Spiritualités

La Transfiguration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Transfiguration

Message  Invité le Sam 8 Oct 2011 - 17:47

La Transfiguration (sur le Mont dénommé Thabor) a déjà été évoquée ici sur ce forum.
Certains y voyaient la manifestation de Jésus dans son Corps Christique, d'autres le moment de sa "déification" ...

Le point de vue de Pat était plus prudent:
Que Jésus soit devenu Dieu sur le mont Thabor (idée intéressante que je trouve très probante) ou qu'il le soit devenu un peu ou après sa résurrection, cela ne change pas beaucoup la donne. Dans tous les cas, il n'est pas arrivé à ce résultat spirituel par pur choix du Père, mais par l'effet d'une vie dans les pas du Père. C'est donc lui qui s'est donné ce titre par son mérite.

Le mien s’arcboutait sur les textes, à ne pas leur faire dire ce qu'ils ne disent pas:
Rien n'est explicite dans ce sens dans les évangiles, à mon avis. Si cela avait été très clair, "non-équivoque", pourquoi alors toutes ces querelles sur la nature de Jésus ?
Rien ne démontre clairement dans les Évangiles la "divinité" de Jésus.

Jésus est accompagné de Pierre, Jean et Jacques, mais les témoignages des évangiles sont de Matthieu, Marc, et Luc. Nous avons donc affaire à des témoignages de seconde main, ou de seconde vue. Simple observation au passage.

Elie et Moïse apparurent également Mt 17-3, Mc 9-4, Lc 9-30.

Ces 3 apôtres de service [Pierre, Jean et Jacques], ne les avaient jamais vus [Élie et Moïse] auparavant forcément, mais d'après le texte ils "comprirent" (par intelligence spirituelle ?) que c'étaient eux. Nous sommes déjà sans même parler de Jésus transfiguré, ni de sa transfiguration dans ... comment dire ? une "vision" méta-matérielle et méta-temporelle. L'adjectif "éthéré" conviendrait peut-être mieux, qui a pour synonymes, séraphique, vaporeux ... et qui va avec le mot "nuée" qui suit.

"une nuée lumineuse les couvrit. Et voici, une voix fit entendre de la nuée ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection: écoutez-le! " Mt 17-5
la Présence de Dieu est là, il me semble, indéchiffrable (nuée), et Voix.
La phrase dite ne diffère guère de celle entendue après le baptême de Jésus par Jean-Baptiste dans les eaux du Jourdain.

"Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection." Mt 3/17 (ou Mc 1/11, ou 3/22)

Si la présence de Dieu était Christ "en Jésus", Christ étant Dieu (32/02), quel besoin du Père (qui fait entendre Sa Voix) également dans le scénario sur ce Mont Thabor ? ?

Je vous propose de lire ce qu'en apporte cette mystique chrétienne Maria Voltorta
[...]

248 > C'est dans cette grâce que cheminent Jésus, les apôtres et les disciples. Avec eux se trouve aussi Simon d'Alphée. Ils vont vers le sud-est, franchissant les collines qui forment une couronne autour de Nazareth, ils passent un torrent et traversent une plaine étroite entre les collines de Nazareth et des montagnes vers l'est. Ces montagnes sont précédées du cône à moitié coupé du Thabor qui me rappelle étrangement en son sommet la coiffure de nos carabiniers vue de profil.
Ils le rejoignent. Jésus s'arrête et dit : "Que Pierre, Jean et Jacques de Zébédée viennent avec Moi sur la montagne. Vous autres disséminez-vous à la base en vous séparant sur les routes qui la côtoient et prêchez le Seigneur. Vers le soir, je veux être de nouveau à Nazareth. Ne vous éloignez donc pas. La paix soit avec vous." Et s'adressant aux trois qu'il a appelés, il dit : "Allons." Et il commence la montée sans plus se retourner en arrière et d'un pas si rapide que Pierre a du mal à le suivre.

A un arrêt Pierre, rouge et en sueur, Lui demande hors d'haleine : "Mais où allons-nous ? Il n'y a pas de maisons sur la montagne. Au sommet, il y a cette vieille forteresse. Veux-tu aller prêcher là !"

"J'aurais pris l'autre versant, mais tu vois que je lui tourne le dos. Nous n'irons pas à la forteresse et ceux qui y sont ne nous verront même pas. Je vais m'unir à mon Père et je vous ai voulu avec Moi, parce que je vous aime. Allons, vite !"

"Oh mon Seigneur Ne pourrions-nous marcher un peu plus doucement et parler de ce que nous avons entendu et vu hier et qui nous a tenus éveillés toute la nuit pour en parler ?"

"Aux rendez-vous de Dieu il faut toujours se rendre rapidement. Allons, Simon Pierre ! Là-haut, je vous ferai reposer." Et il reprend la montée...
[...]
250 > Jésus, après un court arrêt à l'ombre d'un bouquet d'arbres, qu'il a certainement accordé par pitié pour Pierre qui dans les montées fatigue visiblement, reprend l'ascension. Il va presque sur la cime, là où se trouve un plateau herbeux que limite un demi-cercle d'arbres du côté de la côte.

"Reposez-vous, amis, je vais là-bas pour prier" et il montre de la main un énorme rocher, un rocher qui affleure de la montagne et qui se trouve par conséquent non vers la côte mais vers l'intérieur, vers le sommet.

Jésus s'agenouille sur l'herbe et appuie sa tête et ses mains au rocher, dans la pose qu'il aura aussi dans sa prière au Gethsémani. Le soleil ne le frappe pas, car la cime Lui donne de l'ombre. Mais le reste de l'emplacement couvert d'herbe est tout égayé par le soleil jusqu'à la limite de l'ombre du bouquet d'arbres sous lequel se sont assis les apôtres.

Pierre enlève ses sandales, en secoue la poussière et les petits cailloux et il reste ainsi, déchaussé, ses pieds fatigués dans l'herbe fraîche, presque allongé, la tête sur une touffe d'herbe qui dépasse et lui sert d'oreiller.

Jacques l'imite, mais pour être plus à l'aise, il cherche un tronc d'arbre pour s'y appuyer le dos couvert de son manteau.

Jean reste assis et observe le Maître. Mais le calme de l'endroit, le petit vent frais, le silence et la fatigue viennent aussi à bout de lui, et sa tête tombe sur la poitrine et les paupières sur ses yeux. Aucun des trois ne dort profondément, mais ils sont sous le coup de cette somnolence estivale qui les étourdit.

Ils sont éveillés par une clarté si vive qu'elle fait évanouir celle du soleil et qui se propage et pénètre jusque sous la verdure des buissons et des arbres sous lesquels ils se sont installés.
Ils ouvrent leurs yeux étonnés et ils voient Jésus transfiguré. Il est maintenant tel que je le vois dans les visions du Paradis, naturellement sans les Plaies et sans la bannière de la Croix, mais la majesté du visage et du corps est pareille, pareille en est la clarté et pareil le vêtement qui est passé d'un rouge foncé à un tissu immatériel de diamant et de perles qui est son vêtement au Ciel. Son visage est un soleil qui émet une lumière sidérale, mais très intense, et ses yeux de saphir y rayonnent. Il semble encore plus grand, comme si sa gloire avait augmenté sa taille.

251 > Je ne saurais dire si la clarté, qui rend phosphorescent même le plateau, provient toute entière de Lui ou bien si à sa clarté propre se mélange toute celle qu'a concentrée sur son Seigneur toute la lumière qui existe dans l'Univers et dans les Cieux. Je sais que c'est quelque chose d'indescriptible.

Jésus est maintenant debout, je dirais même qu'il est au-dessus de la terre car entre Lui et la verdure du pré il y a une sorte de vapeur lumineuse, un espace fait uniquement de lumière et sur lequel il semble qu'il se dresse. Mais elle est si vive que je pourrais me tromper et l'impossibilité de voir le vert de l'herbe sous les pieds de Jésus pourrait venir de cette lumière intense qui vibre et produit des ondes, comme on le voit parfois dans les incendies. Des ondes, ici, d'une couleur blanche incandescente. Jésus reste le visage levé vers le ciel et il sourit à une vision qui le transporte.

Les apôtres en ont presque peur, et ils l'appellent, car il ne leur semble plus que ce soit leur Maître tant il est transfiguré. "Maître ! Maître !" appellent-ils doucement mais d'une voix angoissée.

Lui n'entend pas.

"Il est en extase, dit Pierre tout tremblant. Que peut-il bien voir ?"

Les trois se sont levés. Ils voudraient s'approcher de Jésus, mais ils ne l'osent pas.

La lumière augmente encore avec deux flammes qui descendent du ciel et se placent aux côtés de Jésus. Quand elles sont arrêtées sur le plateau, leur voile s'ouvre et il en sort deux personnages majestueux et lumineux. L'un est plus âgé, au regard perçant et sévère et avec une longue barbe séparée en deux. De son front partent des cornes de lumière qui m'indiquent que c'est Moïse. L'autre est plus jeune, amaigri, barbu et poilu, à peu près comme le Baptiste auquel je dirais qu'il ressemble pour la taille, la maigreur, la conformation et la sévérité. Alors que la lumière de Moïse est d'une blancheur éclatante comme celle de Jésus, surtout pour les rayons du front, celle qui émane d'Élie ressemble à la flamme vive du soleil.

Les deux Prophètes prennent une attitude respectueuse devant leur Dieu Incarné et bien que Jésus leur parle familièrement ils n'abandonnent pas leur attitude respectueuse. Je ne comprends pas un mot de ce qu'ils disent.

Les trois apôtres tombent à genoux, tremblants, le visage dans les mains. Ils voudraient regarder, mais ils ont peur. Finalement Pierre parle : "Maître, Maître! Écoute-moi". Jésus tourne les yeux en souriant vers son Pierre qui s'enhardit et dit :

252 > "C'est beau d'être ici avec Toi, Moïse et Élie... Si tu veux, nous faisons trois tentes pour Toi, pour Moïse et pour Élie, et nous nous tiendrons ici pour vous servir..."

Jésus le regarde encore et il sourit plus vivement. Il regarde aussi Jacques et Jean, d'un regard qui les embrasse avec amour. Moïse aussi et Élie regardent fixement les trois. Leurs yeux étincellent. Ce doit être comme des rayons qui pénètrent les cœurs.

Les apôtres n'osent pas dire autre chose. Effrayés, ils se taisent. Ils semblent un peu ivres et comme stupéfaits.

Mais quand un voile qui n'est pas un nuage ni du brouillard, qui n'est pas un rayon, enveloppe et sépare les Trois glorieux derrière un écran encore plus brillant que celui qui les entourait déjà et les cache à la vue des trois, une Voix puissante et harmonieuse vibre et remplit d'elle-même tout l'espace, les trois tombent le visage contre l'herbe.

"Celui-ci est mon Fils Bien-Aimé, en qui Je me suis complu. Écoutez-le."

Pierre, en se jetant à plat ventre, s'écrie : "Miséricorde pour moi, pécheur ! C'est la Gloire de Dieu qui descend !" Jacques ne souffle mot. Jean murmure avec un soupir, comme s'il allait s'évanouir : "Le Seigneur parle !"

Personne n'ose relever la tête, même quand le silence est redevenu absolu. Ils ne voient donc pas non plus le retour de la lumière à son état naturel de lumière solaire pour montrer Jésus resté seul et redevenu le Jésus habituel dans son vêtement rouge. Il marche vers eux en souriant, il les secoue, les touche et les appelle par leurs noms.

"Levez-vous ! C'est Moi. Ne craignez pas" dit-il, car les trois n'osent pas lever le visage et invoquent la miséricorde de Dieu sur leurs péchés, craignant que ce soit l'Ange de Dieu qui veut les montrer au Très-Haut.

"Levez-vous, donc. Je vous le commande" répète Jésus avec autorité. Eux lèvent le visage et ils voient Jésus qui sourit.

"Oh ! Maître, mon Dieu !" s'écrie Pierre. "Comment ferons-nous pour vivre auprès de Toi, maintenant que nous avons vu ta Gloire ? Comment ferons-nous pour vivre parmi les hommes et nous, hommes pécheurs, maintenant que nous avons entendu la Voix de Dieu ?"

"Vous devrez vivre auprès de Moi et voir ma gloire jusqu'à la fin. Soyez-en dignes car le temps est proche.
253 > Obéissez au Père qui est le mien et le vôtre. Retournons maintenant parmi les hommes, parce que je suis venu pour rester parmi eux et les amener à Dieu. Allons. Soyez saints en souvenir de cette heure, soyez forts et fidèles. Vous aurez part à ma gloire la plus complète. Mais ne parlez pas maintenant de ce que vous avez vu, à personne, pas même à vos compagnons. Quand le Fils de l'homme sera ressuscité d'entre les morts, et retourné dans la gloire de son Père, alors vous parlerez. Parce qu'alors il faudra croire pour avoir part à mon Royaume."

"Mais Élie ne doit-il pas venir afin de préparer à ton Royaume ? Les rabbis le disent."

"Élie est déjà venu et il a préparé les voies au Seigneur. Tout arrive comme il a été révélé. Mais ceux qui enseignent la Révélation ne la connaissent pas, ne la comprennent pas. Ils ne voient pas et ils ne reconnaissent pas les signes des temps et les envoyés de Dieu.
Élie est revenu une première fois. Il reviendra une seconde fois quand les derniers temps seront proches pour préparer les derniers à Dieu. Mais maintenant il est venu pour préparer les premiers au Christ, et les hommes n'ont pas voulu le reconnaître, ils l'ont tourmenté et mis à mort. Ils feront la même chose au Fils de l'homme car les hommes ne veulent pas reconnaître ce qui est leur bien."

Les trois penchent la tête, pensifs et tristes, et ils descendent par le chemin par où ils sont montés avec Jésus.
[...]


Lire l'intégralité
http://www.maria-valtorta.org/Publication/TOME%2005/05-037.htm




Dernière édition par njama le Lun 17 Oct 2011 - 18:57, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Transfiguration

Message  pat le Dim 9 Oct 2011 - 10:07

Malheureusement Maria Voltorta ne nous avance pas trop par rapport à la conception chrétienne issue du concile de Nicée.
njama a dit

Rien ne démontre clairement dans les Évangiles la "divinité" de Jésus.
C'est vrai, mais en même temps aucun des groupes qui s'est formés après la disparition de Jésus ne nie sa divinité pour en faire un simple prophète de la tradition juive.
Le différend est celui qui a été tranché à Nicée. Est ce que Jésus est né Dieu, deuxième personne d'une trinité éternelle ou est ce que Jésus est devenu Dieu par l'excellence de sa vie comme l'indique la Révélation d'Arès ?

Même l'Islam n'en fait pas un simple prophète et comme nous l'avons vu sur un autre fil de discussion, Muhammad devait avoir sur Jésus une vue plus ou moins "adoptionniste", c'est à dire que Jésus avait été adopté par le Père en raison de la qualité de sa vie. Revoir les sourates concernant Jésus. C'est sur ce constat qu'un jour la Chrétienté et l'Islam pourront s'entendre et prospérer ensemble vers Dieu. Chacun gardant sa spécificité culturelle, mais chacun faisant alliance fraternelle avec l'autre afin de réaliser le "Jour de Dieu".
Il faut bien reconnaitre que cette divinité du Christ mal comprise des deux cotés donne à leurs deux chemins une orientation qui les maintient dans une opposition sans fondement.

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Transfiguration

Message  Invité le Dim 9 Oct 2011 - 10:46

pat a écrit:C'est vrai, mais en même temps aucun des groupes qui s'est formés après la disparition de Jésus ne nie sa divinité pour en faire un simple prophète de la tradition juive.
L'aspect intéressant de ce récit de la transfiguration, celui de Maria Valtorta rejoignant ceux des évangélistes, c'est à mon sens la présence de Moïse et d'Elie aux côtés de Jésus, ce qui en fait justement un prophète de la tradition juive.
Moïse, c'est le Buisson Ardent.
Moïse est dans la lignée fraternelle des tribus de Jacob (alias Israël)


Si la présence avait été celle d'Abraham, nous en tirerions des conclusions différentes ... les musulmans également.

Puisque les prophètes ont plus ou moins une fonction de guidance, quand bien même la Parole livrée par leurs bouches a une portée universelle, on ne peut détacher un prophète du milieu culturel dans lequel il a vu le jour.
La manifestation épiphanique (et non pas théophanique !) de Jésus, Moïse, et Élie, je la trouve accessoire, car elle ne fournit pas de guidance.
C'est la question de Pierre:
"Oh ! Maître, mon Dieu !" s'écrie Pierre. "Comment ferons-nous pour vivre auprès de Toi, maintenant que nous avons vu ta Gloire ?
et Jésus répond seulement:
Obéissez au Père qui est le mien et le vôtre. (<= affirmation de l'Unicité de Dieu)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Transfiguration

Message  Invité le Mar 11 Oct 2011 - 23:06

Le paradoxe de Jésus s'exprime à la fois dans cette scène de la transfiguration, et dans le lavement des pieds.

Pour ce qui est de la transfiguration, la tradition (qui nous est parvenue) a tout faux !
Pourquoi ?
Normal que je m'en justifie. Je viens de passer un bon moment à chercher une représentation iconographique de cette transfiguration dont cette icone pourrait être un modèle du genre.


car elle ne tient pas compte de l'effet synoptique des évangiles.
Je m'explique. Matthieu et Marc disent:
Il fut transfiguré devant eux; son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière.
Et voici, Moïse et Élie leur apparurent, s'entretenant avec lui. (17.2-3) ?

Il fut transfiguré devant eux;ses vêtements devinrent resplendissants, et d'une telle blancheur qu'il n'est pas de foulon sur la terre qui puisse blanchir ainsi. Élie et Moïse leur apparurent, s'entretenant avec Jésus. (Mc 9/2-4)
Jusque là, aucune contradiction.

Mais Luc dit:
Pendant qu'il priait, l'aspect de son visage changea, et son vêtement devint d'une éclatante blancheur.
Et voici, deux hommes s'entretenaient avec lui: c'étaient Moïse et Élie, qui, apparaissant dans la gloire, parlaient de son départ qu'il allait accomplir à Jérusalem.
(9.30-32)
Lequel des trois évangélistes relate le plus précisément la réalité vécue par Pierre, Jacques et Jean (en supposant pour l’hypothèse que la version de Maria Valtorta soit juste) ? Pourquoi avoir zappé ce qui, apparaissant dans la gloire ... Ce détail qui change tout ! c'est quand même énorme comme "détail", il n'est pas anodin !

J'en déduis, que la tradition n'a pas pris la mesure de ce que disait Luc. Peut-être en minorité, à 1 voix contre 2 (?)
Pour rappel, aucun de ces 3 évangélistes n'assista à cette épiphanie.

La lumière augmente encore avec deux flammes qui descendent du ciel et se placent aux côtés de Jésus. Quand elles sont arrêtées sur le plateau, leur voile s'ouvre et il en sort deux personnages majestueux et lumineux. L'un est plus âgé, au regard perçant et sévère et avec une longue barbe séparée en deux. De son front partent des cornes de lumière qui m'indiquent que c'est Moïse. L'autre est plus jeune, amaigri, barbu et poilu, à peu près comme le Baptiste auquel je dirais qu'il ressemble pour la taille, la maigreur, la conformation et la sévérité. Alors que la lumière de Moïse est d'une blancheur éclatante comme celle de Jésus, surtout pour les rayons du front, celle qui émane d'Élie ressemble à la flamme vive du soleil.

Conséquence, la tradition s'est focalisée par omission sur l'épiphanie unique de Jésus ... ou manifestation du Christ, de sa divinité pour certains.
Comment à la fois faire coïncider ce Christ_Dieu, Jésus_transfiguré, et le lavement des pieds ?

Comment le détacher de toute son humanité quand ailleurs dans les textes, il est écrit:
Luc 1/ 32-33 (l'Annonciation à Marie)
Et l’ange lui dit : « Sois sans crainte, Marie ; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu l’appelleras du nom de Jésus. Il sera grand, et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père ; il régnera sur la maison de Jacob pour les siècles et son règne n’aura pas de fin. »
Matthieu 2/6
Et toi, Bethléhem, terre de Juda, Tu n'es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, Car de toi sortira un chef Qui paîtra Israël, mon peuple.
Je pense exactement comme les musulmans qu'il y a une « exagération » sur Jésus *
Al Ghazâlî, a illustré les dangers du ghulluw l’idée « d’exagération » par cette splendide métaphore :
"les chrétiens, écrit-il, furent si éblouis par la lumière divine réfléchie sur le cœur-miroir de Jésus, qu’ils prirent le miroir pour la lumière elle-même et se mirent à adorer le miroir."
Pour plus de détails voir La trinité, une perspective musulmane ... ICI
* à suivre ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Transfiguration

Message  pat le Mer 12 Oct 2011 - 12:07

Jésus est un prophète qui a vécu comme un humain. Il est resté cet humain tout le temps de sa vie terrestre. Un Homme qui vit sur la terre ne peut pas être un dieu. Le baptême où la transfiguration mettent seulement en évidence un Homme en voie d'accomplir sa nature spirituelle divine. Pour moi, n'est Christ que celui qui a rejoint définitivement le monde du divin.
Jésus a été fait Christ, fondu en Dieu sans retour, sa vie terrestre écoulée.

La Parole ne nous dit pas si d'autres sont parvenus au même résultat que Jésus. Peut-être pourrait-on mettre aussi Marie au rang des Christ?
Voir la veillées 32 :

«  c'est le Christ Qui est Dieu,
c'est Moi né de Jésus né de Marie. »

Cette aspect de la divinité de Jésus me semble assez clair dans l'Evangile donné à Arès, pour réconcilier les différentes positions du monothéisme.

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Transfiguration

Message  Invité le Mer 12 Oct 2011 - 22:12

pat a écrit:La Parole ne nous dit pas si d'autres sont parvenus au même résultat que Jésus. Peut-être pourrait-on mettre aussi Marie au rang des Christ?
Voir la veillées 32 :

«  c'est le Christ Qui est Dieu,
c'est Moi né de Jésus né de Marie. »
Sans Marie, pas de Christ Rolling Eyes
Le Fils de Dieu, c'est le Fils de l'homme ?
Cette aspect de la divinité de Jésus me semble assez clair dans l'Evangile donné à Arès, pour réconcilier les différentes positions du monothéisme.
Bien vu mon cher Watson ! j'peux pas dire mieux.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Transfiguration

Message  Invité le Dim 16 Oct 2011 - 13:19

La transfiguration est évoquée par Pierre également.

Deuxième Épître (1, 16-18)
Ce n'est pas, en effet, en suivant des fables habilement conçues, que nous vous avons fait connaître la puissance et l'avènement de notre Seigneur Jésus Christ, mais c'est comme ayant vu sa majesté de nos propres yeux.

Car il a reçu de Dieu le Père honneur et gloire, quand la gloire magnifique lui fit entendre une voix qui disait: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection.

Et nous avons entendu cette voix venant du ciel, lorsque nous étions avec lui sur la sainte montagne.

Rien n'indique la "divinité" de Jésus (je ne lis rien de tel). Pierre parle de "majesté".

Il a reçu honneur et gloire ... dont la cause est "La gloire magnifique" [Celle de Dieu (la nuée peut-être ? ou l'ensemble de la scène ...)] qui lui fit entendre ... la même chose que lorsque Jean le baptise > Matthieu 3/13-17, ... (Parole que Pierre ignorait peut-être ?).

Pierre ne semble pas se focaliser sur la vision de Jésus transfiguré ... c'est bien la voix venant du ciel qui a retenu son attention. Il se répète d'ailleurs ... Rolling Eyes

Il est fort probable qu'aux premiers siècles du christianisme, l'imagination n'allait pas jusqu'à "l'effet loupe" centré sur la transfiguration de Jésus. C'est un des inconvénients de l'iconographie de colporter des interprétations douteuses, des "fables habilement conçues" comme disait Pierre.

La Transfiguration a été sans doute fêtée dès le VIè siècle en Orient ; en Occident, il faut attendre le XVè siècle et la date de 1457 pour la voir déclarée fête universelle de l’Église par le pape Calixte III.

La corporation des teinturiers s’est placée au Moyen Age sous la protection du Christ de la Transfiguration.

REPRÉSENTATIONS

Le domaine byzantin, où le culte de la Transfiguration s’est développé très tôt, est marqué par une riche iconographie.

La Transfiguration est évoquée symboliquement (mosaïque de l’église Saint-Apollinaire-in-Classe à Ravenne, v. 550) par un cercle bleu parsemé d’étoiles dorées. Élie et Moïse sont agenouillés de part et d’autre de ce cercle de lumière, et les trois apôtres apparaissent sous l’aspect d’agneaux blancs. La scène est dominée par la Main de Dieu.
Les Apôtres présents, Pierre, Jacques et Jean, sont représentés au pied de la croix sous la forme de moutons.

Dès la fin du VIè siècle, la scène est représentée et non plus symbolisée. Sept rayons partent du Christ (abside du monastère de Sainte-Catherine au Sinaï, v. 565). Après la période iconoclaste, la scène fait souvent partie de la décoration murale des églises byzantines. Le visage du Christ est entouré d’une auréole blanche ou bleue. Les apôtres Jacques et Jean sont généralement prosternés à terre, tandis que Pierre se tourne vers le Christ. A partir du XIVè siècle, une tendance à confondre la Transfiguration avec l’Ascension du Christ se fait jour.

Cette tendance touche aussi les œuvres du Moyen Age occidental, organisées sur des schémas proches des schémas byzantins. Au XIVè siècle, le Christ est figuré en sustentation, les mains étendues dans un geste qui évoque la crucifixion : de part et d’autre, Moïse et Élie sont agenouillés en prière, les apôtres sont accablés.

Le parti consistant à montrer le Christ en lévitation est suivi (Raphaël, 1518-1520, Rome, pinacothèque vaticane) jusqu’au XVIIIè siècle, où les trois huttes que veut construire Pierre font place à une sorte de nuée annonçant probablement l’Ascension.

L’ordre des carmélites, fondé en 1451, contribue à la fortune du thème de la Transfiguration, la tradition faisant du prophète Élie le fondateur de l’ordre.


Source : "La Bible et les Saints", article : Transfiguration
voir différentes représentations
Duccio di Buoninsegna. Maestà (predelle). La Transfiguration du Christ. 1308
Giovanni Bellini. La Transfiguration. vers. 1460.
Transfiguration, Basilique de Saint-Apollinaire-in-Classe à Ravenne, vers 550. g
Transfiguration, La Croix, salut pour le monde, Basilique de Saint-Apollinaire-in-Classe à Ravenne, vers 550.
Icône de l’École crétoise, attribuée à Théophane le Crétois, XVIe siècle.

http://rouen.catholique.fr/spip.php?article33

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Transfiguration

Message  Invité le Dim 16 Oct 2011 - 23:17

Le parti consistant à montrer le Christ en lévitation est suivi (Raphaël, 1518-1520, Rome, pinacothèque vaticane) jusqu’au XVIIIè siècle.

Impressionnant non ?
Un peu éloigné des textes des Evangiles tout de même !
Le tableau fut commandé à Raphaël par le cardinal Jules de Médicis (futur pape Clément VII) à titre privé pour sa résidence épiscopale de Narbonne.

Encore un autre point qui mérite attention.
La Transfiguration [...] en Occident, il faut attendre le XVè siècle et la date de 1457 pour la voir déclarée fête universelle de l’Église par le pape Calixte III.
Explication de cette Fête
Calixte III, élu pape en 1455.
Le projet principal de son pontificat est la lutte contre les Ottomans, qui après la chute de Constantinople, avancent dans les Balkans. Dans le but de lever une croisade, il fait plusieurs gestes en direction des rois occidentaux. Il autorise dans la bulle Inter Caetera le Portugal à asservir des infidèles ce qui permet implicitement l'esclavage des noirs qu'avait interdit le pape Eugène IV dans la bulle Icut Dudum de 1435.

Le 29 juin 1456 il lance un appel à la croisade accompagné d'un ordre de faire sonner toutes les cloches de la chrétienté à midi. Cette volée de cloche est associée à la victoire sur les Ottomans qui assiégeaient Belgrade, dont le siège est levé le 22 juillet. La victoire est célébrée lors de la fête de la Transfiguration le 6 août.

Toutefois, il échoue à mobiliser les princes chrétiens.

Une légende posthume (1475) rapporte qu'il aurait excommunié la comète Halley parce qu'on la considérait comme un mauvais présage pour les assiégés. Rolling Eyes
http://fr.wikipedia.org/wiki/Calixte_III
Donc cette fête de la Transfiguration, c'est plus ou moins "à cause" des [ou "grâce aux"] Ottomans.
Bon j'arrête là de transfigurer cette si fameuse TRANSFIGURATION !


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Transfiguration

Message  Invité le Lun 17 Oct 2011 - 12:46

Une légende posthume (1475) rapporte qu'il aurait excommunié la comète Halley parce qu'on la considérait comme un mauvais présage pour les assiégés.
Légende ? pas légende ?
La comète est bien passée en 1456, précisément à ces dates:

En Chine, on signale la comète dès le 27 mai, avec une queue de 3°, qui dépassera les 15° le 7 juin. Elle est également observée en Europe notamment par Regiomontanus, Toscanelli, qui l'observe entre le 8 juin et le 8 juillet, ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Transfiguration

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 21:23


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum