Spiritualités

Le culte marial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le culte marial

Message  Invité le Mer 5 Jan 2011 - 22:59

Le culte marial



Dans les tous débuts du christianisme, il n'est guère question de la Vierge Marie. Dans le Nouveau Testament, son rôle est très secondaire : elle n'est que la mère biologique de Jésus. Paul, quant à lui, ne fait aucune allusion à Marie, ni à Marie-Madeleine, d'ailleurs. Pour Paul, en effet, la nouvelle Eve, c'est l'Eglise, Epouse du Nouvel Adam : le Christ. La dévotion mariale n'apparaît, en fait, timidement, qu'à partir du IIe siècle, mais les allusions à son sujet restent encore très discrètes. On ne trouve aucune mention de la Vierge dans la Didachè, dans les textes de Clément de Rome, de saint Hermas, de saint Polycarpe, de Tatien et seulement quelques-unes dans saint Ignace, Aristide, saint Justin le Martyr et saint Irénée.(21) C'est dans la lutte contre le gnosticisme et le docétisme, puis l'arianisme, que la dévotion mariale prend une importance croissante.(22) Pour les gnostiques, Marie de Magdala a un rôle bien plus grand que la mère de Jésus. Les docétistes, quant à eux, ne reconnaissent pas la nature humaine du Christ. Enfin, pour Arius, le Christ n'est pas de même substance que le Père, il lui est inférieur, et donc Marie n'est pas la mère du Verbe, mais simplement la mère biologique de l'homme Jésus. Alors que la divinité et l'humanité du Christ sont contestées par différents courants religieux dans l'Eglise primitive, Marie devient un personnage de premier plan dans la doctrine de l'Incarnation adoptée par l'Eglise de Rome et qui deviendra l'orthodoxie. Pour contrecarrer attaques et controverses, la Vierge est déclarée « Mère de Dieu » (Theotokos) au concile d'Ephèse en 431.

Le culte mariale se développe plus tôt en Orient qu'en Occident.(23) Ephèse, par son histoire et sa dévotion à Artémis et à la Magna Mater, est un terrain propice à la création d'un culte à la nouvelle déesse-Mère. Les premières églises consacrées à la Vierge datent de la fin du IVe siècle et du début du Ve . L'iconographie la représente fréquemment « assise sur un trône à la façon et sous les traits d'Isis et d'Horus, portant la couronne murale de Cybèle, ayant sur les seins un masque de Gorgone, telle Athéna, et une représentation de l'enfant Jésus sur la poitrine.»(24)
« Les premières fêtes qui, au IVe siècle, furent consacrées à la Vierge, celle de l'Annonciation et de la Présentation, étaient surtout des fêtes du Christ. Ce fut seulement au siècle suivant que la Nativité et l'Assomption [15 août] furent célébrées en Orient, et elles ne furent observées en Occident qu'au VIIe siècle (...) »(25)

Saint Bernard

Au XII e siècle, Bernard de Clairvaux donne au culte marial une dimension jamais atteinte. La Vierge, qu'il nomme Notre Dame, devient la figure de proue de la chrétienté franque. Pour lui, le terme « Notre-Dame » désigne bien plus que la Mère du Christ : Elle est l'épouse du Verbe.
...

http://viergesnoires.marie-madeleine.com/page_3.htm



illustrations, vierges noires Le Puy-en-Velay

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Salve Regina

Message  Invité le Mar 11 Jan 2011 - 17:55

Salve Regina, cette prière catholique aurait été composée au moyen-âge. Son auteur n'est pas connu ...
Les moines dominicains ont commencé à l'utiliser en 1221 ; les cisterciens, eux, la prient depuis 1251. Les chartreux la chantent chaque jour lors des Vêpres depuis le XIIe siècle

Salve, Regina, mater misericordiae. Vita, dulcedo et spes nostra, salve.
Ad te clamamus, exsules filii Evae.
Ad te suspiramus, gementes et flentes in hac lacrimarum valle.
Eia ergo, advocata nostra, illos tuos misericordes oculos ad nos converte.
Et Jesum, benedictum fructum ventris tui, nobis post hoc exilium ostende.
O clemens, o pia, o dulcis Virgo Maria ! (Amen.)

Salut, ô Reine, Mère de Miséricorde, notre vie, notre douceur, et notre espérance, salut.
Vers vous nous élevons nos cris, pauvres exilés, malheureux enfants d'Eve.
Vers vous nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.
De grâce donc, ô notre Avocate, tournez vers nous vos regards miséricordieux.
Et, après cet exil, montrez-nous Jésus, le fruit béni de vos entrailles.
Ô clémente, ô miséricordieuse, ô douce Vierge Marie.




Majida El Roumi née le 13 décembre 1956 à Kfarchima (Liban), est une chanteuse libanaise.
http://www.paperblog.fr/1796515/magida-el-roumi/



Ave Maria, en syriaque, dialecte araméen Majida El Roumi


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Mère de Dieu

Message  Invité le Jeu 13 Jan 2011 - 18:18

Le culte marial a son origine au IVe siècle lorsque l'évêque d'Ephèse était confronté à l'engouement des Ephésiens pour le culte de la grande déesse, reine du ciel : Artémis.
C'est le concile d'Ephèse (431) qui proclame que la vierge Marie est "Mère de Dieu". Le terme theotokos du grec Θεοτόκος, « qui a enfanté Dieu » lui fut attribué un bon siècle avant en 325 par Alexandre d'Alexandrie ou saint Alexandre, patriarche d'Alexandrie (Égypte) et Origène (né à Alexandrie v. 185 et mort à Tyr v. 253 ) l'aurait lui-même employé bien avant.

Ce culte emprunte à des mythes très anciens venus de la vallée de l'Indus, car elle n'est pas la première Vierge-Mère. Les Indous croyaient aussi à cette immaculée conception de leurs messagers divins et sauveurs, les grand Avatars de l'Inde antique comme Krishna qui fut mis au monde par une vierge pure et chaste nommée Devaki, et le premier Bouddha, qui fut préservé du péché en naissant de la vierge Maya. La tradition s'est répandue en Égypte, puisque Horus est né de la vierge Isis, et jusqu'en Grèce, puisque le Parthénon était dédié à Athéna Parthénos, (vierge-mère, d'où le mot "parthénogenèse", reproduction asexuée).


Isis et Horus

« Il est évident que dans les derniers temps, le paganisme s’était retrempé dans son origine égyptienne, et tendait de plus en plus à ramener au principe de l’unité les diverses conceptions mythologiques. Cette éternelle Nature, que Lucrèce, le matérialiste, invoquait lui-même sous le nom de Vénus céleste, a été préférablement nommée Cybèle par Julien, Uranie ou Cérès par Plotin, Proclus et Porphyre; — Apulée, lui donnant tous ces noms, l’appelle plus volontiers Isis; c’est le nom qui, pour lui, résume tous les autres; c’est l’identité primitive de cette reine du ciel, aux attributs divers, au masque changeant! Aussi lui apparaît-elle vêtue à l’égyptienne, mais dégagée des allures raides, des bandelettes et des formes naïves du premier temps.
[…]
Telle, exhalant les plus délicieux parfums de l’Arabie-Heureuse, elle apparaît à Lucius, et lui dit:
« Tes prières m’ont touchée; moi, la mère de la nature, la maîtresse des éléments, la source première des siècles, la plus grande des divinités, la reine des mânes; moi, qui confonds en moi-même et les dieux et les déesses; moi, dont l’univers a adoré sous mille formes l’unique et toute-puissante divinité. Ainsi, l’on me nomme en Phrygie, Cybèle; à Athènes, Minerve; en Chypre, Vénus paphienne; en Crète, Diane dictynne; en Sicile, Proserpine stygienne; à Éleusis, l’antique Cérès; ailleurs, Junon, Bellone, Hécate ou Némésis, tandis que l’Égyptien, qui dans les sciences précéda tous les autres peuples, me rend hommage sous mon vrai nom de la déesse Isis.

« Qu’il te souvienne, dit-elle à Lucius après lui avoir indiqué les moyens d’échapper à l’enchantement dont il est victime, que tu dois me consacrer le reste de ta vie, et, dès que tu auras franchi le sombre bord, tu ne cesseras encore de m’adorer, soit dans les ténèbres de l’Achéron ou dans les Champs-Élysées ; et si, par l’observation de mon culte et par une inviolable chasteté, tu mérites bien de moi, tu sauras que je puis seule prolonger ta vie spirituelle au delà des bornes marquées. » — Ayant prononcé ces adorables paroles, l’invincible déesse disparaît et se recueille dans sa propre immensité. »


Les Filles du Feu (1854), Gerval de Nerval, citations extraits chap IV
L’auteur s'est inspiré des Métamorphoses d'Apulée pour ce passage de son livre
13. Le livre d'Isis (XI, 1, 1 - XI, 30, 5) . Prière de Lucius et apparition d'Isis (XI, 5, 1) Je viens à toi, Lucius, émue par tes prières. ...
Texte en ligne ICI
Apulée écrivain d'origine berbère né à Madaure en Numidie (aujourd'hui M'daourouch en Algérie) vers 123-125 ap. J.-C. mort vers 170


Isis et Horus / Marie et Jésus

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le culte marial

Message  Invité le Ven 14 Jan 2011 - 9:58

Il y avait une vidéo :


ZEITGEIST La Religion 1/2 VOSTFR

http://www.dailymotion.com/video/x814wz_zeitgeist-la-religion-1-2-vostfr_webcam



ZEITGEIST La Religion 2/2 VOSTFR

http://www.dailymotion.com/video/x814k2_zeitgeist-la-religion-2-2-vostfr_webcam

"Ce film s'ouvre sur une vision du monde absolument surprenante. Il est classé comme le film le plus écouté de l'histoire du web à ce jour et son contenu le justifie bien."
Thème :
Comment les grands banquiers veulent gouverner le monde, entretiennent, provoquent des guerres, pour être les maîtres.
Comment la religion, les pouvoirs, soumettent les masses, les nations
.


http://video.google.com/videoplay?docid=6434490095226939551


----------

Je l'ai trouvé en anglais traduit en espagnol
http://video.google.com/videoplay?docid=6434490095226939551#docid=8883910961351786332


Dernière édition par Assunta le Ven 14 Jan 2011 - 14:32, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le culte marial

Message  Invité le Ven 14 Jan 2011 - 12:08

COMPARAISON ENTRE LES RECITS SUMERIENS ET LES RECITS BIBLIQUES

http://home.nordnet.fr/~caparisot/html/sumerreligion.html#comparaison

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum