Spiritualités

Le Royaume pour les Juifs et les Chrétiens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Royaume pour les Juifs et les Chrétiens

Message  pat le Sam 30 Avr 2011 - 8:38

4-La notion de Royaume

Qu'est ce que Jésus annonçait en annonçant le Royaume ?
Annonçait-il un royaume terrestre dont Jérusalem serait le centre ?
Annonçait-il son retour pour en prendre la direction comme le suggère toute la littérature apocalyptique?
Annonçait-il un lieu paradisiaque, refuge des « sauvés » après leur mort ?
Ou annonçait-il la possibilité pour l'Homme d'entrer, comme lui, dans un état fusionnel avec le Père dès cette vie-ci ?


a-Le Royaume pour les juifs
Pour les Juifs l'avènement du Royaume, c'est l'avènement du Royaume de Dieu sur terre et donc la fin de l'assujettissement aux puissances étrangères. La condition pour que ce Royaume arrive c'est de respecter l'alliance avec Dieu à travers les dix commandements.

Ce Royaume sera annoncé par le Messie et Jérusalem régnera sur toute la terre.
Jésus n'a pas réussi à faire évoluer la pensée juive de son époque. Ses propres disciples n'ont pas bien compris la portée de son enseignement spirituel et n'ont pas réussi à sortir de leur vision juive d'un Royaume terrestre

" ... est-ce maintenant que tu vas rétablir le Royaume pour Israël?" (Actes 1,6) [color=green]est la première question qu'ils posent au Christ ressuscité. On sait aussi qu'ils garderont longtemps une conception du royaume calquée sur une vision apocalyptique de l'avenir puisqu'ils penseront encore très tardivement, Paul y compris, que leur génération ne passera pas avant d'avoir vu le retour du Christ en gloire pour établir ce fameux Royaume d'Israël

b-Le Royaume pour les chrétiens
C'est sans doute beaucoup plus tard et sous l'influence du milieu grec que les Chrétiens ont eu la conviction que Jésus était un Messie d'origine divine, le distinguant ainsi de la longue liste des prophètes d'Israël.
Sans cette conviction, Jésus aurait été un des prophètes parmi les prophètes suscité pour une mission particulière, celle de faire comprendre ce qu'est l'amour du prochain et celle de proclamer la Présence du Royaume.
Tandis que le monde juif semblait s'ancrer définitivement dans une spiritualité légaliste basée sur l'obéissance à la Loi, les Chrétiens se figeaient tantôt dans la conception d'un Royaume quasi terrestre dirigé par le Christ, deuxième personne d'une trinité divine, tantôt dans la croyance en un Royaume, lieu de récompense céleste.

Tous, passant à coté de la très fertile spiritualité du Royaume tel que Jésus l'envisage.
Jésus nous parle d'un Royaume à découvrir, à accomplir maintenant.
Aucune Parole , même divine ne peut décrire ce Royaume. Ce Royaume n'existe pas en dehors de notre construction personnelle. Il n'existe pas en dehors de nous. Il est la création que nous façonnons chaque jour, en relation directe avec le divin.
Jésus n'a pu en définir que les contours. Jésus comme les autres y entre seul, il reçoit pour lui seul, la marque de filiation donnée par le Père qui l'a fondu en lui. Certes, on peut s'y préparer ensemble, mais lui comme nous, n'y entrons que seul.
La rédemption c'est celle que son témoignage a suscité dans le cœur de ceux qui l'ont écouté et qui a sa suite se sont changés et sont entrés dans la même filiation divine.

Malheureusement l'héroïque Paul de Tarse a transformé cet enseignement en une sorte de compromis entre l'ancienne conception juive et une nouvelle conception basé sur un Royaume, lieu de séjour des bienheureux.
Pour une partie de ceux qui le suivent, l'enseignement de Jésus sans perdre ses caractéristiques propres : amour, bienveillance, générosité, esprit critique...a perdu, en revanche, tout l'aspect essentiel du changement personnel, de la relation intime avec son Dieu intérieur.
L'enseignement de Jésus est passé au second plan tandis que le Sacrifice et la Résurrection sont devenus les deux piliers de la nouvelle religion. Ainsi, la finalité du prophétisme de Jésus a été de mourir pour racheter nos péchés, de s’immoler pour sauver le monde.
Pourtant rien dans son enseignement ne laisse filtrer d’un tel projet.
Si la fraction dominante de l'Eglise naissante en a fait le centre de son enseignement, on peut cependant admettre que la mort de Jésus est une épreuve dont l’humanité aurait pu se passer. C’est un acte sanguinaire qui ne nous élève pas. On voit mal comment l'humanité en se rendant coupable de violence sur le prophète de Dieu pourrait par cet acte même, être rachetée de ses fautes passées.

On peut penser que ni Jésus, ni a plus forte raison Dieu ne souhaitaient cette mort qui intervient dans des circonstances imprévues et qui prouve seulement qu’un Homme au service de Dieu ou de la justice est une cible de choix pour ceux que cela contrarie. Qu’il ait, par contre, assumé le Sacrifice de cette mission confiée par Dieu ne parait pas douteux au regard des textes dont nous disposons.

Jésus accomplit sa propre divinité dès sa vie sur cette terre, comme peut le faire chacun de nous et c'est cette démarche spirituelle qui constitue le Royaume.
Quant à la Résurrection, si elle ne prouve pas que Jésus était Dieu, elle proclame que la vie d'un Homme juste ne s'arrête pas avec la mort de son corps qui apparaît comme une simple transition.

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum