Spiritualités

"Les justes", 1-11-11

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Les justes", 1-11-11

Message  pat le Mar 1 Nov 2011 - 18:51

Rappel du premier message :

Les Justes

Dans l'émission protestante de ce dimanche matin, on a reparlé de ce village cévenole de Chambon-sur-Lignon

Une fois de plus, j'ai entendu prononcé les noms de André Trocmé, pasteur protestant du village de Chambon-sur-Lignon et de sa femme Magda. Je ne raconterai pas par le détail ce qu'ils ont fait avec leur communauté paroissiale. J'ai surtout un plaisir indicible à prononcer une nouvelle fois, des noms qui font la fierté de notre humanité.
Répéter pour le plaisir de les entendre, le nom de ces « justes » et le nom de leur village de 3000 habitants ! Trois mille habitants qui ont sans doute sauvé, en 1940, cinq mille juifs.

Il faut lire la vie de cet homme et de sa femme pour comprendre qu'un être humain se forme dans l'amour qu'il a reçu.
Qu'un être humain devient humain par l'humanité qu'on lui a donnée.
Qu'un être humain acquiert l'autonomie et la liberté, autrement dit, le courage et la loyauté, en conjuguant le travail qu'il fait sur lui-même et l'éducation qu'il reçoit. Le refus de toute compromission morale que les Trocmé ont réussi a transmettre à tout leur village témoigne de consciences lucides, solides et formées.

Aucune compromission, en effet, au point de se culpabiliser de devoir accepter la fabrication de fausse carte pour sauver des vies. Ce mensonge, pour eux, participait au Mal qu'ils voulaient combattre. Et s'ils acceptèrent de le faire, c'est dans la mauvaise conscience de se dire qu'il devait en sortir un plus grand bien, à savoir sauver la vie humaine. Irremplaçable vie, donnée à chacun d'entre nous.

La décision de sauver des vies fut une décision individuelle et collective. Elle fut prise en conseil paroissial. Une sorte d'émulation au Bien fut ainsi mis en place et chacun après la guerre n'en fit guère état. Et c'est seulement en 1972 que Magda Trocmé, veuve, reçu en Israël la Médaille de la justice. Et jusqu'à ce jour, on a fait plus de publicité autour de personnalité à la « conscience servile » (Hegel) qu'autour de ceux qui manifestèrent de la fermeté morale.

Ces hommes et ces femmes de caractère (les protestants cévenoles ont de tout temps fait de la résistance civile), croyants comme incroyants ont agi dans un esprit de solidarité, d'amour du prochain.
Simplement.
Autant pour certains, il est naturel d'être égoïste, autant pour d'autres, il est naturel de ne pas l'être.
Sans doute n'avons nous pas exactement les mêmes « talents » en poche. Peu importe. L'important est de les utiliser

On a la nature que l'on se forge.
Mais à cette forge là, travaille toute une communauté de vivants et de morts dont nous sommes les héritiers.
Ce sont eux qui nous permettent d'évoluer, de nous humaniser chaque jour un peu plus.
Ce qu'ils ont été et les efforts que nous faisons pour être, se cumulent.

Le Bien comme le Mal ont des effets à très long terme de la même façon que nos erreurs écologiques ont, non seulement, un effet aujourd'hui, mais aussi dans 20, 50, 100 ans.

Regardez cet admirable reportage d'une histoire qu'il ne faut pas oublier. Celle des persécutés de notre république irréprochable

http://programmes.france2.fr/les-chemins-de-la-foi/index.php?page=article&numsite=42&id_rubrique=44&id_article=26951


Dernière édition par pat le Jeu 9 Fév 2012 - 9:53, édité 1 fois

pat

Messages : 1867
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas


Re: "Les justes", 1-11-11

Message  Invité le Jeu 15 Déc 2011 - 23:34

Quand la Mosquée de Paris cachait des juifs

La Mosquée de Paris a joué un rôle dans la Résistance pendant la Seconde guerre mondiale. Le recteur de l’époque a même protégé des juifs. C’est ce que raconte Les Hommes libres, un film dont le conseiller historique est Benjamin Stora.

Dans cet extrait on peut lire une interview justement de Benjamin Stora :

« Ce que vous racontez permet d’expliquer cette scène étonnante lors de la rafle du Vel’ d’Hiv : deux enfants juifs sont recueillis dans la mosquée à la barbe des Allemands.
C’est à la fois surprenant et plausible. J’avais recueilli en Algérie le témoignage de juifs séfarades, qui parlaient donc l’arabe, et qui avaient effectivement mangé à la Mosquée de Paris en 1942. Ce n’est pas un phénomène de masse mais il y a des juifs qui se sont réfugiés là-bas. Le cas le plus spectaculaire, qui est dans le film, c’est celui du chanteur juif kabyle Simon Hallali à qui le recteur a fait délivrer une attestation comme quoi il était mahométan, comme on disait alors, et ce papier lui a permis d’avoir la vie sauve. Certes, la plupart des juifs qui vivaient à Paris venaient d’Europe centrale et ne se sont jamais approchés de la mosquée. Mais il y avait des juifs séfarades qui, eux, savaient ce qu’était l’islam.

Comme conseiller historique du film, vous vous êtes fondé sur quels documents ?

Les archives du Quai d’Orsay, celles de la police, qui sont des notes de surveillance. Lorsque le major allemand lit, dans le film, une lettre qui accuse le recteur de couvrir la fabrication de faux papiers, c’est un document d’époque. J’ai fait ma thèse de troisième cycle en 1978 à l’École des hautes études en sciences sociales sur Messali Hadj, Algérien arrivé en France en 1923, fondateur en 1937 du Parti du peuple algérien (PPA).
Il a refusé la collaboration et a été condamné par Vichy à 16 ans de travaux forcés. Fondateur du Mouvement National Algérien (MNA) après la guerre, il fut progressivement marginalisé par le FLN qui le trouvait trop conciliant avec la France. Messali Hadj est un grand oublié de l’Histoire. On a un point aveugle de la recherche historique française parce que Messali a refusé de collaborer ».

Je sais par mon propre grand-père que les prémisses à une Algérie libre sont nées lors de cette période, certains avaient pris consciences qu’ils ne pouvaient pas être des français de seconde zone. Ils avaient eu pour rêve une Algérie démocratique et libre, ce qui hélas ne s’est pas concrétisée en raison des différents courants idéologiques ainsi de suite mais ses résistants ont été des hommes d’honneurs du bon côté de la barrière.

Et ce film a pour mérite de montrer à la jeunesse issue de l’immigration magrébine que leurs ancêtres n’étaient pas que des colonisés, de pauvres travailleurs mais qu’il y a eu comme dans la population française, des héros, des résistants et des collabos….

Je pense par ailleurs qu’il est temps dans le monde Arabe mais aussi ici pour les français d’origine, de s’approprier leurs propres histoires, d’en prendre connaissance…

La connaissance de son passé dans ses aspects positifs négatifs sans tabou est l’une des voies permettant de découvrir que tous n’est pas noir ou blanc, qu’il a dans toutes les nations des héros, des héroïnes et des bourreaux. Ce film comme celui de l’opération Walkyrie, permet de réaliser que les chevaliers, les hommes et les femmes d’honneurs existèrent dans toutes les nations et toutes les couches de la population.


Quand la Mosquée de Paris cachait des juifs Agoravox, Tribune Libre par Loreléi
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/quand-la-mosquee-de-paris-cachait-101681

"Les Hommes libres", d'Ismael Ferroukhi, avec Tahar Rahim, Michael Lonsdale, Christopher Buchholz...
Sortie le 28 septembre 2011


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Les justes", 1-11-11

Message  pat le Ven 16 Déc 2011 - 13:04

Merci de mettre l'accent sur ces réalités.
Benjamin Stora, qui est le conseiller de ce film est un historien humaniste et sans parti pris.
Je souligne quelques points de son interview :


, Messali Hadj, Algérien arrivé en France en 1923, fondateur en 1937 du Parti du peuple algérien (PPA).
Il a refusé la collaboration et a été condamné par Vichy à 16 ans de travaux forcés. Fondateur du Mouvement National Algérien (MNA) après la guerre, il fut progressivement marginalisé par le FLN qui le trouvait trop conciliant avec la France. Messali Hadj est un grand oublié de l’Histoire. On a un point aveugle de la recherche historique française parce que Messali a refusé de collaborer ».
Il n'y a pas de place pour la fraternité dans les révolutions.

Et ce film a pour mérite de montrer à la jeunesse issue de l’immigration maghrébine que leurs ancêtres n’étaient pas que des colonisés, de pauvres travailleurs mais qu’il y a eu comme dans la population française, des héros, des résistants et des collabos….

Je pense par ailleurs qu’il est temps dans le monde Arabe mais aussi ici pour les français d’origine, de s’approprier leurs propres histoires, d’en prendre connaissance
Oui il est temps. Il est temps aussi que chacun prenne conscience que nous avons que ça nous plaise ou pas une histoire commune. Je suis persuadé que nos liens culturels et fraternels sont plus profonds qu'ils n'en ont l'air.
Nous sommes des frères ennemis. Il faut entendre les témoignages discrets de gens qui se retrouvent après 40 ou 50 ans, les uns dans la maison des autres, voisins de quartier, voisins de classe autrefois, qui se retrouvant pleurent d'émotion.

La connaissance de son passé dans ses aspects positifs négatifs sans tabou est l’une des voies permettant de découvrir que tous n’est pas noir ou blanc, qu’il a dans toutes les nations des héros, des héroïnes et des bourreaux.
Ce sont ça les racines, un mélange de bon et de mauvais qu'il faut accepter. Chacun reçoit un peu du héros et du bourreaux. De ce mélange peut surgir un nouvel Homme. à condition de le vouloir.

Ce film comme celui de l’opération Walkyrie, permet de réaliser que les chevaliers, les hommes et les femmes d’honneurs existèrent dans toutes les nations et toutes les couches de la population.
Ce sont ceux du titre de ce débat : Les justes !

pat

Messages : 1867
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Les justes", 1-11-11

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 16:51


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum