Spiritualités

TEMOIGNAGE D'UNE EX-RELIGIEUSE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

TEMOIGNAGE D'UNE EX-RELIGIEUSE

Message  Invité le Ven 14 Jan 2011 - 13:44

TEMOIGNAGE D'UNE EX-RELIGIEUSE Andréa RICHARD

2 VIDEOS

http://www.dailymotion.com/video/xchhdf_t%C3%A9moignage-accablant-d-une-ex-relig_news

http://www.dailymotion.com/video/xchhaq_témoignage-accablant-d-une-ex-relig_news

Pour connaître cette femme : http://www.mediapublinet.net/quebec_presse/andrea_richard/andrea_richard.pdf

Son livre "Au-delà de la religion"
« Oui, l’Église a ‘détourné’ l’humanité de la nature et de la vie. Le chapitre concernant l’esprit ou la loi est aussi remarquable que fondamental, car en effet, tout porte à croire que les populations dites ‘sauvages’, en dépit de leur condition primitive, étaient loin d’être aussi brutales que les moeurs de la civilisation envahissante.
Ce retour sur la simplicité ‘extraordinaire’ conduit aux souhaits d’être ‘soi-même’, voeu philosophique par excellence, il rappelle d’urgence une éducation centrée sur le développement du potentiel humain de chacun. Au lieu d’imposer des modèles, mieux vaudrait perfectionner nos méthodes d’éducation.

http://www.mediapublinet.net/quebec_presse/andrea_richard/andrea_richard.pdf

Son blog : http://andrearichard.blogauteurs.net/blog/


---------------------


Confession d’un prêtre vieillissant..
http://angeljuan.unblog.fr/

” J'étais très jeune quand je suis entré au sacerdoce.

Lorsque je suis entré dans la vie religieuse, je n'ai pas trop penser à la façon dont le célibat était imposé..

Je suis tombé amoureux, vraiment tombé en amour avec une femme, une religieuse. Cette relation s'est développée.

j'ai senti que je l'aurais épousé. Mais les choses ont pris un tour différent.Elle était très professionnelle et fortement influencée par une autre religieuse.

Je crois que les prêtres devraient avoir le droit de choisir ou non de vivre une vie de célibat. Jésus aimait les femmes. J'aime les femmes. Parce que je vieillis, j'ai une certaine mesure de la tournure des événements, et j'ai mal au coeur pour ce que j'ai raté. Une femme, un enfant, une maison. La femme que j'aime me disant que je mérite de revenir à la maison après une longue journée de stress, une femme qui vous murmure des choses réconfortantes à votre oreille … non pas se retrouver dans une petite chambre avec seulement mes livres et quelques verres de whisky pour la compagnie !!!

Dans mon coeur, je sais que j'aurais fait un bon mari, mais maintenant je suis trop vieux pour changer mes habitudes.


Si j'avais ma propre maison, les choses pourraient être différentes pour moi. Mon rêve aurait été d'avoir un espace privé où vivre mes derniers jours.. Je pense que chaque jour que j'aurai pu passer dans ma propre maison aurait été les plus heureux jours de ma vie !! “

Père P
.


---------------------

TEMOIGNAGE D'UNE FEMME
http://plein.jour.free.fr/PJ5_temoignage_avec_coeur_317.htm

Avec cœur ……

Québec, le 21 février 2009-

Plus qu’un récit……Lors d’une relation intime avec un prêtre, j’ai porté dans chaque fibre de ma chair, et dans chaque espace de mon être, les conséquences et les effets pervers de la loi du Célibat OBLIGATOIRE.

J’ai touché aux limites de l’institution catholique. J’ai pénétré son ombre. Elle ne peut plus satisfaire ma soif profonde de vérité et de spiritualité.

Etrange…. J’ai dépassé ses murs parce que, justement, je suis chrétienne ! L’entêtement du clergé catholique continue à mesurer la vocation de l’âme sacerdotale au phallus des hommes ordonnés. Très révélateur de découvrir que ces « assistants » devenaient incapables de m’aider à sortir de ce gouffre creusé par eux. En rejetant la femme, la compagne, l’épouse, la véritable partenaire réduite à sa seule fonction reproductrice de mère, ces hommes ne défigurent-ils pas la Création ?

Ils nourrissent l’abus du pouvoir patriarcal religieux qui écrase et bafoue tant de femmes dans le monde ! Ainsi, du haut de leur somptueuse pyramide strictement masculine, ils s’engendrent entre hommes exclusivement. Cette négation hypocrite de la présence féminine dans la vie de ses membres va à l’encontre de l’évolution spirituelle de l’Humanité qui aspire à s’ouvrir à toujours plus d’Amour ! La béate servitude des femmes silencieuses s’agenouille encore devant les enrôlés du célibat obligatoire qui nient le noble élan de l’Amour. Ce qui est grave, c’est d’avoir marié le célibat au sacerdoce !

Combien de femmes au cours de l’histoire ont expérimenté, sans pouvoir clairement l’exprimer, le grand mépris de ceux qui osent enseigner la Vérité de l’Amour ? JE SUIS de l’Eglise universelle ! Non de cette institution cléricale ! Porteuse de vie au même titre que l’homme, dans l’expression concrète de ma sexualité et de ma spiritualité, j’ai qualité pour mettre au monde cet Amour. C’est pourquoi je dénonce les odieux comportements mensongers des porte-paroles du Christ qui dominent les femmes admises dans leur intimité, d’abord cachées, puis rejetées après usage, comme des objets sexuels sans valeur. Oui ! J’ai été utilisée comme une prostituée sans l’avoir choisi.

Ma foi ne cadre plus avec ces abus de pouvoir ! Façonné selon leur convenance, ce Dieu prisonnier d’une telle institution rejetant les femmes, n’est plus le mien ! Mes assises d’Etre ont été déconstruites par cette dure expérience. Ma foi en la vie les a relevées ailleurs. L’Amour que m’ont enseigné les représentants de l’Eglise catholique dans ma jeunesse, a été trahi par un des leurs. Mais je constate aujourd’hui que le prêtre victime de cette discipline, fait partie de tout un clergé complice.

J’ai été …. « une faiblesse dans sa vie… ». C’est ce que m’a dit le prêtre qui m’a séduite. J’ai refusé ce regard si réducteur de l’entière Féminité dont JE SUIS. Il a eu plusieurs « faiblesses » avant et après moi. Je l’ai découvert lors de l’écriture de mon livre « ROSE SOUS LES CANONS »

( Titre poétique signifiant : l’amour écrasé sous la loi canonique)

J’ai décidé de montrer mon visage publiquement pour me guérir de cette blessure qui m’atteint non seulement dans mon individualité et mon intimité, mais aussi dans mon corps social et dans mon être de femme. J’ai publié mon cri pour exorciser l’emprise de ce mal ! Pour dénoncer cette subtile violence religieuse étouffée depuis de siècles…. avec des : « Je vous salue Marie » ! Pour traverser ce mur du silence qui tue la vraie Vie ! Pour briser l’isolement des personnes affectées par cette impardonnable faute de l’Eglise !

J’avoue avoir été déchirée entre le reniement de moi-même et l’amour que j’ai éprouvé pour ce prêtre. Depuis la parution de mon livre, j’en ai reçu des confidences : des histoires toutes aussi dramatiques les unes que les autres dans lesquelles trop de prêtres ou religieux fuient. Ils manquent de maturité face à un amour que l’endoctrinement religieux leur interdit de vivre. Ils obéissent non pas à leur conscience et à leur cœur, mais à des supérieurs qui gèrent jusqu’à leur affectivité intime. Pourquoi certains hommes rêvant de trouver Dieu, choisissent-ils de se déshumaniser, et de dominer non seulement les femmes, mais aussi d’autres hommes leurs confrères ? abus de pouvoir, ennemi de l’Amour !

J’accueille maintenant des femmes rejetées par le clergé pour qu’elles retrouvent la joie d’être et d’aimer encore librement après que leur amour se soit engouffré dans la prison d’une loi religieuse piégeant les corps, les cœurs, les esprits et les âmes. Ainsi, je me sens plus près du Christ, n’étant plus complice d’un tel système qui a borné l’espace et l’expression de la liberté de l’Amour… dans un lieu qui pourtant parle en son Nom. Avec sa figure strictement masculine, le clergé catholique ne peut et ne pourra jamais offrir à la jeunesse du Monde des modèles de « couples de référence » dont l’histoire a grand besoin, pour redonner à l’Amour et à la sexualité leurs lettres de noblesse, leur beauté originelle.

Mère d’une fille et d’un garçon, je suis grand-mère de trois charmantes petites-filles âgées de 10, 17 et 18 ans. Je veux laisser à ma descendance une autre vision plus égalitaire de l’Humanité Homme/femme. C’est au moment de mon divorce que cette relation avec un prêtre débuta. A un premier deuil, un autre plus pénible s’ajouta. Ma vie fut bousculée lors de cette période qui élimina tout ce qui rétrécissait la valeur de ma personne devant la vie. Ce changement de voie m’a beaucoup appris : j’ai tourné le dos à toutes violences. J’en suis sortie plus vivante qu’avant. Guérie, plus respectueuse de moi, donc, aussi des autres, je suis plus accueillante devant la souffrance. Plus tolérante devant la différence, plus patiente devant l’ignorance ! jamais courbée devant les abuseurs de religiosité si forts en groupe mais apeurés devant les responsabilités personnelles et les difficultés à cheminer hors des sentiers battus… j’ose dire ! je le ferai encore ! cependant, devant le refus du dialogue du Vatican, devant son arrogance et son indifférence hautaines, j’ai de plus en plus de difficulté à rester polie… je comprends mieux la sainte colère du Maître dans le temple ! et pourquoi il a traité certains légalistes religieux d’hypocrites et de sépulcres blanchis…

Angeline Vallée, ROSE SOUS LES CANONS, ed. Le Dauphin blanc, 2004, 245 pages.


VOUS POUVEZ LUI ECRIRE : angeva@cgocable.ca, Courriel : sylvieouellet@dauphinblanc.cim
ou bien : 637, 155eme rue Est, Saint-Georges, Beauce, Québec, G5Y 7N2

ALLEZ VOIR LE SITE de la Maison d'édition québécoise http://www.dauphinblanc.com


--------------------

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum