Spiritualités

"NE PLUS TRAVAILLER POUR SE REINVENTER"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"NE PLUS TRAVAILLER POUR SE REINVENTER"

Message  Invité le Dim 19 Sep 2010 - 20:47

Qui a dit que de ne pas vouloir travailler c'est être un(e) fainéant(e) ?

http://www.psychologies.com/Moi/Travail/Evolution/Articles-et-Dossiers/Ils-ont-choisi-de-ne-plus-travailler#2
Changer de Priorités... Expression d’une « identité préférée », réflexion sur soi-même, affirmation d’autres critères : la « valeur travail » serait-elle en danger, victime de l’aspiration au développement personnel ? Le débat reste ouvert, mais nos témoins l’ont montré, assumer sans complexe ses choix peut, malgré les difficultés, conduire à des découvertes sur soi et à un véritable renouveau...

Préjugés
...C’est surtout à travers le regard d’autrui que les problèmes surgissent, comme le note Jean-Robert face à son banquier, qui ne le voit même plus. Contre l’impression d’être devenu « transparent », la solidité du couple et le soutien des proches se révèlent déterminants...

Témoignages
http://www.psychologies.com/Moi/Travail/Evolution/Articles-et-Dossiers/Ils-ont-choisi-de-ne-plus-travailler/4Robert-47-ans-marie-un-enfant#5
Robert, 47 ans, marié, un enfant
« Je suis encore plus actif qu’avant »
À 42 ans, Jean-Robert a quitté l’école de journalisme dans laquelle il travaillait depuis vingt ans pour s’occuper de son fils, restaurer sa maison (il vit à la campagne), peindre et créer des objets.

« Le plus dur, au début, c’était le regard des autres. Un jour, je suis allé à la banque avec ma femme, le conseiller ne m’a pas adressé la parole : ne gagnant plus d’argent, je ne valais plus rien. La société accepte mal qu’un homme s’arrête de travailler pour s’occuper de ses enfants. Moi, j’ai le sentiment de gagner ma vie autrement. Retaper soi-même sa maison, c’est un vrai bonus pour le budget du ménage. Retrouver un emploi, j’avoue que j’y ai pensé plusieurs fois, mais à quoi bon ? Travailler plus pour consommer plus, ce n’est pas notre philosophie de vie. L’essentiel pour nous est de continuer à faire ce qui nous plaît : ma femme aime son métier de journaliste, moi je m’occupe à 200 % de notre fils de 5 ans. Je peins, je crée des objets écolos. Si, un jour, j’ai à nouveau un métier, ce sera celui-là. Avec ces activités et ce rythme, je pense que j’ai trouvé mon équilibre – et gagné en liberté. Je ne gaspille plus mon énergie vitale et je vais à l’essentiel. Finalement, je suis plus actif qu’avant : quand on travaille chez soi, et pour soi, on ne s’arrête jamais. Ce qui me manque le plus ? Aller boire une bière au bistrot avec les étudiants… »

Son conseil : « N’ayez pas peur du vide, il se remplira très rapidement – et ne vous laissez pas impressionner par votre banquier ! »

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "NE PLUS TRAVAILLER POUR SE REINVENTER"

Message  Invité le Mar 9 Nov 2010 - 2:23

je comprends mille fois cet état d'esprit mais si tout le monde devient ainsi en même temps que devient le monde?
des créateurs sans doute, pourquoi donc restons nous accrochés à cette économie avillissante?
La peur de tomber de haut? il n'est pas simple de se faire créateur, les âmes ne distribuent pas aussi aisément leur pouvoir, sinon elles l'auraient déjà fait et nous serions tous de grands êtres, de grands esprits... des dieux quoi!!!
alors patience, chacun son tour, c'est ainsi que certains tentent l'aventure mais en réalité ils ne s'éloignent guère de ce qu'ils étaient avant

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "NE PLUS TRAVAILLER POUR SE REINVENTER"

Message  Invité le Mar 9 Nov 2010 - 14:04

Assunta a écrit:
Préjugés
...C’est surtout à travers le regard d’autrui que les problèmes surgissent, comme le note Jean-Robert face à son banquier, qui ne le voit même plus. Contre l’impression d’être devenu « transparent », la solidité du couple et le soutien des proches se révèlent déterminants...

Témoignages
« Le plus dur, au début, c’était le regard des autres. Un jour, je suis allé à la banque avec ma femme, le conseiller ne m’a pas adressé la parole : ne gagnant plus d’argent, je ne valais plus rien. La société accepte mal qu’un homme s’arrête de travailler pour s’occuper de ses enfants.
C'est la façon de voir de Jean Robert.

J'ai connu cette situation, je veux dire d'avoir arrêté de travailler, mais je ne l'ai pas du tout vécu comme Jean Robert.
Je ne pense pas que nous puissions compter sur l'affection d'un banquier qui ne nous apprécie qu'à l'aune de notre surface financière. Au mieux on pourra compter sur sa confiance, pas plus. Qu'il nous gardera tant qu'on sera solvable ... sinon pas de cadeau, la machine à broyer se met en marche toute seule, sans états d'âme, pour vous dépouiller sinon comme Job le fût, au moins jusqu'au remboursement de la créance.
Cela me fait rire qu'il ait pu le penser ... jusqu'à preuve du contraire les banquiers ne sont pas des philanthropes mais des usuriers. Il font tant d'efforts lourdauds pour nous aguicher à leurs guichets ...
Les questions d'argent et de cœur ne s'assortissent pas toujours bien ensemble, c'est le moins que l'on puisse dire.

Je ressentais tout le contraire même ... Car ce n'était pas moi, ni "nous" qui étais, étions embarrassés - cette situation était choisie, acceptée en couple comme Jean Robert l'a fait -, mais certaines personnes. Particulièrement des proches (contrairement à Jean Robert), parents ou ami(e)s qui éprouvaient le malaise.
Je, nous devinions bien sur leurs visages qu'ils tournaient autour du pot, le regard curieux plus qu'interrogatif, les langues avançant timidement leurs mots pour s'enquérir de nos projets ou de "l'évolution" de cette situation ... C'est vrai un homme qui ne travaille pas c'est le monde à l'envers ... la fin du monde, un choc de civilisation ! Suspect
Nous évitions toujours l'écueil de nous justifier de quoi que ce soit, car pourquoi ou de quoi devrions-nous nous justifier ? C'eut été donner du grain à soupeser à ces esprits inquisiteurs, du grain à mouliner ... et en quoi cela les regardait-il ?
Je n'étais pas chômeur, ni demandeur d'emploi. Je ne travaillais plus "tout simplement" pour reprendre l'expression de bourgeon.
Pour les libérer de leurs préjugés, et couper court à toutes questions. C'était très facile ! Je leur disais:
" Imaginez ... si, c'était moi qui étais directeur d'école, et que mon épouse était femme au foyer avec nos charmants trois jeunes enfants, le chien et le chat et patin couffin ... ne serions-nous pas la famille si idéale ? ... non ? Eh bien là c'est juste l'inverse, elle est directrice et je ne travaille pas. Quelle différence ? Où est le problème ?"

La société distribue les rôles à l'évidence, à l'homme, à la femme, avec une palette impressionnante de diversités selon les cultures. Dès que l'on sort du schéma pré-établi, les gens sont perdus ... parce que toutes les traditions véhiculent à divers degrés une culture de perroquets.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "NE PLUS TRAVAILLER POUR SE REINVENTER"

Message  Invité le Mar 9 Nov 2010 - 18:22

ici c'est mc qui parle

de ne plus aller au travail t'a-til apporté quelque chose de plus, njama ? te sens-tu différent d'avant?
pour ma part, mais je suis une femme, j'y ai largement gagné même si financièrement c'est la galère (mais j'ai espoir puisque j'attends tout de mon esprit accompagnateur)

le non travail c'est la porte ouverte aux questionnements; à ce moment-là, nous ne sommes plus des machines à produire mais des penseurs en peine parfois avec ce qu'ils ressentent
j'ai eu galère sur galère tout au long de mon cheminement, toujours en porte à faux avec mon environnement mais quand, au bout d'un certain temps relativement long, la tête se replace dans la réalité toute terrienne, tout semble plus simple qu'avant, le dramatique sort des pensées et l'espoir s'installe

hier, je suis allée rendre visite à ma fille ainée qui a été opérée de sa tumeur au cerveau il y a 9 mois, aujourd'hui que d'interrogations en moi: ce n'était pas ma fille qui s'adressait à moi, mais un mystérieux personnage qui parlait en elle de façon très mystérieuse; ce n'était pas très agréable pour moi,
si je n'avais connu moi même le dédoublement de la personnalité , c'est à l'hôpital que je la ramènerais; ainsi grâce à mon cheminement personnel je lui donne sa chance pour "se trouver", j'espère tout naturellement qu'elle ne replongera pas dans les délires d'avant l'opération
Ainsi, ma chance est d'avoir arrêté de travailler, ce qui m'a permis de me connaître , de savoir de quoi je suis faite et de comprendre des millions de fois la phrase de Socrate: connais-toi toi même et je rajoute avant d'aller vers les autres

je suis certaine que, sur ce forum, certaines personnes pensent que je délire ou tout comme, j'ai largement les pieds sur terre, tout fonctionne à merveille, jamais de médicament, jamais de médecin, et j'expérimente énormément mon corps ou plus exactement on me fait expérimenter mon corps pour le corriger
je souris largement quand j'entends à la télé tout ce qu'ils peuvent dire ou inventer pour le soi disant bien être de chacun, c'est de la foutaise sur tous les plans, mais comme on dit généralement: on fait comme on peut avec les moyens du bord

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "NE PLUS TRAVAILLER POUR SE REINVENTER"

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:54


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum