Spiritualités

LA POLITIQUE SANS L' IDEOLOGIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA POLITIQUE SANS L' IDEOLOGIE

Message  navy le Ven 22 Nov 2013 - 14:43

J'apprécie particulièrement  l'analyse brillante et inspirée de la politique de hollande faite par FM ( voir 13nov13 150C38 et aussi 17nov13 150C85 dans l'entrée 150)
C'est à ce genre d'exercice que le frere Michel excelle. Et si justement "politiser notre refus de la politique ?" c'était ça, ce genre de commentaire véritablement inspiré ...

LA POLITIQUE SANS IDEOLOGIE

Ecrits de Michel Potay

La notion de peuple est très floue dans l'esprit des citoyens.
Une fois encore, je vais m'efforcer de m'expliquer, un peu différemment. Peut-être comprendez-vous mieux.
Je crois comme vous que "la notion de peuple est très floue dans les têtes des citoyens." Cela se voit très bien dans les élans généreux de beaucoup de Français envers les immigrés et autres étrangers sans papiers, qui ne sont pas du "peuple" de France. Beaucoup de gens aujourd'hui ne se réclament pas plus du peuple que des Gaulois.
Ce que perçoivent le plus les Français, à mon avis et selon mon expérience propre — mais ce n'est que mon avis et que mon expérience propre — c'est la générosité ou le manque de générosité. Il est clair par exemple, que l'impôt doit préserver une idée de générosité et ne jamais devenir l'impôt punitif qu'il devient. M. Hollande semble dire aux Français: "Vous avez voulu trop de choses. Tout cela coûte très cher. Eh bien, payez maintenant !" Cet homme fait passer son idéologie avant la générosité et cela va lui être fatal. Au lieu de faire des économies: Ramener l'armée d'Afghanistan, du Mali, fermer des ambassades qui coûtent une fortune, réduire le train de vie de l'État, etc. il fait payer les Français. C'est en ceci surtout qu'il est incompétent.
J'ai été communiste, mais jamais je n'ai vu les communistes de ma jeunesse juger les gens sur le seul fait qu'ils soient communistes ou capitalistes ou royalistes, mais d'abord sur le fait qu'ils étaient des gens généreux ou non généreux. Quand de Gaulle arriva au pouvoir les communistes eux-mêmes votèrent pour qu'il devint président en 1955, parce qu'ils voyaient en lui un homme généreux.
Pour cette raison je pense parfois à un parti politique qu'on appelerait "Générosité".
Une homme généreux, ce n'était pas d'abord un homme d'idées politiques, mais c'était un homme large d'esprit et de porte-monnaie, franc, simple, digne, respectueux des autres. La morale consistait à être courageux, juste et à ne pas juger les autres. Toutes ces idées ne sont-elles pas déjà les nôtres ?
Les Français ont eu la guerre de 1914-18, la guerre de 1939-45 (que j'ai connue moi-même), les guerres coloniales: Indochine, Algérie... Bref, nous avons mesuré tout le poids du monde et ses souffrances. La politique, pensaient-ils, consistait avant tout à remettre l'homme à sa place digne et libre. Or, ce n'est pas ce qui se passe. Aujourd'hui nous sommes gâtés d'un côté (une couverture médicale extraordinaire, un système éducatif gratuit) mais terriblement brimés et asservis d'un autre par une montagne de lois que rejoint une montagne d'impôts.
Nous ne sommes pas pour la politique, mais puisque pour un long moment encore la politique s'impose à nous, nous avons notre mot à dire à son propos, et nous ne voulons pas d'une politique sans générosité.
C'est ici que le problème devient difficile. Les Français (et les hommes partout ailleurs) ont oublié tout ce qu'ils représentent qui mérite des ménagements et font que les brimades de tous côtés — rien que la multiplication des radars, une sorte de folie de la répression, devient non plus une mesure de sécurité, mais une brimade, quelque chose qui exprime le mépris qu'ont les décideurs de radar pour les hommes —. C'est grave. Mais soudain les Bretons se réveillent et commencent à incendier les radars. Je ne sais pas si les gouvernement voit les choses comme moi, mais il le devrait.
Les hommes libres doivent se hisser à la hauteur de leur responsabilité face à ce qu'on veut faire d'eux, des quasi-esclaves, pour redonner à l'humanité ses chances de s'en sortir, la force de rembourser ses dettes, de balayer ceux, les politiques, qui les ont faites et qui continuent à en faire, etc.
Si la France doit devenir le pays des gentils retraités dociles, des employés et ouvriers bourgeois bien dans le moule politique, des lotissements, des associations philantropiques et rationalistes, des achats à la "Redoute" sur l'internet, des programmes télévisés, des gentils congés payés, etc. si cette France où Dieu s'est manifesté en 1974 et 1977, doit devenir cette petite société étriquée, celle du film "Camping", au lieu de devenir un sursaut de grandeur et de sacré, une immense espérance pour les autres pays, alors, nous n'avons pas compris quelque chose dans le fait que le Père a parlé en France. Voilà aussi pourquoi je souhaiterait qu'on introduise un peu de politique dans notre mission. (la Mission des Pélerins d'Arès)
Il y a dans l'homme plus de grandeur et de générosité à tirer que d'argent à soutirer par l'impôts, les amendes, les taxes, etc — on n'entend plus parler que de ça —. Oui, il nous faut faire maintenant la part de ce qui mérite d'être exalté en l'homme.
Une victoire par jour, même toute petite mais une victoire par jour, sur nous-mêmes par la pénitence et sur le monde par le refus du péché mais aussi des pouvoirs abusifs, voilà qui donnera du sens à notre magnifique aventure spirituelle.

Michel Potay

navy

Messages : 912
Date d'inscription : 20/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA POLITIQUE SANS L' IDEOLOGIE

Message  pat le Jeu 28 Nov 2013 - 21:40

Une victoire par jour, même toute petite mais une victoire par jour, sur nous-mêmes par la pénitence et sur le monde par le refus du péché mais aussi des pouvoirs abusifs, voilà qui donnera du sens à notre magnifique aventure spirituelle.
Michel Potay
Merci Navy de citer cette phrase qui résume bien le fond de la spiritualité arésienne et qui indique bien le souci de se libérer de toute mission sociale, partant du principe que l'effort pour se changer, change le monde et le rend, à terme, plus juste.

Mais Michel Potay dit aussi :

Si la France doit devenir le pays des gentils retraités dociles, des employés et ouvriers bourgeois bien dans le moule politique, des lotissements, des associations philanthropiques et rationalistes, des achats à la "Redoute" sur l'internet, des programmes télévisés, des gentils congés payés, etc. si cette France où Dieu s'est manifesté en 1974 et 1977, doit devenir cette petite société étriquée, celle du film "Camping", au lieu de devenir un sursaut de grandeur et de sacré, une immense espérance pour les autres pays, alors, nous n'avons pas compris quelque chose dans le fait que le Père a parlé en France. Voilà aussi pourquoi je souhaiterait qu'on introduise un peu de politique dans notre mission. (la Mission des Pélerins d'Arès)
Il y a dans l'homme plus de grandeur et de générosité à tirer que d'argent à soutirer par l'impôts, les amendes, les taxes, etc — on n'entend plus parler que de ça —. Oui, il nous faut faire maintenant la part de ce qui mérite d'être exalté en l'homme.
Une victoire par jour, même toute petite mais une victoire par jour, sur nous-mêmes par la pénitence et sur le monde par le refus du péché mais aussi des pouvoirs abusifs, voilà qui donnera du sens à notre magnifique aventure spirituelle.
Là, je crains que ceux-là même qui ont laissé de coté la mission dite sociale, n'y retournent par le biais de la politique. Je ne confonds pas les deux, mais je pense que c'est la même méthode qui régit les deux. Je crois que l'expression des deux est semblable dans la manière dont ils s'expriment sur le terrain.

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA POLITIQUE SANS L' IDEOLOGIE

Message  navy le Dim 1 Déc 2013 - 20:46

Cher Pat, je trouve plus façile de m'exprimer à la suite de ta remarque qu'à la suite de l'entrée du frere Michel (que je continue à appeler frere Michel par habitude alors que je devais l'appeler Michel potay ) Smile


Là, je crains que ceux-là même qui ont laissé de coté la mission dite sociale, n'y retournent par le biais de la politique. Je ne confonds pas les deux, mais je pense que c'est la même méthode qui régit les deux. Je crois que l'expression des deux est semblable dans la manière dont ils s'expriment sur le terrain.
                   oui tu as raison je crains que la difference entre "mission sociale" et "politiser notre refus de la politique" soit bien mince bien que moi aussi je ne confonde pas les deux.
en fait frere Michel

EN CONSTRUCTION


navy

navy

Messages : 912
Date d'inscription : 20/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA POLITIQUE SANS L' IDEOLOGIE

Message  pat le Sam 7 Déc 2013 - 22:27

En construction ?
Oui, mais encore....

pat

Messages : 1866
Date d'inscription : 31/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA POLITIQUE SANS L' IDEOLOGIE

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:12


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum