Spiritualités

Jésus (Issa) dans le Coran.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jésus (Issa) dans le Coran.

Message  Invité le Jeu 22 Sep 2011 - 13:20






Al-Baqara 2.87. Nous avons déjà transmis le Livre à Moïse et, après lui, Nous avons envoyé d'autres prophètes , de même que Nous avons doté Jésus, fils de Marie, de preuves éclatantes, en le faisant soutenir par l'Esprit saint.

An-Nisaa 4.171. Dites uniquement la vérité sur Dieu ! Le Messie Jésus, fils de Marie, est seulement l'envoyé de Dieu, Son Verbe déposé dans le sein de Marie, un Esprit émanant du Seigneur !

Al-Maidah 5.110. "Ô Jésus, fils de Marie", dira le Seigneur, "rappelle-toi les bienfaits dont Je vous ai comblés, toi et ta mère quand, t'ayant soutenu par le Saint-Esprit, tu parlais aux gens, dans ton berceau, comme lorsque tu devins adulte , quand Je t'ai appris le Livre, la Sagesse, le Pentateuque et l'Évangile , quand Je t'ai permis de former de l'argile un corps d'oiseau qui devenait vivant dès que tu soufflais dedans , quand Je t'ai permis de guérir l'aveugle-né et le lépreux , quand Je t'ai permis de ressusciter les morts et quand Je t'ai défendu contre les fils d'Israël à qui tu apportas des signes évidents, pendant que les négateurs d'entre eux s'écriaient : "Tout cela n'est que pure magie !"

Al-i'Imran 3.55. C'est alors que Dieu dit : "Ô Jésus ! Je vais mettre fin à ta mission sur Terre, t'élever vers Moi, te purifier".



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jésus (Issa) dans le Coran.

Message  Invité le Mer 5 Oct 2011 - 22:00

Bonjour Amine
Amine a écrit:
An-Nisaa 4.171. Dites uniquement la vérité sur Dieu ! Le Messie Jésus, fils de Marie, est seulement l'envoyé de Dieu, Son Verbe déposé dans le sein de Marie, un Esprit émanant du Seigneur !
Ce verset a déjà été cité dans un autre sujet:
La place de Jésus dans l’Islam
par Cheikh Khaled Bentounès
http://vie-spirituelle.all-up.com/t550-la-place-de-jesus-dans-lislam

Ce forum est loin de se désintéresser de cette question. La question est d'importance pour une meilleure compréhension entre juifs/chrétiens/musulmans.
Il ne faudrait pas que la question sur la nature de Jésus (Issa) soit une pomme de discorde, comme elle a pu l'être entre les chrétiens ... car (à mon idée) l'essentiel n'est pas là.


D'autres sujets s'en rapprochant ayant été déjà publiés.

Un musulman nommé Jésus de Tarif KHALIDI
http://vie-spirituelle.all-up.com/t736-un-musulman-nomme-jesus

Nostra Aetate
comprendre les relations actuelles du catholicisme avec l’Islam
http://vie-spirituelle.all-up.com/t839-nostra-aetate

La trinité, une perspective musulmane ...

Je conclurai donc en disant que la Trinité, exposée avec une si grande minutie dans les plusieurs volumes que Thomas d’Aquin lui a consacrés, en présument beaucoup trop sur la nature intime de Dieu. J’ai indiqué plus haut que l’Islâm s’est toujours montré plus réticent que le christianisme à emprunter la voie de la philosophie épistémologique pour cheminer vers Lui. En fait, l’unité divine fut attestée par les musulmans en vertu de deux sources supra rationnelles : la révélation du Qur°ân et l’expérience unitive des saints. Le mysticisme témoigne essentiellement que Dieu est Un et indivisible. Et l’Islâm, religion de l’unité divine par excellence, rattache étroitement la foi à l’expérience mystique. Un soufi bosniaque du XVIIIème siècle, Hasan Kaymî, a tenté de traduire cette réalité dans un poème qui, encore de nos jours, vibre dans le cœur d’un grand nombre de sarajevines :

« O toi qui cherches la vérité, c’est l’œil de ton cœur qui doit rester ouvert.
Réalise l’Unité Divine aujourd’hui, en empruntant la voie de l’amour pour Lui.
Si tu objectes : « J’attends que mon esprit saisisse Sa nature »,
Réalise l’Unité Divine aujourd’hui, en empruntant la voie de l’amour pour Lui.
Aspires-tu à contempler le visage de Dieu,
Abandonne-toi à Lui, et invoque-le par Ses Noms sublimes,
Lorsque ton âme sera bien claire, une lumière de joie pure resplendira.
Réalise l’Unité Divine aujourd’hui, en empruntant la voie de l’amour pour Lui. »


http://vie-spirituelle.all-up.com/t798-la-trinite-une-perspective-musulmane

Salam

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jésus (Issa) dans le Coran.

Message  pat le Jeu 6 Oct 2011 - 22:05

Les toutes premières communautés rassemblées après la disparition de Jésus ont été appelées « nazaréennes ». Formées par les apôtres et les disciples de la première heure, elles étaient essentiellement juives, fréquentant le Temple et les synagogues, ainsi que le faisait Jésus.
D'abord sous la direction de Pierre, ensuite elles eurent Jacques comme dirigeant et gardèrent durant tout le temps de la vie de Jacques une orientation d'obéissance à la loi juive.
Ces communautés étaient très diversifiées et leur opinion concernant le Christ étaient variable. La plupart le reconnaissait comme Messie, prophète d'Israël, voire Fils de Dieu suivant la définition du prophète Daniel. D'autres, l'avaient divinisé. Mais il est peu probable qu'à cette époque, Jésus ait été considéré comme Fils de Dieu, deuxième personne d'une trinité éternelle. C'est peu probable qu'ils soient allés jusqu'à ce concept. Même Paul ne semble pas avoir eu cette idée puisqu'il mettait une hiérarchie entre le Père et le fils :Le chef du Christ, c'est Dieu (I, Cor,XI-3)

Cependant cette conception va petit à petit germer dans le milieu païen converti par Paul, pour devenir dominante vers le 4ième siècle. C'est le concile de Nicée qui dogmatisera cette croyance, renvoyant à la marginalité l'ensemble des autres tendances.
Nous connaissons cependant ces anciens groupes par les Pères de l'Eglise hellénisés qui n'auront de cesse de les éliminer en les accusant d'hérésies sans prendre en compte que ces groupes pouvaient leur être très antérieurs.
Nous apprenons qu'un groupe de nazaréen ne croyait pas à la divinité de Jésus telle que l'enseigna la « Grande Eglise », il s'agit des ébionites.
Persécutés ces groupes se réfugièrent aux marges de l'empire romain devenu chrétien. On en trouve en Perse et en Arabie dont le système politique tribal non centralisé permettait une plus grande tolérance.

Les Ebionites croyaient que Jésus était le Messie mais un Messie juif, prophète de Dieu. Ils pensaient que la perfection de la vie de Jésus avait amené Dieu à « l'adopter » lors de son baptême. Il serait donc devenu fils de Dieu confirmé (si on peut dire) à ce moment.

Plusieurs exégètes suggèrent que Muhammad aurait connu l'enseignement des ébionites et que sa sympathie à l'égard de la chrétienté reposerait sur cette connaissance qui ne venait nullement troubler la Révélation qu'il a reçue. Quand il parle des chrétiens, il les nomme « nasârâ » qui veut dire justement « nazaréen »
Lorsqu'il critique les chrétiens c'est sur le concept trinitaire qu'il insiste.
Il est possible et certains le suggèrent, que l'oncle de sa femme : Waraqa qui était chrétien et qui l'a encouragé au moment où il doutait, ait été de ce courant ébionite. En tout cas, c'est très possible dans cette partie du monde, à cette époque.

L'Islam serait alors la continuité d'un prophétisme, dont la chrétienté d'avant l'établissement du dogme trinitaire serait un maillon essentiel.
Pour nous qui suivons la voie arésienne, ce n'est pas difficile d'adhérer à ces faits. C'est même plutôt rassurant de penser que tout se tient dans le prophétisme. Les ruptures apparentes ne seraient que des mauvaises querelles enflées par le goût de puissance des uns et des autres.

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jésus (Issa) dans le Coran.

Message  Invité le Ven 7 Oct 2011 - 0:25

Merci Pat de ces développements très intéressants et qui laissent apercevoir la continuité réelle des prophètes et des Révélations, continuité clairement affirmée dans le Coran :

“Dites (ô Musulmans): nous croyons en Allah, à ce qui nous est révélé, à ce qui fut révélé à Abraham, à Ismaël, à Isaac, à Jacob et à leurs enfants, à ce que Moïse, Jésus et les prophètes ont reçu de leur Seigneur. Nous ne faisons pas de différence entre eux, et nous sommes soumis aux Volontés de Dieu. ” (Coran, 2/236).

Salam.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jésus (Issa) dans le Coran.

Message  Invité le Sam 8 Oct 2011 - 12:15

Cependant cette conception va petit à petit germer dans le milieu païen converti par Paul, ...

Une petite idée des tribulations de Paul * ... qui laisse une vague impression d'une équipée (entreprise irréfléchie, téméraire, hasardeuse) d'un fugitif. Cette communication erratique, si on veut lui donner un peu de cohérence, est au départ selon toutes vraisemblances à destinations de synagogues éloignées de la Palestine. Les juifs étaient à l'époque installés sur tout le pourtour méditerranéen ou presque.
J'ai beaucoup de doutes sur le fait que Paul aurait seulement axé sa mission sur "les gentils" exclusivement.

* j'ai déplacé ce commentaire qui me semble plus avoir sa place ici
Paul fit choix de Silas, et partit, recommandé par les frères à la grâce du Seigneur.
Il parcourut la Syrie et la Cilicie, fortifiant les Églises. (Actes 15/40-41)

Ils franchirent alors la Mysie, et descendirent à Troas.
Pendant la nuit, Paul eut une vision: un Macédonien lui apparut, et lui fit cette prière: Passe en Macédoine, secours-nous! (Actes 16/8-9)

Paul et Silas passèrent par Amphipolis et Apollonie, et ils arrivèrent à Thessalonique, où les Juifs avaient une synagogue. (Actes 17/1)

Après cela, Paul partit d’Athènes, et se rendit à Corinthe. (Actes 18/1)

Pendant qu’Apollos était à Corinthe, Paul, après avoir parcouru les hautes provinces de l’Asie, arriva à Éphèse. (Actes 19/1)
Lorsque le tumulte eut cessé, Paul réunit les disciples, et, après les avoir exhortés, prit congé d’eux, et partit pour aller en Macédoine. (Actes 20/1)

Puis il se rendit en Grèce, où il séjourna trois mois. Il était sur le point de s'embarquer pour la Syrie, quand les Juifs lui dressèrent des embûches. Alors il se décida à reprendre la route de la Macédoine. (Actes 20/3)

Nous nous embarquâmes, après nous être séparés d'eux, et nous allâmes directement à Cos, le lendemain à Rhodes, et de là à Patara.
Et ayant trouvé un navire qui faisait la traversée vers la Phénicie, nous montâmes et partîmes. (Actes 21/1-2)

Quand nous fûmes en vue de l’île de Chypre, nous la laissâmes à gauche, poursuivant notre route du côté de la Syrie, et nous abordâmes à Tyr, où le bâtiment devait décharger sa cargaison.
Nous trouvâmes les disciples, et nous restâmes là sept jours. Les disciples, poussés par l’Esprit, disaient à Paul de ne pas monter à Jérusalem. (Actes 21/3- 4)

Puis, ayant pris congé les uns des autres, nous montâmes sur le navire, et ils retournèrent chez eux.
Achevant notre navigation, nous allâmes de Tyr à Ptolémaïs, où nous saluâmes les frères, et passâmes un jour avec eux.
Nous partîmes le lendemain, et nous arrivâmes à Césarée.(Actes 21/6-8 )

De retour à Jérusalem, comme je priais dans le temple, je fus ravi en extase,
et je vis le Seigneur qui me disait: Hâte-toi, et sors promptement de Jérusalem, parce qu'ils ne recevront pas ton témoignage sur moi.(Actes 22/17-18)

Lorsqu'il fut décidé que nous nous embarquerions pour l'Italie, on remit Paul et quelques autres prisonniers à un centenier de la cohorte Auguste, nommé Julius.
Nous montâmes sur un navire d'Adramytte, qui devait côtoyer l'Asie, et nous partîmes, ayant avec nous Aristarque, Macédonien de Thessalonique.
Le jour suivant, nous abordâmes à Sidon; et Julius, qui traitait Paul avec bienveillance, lui permit d'aller chez ses amis et de recevoir leurs soins.
Partis de là, nous longeâmes l'île de Chypre, parce que les vents étaient contraires.
Après avoir traversé la mer qui baigne la Cilicie et la Pamphylie, nous arrivâmes à Myra en Lycie.
Et là, le centenier, ayant trouvé un navire d'Alexandrie qui allait en Italie, nous y fit monter.
Pendant plusieurs jours nous naviguâmes lentement, et ce ne fut pas sans difficulté que nous atteignîmes la hauteur de Cnide, où le vent ne nous permit pas d'aborder. Nous passâmes au-dessous de l'île de Crète, du côté de Salmone. (Actes 27/1-7)

Après nous être sauvés, nous reconnûmes que l'île s'appelait Malte.(Actes 28/1)

Ayant abordé à Syracuse, nous y restâmes trois jours.
De là, en suivant la côte, nous atteignîmes Reggio; et, le vent du midi s'étant levé le lendemain, nous fîmes en deux jours le trajet jusqu'à Pouzzoles,
où nous trouvâmes des frères qui nous prièrent de passer sept jours avec eux. Et c'est ainsi que nous allâmes à Rome. (Actes 28/12-14)


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jésus (Issa) dans le Coran.

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:17


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum