Spiritualités

La « coranerie »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La « coranerie »

Message  Invité le Sam 15 Mai 2010 - 20:02

La « coranerie ». L'Occident et l'islam

L’anti-islamisme ne date pas d’aujourd’hui. Il a autrefois été un instrument de guerre, comme le note André Chouraqui dans son liminaire:


L’Occident ne découvre l’« Alcoran » que cinq siècles après sa parution.

[…]
L’Islam est alors en conflit contre la chrétienté qu’il menace, depuis 711, à l’ouest de la Péninsule Ibérique, et, dès 718, à l’Est de Constantinople. Plus tard, l’expansion de l’Empire ottoman exacerbe en chrétienté la polémique anti-islamique.

Ces conflits religieux et politiques ne sont pas sans laisser leurs empreintes dans l’histoire des traductions du Coran.

Robert de Kenton achève la première version du Coran, faite en Occident, en 1143. Elle est en latin et le manuscrit autographe du traducteur se trouve à la Bibliothèque de l’Arsenal, à Paris. Document polémique s’il en fut: jamais l’axiome « Traduire c’est trahir » ne fut plus exacte. Des sonorités du Coran, de ses rythmes lancinants, de la splendeur poétique de l’original, il ne reste à peu près rien. Le but est de se servir de ce texte en tant qu’arme de guerre, celle qui dressait la Chrétienté contre l’Islam, afin de démontrer que Muhammad était un imposteur et l’Islam une imposture. N. Daniel dans son livre « L’Islam et l’Occident, la fabrication d’une image » (Édimbourg, 1960) le souligne: Robert de Kenton s’ingénie « à aggraver ou à exagérer un texte inoffensif pour lui donner une pointe détestable ou licencieuse, ou à préférer une interprétation improbable, mais désagréable, à une autre, vraisemblable mais décente ».

Néanmoins, la traduction de Robert de Kenton joua en ce qui concerne le Coran le rôle que remplit la Vulgate avec la Bible: elle servit pendant des siècles de matrice à toutes les autres interprétations en langues européennes. Mais la Vulgate était écrite par un amant éperdu de la Bible, Saint Jérôme, qui compensait ses déficiences linguistiques par une sympathie sprirituelle grâce à laquelle il produisit son chef d’oeuvre. Son but était de convaincre ses lecteurs chrétiens de ce que les prophètes et plus encore les apôtres étaient des inspirés détenteurs de la Parole de Dieu et du Christ. Le Coran, au contraire, est écrit le plus souvent dans les langues européennes, dans un esprit de dénigrement ouvertement proclamé. Il s’agit de prouver, texte en main, que Mahomet est un faussaire et le Coran une « coranerie », selon le mot d’un de ses commentateurs .


AL-QUR’ÂN ­ LE CORAN ­ L’APPEL
LIMINAIRE
http://nachouraqui.tripod.com/id16.htm


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La « coranerie »

Message  Invité le Dim 16 Mai 2010 - 1:37

L’anti-islamisme ne date pas d’aujourd’hui.
Le contraire hélas non plus. Diaboliser l'occident n'est pas nouveau, ou ne voir que l'impudicité c'est ne pas vouloir tenir compte de tout un apport bénéfique amené par l'occident. Orient et Occident ont amené des choses positives.
C'est pour cela qu'il faut aller au-delà de s'accuser l'un l'autre (orient/occident) et mettre en ensemble ce qui nous unit.

http://www.asma-lamrabet.com/Articles/fr/feminisme%20islamique%20...%20.pdf
... Car il ne s’agit plus, pour les musulmans de rester dans cette posture frileuse de retrait social et de se replier à l’intérieur de communautés fermées et angoissées à l’idée de se perdre dans l’identité de l’Autre...

L’islam en tant que référentiel spirituel universel n’est pas une identité culturelle que l’on doit farouchement
protéger d’un monde occidental monolithique souvent perçu à tort comme source de délitement moral.



Les femmes musulmanes font bouger les choses et ont un rôle à apporter.
http://www.asma-lamrabet.com/Articles/fr/feminisme%20islamique%20...%20.pdf

Extrait
...Des femmes musulmanes, à la fois intellectuelles et pratiquantes, vont aller directement puiser à la source afin de vérifier d’elles -mêmes ce que disent réellement les textes sacrés et tenter de se réapproprier ainsi la citadelle du savoir religieux longtemps monopolisée par les seuls hommes musulmans.

... Grâce à un travail de relecture en profondeur des textes, il s’est avéré qu’il y a eu à travers l’histoire de la civilisation islamique une véritable culture d’usurpation des droits de la femme par une jurisprudence qui est restée jusqu’à nos jours foncièrement patriarcale et coutumière.

... Cette « relecture » a permis aussi de mettre à nu de nombreuses assertions sexistes, supposées émanant du texte coranique, alors qu’en fait il s’agissait de simples constructions humaines, figées dans le temps, à travers une lecture littéraliste qui a depuis toujours cautionné une certaine subordination des femmes . Alors que le texte coranique cite en modèles de nombreux profils de femmes, à travers leur participation sociale, politique, voire même prophétique, l’exégèse classique et la jurisprudence islamique traditionnelle, vont, en plus d’ignorer ces faits, confiner la femme musulmane à des rôles concrets d’assujettissement et de soumission…

Alors que le Coran impose le savoir comme la clé qui ouvre le grand livre de l’univers, l’analphabétisme des femmes musulmanes est un indicateur en puissance de la réalité d’un grand nombre de pays musulmans qui, durant des siècles, ont invoqué des lois islamiques pour interdire aux femmes l’accès à la mosquée et à l’école comme centres de savoir et de connaissance…

...Alors que le Coran parle de concertation, de complicité et d’amour entre les époux, la jurisprudence islamique parle d’obéissance absolue au mari, d’autorité masculine, de mariage sous tutelle forcée, de correction « légère » -mais de correction quand même- permise à l’époux en cas de femme
« désobéissante » !

...la tendance réformiste, a justement comme principe, d’exiger une approche historique, rationnelle et réaliste des textes, seules à même, d’en produire une lecture positive.

...Cette relecture a donc permis ainsi, tout en déconstruisant le discours misogyne, de dénoncer sans ambages de nombreuses affirmations, longtemps mises, à tort, sur le compte de l’islam à savoir : les mariages forcés, l’excision, la violence conjugale, la répudiation, l’obéissance au mari, le statut de mineure à vie, la polygamie comme droit supposé de l’homme…

...Elle a permis aussi d’exiger au nom des références islamiques, le droit à la liberté d’expression et au respect de la femme non pas uniquement en tant que mère, épouse ou soeur, mais en tant que femme à part entière. D’exiger le droit des femmes à l’éducation, au travail, à l’égalité salariale, à l’indépendance matérielle, de rappeler qu’en islam, le voile est un choix spirituel personnel qu’en aucun cas il ne doit être imposé, que le choix du partenaire est un droit inaliénable, que le divorce est un droit partagé, que la contraception a toujours été autorisée et que l’avortement a toujours été considéré avec une grande flexibilité, et ce même dans la lecture traditionaliste des anciens juristes musulmans.

...En effet, il y a une réelle surexploitation du sujet « femme musulmane » souvent utilisé, comme un véritable étendard politique et ce aussi bien par les régimes islamiques en place que par certaines théories politiques occidentales. Alors que certains pays musulmans proposent des réformes concernant les femmes mais sans véritable volonté politique, afin d’afficher leur « prétention » démocratique, une certaine vision politique occidentale exploite sournoisement, quant à elle, cette question de la femme, afin de justifier toutes les thèses sur l’incompatibilité entre islam et des valeurs supposées être exclusivement « occidentales »…. La femme musulmane se retrouvant finalement prise en otage entre deux systèmes politiques qui l’instrumentalisent et l’utilisent comme un véritable bouc émissaire !

...Que des femmes musulmanes voilées ou pas, décident de se réapproprier le discours sur l’islam, de remettre en cause la culture patriarcale qui les opprime et de prendre la parole, cela veut dire qu’elles sont déjà dans un processus de libération.

...C’est ainsi qu’au Québec par exemple, les femmes musulmanes au nom de ce féminisme islamique, peuvent contribuer à relativiser d’une manière considérable les malaises ressentis de part et d’autre en s’intégrant dans la lutte des femmes Québécoises non musulmanes dont elles se doivent de partager les mêmes objectifs et les mêmes valeurs éthiques. Elles doivent tout en s’assumant musulmanes et pleinement Québécoises, s’engager au sein de leur société d’accueil et, à partir de leurs convictions spirituelles, partager un universel de valeurs communes.

...Ce féminisme islamique devrait à long terme, permettre à des musulmanes réconciliées avec leur identité religieuse, épanouies et sûres d’elles, de s’investir d’une façon courageuse dans leur société afin d’être des citoyennes actives et initiatrices de projets d’envergure pour leur société d’accueil.
Car il ne s’agit plus, pour les musulmans de rester dans cette posture frileuse de retrait social et de se replier à l’intérieur de communautés fermées et angoissées à l’idée de se perdre dans l’identité de l’Autre...

L’islam en tant que référentiel spirituel universel n’est pas une identité culturelle que l’on doit farouchement protéger d’un monde occidental monolithique souvent perçu à tort comme source de délitement moral.


Il est temps donc, que des femmes musulmanes, s’engagent dans ce projet à double dimension : retravailler de l’intérieur leurs sources normatives et être une force de transformation positive dans leur société respective.

Car, c’est, principalement, en Occident, là où elles ont relativement plus d’ espaces de liberté, qu’elles auront l’opportunité de provoquer de réelles mutations, de lutter pour des changements concrets, d’espérer, de rêver aussi …à promouvoir, pourquoi pas, un Islam véritablement universel ouvert et enfin affranchi de toutes ses peurs…

Sur la laïcité

http://www.asma-lamrabet.com/Articles/fr/La%20femme%20musulmane%20et%20la%20la%C3%AFcit%C3%A9.pdf
Extrait :
Car si l’on devait revenir à la définition de la laïcité
dans sa terminologie historique et dans sa vision globale c'est-à-dire celle qui stipule la séparation de l’état et du religieux dans la perspective d’une neutralité du politique et de la garantie apportée par les pouvoirs publics à toutes les confessions religieuses, on est en droit de se poser cette question apparemment très naïve : Mais où est donc le problème ?

Quand on sait aussi que la laïcité repose sur des valeurs indissociables tels que la liberté de conscience, l’égalité en droits des opinions spirituelles et religieuses et la neutralité du pouvoir public…On est en droit d’imaginer un islam apparemment très à l’aise dans la laïcité.
Quand on sait aussi que la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 stipule entre autres la liberté de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion individuellement ou collectivement en public ou en privé par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites…
On est en droit de se demander pourquoi les musulmans ont du mal à s’intégrer dans les sociétés laïques et expriment un désarroi certain quant à leur manière de s’adapter à l’intérieur de ces dites sociétés…

Site de Asma Lamrabet
http://www.asma-lamrabet.com/html/articles.htm

Je vous conseille de lire A propos d'Aïcha http://www.asma-lamrabet.com/Articles/fr/A%20propos%20de%20Aicha.pdf

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La « coranerie »

Message  Invité le Dim 16 Mai 2010 - 12:37

Merci pour ta réponse Assunta.
Je la trouve un peu

Tu ramènes encore une fois au féminisme et ce n'est pas du tout l'objet de ce fil de discussion qui voudrait se limiter au rapport d'opposition chrétienté / islam d'une façon générale, ... qui imprègne je pense l'inconscient collectif (hommes + femmes), lequel reste accroché à cette idée que Muhammad était un imposteur et l’Islam une imposture .

Et par conséquent Ite missa est ! ... pour les siècles des siècles et Alléluia, circulez bandes d'indigènes mécréants ... place au Christ !
sous-entendu, le christianisme EST LA RELIGION TRANSCENDANTE par excellence, la seule VRAIE, le monde entier est à convertir ... pour que Jésus_Dieu puisse revenir régner sur terre à la fin des (ou du) temps.

Dans le christianisme, en filigrane dans sa théologie, il y a une dimension spirituelle totalitaire ... un prosélytisme fou du loup déguisé en agneau, expansionniste, qui s'est tout à fait bien marié avec les conquêtes, et le colonialisme.

Maintenant quand tu dis:
Le contraire hélas non plus. Diaboliser l'occident n'est pas nouveau ...
Sur quelle sources historiques t'appuies-tu ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La « coranerie »

Message  Invité le Dim 16 Mai 2010 - 15:36

Maintenant quand tu dis:
Citation:
Le
contraire hélas non plus. Diaboliser l'occident n'est pas nouveau ...
Sur quelle sources historiques t'appuies-tu ?
Mais sur l'idée qu'en ont certains musulmans notamment les salafistes et wahabistes.
J'ai mis le lien de Alma Lamrabet
http://www.asma-lamrabet.com/Articles/fr/feminisme%20islamique%20...%20.pdf
car dans son étude (voir lien pdf) elle affirme que si l'occident doit avoir une compréhension plus grande de l'islam et que les musulmans quant-à eux ne doivent plus voir l'occident comme dépravé.
... Car il ne s’agit plus, pour les musulmans de
rester dans cette posture frileuse de retrait social et de se replier à
l’intérieur de communautés fermées et angoissées à l’idée de se perdre
dans l’identité de l’Autre...

L’islam en tant que référentiel
spirituel universel n’est pas une identité culturelle que l’on doit
farouchement
protéger d’un monde occidental monolithique souvent
perçu à tort comme source de délitement moral
.


Le mal, le diable, c'est l'occident pour certains.
Et des religieux ici aussi, bien français, pensent cela aussi ou entretiennent une idée très négative de notre société en parlant ou ne voyant que l'impudicité.
C'est pour cela qu'il est important de voir tout un ensemble et ne pas focaliser que sur ce que l'on déplore personnellement.

Quand tu dis
Tu ramènes encore une fois au féminisme et ce n'est pas du tout l'objet de ce fil de discussion qui voudrait se limiter au rapport d'opposition chrétienté / islam d'une façon générale, ... qui imprègne je pense l'inconscient collectif (hommes + femmes), lequel reste accroché à cetteidée que Muhammad était un imposteur et l’Islam une imposture .
Non j'ai mis ce lien de Amsra Lambaret car je n'ai pas d'autre lien de musulman(e)s qui explique l'importance de ravaloriser le prophète. Cette femme Asma Lambaret dit l'importance de bien connaître la religion islamique pour eux les musulmans mais aussi pour nous occidentaux.
Certains musulmans ont bien entendu une image très négative de
l'occident et tu le sais.
Asma Lambaret a participé aussi à des colloques avec L'autre Parole http://www.lautreparole.org/accueil.html (révision de la religion catholique vue sous le regard féminin où cette québécoise qui a lancé L'autre Parole écoute les musulmans et d'autres personnes d'autres religions) où ensemble elles notent l'importance de voir ce qui unit ces 2 religions où les mêmes valeurs sont demandées : amour, respect, liberté, etc...
Ces femmes essaient de faire bouger les choses à leur façon. Et la femme québécoise explique l'importance de connaître la religion de l'autre. C'est intéressant leur démarche à toute deux qui est d'ouverture.

Je me demande si la religion Catholique est aussi fermée à l'islam. Je pense qu'elle connaît très bien cette religion, mais ne fera jamais l'effort non seulement de le reconnaître (dire officiellement que Mahomet est un prophète) et ne fera jamais rien pour vraiment réhabiliter la religion dans l'esprit des gens. Avec Benoit 16 encore moins.

Les gens ne sont pas stupides. Grâce au 11 septembre (ou à cause) le Coran en France a été le livre le plus vendu car les gens voulaient vraiment voir et lire si vraiment il est demandé en Islam de tuer ce qui est considéré comme négatif. Mas PARADOXE il a fallu quelque chose de très grave pour que les gens se rendent compte que l'islam n'est pas une religion de violence.
Ils ont bien vu que toute religion si elle est mal interprétée est néfaste.
Les gens ne s'arrêtent plus à cela. Les gens évoluent et se renseignent par eux-mêmes ils n'écoutent plus les puissants religieux catholique. Eux par contre ne veulent pas perdre la face et ne reconnaîtront jamais leur erreur et bêtise.
Ma réponse n'est pas hors sujet. Même si je donne le lien d'une femme musulmane. J'avoue je n'ai pas cherché d'autres liens où certains historiens français ou penseurs (ou autres) réhabilitent l'islam, particulièrement reconnaissent Mahomet comme prophète. C'est à chercher. C'est très intéressant. Tu peux le faire aussi ? Ce serait un très bel apport.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La « coranerie »

Message  pat le Dim 16 Mai 2010 - 22:13

Assunta a dit : Le contraire hélas non plus. Diaboliser l'occident n'est pas nouveau ...

Njama a dit : Sur quelle sources historiques t'appuies-tu ?

Mais enfin il suffit de lire une histoire des croisades écrit du coté musulman et d'en lire une autre écrit par les croisés pour se rendre compte que la diabolisation était à l'ordre du jour.

Je pense que que si nous commençons à faire de l'histoire sur ce forum, il faudra faire effort sur la documentation pour éviter justement de tomber dans ce piège de la diabolisation.

Tiens, lisez donc : Les Syriaques racontent les croisades par Ephrem-Isa Yousif
Syriaques qui étaient au milieu des belligérants

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « coranerie »

Message  Invité le Lun 17 Mai 2010 - 0:28

Il y avait des hommes valeureux, chevaleresques dans les deux camps, chacun défendant, pensait-il une noble cause. Ephrem-Isa Yousif

L'histoire est lointaine, difficile sur certains point de faire la part des choses, sauf que l'occident est l'agresseur. L'histoire a finalement donné gain de cause aux nations d'Orient, serait-ce parce que Dieu protège ses prophètes comme dit l'adage ?

Le mal, le diable, c'est l'occident pour certains.
Le mal, le diable, c'est toujours l'autre.

Le communiste André Gerin et la burqa : « L’Europe se fera en reconnaissant nos racines judéo-chrétiennes »
Le projet de loi sur l’interdiction du voile intégral devrait passer le 19 mai en conseil des ministres. À l’origine de ce débat national – virant parfois au pugilat – une initiative du député maire communiste de Vénissieux, André Gerin. Un an après, le président de la mission parlementaire sur le voile intégral persiste et signe.

Pourquoi cette question déchaîne-t-elle autant de passion ?

Parce qu’il s’agit au fond d’un problème de civilisation. C’est tout l’enjeu de l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne ! La vraie question n’est pas tant de savoir si nous voulons ou non de la Turquie. Mais quelle place sommes-nous prêts à faire à l’Islam ? Le fait que les racines judéo-chrétiennes de l’Europe ne soient pas mentionnées dans la Constitution européenne est symptomatique. Une erreur dommageable. Nous avons du mal à affronter cette question en face. L’Europe de demain se fera en reconnaissant nos racines et en faisant la place aux musulmans qui vivent avec nous. Mais pas à n’importe quel prix.
http://www.famillechretienne.fr/societe/justice/le-communiste-andre-gerin-etlaburqa-leurope-se-fera-en-reconnaissant-nos-racines-judeo-chretiennes-_t7_s35_d56627.html

Je pense que que si nous commençons à faire de l'histoire sur ce forum, il faudra faire effort sur la documentation pour éviter justement de tomber dans ce piège de la diabolisation.
Je ne cherche a diaboliser personne Pat, j'essaie de comprendre ce phénomène de diabolisation.

Pourquoi ce député, initiateur de ce projet de loi, fait de cette question un "problème de civilisation" ? Y aurait-il une bonne civilisation et une moins bonne ? un danger à ce que ces civilisations communiquent entre elles, mais quel danger ? Et puis d'abord c'est quoi une civilisation ? (déjà que l'identité nationale, on a bien du mal à dire ce que c'est )
Et 300 femmes environ qui posent un problème de civilisation ! Il y a de quoi être surpris, non ? seulement 300 femmes, mais c'est incroyable !!!!

Initiative d'autant plus surprenante qu'elle vient d'un État sensé être laïque.

Je crains que la plupart des ami(e)s communistes de Monsieur Gérin ne soient guère d'accord avec lui. A vouloir "consolider" sa civilisation, elle va finir par partir en eaux de boudin.
Une réaction d'un commentateur trouvée sur le Web:

Y’en a marre de la religion, c’est ce qui amène les peuples à se détester, à se combattre, à refuser de reconnaître qu’on est tous et toutes pareils, tous et toutes semblables.
Le mal de l’humanité vient de là, personne pour comprendre ça ????

Vive l’athéisme

Mais non, on se trompait tous, l'enjeu d'une loi sur la burqua, c'est seulement celui de "l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne" !(sic).
La Turquie est un Etat laïque il me semble je n'y comprends plus rien, j'en perds mon latin

Les femmes n'ont rien à voir, qu'on ne s'y trompe plus.

Désolé pour vous , Assunta, et frèrelibre, vous qui plaidiez l'un et l'autre avec tant de verve et tant de pugnacité, de différentes manières, la même cause pour ces femmes , celle d'une liberté émancipatrice.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La « coranerie »

Message  Invité le Lun 17 Mai 2010 - 1:59

La Turquie est un Etat laïque il me semble
je n'y comprends plus rien, j'en perds mon latin
Oui tout à fait mais le problème est le poids des traditions auxquelles les hommes se réfèrent le plus !! Les lois ils s'en fichent.

http://www.cafebabel.fr/article/1083/du-temps-pour-rivaliser-avec-les-coutumes.html
En matière de droits des femmes, même si la Turquie est, sur beaucoup de points, en avance sur les autres pays de confession musulmane, en pratique, l’évolution des mœurs n’est pas si probante. Légalement cependant, le pays a un longueur d’avance puisque les femmes y ont obtenu le droit de vote en 1930 et d’éligibilité en 1934, avant certains pays européens.

Les lois les plus récentes attribuent aux femmes le droit d’entamer une procédure de divorce et, depuis 2001, elles n’ont plus besoin de demander l’accord de leur mari pour aller travailler. En janvier 2002, les femmes turques sont devenues légalement égales aux hommes.
Les femmes turques semblent donc jouir d’une certaine liberté. Mais au quotidien, en profitent-elles vraiment ? Les quelques études publiées sur la condition de la femme turque répondent unanimement : « non » ! Après parfois des décennies d’application de réformes, les coutumes
et les pratiques religieuses continuent à rester dominantes dans la vie quotidienne de la majorité des femmes turques.

Il y a toujours les mariages arrangés, les violences sur les femmes, le viol qui conduit très souvent à la mort de la femme, sans parler que d'un simple soupçon d'adultère (même pas avéré) une femme peut être envoyée à la mort. Non les traditions sont malheureusement plus prenantes que les lois qui existent et qui sont rarement appliquées. Si la Turquie n'évolue pas elle imposera sa condition malsaine envers les femmes. La Turquie doit évoluer pour entrer dans l'Europe. Ce n'est pas une question d'islam mais de mentalités !!Ce sont les archaismes qui sont refusés.

Une campagne pour encourager les petites filles à aller à l’école (obligatoire depuis 1994) est actuellement menée en Turquie. Le problèmec’est que dans des régions rurales, où de nombreuses femmes sont illettrées (62,2% des femmes ne sont jamais allées à l’école ou l’on quitté très tôt), ou ne comprennent pas la langue turque, le message ne peut passer. Dans certaines familles, on ne voit juste pas l’intérêt d’envoyer sa fille à l’école, car cela nécessiterait une grande organisation vu les longues distances à parcourir pour s’y rendre,explique la militante. Dans d’autres familles, c’est le père qui refuse. Il est souvent très difficile de contrer l’ignorance des hommes et leur sens de l’‘honneur’».

http://www.turquieeuropeenne.eu/spip.php?page=print&id_article=317
Le plus grand obstacle reste la tradition de la société turque. Pourtant, au niveau du gouvernement, les projets de réforme, en particulier sur la protection de la famille, sont en avance par rapport àla France. Aujourd’hui le gouvernement turc a décidé de mettre le paquet sur l’égalité des chances, notamment autour de l’éducation. Cela passe aussi par une formation plus poussée des forces de l’ordre. Il n’y a qu’à Paris qu’il existe des référents capables de recevoir des femmes victimes de viols ou de violences. En Turquie, et ailleurs, ils renvoient la femme chez elle, et elle n'est plus obligée d'avoir ce choix cruel à faire épouser le violeur ou être condamnée. Dans le Code civil, les hommes et les femmes sont égaux au point de vue de l’autorité parentale. Mais le changement est difficile à accepter. J’entends régulièrement "chez nous, c’est la tradition. On s’en fiche des lois". La tradition archaïque du pays est lourde.

Ankara : le port du pantalon bientôt autorisé pour les femmes
députés ? 17 mai 2010
(Istambul) - Le Parlement pourrait autoriser prochainement les femmes députés à porter le pantalon, ce qui leur est interdit pour l’instant. Un amendement sur les règles internes est en effet à l’étude. Il devrait être voté après les élections municipales.
Dans le passé, quelques députés ont tenté de venir aux sessions du
parlement vêtues d’un pantalon , symbole de l’égalité des sexes, mais elles se sont vues interdire l’entrée de l’édifice.
(Source : Turkish Daily New)
------------------

J'espère de tout coeur que l'entrée dans l'UE aide les femmes turques. Je n'en suis pas sûre !! Il ne faut pas que le contraire arrive aussi : imposer l'inadmissible (mentalités arriérées) en Europe. Déjà que le niqab pose problème il y a risque de tomber dans le n'importe quoi !! Prudence.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La « coranerie »

Message  Invité le Lun 17 Mai 2010 - 22:20

le problème est le poids des traditions ...
Les problèmes que tu me dépeins Assunta ne sont pas propres qu'à la Turquie
Le tableau que tu me fais est valable pour les arméniens (chrétiens) ou les siciliens (chrétiens également) ou pour les corses ... et bien d'autres "entités tribales" ...

D'ailleurs en parlant de Turquie, elle n'est pas spécifiquement "islamique". Le territoire d'Antioche (sud de la Turquie) faisait partie de la Syrie avant, et il a été concédé par la France (qui avait un protectorat sur la Syrie) à la Turquie (c'est encore en litige, un peu comme nous dans le genre l'Alsace et la Lorraine avec les allemands). On y parle arabe, et non turc. Les communautés chrétiennes y sont très présentes. La Turquie, c'est aussi les Kurdes ...
On ne peut pas résumer la Turquie à l'Islam
voir Religions en Turquie http://www.istanbulguide.net/istguide/people/religions/generalites.htm

Il me semble que tu dévies le problème ... sauf erreur de ma part.
Tu ne dévies pas en disant que les "traditions" sont en cause, (là je te suis complétement) tu dévies en laissant sous entendre que la Turquie est "musulmane" ce qui n'est pas le reflet de la réalité, et là-dessus, le député Gérin et ceux qui le rejoignent se trompent.
Ce n'est pas si simple ... encore une fois, on nous présente une caricature.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La « coranerie »

Message  Invité le Mar 18 Mai 2010 - 17:09

Le fait que les racines judéo-chrétiennes de l’Europe ne soient pas mentionnées dans la Constitution européenne est symptomatique. Une erreur dommageable. Nous avons du mal à affronter cette question en face. L’Europe de demain se fera en reconnaissant nos racines ...
André gérin
J'ai quand même un peu de mal à avaler l'argument des "racines judéo-chrétiennes" , et que, de plus, des références "culturelles" auraient du être gravées dans un traité politique (l'Europe n'a pas de constitution).
Que nos contrées occidentales et septentrionales aient largement subies l'influence du christianisme, complétement d'accord, mais c'est le "judéo" que je ne comprends pas très bien
Le christianisme a cultivé l'anti-judaïsme depuis Constantin jusque 1945, quant à la diaspora juive, elle se partage fifty-fifty entre ashkénaze et séfarade.

Il ne sont pas très clairs les hommes politiques dans leurs discours (mais peut-être n'ont-ils pas bien appris leurs cours d'histoire ?). Si on les croit, l'Europe remonterait à Charlemagne (si je comprends bien ?)
Il n'y a pas encore si longtemps, on apprenait "nos ancêtres les gaulois ..." , et notre corpus juridique, ne découle-t-il pas du droit romain ? Et quid des multiples influences de l'hellénisme (ensemble de la civilisation grecque ancienne ... culture, philosophie, religion, etc !) Et le grec et le latin, racines étymologiques de notre langue française ...


"Pourtant, Charlemagne peut être considéré comme le « Père de l'Europe » pour avoir assuré le regroupement d'une partie notable de l'Europe occidentale, et posé les principes de gouvernement dont ont hérité les grands États européens."
Wikipédia ICI

C'est carrément un discours politique idéologique ..., on nous réécrit l'histoire.
A quand le retour du bon roi Saint-Louis pendant qu'on y est pour paître le bon troupeau européen ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La « coranerie »

Message  Invité le Sam 22 Mai 2010 - 12:36

Le fait que les racines judéo-chrétiennes de l’Europe ne soient pas mentionnées dans la Constitution européenne est symptomatique. Une erreur dommageable. Nous avons du mal à affronter cette question en face.
André Gerin
Encore eut-il fallu la poser la question. Si la question peut être suggérée par des élus politiques, citoyen comme tout un chacun, il me semble qu'il n'est pas dans leurs prérogatives constitutionnelles ou parlementaires qu'une réponse leur appartienne.

Personnellement je crois que c'est une très mauvaise idée.
D'une part parce que l'Europe n'est pas une civilisation mais un fait politique, parce la politique n'est pas la culture, parce que le monde sous nos latitudes se partageant à peu près pour moitié entre "croyants" et "non-croyants", un tel acte politique risquerait d'être très mal interprété et diviserait plus qu'il ne rassemblerait.
Que l'Europe soit un fait politique et une réalité politique contemporaine, nul ne peut le nier. Je ne vois pas la nécessité d'appuyer et de justifier cette création sur le passé ... comme si l'évolution du monde et sa facette politique obéissait à une sorte de déterminisme * historique !
C'est un peu comme si je disais, je suis ce que je suis, par mes ancêtres gaulois. Il en reste peut-être quelques traces, je ne dis pas

L'idée de civilisation n'est qu'un concept ! un raccourci commode ...

* théorie selon laquelle la succession des événements et phénomènes est due au principe de causalité ICI

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La « coranerie »

Message  Invité le Sam 22 Mai 2010 - 15:23

Je ne vois pas la nécessité d'appuyer et de justifier cette création sur le passé ...
qui plus est, sur un passé qui serait essentiellement "religieux" !

C'est "ignorer" la réalité contemporaine, c'est masquer cette moitié d'une population non-déiste, non-croyante, athée ou simplement spirituelle ... c'est une tentative de la dissoudre dans le flou uniforme d'une masse d’individus quasi-autistiques sans appartenance aucune et sans projets comme si elle n'existait pas. C'est mettre une burqua sur les consciences.

Non à cette mascarade d'une Europe "judéo-chrétienne" !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La « coranerie »

Message  Invité le Sam 22 Mai 2010 - 22:44

Autres réflexions aux propos du député communiste André Gérin. Il dit:
Le fait que les racines judéo-chrétiennes de l’Europe ne soient pas mentionnées dans la Constitution européenne est symptomatique.
Ah bon, l’Europe a une Constitution ? !
Mensonge, ou langue qui a fourchée ? l'Europe n'a aucune Constitution (il est pourtant bien placé pour le savoir). Le Traité de Lisbonne, n'est pas une Constitution.

Détail, Jésus est reconnu par les musulmans, mais pas par les juifs. Qu’est ce que nos racines ont de judéo ???

Une Europe « judéo-chrétienne » ne serait qu'une conception ethno-religieuse de l’Union européenne.

Ses propos n'engagent que lui-même, et non le parti communiste.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La « coranerie »

Message  pat le Dim 23 Mai 2010 - 13:38

Mais Jésus, Paul, Marie et tous les autres apôtres qui sont les personnages à la base du christianisme sont éminemment Juifs.

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « coranerie »

Message  Invité le Lun 24 Mai 2010 - 17:11

pat a écrit:Mais Jésus, Paul, Marie et tous les autres apôtres qui sont les personnages à la base du christianisme sont éminemment Juifs.
Pour un bien il faudrait dire Hébreux plutôt que juifs concernant ces personnages.
Les Yehoudi (ceux de le tribu de Juda) existaient bien sûr, mais ils n'étaient qu'une tribu d'Israël. Le terme juif devient "générique" ultérieurement. Les évangiles palestiniens ne parlent pas précisément des juifs, mais des samaritains, des esséniens, des galiléens ...
[1] Un Hébreux peut faire un Hébreux et on appelle ce dernier un prosélyte, mais un prosélyte ne peut pas faire un prosélyte. (Certains) sont tels qu’ils sont et font d’autres pareils à eux parce que ceux-ci le deviennent.
nous dit l'évangile selon Philippe - Manuscrits de Nag Hammadi

Une Europe « judéo-chrétienne » ne serait qu'une conception ethno-religieuse de l’Union européenne.
Autant je crois on peut deviner en filigrane une conception etno-religieuse - c'est à dire de peuple* (élu ?) - chez les juifs, , qui hormis le bref épisode du règne de David et de son fils Salomon,n'ont jamais connu l'Etat-nation, autant il me semble difficile de l'établir dans le monde chrétien, partagé principalement historiquement entre romain et byzantin, catholique et orthodoxe.

* Notons que ce point de vue est contesté par certains historiens juifs comme Shlomo Sand
Comment le peuple juif fut inventé.
http://www.monde-diplomatique.fr/2008/08/SAND/16205


Tout cela ne semble pas très sérieux. Un peu comme si on voulait nous mettre des œillères



De l'histoire d'un fait politique (la création de l'Europe débute après guerre 45), on voudrait nous démontrer qu'il aurait découlé de pseudo-racines judéo-chrétiennes.
Mais pourquoi donc ces édiles ont mis la charrue avant les bœufs, et n'ont-ils pas commencé par là pour en venir à l'Europe ? ... puisque ce serait (soit-disant) le socle même de l'Europe.
Ah, vraiment ils travaillent à l'envers !
Le pouvoir politique peut toujours essayer de tenir ce discours, c'est son droit d'expression le plus absolu (je ne le conteste pas), mais le postulat étant historiquement et intellectuellement si fragile, il faut s'attendre à ce que le berger réponde à la bergère
La pilule me semble dure à avaler ... et je crois que je ne serais pas le seul à contester cet ersatz d'histoire.

André Chouraqui écrit dans le liminaire de sa traduction du Coran
Avec la même insistance que la Bible et que le Nouveau Testament, le Qur’ân annonce à ses centaines de millions d’adeptes l’absolue transcendance d’Allah. Il authentifie par la bouche de Muhammad l’héritage spirituel d’Ibrâhim, l’Abraham de la Bible, de Mûssa le Moïse de l’Exode, des Prophètes d’Israël comme de ‘Issa-Jésus et de ses Apôtres, annonciateurs de l’Unique en ses vertus de paix et de justice.

Dans le Qur’ân, l’unicité d’Allah loin d’imposer à l’humanité une uniformité monolithique admet en son essence l’authenticité de la Tora et de l’Évangile antérieurs à Muhammad, prophétiquement dressé contre les passions égocentriques des effaceurs d’Allah. L’aspiration fondamentale du Prophète est d’offrir à la patrie, ou plus exactement à la « matrie des Inspirés », un peuple nouveau, en charge du salut promis par Allah à Muhammad comme aux Prophètes et aux Apôtres d’Israël.
http://nachouraqui.tripod.com/id16.htm

et le révélation d'Arès, puissant Appel Céleste à la fraternité vient enfoncer le clou ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La « coranerie »

Message  Invité le Lun 24 Mai 2010 - 17:56

Comme le dit Ibn Warraq : Avant d'être membres de la oumma, du corps du Christ ou du peuple élu, nous faisons tous partie d’une communauté de conscience; nous sommes ceux et celles qui doivent faire leurs propres choix.
http://vie-spirituelle.all-up.com/coran-f7/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-t674-60.htm#6266

C'est une Europe solidaire et fraternelle et riche de sa diversité qu'une majorité des peuples veulent. Les politiques diviseront toujours en jouant sur ce qui touche ou exacerbe les gens, la religion notamment.

http://regard-positif.xooit.com/f67-L-EUROPE-VUE-PAR-LES-HUMANISTES.htm
* une Europe non-violente qui refuse la guerre comme solution, l'exclusion comme une fatalité.
* une Europe cosmopolite, ouverte sur le monde, solidaire avec les autres nations.
* une Europe qui met la priorité sur la santé et l'éducation de ses peuples.
* C'est une Europe des Droits de l'Homme.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La « coranerie »

Message  Invité le Jeu 27 Mai 2010 - 1:58

njama a écrit:
"Pourtant, Charlemagne peut être considéré comme le « Père de l'Europe » pour avoir assuré le regroupement d'une partie notable de l'Europe occidentale, et posé les principes de gouvernement dont ont hérité les grands États européens."
Wikipédia ICI

C'est carrément un discours politique idéologique ..., on nous réécrit l'histoire.
"Mais au-delà du sarkosysme, le bling-bling historique se distingue par l’usage de grandes figures jetées dans l’espace publique sans beaucoup de retenue comme c’est le cas avec les derniers poilus ou encore avec Charlemagne déguisé en père de l’Europe contemporaine."
Nicolas Offenstadt

Voir L'histoire bling-bling ICI


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La « coranerie »

Message  Invité le Jeu 27 Mai 2010 - 2:48

C'est intéressant. La réalité historique concernant certains "grands" hommes est extrapolée. Et l'envers du décor nous est caché. C'est à nous à chercher la réalité.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La « coranerie »

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 5:52


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum