p.69 (Édition 89),
le symbole de la croix est pourtant le symbole de l'amour infinie du père pour nous tous

Dieu crucifié ? cloué ...
Un croisement cette croix.

Image et ressemblance ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  Invité le Lun 5 Avr 2010 - 21:43

njama a écrit:

" C'est clair que de voir un christ qui nous ouvre les bras est beaucoup moins "triste" que de le voir sur sa croix , le symbole de la croix est pourtant le symbole de l'amour infinie du père pour nous tous. Il fallait au moins ça pour que nos cœurs soient frappés par la compassion ... non ? "
Sandra

le symbole de la croix est pourtant le symbole de l'amour infinie du père pour nous tous
Dieu crucifié ? cloué ... Un croisement cette croix.
C'est très judéo-chrétien ce que je lis et/ou doloriste.
Un croisement cette croix ?????

Dieu n'attend pas la compassion des hommes une fois les crimes commis
mais Il désire que l'Homme cesse de faire le mal tout simplement.

La croix représente l'horreur que peut faire l'homme en assassinant ses frères qui le dérange.. Aujourd'hui encore des gens sont crucifiés (dans le sens figuratif du terme) et cela ne nous rend pas forcément compatissants, ni même empathique pour autant pour tous ceux qui souffrent et subissent des tortures (crucifier est torturer).
Dieu n'espérait pas que Jésus soit tué. A cause de cela Il a dû ressusciter Jésus pour que la mission ne s'arrête pas. Assister à une crucifixion doit être horrible et c'est logique, humain que les apôtres et tous ceux qui suivaient Jésus aient flanché devant cette horreur !! c'est pour cela que Dieu a dû ressusciter Jésus pour les rassurer et continuer la mission. (cf Révélation d'Arès).

------------------

ANNOTATION-EXPLICATION DANS LA REVELATION D'ARES
DU MEMOIRE DU SACRIFICE

SACRIFICE N'EVOQUE PAS LA CRUCIFIXION

Faire Mémoire du Sacrifice est faire un vrai sacrifice, un effort exceptionnel de foi, d'amour, de prophétisme, c'est passer régulièrement un temps de dépassement. Par Mon Sacrifice (v.2) Dieu veut dire qu'en aimant l'homme, en pleurant le péché et en appelant inlassablement l'homme à restaurer le bien, le Créateur assume le Sacrifice de sa Majesté, il s'abaisse à toutes les exigences de l'Amour.
Puisque le Sacrifice divin, manifesté dans la Patience, la Miséricorde, la Bonté, etc., n'a pas inspiré la masse des hommes qui traitent leurs semblables sans patience, sans miséricorde, sans bonté, l'abnégation des justes n'a que plus de prix — Les justes sont ceux, encore rares, qui mettent leurs pas dans Les Pas (2/12) du Père en sacrifiant leur vie à la restauration de la vie spirituelle —. Sacrifice n'évoque pas la crucifixion ; au propre ou au figuré tuer un homme de bien (un fils) est tuer l'espérance du monde, c'est aussi comme vouloir tuer le Père, immortel mais soumis à la douleur du chagrin. De cela les pénitents font Mémoire ; chacun à son tour (v.9) sacrifie sa tranquillité, son temps, sa table (Veillée 10) — il rappelle par la même occasion que le monde doit changer (28/7) —. L'homme retourne à Dieu par les efforts mêmes (le sacrifice même) que Dieu assume en appelant l'homme patiemment (image et ressemblance, réciprocité de Dieu et de l'homme, n* Veillée 1, n.** Veillée 2).



Evangile d'Arès veillée 3 - verset 4. ...
Le Corps transpercé et le Sang versé ne sont ni ceux de Dieu, incorporel (au sens humain en tout cas *), ni ceux du crucifié ; le dogme du Dieu incarné sacrifié est un mythe, Jésus n'est pas Dieu (32/1). Le Corps et le Sang représentent toutes les souffrances humaines partagées par le Père, spécialement les souffrances des justes. On retrouve l'assimilation de Dieu à son image et ressemblance humaine (n. 2/12-13).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  pat le Lun 5 Avr 2010 - 22:28

Le Corps transpercé et le Sang versé ne sont ni ceux de Dieu, incorporel (au sens humain en tout cas *), ni ceux du crucifié ; le dogme du Dieu incarné sacrifié est un mythe, Jésus n'est pas Dieu (32/1). Le Corps et le Sang représentent toutes les souffrances humaines partagées par le Père, spécialement les souffrances des justes. On retrouve l'assimilation de Dieu à son image et ressemblance humaine (n. 2/12-13).
Vous citez uniquement les commentaires du témoin, alors que l'évangile donné à Arès évoque à longueur de page ce Sacrifice de Jésus, son triomphe sur la mort ensuite.

Pour moi, c'est évident que le corps transpercé et le sang versé évoquent d'abord celui du crucifié qui n'est pas pour autant Dieu incarné. Pourquoi lier les deux choses.
Un Homme a assumé en connaissance de cause les souffrances partagées par le Père et par tous les Hommes persécutés. Le Père en fait le symbole du juste ( devenu Dieu) sacrifié, au point de créer autour de cet évènement de la vie de Jésus une Mémoire du Sacrifice.

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  Invité le Mar 6 Avr 2010 - 1:15

Je suis d'accord Assunta. L'homme Jésus crucifié n'est pas Dieu, c'est un homme crucifié.
Mettons de côté, l'interprétation chrétienne du sacrifice propitiatoire d'un Jésus qui se serait offert en sacrifice pour le rachat des péchés du monde ... et le côté doloriste de la question.

Que reste-t-il à lire, à comprendre de cette image qui s'expose* un peu partout de l'Orient à l'Occident depuis tant de siècles ?
Le Père en fait le symbole du juste ( devenu Dieu) sacrifié, au point de créer autour de cet évènement de la vie de Jésus une Mémoire du Sacrifice.
* Le Christ n’écoute pas les aveux des pécheurs, Il les appelle à la pénitence, Il attend qu’ils ne pèchent plus, Il leur montre Ses Plaies sanglantes, Ses Sarments blessés étendus devant eux pour qu’ils Les pansent, pour que Mon Jour illumine le ciel au-dessus d’eux.
E/30/16


le symbole de la croix est pourtant le symbole de l'amour infinie du père pour nous tous
Ici, je ne m'en tenais qu'à la réponse de Sandra, qui soulignait la "dimension symbolique" ,"vue" dans l'image de Jésus_Christ (L'Oint, prophète, non pas né ou fait prophète, mais prophète de "lui-même") crucifié, ce qui me conduisait à la question de Dieu crucifié ?

Et la réflexion de Sandra, et cette question de Dieu crucifié (?) me suggère (il me semble) Mémoire du Sacrifice de la révélation d'Arès, l'Amour de Dieu pour l'homme, "cloué" , vain, comme le sang (Son Sang) qui s'écoule inutilement, comme le sang qui s'écoule et dévitalise, ne nourrit pas, n'oxygène pas ... (fonctions du sang)

Un Homme a assumé en connaissance de cause les souffrances partagées par le Père et par tous les Hommes persécutés. Le Père en fait le symbole du juste ( devenu Dieu) sacrifié, au point de créer autour de cet évènement de la vie de Jésus une Mémoire du Sacrifice.

E/12/07
La multitude pour qui fut payée la dette du Sang, prix payé du Père par le fils à ceux qui ne pouvaient pas user droitement des Dons Divins qui leur furent faits, pour la démesure Desquels le Père trop aimant était en dette envers Ses créatures,


Il fallait au moins ça pour que nos cœurs soient frappés par la compassion ... non ? "
Ici, c'est seulement interrogatif de la part de Sandra. Elle invite à la réflexion.
Maintenant, si la compassion devant cette croix, suscite d'aller plus loin, suscite un retour, questionnements, un cheminement ... comme pour la très jeune Hannia Djour de 7 ans.

ou comme la réflexion d'Henri Cerceau (Sujet: La tentation du pardon)

Personne n’est responsable de moi, comme je ne suis pas responsable des autres, mais il y a quand même une responsabilité dans le lien.
[…]
Chaque année je vis une semaine, psychologiquement troublée, qui est la semaine pascale. La semaine pascale est une semaine d’interrogation, et j’allais dire, je le ressens chaque année un petit plus … cette semaine est quelque chose qui … pour moi est un élément majeur de la réflexion sur l’humanité, ... problème de la foule, problème de l’exclusion, problème de … d'être happé par un destin, … et puis l’accepter.
L’accepter pas facilement, cette phrase « père, père, pourquoi m’as-tu abandonné » … c’est en soi-même une réflexion sur la force que l’on peut avoir en soi-même et sa fragilité …

http://vie-spirituelle.all-up.com/actualites-et-vie-spirituelle-f31/la-tentation-du-pardon-t618.htm


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  Invité le Mar 6 Avr 2010 - 2:24

Un Homme a assumé en connaissance de cause les souffrances partagées par le Père et par tous les Hommes persécutés.
Le Père en fait le symbole du juste ( devenu Dieu) sacrifié, au point de créer autour de cet évènement de la vie de Jésus une Mémoire du Sacrifice.
Le Père en fait le symbole du juste ( devenu Dieu) sacrifié, au point de créer autour de cet évènement de la vie de Jésus une Mémoire du Sacrifice.
Je ne suis pas d'accord avec cette phrase. Dieu a tenu compte de l'erreur de Jésus et demande à tous les Hommes de changer. Notre sacrifice est lié à notre changement intérieur. Sacrifier notre égoisme, etc....
Je ne pense pas que Dieu en fait le symbole du juste (devenu Dieu) sacrifié. Cela me semble bizarre !! Puisque Dieu pleure sur le péché de l'Homme, de tous les Hommes ! Par contre DIEU tient compte et nous apprend par là même que Jésus s'est trompé en se laissant arrêter, et à partir de là Dieu nous demande 2 choses très clairement dites dans la Révélation d'Arès :
1) de ne pas se donner en sacrifice comme Jésus l'a fait en se livrant, car Il ne pourrait rien faire pour nous dans ce cas, et
2) de changer nos vies et ne plus causer de mal et changer le monde.

De même lorsque Dieu demande à faire la Mémoire du Sacrifice, c'est vraiment une façon très grande de témoigner que l'on a compris non seulement le changement que Dieu attend de tout Humain qui accepte d'accomplir mais surtout une prise de conscience de l'Amour Infini de Dieu (de ce à quoi Il est capable de se réduire pour faire évoluer l'Homme) qui se moule à la conscience de Dieu pour devenir un être unique (car chacun sommes uniques) et nouveau de la Vie Spirituelle vécue.

La notion de sacrifice ici est que nous fassions l'effort de revenir vers Dieu comme Dieu a fait l'effort de revenir toujours vers l'Homme pour essayer de le ramener dans le droit chemin.
Je ne vois aucun symbole dans le fait que Jésus se soit trompé. On ne peut pas créer un symbole à partir d'un meurtre. Mais à partir d'une erreur et d'un crime horrible, Dieu en tire des leçons pour que nous évitions des erreurs, pour ne plus nous tromper.

On le voit Dieu revient sans cesse, inlassablement vers l'Homme et attend, espère qu'il fasse le bon choix, tout en tenant compte des leçons des erreurs (également des succès) anciennes.

Vous citez uniquement les commentaires du témoin, alors que l'évangile donné à Arès évoque à longueur de page ce Sacrifice de Jésus
Je n'ai pas fait QUE citer. Tout dans la Révélation d'Arès et notamment l'Evangile est évoqué les conséquences de nos péchés ou erreurs et à travers l'image des plaies de Jésus (qui ne couvrent pas tout l'Evangile pas du tout) qui se ravivent il est démontré très clairement comment nous pouvons changer, nous transformer, nous transcender.
Les plaies rappellent le sang que l'Homme verse encore, même rien que par ses pensées mauvaises, et rappelle aussi la Vie Spirituelle (image du sang) dont on s'éloigne. Je ne vois pas à longueur de page le sacrifice de Jésus, j'y vois comment me changer et évoluer.

Dieu et Jésus veulent vraiment que l'on évolue, que l'on passe à la vitesse supérieure !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  Invité le Mar 6 Avr 2010 - 14:05

Par contre DIEU tient compte et nous apprend par là même que Jésus s'est trompé en se laissant arrêter, ...
Trop imprudent, Jésus?
A t-il dépassé le stade de la confiance en soi jusqu'à l'imprudence ? L'imprudence contre laquelle Dieu ne peut plus rien faire.

Pat suggère l'imprudence dans sa chronique de Pâques, j'y vois plus de la "démesure", et cette démesure, c'est aussi Celle dont Dieu a fait Don à l'homme en le créant en image et ressemblance ... dont parle ce verset:
E/12/07
La multitude pour qui fut payée la dette du Sang, prix payé du Père par le fils à ceux qui ne pouvaient pas user droitement des Dons Divins qui leur furent faits, pour la démesure Desquels le Père trop aimant était en dette envers Ses créatures,

Une démesure qu'apporte parfois "la passion" (Le Vent fou de Nazareth ?), celle qui indispose tous les hommes, car elle les brusque un peu ... de trop (?)

Les invitations à la patience, à la douceur, aux conseils, à la compréhension, à ne pas se hâter, à emprunter des sentiers aux pentes douces ... sont très nombreuses dans cette récente Parole.



Le verset 30/16, " Le Christ " ... montre Ses Plaies sanglantes, c'est donc "Dieu_"Lui-Même" (puisque Christ est Dieu), et non Jésus_Christ que l'on peut voir comme Fusion, Union, Père_Fils, Créateur_Créature en image et ressemblance, ...
Un croisement cette croix.
Vu sous cet angle, le terme chrétien, La Passion du Christ, pour cet événement pascal me paraît donc assez juste.

Jésus mis à mort. Dieu crucifié, "cloué" ?

Les plaies rappellent le sang que l'Homme verse encore, même rien que par ses pensées mauvaises, et rappelle aussi la Vie Spirituelle (image du sang) dont on s'éloigne. Je ne vois pas à longueur de page le sacrifice de Jésus, j'y vois comment me changer et évoluer.
Et Jésus qui devient "symbolique" de tout homme (femme/enfant) dont le sang est versé. Car Dieu, saurait-Il ne se réduire qu'à Jésus ?

J’ai. Je suis.
Les soleils tournent dans Ma Main. (Or,) Ma Main a mille Mains ; ton œil (se) tend, (il) bute.
Le Bon (Jésus) descend, il est bas ; il va (à) droite, il est (à) droite, (quand) Je (le lui) dis.
Je descends, Je suis (en-)haut ; Je vais (à) droite, Je suis (au) milieu. (Je suis l’)Étalé.

L/02/01> 04

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  navy le Mar 6 Avr 2010 - 21:34

le symbole de la croix est pourtant le symbole de l'amour infinie du père pour nous tous
Ici, je ne m'en tenais qu'à la réponse de Sandra, qui soulignait la "dimension symbolique" ,"vue" dans l'image de Jésus_Christ (L'Oint, prophète, non pas né ou fait prophète, mais prophète de "lui-même") crucifié, ce qui me conduisait à la question de Dieu crucifié ?


Je ne vois pas en quoi le symbole de la croix serait le symbole de l'amour

(je prends cette discussion en cours )

navy

Messages : 912
Date d'inscription : 20/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  pat le Mar 6 Avr 2010 - 22:29

Je ne crois pas que Jésus se soit trompé. Il est allé au bout de sa mission tout simplement. Et Dieu l'a ressuscité parce que comme Elie, comme Marie, l'excellence de sa vie l'avait arraché à la mort.
Imprudent de se rendre à Jérusalem à ce moment là ? j'exprime cela sous forme de questionnement, car je n'en sais rien, de toute manière que ce soit à ce moment là ou à un autre, je crois que cela ne pouvait pas finir autrement. Comment prétendre que Jésus se soit trompé quand Dieu lui-même, dit que les dons divins fait aux Hommes étaient si démesurés qu'inévitablement cela aurait comme conséquence le prix du sang versé. Ce prix (dette) payé par le Fils (le prophète de l'excellence) (veillée 12-7)

Que Dieu nous demande de changer, c'est évident. C'était aussi la mission de Jésus d'exhorter les homme au changement. Ce changement est certes un véritable sacrifice, mais je ne vois vraiment pas pourquoi le sacrifice de notre changement occulterait complètement celui de Jésus dont parle l'Evangile d'Arès à toutes les pages.
Notre propre sacrifice pour nous changer ne vient pas réduire à néant celui de Jésus qui a assumé un sacrifice autrement absolu puisque cela se termine par la mort. Il ne s'agit pas d'une mort expiatoire pour racheter les péchés du monde, mais d'une mort comme en ont connu d'autres Hommes qui sont allés au bout de leur témoignage.

Les mots Sacrifice, Victoire, Triomphe sont cités d'innombrables fois à propos de Jésus dans l'Evangile d'Arès.

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  Invité le Mar 6 Avr 2010 - 23:42

Je ne crois pas non plus que Jésus se soit trompé, il a fait à mes yeux le plus haut, le plus beau Choix, digne de son Père, choix d'horreur à ses propres yeux, mais choix de s'embarquer avec nous dans la mort de l'image et ressemblance, et d'en revenir Vivant,
non pour nous épargner la route,
mais pour éclairer le chemin,
chemin qui vers la fin devient Lumière
.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  Invité le Mar 6 Avr 2010 - 23:45

navy a écrit:
Je ne vois pas en quoi le symbole de la croix serait le symbole de l'amour

Ce symbole de la croix devient celui de l'Amour crucifié (l'amour infinie du père pour nous tous)
Amour partagé par Jésus:

il s’est embrasé de Mon Amour pour l’homme, son frère, ...
EA 32/03

Un peu comme dans la tragédie de Roméo et Juliette de Shakespeare, qui est un conte, je le sais bien, mais que je rapproche souvent par analogie de cet événement pascal. Parce qu'au final, c'est la même chose, mort, et un Amour qui ne peut s'épanouir ...


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  Invité le Mer 7 Avr 2010 - 0:07

njama :

"Un peu comme dans la tragédie de Roméo et Juliette de Shakespeare, qui est un conte, je le sais bien, mais que je rapproche souvent par analogie de cet événement pascal. Parce qu'au final, c'est la même chose, mort, et un Amour qui ne peut s'épanouir .."

Je cosigne le //

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  Invité le Mer 7 Avr 2010 - 11:36

frèrelibre a écrit:Je ne crois pas non plus que Jésus se soit trompé, il a fait à mes yeux le plus haut, le plus beau Choix, digne de son Père, choix d'horreur à ses propres yeux, mais choix de s'embarquer avec nous dans la mort de l'image et ressemblance, et d'en revenir Vivant,
non pour nous épargner la route,
mais pour éclairer le chemin,
chemin qui vers la fin devient Lumière
.
Faire de la mort "de Jésus" (pas "de Christ" puisque Dieu ne meurt pas) un élément significatif
il a fait à mes yeux le plus haut, le plus beau Choix, digne de son Père,

Elle est bizarre ta phrase !!!! mourir pour la "dignité de son Père"
Dieu ne nous demande pas cela il me semble, pas plus que de mourir pour la patrie.


Tu voudrais dire que Jésus lui-même voulait en faire un élément "symbolique" ? un acte de provocation calculé, ou à peu près ... si je te suis bien. Ce qui rejoins un peu l'idée chrétienne du sacrifice propitiatoire, sacrifice du Fils pour le Père

Cela me paraît stupide, aussi stupide que de descendre dans une fosse aux lions, et Jésus est un idiot de première classe alors !
Non, pour moi, Il n' y a rien de tout ça.


Je compare assez bien la condamnation à mort de Jésus, à celle de Socrate, qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau.

Je ne vois pas ce qu'il y a de prophétique dans le moment pascal, depuis l'arrestation jusqu'à la mort sur la croix.

La mort d'un prophète ?

Un prophète et rien qu'un prophète ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  Invité le Mer 7 Avr 2010 - 14:20

Cher njama, quoique je crois que ma phrase soit claire et compréhensible, tu ne l'as pas comprise, et c'est depuis cette non compréhension que tu la trouves stupide, ce que je comprends.
Je ne réponds pas à tes remarques, qui n'ont rien à voir avec ce que je dis, ou du moins aie voulu dire.

Mais place aux anges :



LE COEUR DIVIN BAT DANS LE COEUR DE L’HOMME
Le Coeur divin est Feu, Lumière.
SI LE SANG TERRESTRE ATTEINT LA LUMIERE,
IL SE TRANSFORME.

Le premier Homme : Jésus. Le Maître.
Le premier Maître sur le corps.
Le corps a été crucifié.
L’Acte a été librement accepté.
Sacrifice, victoire sur la matière, sur la mort.
Le corps est écartelé sur la croix.
La lance de la force aveugle transperce le coeur,
Le Coeur divin. Le Sang coule de la plaie,
De l’Artère Céleste inaccessible, porteuse de la Lumière.
« Buvez ! Ceci est mon Sang et mon Corps est le pIan. »

Depuis, la plaie est ouverte.
Chaque plaie qui saigne
- que la force aveugle, le couteau à la main,
a ouverte -,
chaque rupture, chaque souffrance est dans Son Coeur.
Ce que nous prononçons est le plus grand mystère :
« GUERISSEZ LA PLAIE, C’EST DEJA POSSIBLE. »

LE SANG DIVIN NE DESCEND
QUE DANS LE CORPS DE L’HOMME.
Il n’est pas possible de l’atteindre, de le boire,
Car entre l’homme et LUI
Il y a encore la brèche, la plaie.
Mais si l’homme et LUI sont unis,
- unis le corps et Celui qui est Lumière -,
il n’y a plus de plaie,
car le Sang circule déjà,
et le Ciel et la terre se rejoignent



Le Christ Jésus à Arès :

Mon Corps transpercé, le Sang versé de Mes Plaies, Je Les livre aux regards
et aux mains de tous les pénitents, tant que tous pécheront contre Moi,
5. comme on montre leur crime aux parricides,
comme on met de force dans leur bouche la chair et le sang du père qui gît
sous les coups de ses fils, pour raviver leur remords, pour leur arracher
larmes et cris de repentir.
6. Quiconque pèche contre Moi, mais entre en pénitence, sans doute tous
encore,
est ordonné à faire Mémoire de Mon Sacrifice,
à toucher et manger Mon Corps et Mon Sang
7. dans l'affliction du repentir,
dans l'espérance de Ma Miséricorde
et de la guérison de Mes Plaies
— Que disparaisse le péché pour qu'il ne reste plus trace de Mes Plaies —

(...)

Par toi Je viens renvoyer l'Eau Vive.
Combien de fois devrai-Je vous abreuver avant que vous n'accomplissiez
Ma Parole?
4. Pourquoi Mes Plaies restent-Elles ouvertes?
Pourquoi refuse-t-on qu'Elles guérissent?
Sont-Elles à peine fermées, survient un temps d'abomination à son comble,
où le blasphème, le scandale,
la cupidité, l'impudicité, le mensonge
dépassent tout ce qui s'est vu jusqu'alors,
qui rouvrent Mes Plaies comme une pointe silex,
qui y versent le feu.
Elles ne guériront pas si l'homme ne se guérit pas;
Mon Jour recule sans cesse.
5. Devrai-Je regretter le temps où Marie M'enfanta,
dire qu'il ne soit pas béni!?



Il y a de quoi méditer je crois.
Bien à toi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

de l'homme crucifié à Dieu crucifié ...

Message  Invité le Mer 7 Avr 2010 - 15:56

Mais tes remarques frèrelibre ne font qu'augmenter la dimension purement symbolique de la crucifixion. Je ne fais aucune fixation sur la mort de Jésus, qui n'est pas "mort de Dieu", ni-même "d'un Dieu". La mort de Jésus appartient au "temporel". Ne reste que le symbole qui court dans le temps.

Sans hésitation on peut comparer la mort de Socrate à celle de Jésus, leurs condamnations sont si similaires.
L’acte a été librement accepté.
Par Socrate aussi, car il pouvait fuir, et il n'a pas voulu le faire.

Je ne vois pas d'héroïsme particulièrement transcendant, ou d'héroïsme tout court, mais un Jésus le Nazaréen, "happé par un destin" comme dit Henri Cerceau, enferré dans une situation dont il ne peut sortir.

La seule chose qui m'étonne, est qu'il n'ait pas semble-t-il chercher à se défendre, contrairement à Socrate lors de son procès.
A-t-il penser que le silence était la meilleure (non-)réponse ?

L'homme crucifié, cela ne me parle pas, ou pas plus et autant qu'une autre horreur parmi des milliers d'horreurs. La mort de l'homme_Jésus n'a rien d'exceptionnel.
Ou comme disait Assunta:
La croix représente l'horreur que peut faire l'homme en assassinant ses frères qui le dérange.. Aujourd'hui encore des gens sont crucifiés (dans le sens figuratif du terme) ...


Chaque plaie qui saigne
- que la force aveugle,
le couteau à la main,
a ouverte -,
chaque rupture, chaque
souffrance est dans Son Cœur.


C'est toujours l'Amour qui est crucifié.

Nous tournons autour de subtilités, c'est vrai. Mais comme je ne me sens pas particulièrement chrétien, accordant à chaque prophète une importance égale, j'ai une certaine distance par rapport la dimension pascale aux sens où elle existe chez les chrétiens.
Toutefois, rien n'est tout blanc ou tout noir. Ils ont raison "d'entrevoir" la crucifixion de Dieu, celle de Son Amour crucifié, comme Sandra:
le symbole de la croix est pourtant le symbole de l'amour infinie du père pour nous tous
mais ce n'est pas la crucifixion de Jésus_Dieu, car Jésus n'est pas Dieu.


de l'homme crucifié à Dieu (Amour) crucifié ... (?)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  Invité le Mer 7 Avr 2010 - 16:33

EA 29/3 :
Mais pour toi comme pour tous
J’ai assumé le Sacrifice.
Tous en feront Mémoire dans le repentir,
mais qui saurait Le subir à nouveau ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  Invité le Mer 7 Avr 2010 - 20:14

L'homme crucifié n'évoque rien par lui-même, sinon que barbarie.
Hannia Djour enfant, ne se pose même pas la question du pourquoi la crucifixion. Ce qui lui vient à l'esprit, c'est qui était cet homme-là ?

J'avais besoin pour continuer à vivre, de savoir qui était cet homme châtié.

Assunta a écrit:
SACRIFICE N'ÉVOQUE PAS LA CRUCIFIXION


La crucifixion en fait me semble une question assez mineure. Le "procédé" était celui de l'époque, à cet endroit là !
Socrate a bu la ciguë.

Non pas que le moment pascal n'ait pas de valeur, mais est-ce que l'attention ne s'est pas trop focalisée sur > depuis l'arrestation jusqu'à la mort sur la croix < ? (chemin de croix, Passion du Christ).

Alors qu'en fait, la symbolique de la Cène (partage) ... qui va vers ... la résurrection me semble plus importante. Parce que par cet ultime Enseignement Magistral, c'est une possibilité de retrouver La Vie. Et ça ne me semble pas bien loin de Mémoire du Sacrifice tel qu'expliquée dans la révélation d'Arès, dont elle rétablit le sens juste.

Toute l'humanité est coupable de cet attentat. Les croyants en font réparation (Mémoire), chacun son tour, par le sacrifice de leur paix, de leur temps, de leur confort, etc., et notamment de leur table (Veillée 10), et non par une messe trop facile.
Note Mémoire du Sacrifice p 69 Éditions 89

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  pat le Mer 7 Avr 2010 - 22:26

Njama dit :
L'homme crucifié n'évoque rien par lui-même, sinon que barbarie.
Mais c'est cette barbarie dont on parle et qui est évoquée dans le mot « sacrifice »
L'homme bon se sacrifie parce qu'il ne peut s'empêcher de continuer de proclamer que l'Homme est d'essence divine. C'est sa mission. Personne ne peut le faire taire. Il accepte le sacrifice qui est la seule issue de son entêtement prophétique.


Assunta dit :
SACRIFICE N'ÉVOQUE PAS LA CRUCIFIXION
Mais si justement, c'est d'abord cela. C'est sur ce fait historique que tout se construit.
C'est le point de départ de tout autre symbolisme que l'on relie à cet événement.

En soi, le sacrifice de l'homme Jésus n'est pas plus exceptionnel que le sacrifice de Socrate ou de Gandhi ou de Luther King. Ce qu'il y a d'exceptionnel c'est qu'il ait été en devenir de divinité et qu'il ait été assassiné pour cette raison. Si Jésus avait été un Homme « normal », il serait mort dans son lit.

De la même façon que Socrate devient le symbole des hommes persécutés pour avoir dénoncé les préjugés culturels, Jésus est le symbole de l'Homme en devenir d' accomplissement du divin que tout humain possède par nature. Il en est le symbole parce que lui le réalise devant des contemporains qui ne le supportent pas. Et c'est pour cela qu'il est crucifié. On a rien d'autre à lui reprocher. Il a bien signifié qu'il n'était pas un messie libérateur d'Israël.

La Mémoire du Sacrifice n'est pas d'abord une Mémoire du Sacrifice de tous les Hommes qui ont été supprimés sur l'autel de la méchanceté et de la barbarie, c'est d'abord la Mémoire du Sacrifice d'un prophète qui réalise devant ses contemporains, sa nature divine. Par voie de conséquence c'est le divin perceptible dans tout Homme que l'on a crucifié. Que cela constitue un symbole très puissant de
«  l'horreur que peut faire l'homme en assassinant ses frères qui le dérange » comme dit Assunta,
oui bien sûr. Mais toutes ces remarques ne sont pas exclusives les unes des autres.

Je ne vois pas pourquoi la Mémoire du Sacrifie vue comme « un vrai sacrifice, un effort exceptionnel de foi, d'amour, de prophétisme » n'aurait pas comme fondement le sacrifice de Jésus.

Njama dit :
Toute l'humanité est coupable de cet attentat. Les croyants en font réparation (Mémoire), chacun son tour, par le sacrifice de leur paix, de leur temps, de leur confort, etc., et notamment de leur table (Veillée 10), et non par une messe trop facile.

Eh bien oui, nous sommes d'accord.

Assunta dit :
De même lorsque Dieu demande de faire la Mémoire du Sacrifice, c'est vraiment une façon très grande de témoigner que l'on a compris non seulement le changement que Dieu attend de tout Humain qui accepte d'accomplir mais surtout une prise de conscience de l'Amour Infini de Dieu
Oui, et alors en quoi cela viendrait-il prouver qu'on ne parle pas du Sacrifice de Jésus. C'est parce qu'il appelait l'Homme au changement qu'il a été exécuté et faire Mémoire de cette exécution, c'est se rappeler, en effet, que ce changement est le vrai but que ce symbole nous propose.

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  Invité le Mer 7 Avr 2010 - 23:19

L'homme bon se sacrifie parce qu'il ne peut s'empêcher de continuer de proclamer que l'Homme est d'essence divine. C'est sa mission. Personne ne peut le faire taire.
Socrate non plus, personne ne le fait taire.
Proclamer que l'homme est d'essence divine n'est justement pas le privilège de l'homme bon ! car c'est écrit depuis la Genèse ... et ailleurs en dehors de ces croyances bibliques.
Tous les clergés, et leurs suiveurs ont le même refrain.

c'est d'abord la Mémoire du Sacrifice d'un prophète qui réalise devant ses contemporains, sa nature divine.
Visiblement, à l'époque, cela ne devait pas être perceptible pour grand monde, comme on dit.
Pour la petite Hannia Djour qui débarque en France, cela ne veut rien dire. Mais sûrement que pour l'enfant catho du même âge, il en sera autrement, et il récitera sa leçon qu'on a tué Dieu !

C'est marrant cette impression que j'ai de déranger quand je compare le procès, la condamnation de Jésus à celle de Socrate, pourtant si similaires l'une et l'autre ...


On ne va tout de même pas ramener son prophétisme à sa crucifixion.
Faire de la croix, l'arbre qui cache la forêt ? ou la clef de voûte de son prophétisme ? ...
tous, princes ou rebelles, proclamant Mon Nom, tous élevant ma croix comme un bâton de commandement qui retient le regard des nations comme sous un charme. EA 3/06
Ma Croix Qu’ils ont dressée pour leur compte, EA 34/03

Désolé, Pat, là je ne te suis plus mais je respecte tout à fait tes convictions.

Pourquoi ne s'est-il pas défendu contrairement à Socrate ? (bien qu'ils aient connu le même sort fatal)

Jésus comparut devant le gouverneur. Le gouverneur l'interrogea, en ces termes: Es-tu le roi des Juifs? Jésus lui répondit: Tu le dis.

Mais il ne répondit rien aux accusations des principaux sacrificateurs et des anciens.

Alors Pilate lui dit: N'entends-tu pas de combien de choses ils t'accusent?

Et Jésus ne lui donna de réponse sur aucune parole, ce qui étonna beaucoup le gouverneur.

Mt 27/11 > 14
Un silence qui m'intrigue ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  Invité le Jeu 8 Avr 2010 - 1:40

c'est d'abord la Mémoire du Sacrifice d'un prophète qui réalise devant ses contemporains, sa nature divine.
"Visiblement, à l'époque, cela ne devait pas être perceptible pour grand monde, comme on dit."

Bien sûr que si njama !
C'est bien parce qu'il rayonnait Dieu de tout son être que sa mise à mort s'apparente à une tentative de déicide, à la volonté de tuer l'image et ressemblance divine la plus accomplie de tous les temps !

Le sacrifice librement consenti du fils est Don de soi absolu du Père, attachement absolu au seul nom de l'Amour, cet Amour que Jésus a fait sien absolument, lui le Vent fou, l'embrasé d'amour.

ça devait se sentir si !
je le sens encore d'ici, ce frère Aimant, qu'un Jardin a vu pleurer :




Donnez-vous la main !
Et si l’un, parmi vous, est faible – aidez-le !
Lui, il marchait sur la mer,
Un jardin L’a vu pleurer pourtant.
Nous sommes assis autour d’une table et, sans que nous l’ayons voulu, nos mains posées devant nous forment une croix.
Voici le signe de la Croix !
Pleine de Force !
La croix n’est plus debout – elle est couchée.
La tâche n’est plus la mort – la tâche est : VIE.

Silence.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  Invité le Jeu 8 Avr 2010 - 11:39

Bien sûr que si njama !
C'est bien parce qu'il rayonnait Dieu de tout son être que sa mise à mort s'apparente à une tentative de déicide, à la volonté de tuer l'image et ressemblance divine la plus accomplie de tous les temps !

Je te laisse à tes fantasmes ... qui me semblent tout droit sortis d'un péplum américain (vu de ma lorgnette)
Ceci dit les miens ne valent sûrement pas mieux.

Socrate parlait Vrai, comme Jésus parlait Vrai ... expressions de Vérité tous les deux ... c'est le Vrai qui dérange, pourquoi chercher si loin, il rayonnait Dieu de tout son être

Pilate et les scarificateurs et les autres devaient vraiment avoir de la merde dans les yeux, beaucoup de merde pour être aussi aveugles.
Dès que le matin fut venu, tous les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple tinrent conseil contre Jésus, pour le faire mourir.
Mt 27/1
ça en fait du monde !!!!!!!! Tous myopes comme des taupes ?

Mais pas tous. La femme de Pilate parle "d'un juste"
Pendant qu'il était assis sur le tribunal, sa femme lui fit dire: Qu'il n'y ait rien entre toi et ce juste; car aujourd'hui j'ai beaucoup souffert en songe à cause de lui.
Mt 27/19
esprit juste, Justice ... expression d'un attribut de Dieu

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  pat le Jeu 8 Avr 2010 - 11:41

C'est marrant cette impression que j'ai de déranger quand je compare le procès, la condamnation de Jésus à celle de Socrate, pourtant si similaires l'une et l'autre ...
Je trouve marrant , quant à moi, que tu aies cette impression !
Je reproduis sur « réflexions personnelles » un texte que j'ai publié en 2006, comparant les deux hommes, leur mission et leur complémentarité.
Je n'ai donc rien contre le fait qu'on pousse plus loin la comparaison et qu'on souligne les points communs de leur procès et de leur condamnation.

Ce que je dis, c'est que le motif de leur condamnation n'a rien de comparable, même si le ressort humain qui les fait taire procède de la même injustice et de la même haine qui animèrent leurs contemporains.

-l'un se fait condamner parce qu'on l'accuse d'avoir des idées qui pervertissent la jeunesse.
-l'autre est condamné parce qu'il se dit d'essence divine et qu'il invite ses contemporains à retrouver cette essence en eux, qu'il appelle le Royaume.
Je ne vois pas, à ce niveau, ce qui peut encore justifier la comparaison.
L'un parle très accessoirement du divin et s'occupe davantage de la vie communautaire dont la recette est la pratique de la « vertu » démocratique. L'autre parle très peu de la vie sociale, mais beaucoup des relation avec le Père divin.
Je continue de prétendre qu'on tue chez l'un, sa prétention à vouloir construire un monde humaniste et chez l'autre, sa prétention à vouloir prétendre que nous sommes tous des dieux en puissance. Chez l'un on tue l'idée d'humanisme, chez l'autre l'idée d'un Dieu d'amour qui aurait fait de l'Homme sa demeure. Voilà pour moi les termes de la comparaison possible.


On ne va tout de même pas ramener son prophétisme à sa crucifixion
.

Mais qui dit cela ? C'est ça qui est marrant pour le coup, cette façon de réduire le propos. On a dit que cette crucifixion était la conséquence d'un certain prophétisme, mais personne n'a dit que c'était le contenu du prophétisme.
Tu dis respecter mes convictions, njama, mais tu n'as pas à respecter des convictions que je n'ai pas. ('Rolling Eyes')
Quant à savoir pourquoi Socrate se défend et pourquoi Jésus ne le fait pas, je n'en sais rien. Mais peut-être as-tu une idée, toi qui soulèves ce problème?


C'est bien parce qu'il rayonnait Dieu de tout son être que sa mise à mort s'apparente à une tentative de déicide, à la volonté de tuer l'image et ressemblance divine la plus accomplie de tous les temps !
Je suis très en phase avec ce mot de Frèrelibre et je crois que ni lui ni moi ne voulons dire que pour autant on a tué Dieu ou que l'on nie le sacrifice de Socrate ou de d'autres sacrifiés, ou que l'on ramène le prophétisme de Jésus à sa crucifixion. Il faut lire strictment ce qui est dit et ne pas le calquer sur la conception archi connue des chrétiens.

Mon propos pourra paraitre sec, mais je n'ai aucune mauvaise humeur, je pense simplement qu'il faut rectifier les choses sans fioriture inutile.
Sincèrement fraternel

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  pat le Jeu 8 Avr 2010 - 12:07

Je te laisse à tes fantasmes ... qui me semblent tout droit sortis d'un péplum américain (vu de ma lorgnette)
Ceci dit les miens ne valent sûrement pas mieux.
Tu nous laisses donc à nos fantasmes hollywoodiens, c'est gentil !

Oui, c'est le vrai qui dérange. Mais le vrai prend de multiples formes. Et entre Socrate et Jésus, il y a cette différence de forme. Certes, les gens qui les tuent le font pour le vrai qu'ils leur assènent chacun dans sa spécialité (voir plus haut).

Jésus a passé son temps a parler de son Père, a dire qu'il était de même nature que lui, qu'il avait des contacts privilégiés avec lui. Il vient dire cela à des religieux ultras formalistes, qui sont «  des craignants Dieu », qui craignent la colère de Dieu, qui peuvent concevoir un messie guerrier libérateur de l'occupant, mais qui ne peuvent concevoir un prophète-messie venu révolutionner leur idée de Dieu.
Personne n'avait de merde dans les yeux, ils jugent comme un blasphème ce que dit Jésus. Toutes les religions du monde ont ce réflexe de mise à mort quand elles sont face au blasphème.

Il ne supporte pas cette idée d'un Dieu accessible, Père aimant, se fichant pas mal du sabbat si la vie d'un homme est en cause. Et veulent le faire taire.

Pilate s'en fout complètement de leur histoire interne, il ne voit pas dans ce révolutionnaire spirituel quelqu'un qui peut attenter à Rome qu'il représente. Par contre, il ne veut pas déplaire aux religieux, il a assez de problème comme ça avec cette province récalcitrante, un juste de plus ou de moins, ce n'est pas sonaffaire. Il finit (de mauvaise grâce, si on fait confiance aux récits évangélique) par le laisser condamner.

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  Invité le Jeu 8 Avr 2010 - 12:33

Non, justement, sur le silence de jésus, c'est le vide ... (lui qui savait si bien parler, aurait-il manqué une occasion, puisqu'on lui laissait la parole ?).
La tentative de déicide
Mort d'un prophète ? point d'intersection de l'homme et de Dieu. Mouhamad échappe lui à une ou des tentatives d'assassinat.

OK, QUE si on extrapole, et que c'est valable pour ton être humain.

Je ne suis pas du tout fâché, l'ensemble de mes réactions viennent du fait que je trouve que le christianisme a accordé une importance à la croix (crucifixion) que je trouve totalement démesurée ... (c'est un peu le sens du verset EA 3/06 cité + haut)

Or, cette croix est très tardive ... Le deuxième Concile de Nicée (787)
il y a déjà longtemps que je sais cela, j'ai retrouvé quelques repères historiques qui méritent d'être rappelés à mon idée. Je me demandais d'ailleurs, si on apprend ça dans les séminaires (?)

La croix dans le christianisme
http://vie-spirituelle.all-up.com/reaction-a-la-chronique-f1/la-croix-dans-le-christianisme-t648.htm

Compte-tenu de cette date, 787, on peut comprendre qu' en islam (début du VII° siècle), qui a côtoyé les chrétiens, la question de crucifixion ne se pose même pas ... la croix n'existant pas à l'époque, pourquoi les musulmans auraient-ils dû l'admettre par la suite ?

Par contre je trouve intéressant de rapprocher la citation de frèrelibre (tirée des Dialogues de l'ange je suppose) de la réflexion que j'avais émise un peu plus haut

Nous sommes assis autour d’une table et, sans que nous l’ayons voulu, nos mains posées devant nous forment une croix.
Voicile signe de la Croix !
Pleine de Force !


Alors qu'en fait, la symbolique de la Cène (partage) ... qui va vers ... la résurrection me semble plus importante. Parce que par cet ultime Enseignement Magistral, c'est une possibilité de retrouver La Vie. Et ça ne me semble pas bien loin de Mémoire du Sacrifice tel qu'expliquée dans la révélation d'Arès, dont elle rétablit le sens juste.

Cette Cène, dont les interprétations varient.
Une interprétation bizantine, proche de la Pâques juive (Pessah qui commémore la sortie d'Egypte, sortie de l'esclavage, événement libérateur ...), et l'interprétation occidentale marquée par la célébration de la messe
http://vie-spirituelle.all-up.com/reaction-a-la-chronique-f1/la-cene-t647.htm

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  Invité le Jeu 8 Avr 2010 - 14:41

Je sors de ce fil, je n'apprécie pas le langage de njama ni sa déconsidération de ce qui - visiblement - lui échappe :
oui, encore aujourd'hui, combien ont devant eux le Seigneur, et ne le Voit nulle part !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'homme crucifié

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 0:51


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum