Spiritualités

la lapidation à la française ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

la lapidation à la française ...

Message  Invité le Mer 21 Déc 2011 - 14:13

Retour de l'ordre moral ? fascisation de la société ?

Nos gouvernants ré-inventent la lapidation ... sauf qu'à notre époque ce ne sont plus des cailloux, ou des coups de bâton ... mais des amendes et peines de prison dont les montants sont ahurissants !!!
2 cas récents:

En matière de prostitution la France avait une position abolitionniste, qui deviendrait "prohibitionniste"

Une proposition de loi visant à pénaliser les clients de prostituées a été déposée le 7 décembre 2011 à l'Assemblée nationale

Cette PROPOSITION DE LOI sous le titre très hypocrite de son Chapitre Ier "Responsabilisation des clients de la prostitution" dit dans son Article 1er :

« Art. 225-12-1. – Le fait de solliciter, d’accepter ou d’obtenir, en échange d’une rémunération ou d’une promesse de rémunération, des relations de nature sexuelle de la part d’autrui est puni de deux mois d’emprisonnement et de 3 750 € d’amende.

« Les peines sont portées à trois ans d’emprisonnement et à 45 000 € d’amende lorsque les relations sexuelles sont sollicitées, acceptées ou obtenues de la part d’un mineur ou d’une personne présentant une particulière vulnérabilité, apparente ou connue de son auteur, due à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse. » ;

http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion4057.asp

Comme ce n'est pas très chrétien depuis Jésus de jeter pas la pierre sur la femme adultère ... le gouvernement invente la lapidation de l'homme adultère (quoique dans le cas de la prostitution, l'adultère n'est pas forcément constitué)

Autre cas:

L'Assemblée nationale a prévu d'examiner, jeudi 22 décembre, une proposition de loi prévoyant un an de prison et une amende de 45 000 euros en cas de négation d'un génocide reconnu par la loi, comme c'est le cas pour le génocide arménien depuis 2001.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/12/20/genocide-armenien-paris-met-en-garde-ankara-contre-des-represailles-economiques_1620859_823448.html

Sur quelle base "la négation" pourrait-elle être définie ??????????????????????????????

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Manipulation de l'opinion publique sur fond religieux ?

Message  Invité le Jeu 22 Déc 2011 - 0:57

Excellent jeu de mots d'un député Jacques Myard (Yvelines) concernant ce projet de loi criminalisant le négationnisme d'État :

«Pourquoi ne pas créer une commission d'enquête sur la mort du Christ? »

Tout de même !!! la mort du Fils de Dieu ce n'est pas rien ... Rolling Eyes ça mériterait une enquête approfondie ! Faut-il l'imputer au peuple juif ? Les juifs, "ces assassins du Christ" comme cela a été enseigné pendant des siècles, et était encore enseigné au catéchisme il n'y a pas si longtemps (jusqu'en 1945 environ).

"Des amendements de dérision ne sont pas exclus, comme celui visant «le génocide vendéen »." (Heureusement que certains députés ont de l'humour, histoire de ne pas désespérer de trop de la politique)
Le génocide arménien ne mobilise pas les députés
http://www.lefigaro.fr/politique/2011/12/21/01002-20111221ARTFIG00547-le-genocide-armenien-ne-mobilise-pas-les-deputes.php


Soit le président Sarkozy s'enfonce dans la bêtise totale (option qui n'aurait rien de très étonnant), soit, en manipulant des lois sans queue ni tête, il poursuit des buts électoralistes pour sa ré-élection en 2012. Chaque voix compte, surtout lorsque l'on est devenu impopulaire !
Les arméniens seraient 500.000 en France, paraît-il (qui les a comptés ? je ne sais pas). Seraient-ils à priori plus de droite ? si, oui, pourquoi ?
Autre option, il manipule l'opinion publique sur fond "religieux" (comme avec l'affaire du voile des femmes musulmanes que lui-même en personne initia en 2004 ICI) pour avancer dans "SA" politique européenne ?
Avec ce geste, Sarkozy reconquiert le cœur des Arméniens de France qui avaient voté pour lui en 2007, au moment où Hollande était sur le point de lui griller la politesse. Il assume aussi un rapport de forces avec le colérique Recep Tayyip Erdogan. Le président français sait bien que le PS n'osera pas se prononcer clairement contre l'adhésion de la Turquie à l'Europe.

Il se relégitime par ce geste à l'égard des électeurs de la droite et du centre qui ont toujours refusé l'entrée d'un pays fort de 80 millions de musulmans.

http://www.lefigaro.fr/politique/2011/12/20/01002-20111220ARTFIG00604-sarkozy-la-promesse-d-erevan.php

Quant aux tradis cathos et autre pétinistes qui verraient d'un bon œil un peu de sévérité en lapidant les clients des prostituées, leur poids électoral n'est peut-être pas négligeable non plus ...
Eh oui, l'argent peut être une arme non seulement de dissuasion massive, mais également un racket contre ces personnes que la force (faute d'intelligence) de la loi clouerait d'office au pilori pour toujours par un jugement "pénal" ...
Y a -t-il des gens assez naïfs pour croire que cela résoudra le problème de ces plus vieux "clients" du monde ?
Non, cela ne fera que déplacer le problème, en le refoulant dans différentes sortes de clandestinités glauques et mafieuses.

Manipulation de l'opinion publique sur fond religieux ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: la lapidation à la française ...

Message  Invité le Jeu 22 Déc 2011 - 14:50

Génocide arménien : vive la démagogie !


Une fois de plus, les politiques se mêlent de déterminer la vérité historique.
[...]
Cette affaire ouvre de surcroît une véritable boîte de Pandore. Les crimes de l'histoire ont été innombrables : l'Holocauste nazi, les Khmers rouges, le stalinisme, les grands massacres de la Chine rouge. Et si l'on remonte dans le temps, quid de l'ethnocide commis par les Espagnols contre les populations autochtones d'Amérique latine ? Va-t-on faire entrer dans une loi mémorielle le saccage du Palatinat par les armées de Louis XIV en 1689 ? Et à l'occasion du cinquantième anniversaire de l'indépendance de l'Algérie, en juillet 1962, il y a fort à parier que des voix s'élèveront du côté d'Alger pour mettre la France au banc des accusés. Belle opération !


http://www.lepoint.fr/monde/ou-va-le-monde-pierre-beylau/genocide-armenien-vive-la-demagogie-22-12-2011-1411290_231.php

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: la lapidation à la française ...

Message  pat le Jeu 22 Déc 2011 - 16:42

Reconnaitre un fait historique n'est pas mettre une nation au banc des accusés, à moins que cette nation ne se considère pas déjà comme telle.
Pourquoi certaines nations seraient moralement tenues de reconnaitre leurs crimes et pas d'autres ?
Et puis après tout on ne demande rien à personne, on reconnait juste la souffrance d'un peuple qui a été martyrisé à une certaine époque, comme on reconnait nous-mêmes avoir participer à la traite des esclaves, comme on reconnait avoir persécutés les albigeois et les protestants, comme on a demandé pardon pour les crimes contre les juifs.
Il n'y a rien de pire pour une victime que de voir nier sa souffrance par son bourreau.


pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: la lapidation à la française ...

Message  Invité le Jeu 22 Déc 2011 - 21:29

pat a écrit:Reconnaitre un fait historique n'est pas mettre une nation au banc des accusés, à moins que cette nation ne se considère pas déjà comme telle.
Pourquoi certaines nations seraient moralement tenues de reconnaitre leurs crimes et pas d'autres ?
Et puis après tout on ne demande rien à personne, on reconnait juste la souffrance d'un peuple qui a été martyrisé à une certaine époque, comme on reconnait nous-mêmes avoir participer à la traite des esclaves, comme on reconnait avoir persécutés les albigeois et les protestants, comme on a demandé pardon pour les crimes contre les juifs.
Il n'y a rien de pire pour une victime que de voir nier sa souffrance par son bourreau.

Complétement d'accord.

Cette saillie politique est on ne peut plus fallacieuse qu'aucun fait "intellectuel" ne remet en cause le "fait historique" du drame qu'ont connu les arméniens turcs en 1915. D'autant plus que les spécialistes de cette question qui nous est étrangère et lointaine doivent être rares en France.

Était-ce seulement un génocide ?

Si l'on en croit la définition donnée par le droit, d’après Le Robert, dictionnaire, édition de 1993 (source Wikipédia):
Un génocide est l’extermination physique, intentionnelle, systématique et programmée d’un groupe ou d’une partie d’un groupe en raison de ses origines ethniques, religieuses ou sociales.
Le cas de figure "génocidaire" ne s'applique peut-être pas à cette histoire turque ? ces arméniens étaient turcs, souvent chrétiens, mais les raisons de la répression sur eux étaient, non pas ethniques ou religieuses, mais assez clairement politiques :

Si la décision suscite tant la colère de la Turquie, c'est qu'elle estime que le génocide arménien est une conséquence de la Première Guerre mondiale, et non un acte volontaire orchestré par l'Empire ottoman, devenu République de Turquie en 1923.

A la fin du XIXe siècle, les Arméniens sont près de deux millions dans l'Empire ottoman. Voyant leurs droits bafoués, des groupes indépendantistes se forment. A la même époque, un groupe d'opposants au sultan forme le Comité Union et Progrès (ou Jeunes-Turcs). Ils parviennent à le renverser et prennent la tête de l'Empire en 1908. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, l'Empire ottoman combat aux côtés de l'Allemagne, de l'Autriche-Hongrie et de l'Italie.

Le gouvernement Jeune-Turc, opposé à la création d'un État arménien, accuse alors les Arméniens de collaborer avec l'ennemi russe, et organise leur extermination. Des déportations massives et des exécutions sommaires ont lieu dès 1915. Les massacres font 1,5 million de morts entre 1915 et 1916, mais la Turquie, qui nie l'appellation de génocide, admet environ 500 000 victimes.

De nombreux Etats ont reconnu le génocide arménien depuis le premier, l'Urugay, le 20 avril 1965. Le Parlement européen l'a fait le 18 juin 1987.

Mais sa reconnaissance de la part du gouvernement turc implique des enjeux financiers importants, comme le versement d'une indemnisation, à l'instar de l'Allemagne après le génocide juif, voire la restitution de territoires à l'Arménie. De plus, la majorité des dirigeants turcs actuels sont issus des rangs des Jeunes-Turcs, qui ont fondé la République en 1923.

http://www.francetv.fr/info/loi-sur-les-genocides-la-turquie-menace-la-france-de-consequences-irreparables_41409.html

Le gouvernement CUP était alors dirigé par le ministre de l'Intérieur et grand vizir (premier ministre) Talaat Pacha (1874-1921). Travaillaient avec lui le ministre de la guerre Enver Pacha (1881-1922) et le ministre de la marine Djemal Pacha (1872–1922).

Enver Pacha prévoyait qu'une guerre allait bientôt éclater, et en 1913 l'Empire ottoman acheta des armes et des bateaux de guerre et se rapprocha de Berlin. L'armée ottomane dont la réorganisation était alors confiée aux Allemands fût sommée par le ministre de la guerre d'accélérer celle-ci. Berlin remplaça alors le baron von Marschall par l'ambassadeur von Wangenheim. L'état-major allemand envoya à Istanbul une importante mission militaire, commandée par le général Liman von Sanders. Il fut nommé inspecteur général de l'armée ottomane, tandis que Goltz Pacha reçut le commandement du corps d'armée de la Mer Noire. Le général Liman plaça le colonel Bronsart von Schellendorf auprès d'Enver comme conseiller technique, le colonel Kress von Kressenstein auprès de Djemal, comme chef d'état-major tandis que le général Kannengiesser s'occupait de la remise en état de l'artillerie et des forts. À la fin de 1913, la mainmise allemande sur l'armée turque était totale.

Repoussés par les puissances européennes, les Jeunes-Turcs ont amené, au terme de négociations diplomatiques secrètes, l'Empire ottoman à s’allier avec Berlin pendant la Première Guerre mondiale, dans l'espoir de reconquérir les provinces de l'Est (Kars, Ardahan et Batum), perdues au profit de l'Empire russe lors de la guerre de 1877-78. Le rôle de l'Empire en tant qu'allié des puissances centrales a fortement influé sur cette guerre.

En 1914 et en 1915, la Russie envahit l'est de l'Empire (le Caucase) avec l'aide de volontaires et insurgés arméniens, ce fait constituant un prétexte pour exterminer à partir de 1915 les Arméniens vivant dans l'Empire ottoman. La Russie arrête toutefois la guerre en 1917 en raison de la révolution bolchévique, et un traité de paix est finalement signé le 3 mars 1918 entre l'Empire ottoman et la Russie, le traité de Brest-Litovsk qui assure l'évacuation des provinces de l'est anatolien et le retour d'Ardahan, de Batoum et de Kars, annexées par la Russie lors du traité de Berlin de 1878.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeunes-Turcs

A quoi joue Mr Sarkozy en suscitant une telle loi sur un sujet, très complexe qui implique également (semble-t-il) des arméniens, et surtout très très ... éloigné de l'histoire et de la politique française ?

Il semble assez clair qu'il cherche à manipuler l'opinion sur ce sujet et sur d'autres ... sur des bases ethnico-religieuses. On le sait "adepte" de la théorie du choc des civilisations. N'est-il pas lui même un négationniste en interprétant l'histoire à sa mode ?

Dans le même ordre d'idée, je suggère que la France reconnaisse la responsabilité de la mort d'environ un million d'algériens dans la guerre qu'elle a mené pour la conquête de l’Algérie en 1830-1832.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: la lapidation à la française ...

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:55


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum