Spiritualités

QU'EST-CE QU'AIMER ?? OU LA NECESSITE DES ATHEES

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

28092015

Message 

QU'EST-CE QU'AIMER ?? OU LA NECESSITE DES ATHEES




Quand je vois de quel amour est pourvu François et par extension les humains, je comprends la nécessité des Athées...

Le rôle essentiel de l'athée est d'empêcher les religions de se scléroser et de les contraindre à suivre les progrès de l'évolution humaine. La justification du nombre des athées et leur multiplication étant précisément l'indice du besoin qu'ont les religions d'évoluer avec l'Homme (H= homme et femme) et de se transformer.

La réhabilitation du Vrai Dieu passe par la réhabilitation de l'Homme, l'une ne va pas s'en l'autre. Réhabiliter l'Etre humain est réhabiliter le Créateur. Tous deux en ont grand besoin...

L'amour ne peut pas être à moitié, ni même rester un "oui mais". Non il doit être entier... C'est seulement par l'Amour c'est-à-dire par accepter la personne dans son entièreté, par ses choix personnels et par sa façon de vivre - même si celle-ci ne correspond pas aux critères établis - que la transformation se passe : le changement de regard fait basculer dans la grandeur, ouvre les portes du cœur et fait survoler l'entendement collectif. Ce n'est plus alors une question de mal ou de bien, mais un dépassement réel qui élève, embellit, transforme.

Il est donc injuste et absurde de nous présenter une image de l'Homme abaissé, méprisé, maudit, toujours condamné et sans cesse puni car cette représentation nous maintient dans un état permanent de crainte, comme s'il n'y avait d'autre expression et image de Dieu que la Peur.

C'est, en effet - depuis l'origine - la Peur que les chefs de toutes les religions établies et non établies (et après eux ceux qui suivent leurs directives), ont cherché et continuent à inoculer dans l'âme humaine pour la subjuguer à travers son corps (l'histoire d'hier et celle aujourd'hui en ont trop d'exemples!).

Quel honnête Homme, quel Homme intelligent, quel Homme épris de justice ne répugnerait à accepter une idée aussi dérisoire du Divin ? Et comment faire grief aux esprits sincères de l'indifférence ou même de l'aversion qu'ils éprouvent pour une notion de Dieu si éloignée du sens même de la Divinité? N'en doutons pas : innombrables sont ceux qui aimeraient un Dieu d'Amour si ceux qui prétendent le servir ne le dérobaient sous un masque de haine.

La grandeur de l'Homme est de trouver en soi assez de compréhension et d'amour pour réprimer ses énergies violentes en lui et les transmuer en manifestations de bonté. S'il n'y réussit pas, son interprétation méchante des êtres et des choses le conduit à doter le Créateur de la même méchanceté que lui. Il parvient ainsi à construire de toutes pièces un Dieu discriminant, vengeur, tueur, comme s'il était flatteur, pour l'Eternel, d'être promu chef de gang, chef de guerre.

Mais il est une idée de Dieu qui est sans représentation aucune parce qu'elle est au-delà de toutes les représentations des Hommes, qu'elle déborde la raison, dépasse la logique et défie même l'imagination.

Dieu est Intelligence en même temps qu'Amour et Vie.

Le seul Dieu qui mérite d'être proposé à la conscience, à l'action et à l'affection des hommes est et ne peut être que Bienveillant, Bienfaisant et Bienaimant.

--------------
François refuse la nomination d'un ambassadeur gay.
http://www.20minutes.fr/societe/1582687-20150409-vatican-pape-francois-refuse-nomination-ambassadeur-francais-gay

--------------
Renvoyée de l'Ecole Catholique parce qu'elle est mariée à une femme.
http://www.nydailynews.com/news/national/philly-educator-fired-gay-appeals-pope-article-1.2287290

assunta

Messages : 383
Date d'inscription : 01/08/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

QU'EST-CE QU'AIMER ?? OU LA NECESSITE DES ATHEES :: Commentaires

Message le Mer 30 Sep 2015 - 16:28  navy

Renvoyée de l'Ecole Catholique parce qu'elle est mariée à une femme.
http://www.nydailynews.com/news/national/philly-educator-fired-gay-appeals

excuses moi Assunta mais je trouve qu'elle a raison sur ce point (l'Ecole Catholique )

Dernière édition par navy le Jeu 1 Oct 2015 - 1:03, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 30 Sep 2015 - 22:45  pat

Sauf que l’Église catholique se met hors la loi.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 2 Oct 2015 - 19:03  visiteur

pat a écrit:Sauf que l’Église catholique se met hors la loi.
oui effectivement si c'est prouvé que c'est le motif. La justice ne fonctionne pas sur des allégations.
Il se peut néanmoins que ce genre d'attitude discriminatoire soit une réalité silencieuse. Pour les divorcé(e)s, c'est le cas, ils n'accéderont jamais à une direction d'école, ou, s'ils (elles) ont divorcé en cours de fonction,  ils se verront refuser toute autre nomination pour une autre direction. Toutes les candidatures sont soumises à l'agrément de l'Évêque du Diocèse qui les bénit ou pas. Des divorcé(e)s ça fait tache dans la sainte famille ...
S'ils (elles) souhaitent une mutation, il leur faudra renoncer à une direction et reprendre un poste d'enseignant. Ce n'est pas officiel mais je le sais de très bonnes sources.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 2 Oct 2015 - 21:25  visiteur

assunta a écrit:François refuse la nomination d'un ambassadeur gay.

c'est effectivement les rumeurs qui courent dans la presse pour trouver une explication au refus. En pratique rien ne permet d'affirmer pour quelle(s) raison(s) cette "proposition de nomination" a été refusée par l'État du Vatican. Chacun restera sur sa faim concernant cette affaire sauf la petite poignée de personnes informées ou le pape, seul, lui-même.
Ainsi en va-t-il de toutes les propositions de nominations, chaque État a un pouvoir discrétionnaire de les accepter ou de les refuser sans avoir à se justifier.
De même que ce même pouvoir discrétionnaire de ces "princes" autorise à les révoquer du jour au lendemain sans avoir à se justifier.

Convention de Vienne
Art. 9
1. L’Etat accréditaire peut, à tout moment et sans avoir à motiver sa décision, informer l’Etat accréditant que le chef ou tout autre membre du personnel diplomatique de la mission est persona non grata ou que tout autre membre du personnel de la mission n’est pas acceptable. L’Etat accréditant rappellera alors la personne en cause ou mettra fin à ses fonctions auprès de la mission, selon le cas. Une personne peut être déclarée non grata ou non acceptable avant d’arriver sur le territoire de l’Etat accréditaire. 2. Si l’Etat accréditant refuse d’exécuter, ou n’exécute pas dans un délai raisonnable, les obligations qui lui incombent aux termes du par. 1 du présent article, l’Etat accréditaire peut refuser de reconnaître à la personne en cause la qualité de membre de la mission.

Suivant ce procédé très discutable, et choquant, mais de pouvoir réciproque, le Président François Hollande a expulsé l’ambassadrice de Syrie Lamia Chakkour, le 29 mai 2012, la déclarant sans motif avéré contre elle et ses fonctions, "persona non grata" !
http://www.infosyrie.fr/a-savoir/lambassadeur-lamia-chakkour-expulse-par-hollande/

Au pays de Charlie, dans ce pays démocratique cela se passe parfois ainsi, donc le gouvernement français est très mal placé pour donner des leçons au Vatican sur ce plan-là ...
Très insolite de voir subsister encore à notre époque des mises au ban sans explication pour se débarrasser de gens jugés encombrants ou indésirables ?
Ne jetons pas trop vite la pierre à Pierre ...  Rolling Eyes les voies du Ciel sont impénétrables, comme celles du Vatican ou celles de l'Élysée




Revenir en haut Aller en bas

Message le Sam 3 Oct 2015 - 11:12  pat

Réponse très équilibrée qui correspond à ce que "le mot critique" devrait toujours prendre en compte.
Merci de rester ainsi dans la mesure et d'offrir une réflexion ouverte et documentée à ceux qui vous liront.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Dim 4 Oct 2015 - 1:31  assunta

Il nous faut dépasser les querelles de clocher, de tous les clochers de toutes les religions et de toutes les politiques. Dépasser tout cet esprit religieux imprégné jusque dans la politique, pour aimer vraiment.
L'instant aujourd'hui est de se tourner vers l'entièreté de l'Etre Humain et donc l'accepter entièrement dans ses choix de vie, même si ses choix ne nous plaisent pas.
Les préférences (ici sexuelles) des uns et des autres ne devraient poser aucun problème ni créer aucune division....
Etre spirituel est accepté l'autre tel qu'il est sans qu'il en subisse les conséquences humaines (sanctions, vexations, humiliations, rejet, etc) et les discriminations qui n'ont rien à voir avec la Puissance Divine...
Jésus le disait "ne jugez pas selon l'apparence"...


Voici un article :
https://fr.news.yahoo.com/un-pretre-fait-son-coming-out-le-vatican-sanctionne-143500190.html

"Une vie sans amour - est inhumaine"
Dans cet entretien, publié dans le journal italien Corriere della Sera, l'homme de foi polonais lançait un appel à l'Eglise catholique afin qu'elle assouplisse sa position sur la question. "Il est temps que l'Eglise ouvre les yeux face aux gays catholiques et comprenne que la solution qu'elle leur propose - une abstinence totale dans une vie sans amour - est inhumaine", déclare notamment le prêtre dans cet entretien.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 13 Oct 2015 - 13:42  visiteur

Ce prêtre aurait déclaré que « Le clergé est largement homosexuel et aussi, malheureusement, homophobe jusqu'à la paranoïa car paralysé par le manque d'acceptation pour sa propre orientation sexuelle"» !
A son niveau il s'exprime en tant que prêtre catholique. En serait-il de même chez les prêtres orthodoxes qui se marient ?
Cela pose vraiment question ! car on peut se demander si la règle de célibat des prêtres qu'aucune autre des religions monothéistes et même autres obédiences chrétiennes n'imposent, si la vie dans les séminaires, couvents, monastères qui dure quelques années ou une vie parfois, ne favoriseraient pas par déviance l'émergence de cette homosexualité ! une sexualité-homo de substitution.C'est ce que je comprends de sa déclaration.
Entre accepter l'exception, la différence, une tendance très marginale et privée qui ne dérange personne, et la promouvoir implicitement il y a matière à dire il me semble, ou au moins à s'interroger...

Cette séparation des sexes imposée, sexiste (attribution de rôles, droits et devoirs distincts dans la société), serait-elle un mode d'existence qui déformerait les élans de la sexualité naturelle ??? et susciterait clairement des déviances sexuelles, homosexuelles, voire pédophiles ?
On aimerait que les sciences humaines, la psychologie, la psychanalyse, l'ethnologie s'intéressent de très près à la question. Hélas cette question d'ordre scientifique reste encore tabou et interdit l'observation, l'enquête pour ne pas heurter probablement le corps social encore assez imbibé de traditions liées au Sacré.

Nous savons que l'Église avait  imposé le célibat des prêtres sous Grégoire VII, un moine animé d'un idéal sacerdotal qui découle en partie je pense de certains écrits de Pères de l'Église, parfois très misogynes.
Rien dans les Écritures, pas une seule phrase ne légitime les institutions monastiques, pas plus qu'un célibat qui accompagnerait les fonctions sacerdotales. Le Coran suggérait même de rectifier ces égarements "Le monachisme qu'ils inventèrent, Nous ne le leur avons nullement prescrit." (Sourate 57/26-27).


Cet état de fait qui dure depuis mille ans environ dans la seule sphère catholique vit à mon sens ses dernières heures, car il ne pourra résister à l'ère moderne. Si le catholicisme a pu vivre dans son pré carré un millénaire avec cette règle, depuis une poignée de décennies toutes les frontières de son canton sont poreuses, les entrelacements spirituels et culturels se multiplient, les gens sont instruits, et des éléments nouveaux comme la Révélation d'Arès viennent battre en brèche ces traditions sexistes inutiles et vicieuses.
"Ne soit pas comme les ambitieux qui éloignent femmes et enfants, se vêtent de la tunique des vierges, croyant s’élever en vertu devant les hommes et croyant Me servir mieux ;" (Ev. 38/7)

En plus d'un Synode sur la Famille qui n'est composé que d'hommes (encore du sexisme), ce qui est une expression patriarcale hautement suspecte, si pas machiste (?)-, si ce prêtre déclare que « le clergé est largement homosexuel », il apporte sa pierre pour faire "imploser" cette règle du célibat.

Mettre fin au célibat des prêtres, OUI ! c'est l'évidence de ce qu'il doit advenir.
Nous voyons  bien qu'au fil des années malgré que la pression médiatique sur le Vatican augmente de plus en plus sur cette question et fait polémique, il n'a pas pour l'instant le courage de se réformer alors que toute l'histoire est contre lui, et surtout alors qu'il ne peut même pas se retrancher sur les Écritures pour se justifier.  
Une fois quelques turbulences du Landerneau catholique passées, qui s'en plaindrait au fond de revenir à des attitudes spirituelles plus saines. Si la règle du célibat explose, la belle affaire ... le monde ne change qu'en se transformant.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 14 Oct 2015 - 9:18  pat

visiteur a écrit:Si la règle du célibat explose, la belle affaire
Je suis persuadé que ce serait même une bonne affaire pour l'église, pas seulement pour régler des problèmes de sexualité exacerbée, mais aussi pour "désacraliser" la fonction de prêtre pour en faire de simple serviteur, de simple animateur d'une assemblée qui les aurait élu pour leur vertu ou pour leur engagement.
Cette évolution n'irait pas, pour moi, sans donner la même responsabilité aux femmes.
Une religion, aussi critiquable qu'elle soit, l'est déjà pour la simple raison qu'elle introduit la plus petite ségrégation entre deux êtres humains.
Il y a du boulot...

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 14 Oct 2015 - 12:28  navy

Rien dans les Écritures, pas une seule phrase ne légitime un célibat qui accompagnerait les fonctions sacerdotales.
Etant ainsi réputé « contre nature », il ne peut être que porteur de souffrances.
tout le monde sait que les prêtres (certains ) vont voir des prostituées Smile

car on peut se demander si la règle de célibat des prêtres qu'aucune autre des religions monothéistes et même autres obédiences chrétiennes n'imposent, si la vie dans les séminaires, couvents, monastères qui dure quelques années ou une vie parfois, ne favoriseraient pas par déviance l'émergence de cette homosexualité !
sans doute, mais c'est peut-être aussi l'inverse l'homosexualité latente qui déterminerait le choix du candidat à rentrer sous les ordres.

Dernière édition par navy le Dim 18 Oct 2015 - 14:37, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 14 Oct 2015 - 23:42  visiteur

navy a écrit:Etant ainsi réputé « contre nature », il ne peut être que porteur de souffrances.
tout le monde sait que les prêtres vont voir des prostituées 
Il me semble maladroit de généraliser sur des rumeurs, en plus de penser que des prêtres ne connaîtraient pas de véritables histoires d'amour avec des femmes.
Célibat ecclésiastique : 26 compagnes de prêtres écrivent au pape
http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Celibat-ecclesiastique-26-compagnes-de-pretres-ecrivent-au-pape-2014-05-18-1181746


Il faut prendre en compte à ce qu'il me semble un point absolument très capital qui est celui de la Liberté de l'homme d'avoir choisi de s'organiser de cette façon. Et Dieu même ainsi que je le comprends ne peut aller contre ce Don fait à l'homme Sa Créature, sauf d'indiquer Ses Conseils pour lui faire reprendre un meilleur chemin :
27. Ensuite, sur leurs traces, Nous avons fait suivre Nos [autres] messagers, et Nous les avons fait suivre de Jésus fils de Marie et lui avons apporté l'évangile, et mis dans les cœurs de ceux qui le suivirent douceur et mansuétude. Le monachisme qu'ils inventèrent, Nous ne le leur avons nullement prescrit. [Ils devaient] seulement rechercher l'agrément d'Allah. Mais ils ne l'observèrent pas (ce monachisme) comme il se devait. Nous avons donné leur récompense à ceux d'entre eux qui crurent. Mais beaucoup d'entre eux furent des pervers.

Pensant Bien faire peut-être ? ... l'intention initiale peut paraître foncièrement très louable à la base de vouer sa vie à l'Église, à Dieu, mais au final dans la pratique cet excès générerait quelques comportements déviants tant la Règle qui offense d'une certaine manière le cours naturel de la vie s'avère difficile à suivre.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 15 Oct 2015 - 6:18  pat

Dans un article publié en 2014 dans le journal "La Vie",  Mauro Del Nevo, président d'une association de défense des épouses de prêtre, estime à 120.000 le nombre de prêtres vivant en couple dans le monde.
Cela fait beaucoup si on rapproche ce chiffre du nombre total de prêtres estimé à environ 400.000.
Si ces chiffres ne sont pas d'une exactitude rigoureuse, ils indiquent malgré tout un ordre de grandeur.
Concernant le célibat je m'associe à la remarque de visiteur :
"l'intention initiale peut paraître foncièrement très louable à la base de vouer sa vie à l'Église, à Dieu, mais au final dans la pratique cet excès générerait quelques comportements déviants tant la Règle qui offense d'une certaine manière le cours naturel de la vie s'avère difficile à suivre."
Le désir de perfection, quand il est mal orienté, produit tant de désordre qu'il est prudent d'y introduire beaucoup d'humilité.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 15 Oct 2015 - 13:26  visiteur

Je comprends que ce prêtre souhaite avant tout que cet amour soit reconnu par l'Église
« Oui, je voudrais dire au synode que l’amour homosexuel est un amour familial, qui a besoin de la famille. Toute personne, y compris les gays, les lesbiennes et les transsexuels, porte dans son cœur un désir d’amour et de “familialité”. Toute personne a droit à l’amour et cet amour doit être protégé par la société, par les lois. Mais il doit surtout être l’objet du soin de l’Eglise. Le christianisme est la religion de l’amour, et l’amour est central à la figure de Jésus que nous apportons au monde. Un couple lesbien ou gay doit pouvoir dire ouvertement à son Eglise : “Nous nous aimons selon notre nature, et nous offrons ce don de l’amour aux autres, parce que c’est une affaire publique et non seulement privée ; nous ne sommes pas simplement engagés dans quelque forme extrême de recherche du plaisir.” »
Source : quelques extraits de l’interview de Mgr Charamsa sur ce Blog :
http://leblogdejeannesmits.blogspot.fr/2015/10/cest-la-derniere-en-date-desfolles.html

La problématique sociétale qu'il pose concernant les prêtres est strictement interne à l'Église puisqu'elle touche à ses dogmes (l'ordination est un sacrement, le 7°, réservé aux hommes comme dans l'orthodoxie), mais elle vaut autant pour des amours hétérosexuels au sein du clergé, puisque cela relève du même combat. La curie vaticane ne pourra esquiver encore longtemps cette hypocrisie. In fine, cela soulèverait un peu plus loin par équité la question de l'ordination de femmes ?

Pour ce qui est du lien qu'il fait avec la "famille", "amour familial, "familialité" (? traduit de l'italien, terme qui n'est pas français) j'avoue ne pas avoir compris ce qu'il entend exactement ? l'Église, sa famille religieuse je suppose ? mais laisse-t-il entendre à demi-mots, l’espérance d'une famille consacrée par le mariage religieux ?
Pas plus qu'avec l'amour, une famille n'a pas besoin de lois contrairement à ce qu'il dit, ni du lien du mariage pour exister  ...
Ce n'est qu' au IVe concile de Latran en 1215 que le mariage a été intégré dans la liste officielle des sept sacrements de l'Église.
Le cas soulevé par ce prêtre fait d'une pierre deux coups, car il impliquerait pour l'Église de revoir sa copie concernant 2 des 7 sacrements !!! Pauvre Pierre empêtré dans son histoire, quel casse-tête ... !
Espérons que la prière l'inspirera et que cette difficulté soit une opportunité qui lui permette de ré-Orienter sa Barque vers les sources du christianisme et un cours plus naturel de l'existence.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Dim 18 Oct 2015 - 15:04  navy

« ..... Un couple lesbien ou gay doit pouvoir dire ouvertement à son Eglise : “Nous nous aimons selon notre nature, et nous offrons ce don de l’amour aux autres, parce que c’est une affaire publique et non seulement privée ; nous ne sommes pas simplement engagés dans quelque forme extrême de recherche du plaisir.” »
Source : quelques extraits de l’interview de Mgr Charamsa sur ce Blog :
http://leblogdejeannesmits.blogspot.fr/2015/10/cest-la-derniere-en-date-desfolles.html
Est ce à dire que vous êtes pour le mariage gay ?
toutes les religions monothéistes sont contre, sauf peut-être les religions protestantes, ou il existe des positions extrêmement variées et différentes selon les courants. Sur ce point, la crise est ouverte.
Dans la Révelation d'Arès le mariage gay n'est pas accepté.
Le mariage homo pourrait se comprendre si l'homosexualité était absolue et de naissance (et c'est le cas pour certains) mais c'est une chose tellement variable et fluctuante.   
(je ne souhaite pas polémiquer là dessus plus que ça)  Very Happy

Il me semble maladroit de généraliser sur des rumeurs, en plus de penser que des prêtres ne connaîtraient pas de véritables histoires d'amour avec des femmes.
Je ne généralise pas sur des rumeurs en disant que "tout le monde sait que les prêtres (certains ) vont voir des prostituées", simplement c'est une chose qui est connue.

Pas plus qu'avec l'amour, une famille n'a pas besoin de lois contrairement à ce qu'il dit, ni du lien du mariage pour exister ...
c'est votre avis.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 19 Oct 2015 - 12:30  assunta

http://tpe-acceptation-homosexualite.e-monsite.com/pages/a-travers-les-ages/

http://gayglobe.us/blog/?p=988
http://www.espace-citoyen.be/article/241-homosexualite-et-homophobie-a-travers-l-histoire/

Oui les religions monothéistes condamnent l'homosexualité... Au moyen Age elle était tolérée, c'est à partir du 13e siècle que l'attitude à leur égard devient intolérante, et ils deviennent vite des boucs-émissaires... On voit bien ici que l'humain a besoin d'avoir des coupables pour ainsi éviter de se remettre en question... Cela est patent dans toute l'histoire humaine jusqu'à aujourd'hui...
On ne peut plus aujourd'hui, en occident, au nom de sa religion ou au Nom de Dieu, tuer ou emprisonner des homosexuels, et c'est heureux... mais ils sont quand même rejetés parfois par les membres de leur famille...

En Orient il y a une grande hypocrisie. Les hommes demandent aux femmes de ne pas faire l'amour avant le mariage, très bien. Mais que se passe t-il alors ? Ils se condamnent eux-mêmes à ne pas faire l'amour. Devant cette évidence, soit ils voient des prostituées, ou soit ils pratiquent l'homosexualité... Au Maroc cela est connu grâce au livre d'un homme Brahim Naït-Balk (vivant en banlieue parisienne, il a été violé, a subi des tournante, à cause de son homosexualité) où il affirme que très peu d'hommes n'ont pas connu l'homosexualité. Et l'hypocrisie va loin pour ces hommes : si c'est l'homme qui prend l'homme il n'est pas homosexuel, mais si c'est l'homme qui se fait prendre alors c'est lui l'homo. C'est très hypocrite et cela entretient l'ignorance et la méchanceté... 

FRANCE
http://www.parismatch.com/Actu/Societe/homosexualite-homophobie-149309
Le livre Brahim Naït-Balk = "un homo dans la cité". Il a été violé et victime de tournante à cause de son homosexualité... Je l'ai lu et je vous conseille de le lire...

MAROC
http://rue89.nouvelobs.com/2009/05/04/abdellah-taia-lhomosexualite-a-visage-decouvert-au-maroc

http://www.huffpostmaghreb.com/liz-thomson/un-ecrivain-homosexuel-re_b_4045032.html

Concernant le mariage
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mariage_chr%C3%A9tien

Au IVE concile du Latran en 1215, le mariage chrétien devient l'objet de décisions juridiques internes à l'Église et, par la même occasion, un sacrement.

La tradition de célébrer le mariage chrétien dans un édifice religieux ne date que du haut Moyen Age ; en effet, aucun texte des Evangiles n'y fait allusion

La Christianisation de l'Empire romain, puis les invasions « barbares » modifièrent ces pratiques. Le mariage devint une cérémonie privée, qui se déroulait au domicile de la future épouse, et donnait lieu à des réjouissances familiales. Une bénédiction était parfois donnée, mais sans qu'elle ait de valeur officielle. Le mariage était un engagement mutuel, écrit et signé, que la législation impériale encadrait.

"""Pas plus qu'avec l'amour, une famille n'a pas besoin de lois contrairement à ce qu'il dit, ni du lien du mariage pour exister ..."""

Oui tout à fait, Dieu regarde les cœurs des Hommes, pas un papier écrit... Ce qu'il veut c'est l'engagement profond et réel entre 2 êtres, un engagement réfléchi, mûri et rempli d'amour...

E/33/21 - Voilà ! J’ai vu les épousailles dans les cœurs des jeunes gens dès qu’ils se sont aimés ; quand ils ont désiré connaître leurs corps, leur vœu secret, Je l’ai scellé
C'est limpide, clairement exprimé !!!



Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 19 Oct 2015 - 18:47  visiteur

navy a écrit:Est ce à dire que vous êtes pour le mariage gay ?
toutes les religions monothéistes sont contre, sauf peut-être les religions protestantes, ou il existe des positions extrêmement variées et différentes selon les courants. Sur ce point, la crise est ouverte.

Dans la Révelation d'Arès le mariage gay n'est pas accepté.
C'est à l'Église que ce prêtre pose la question ! pas à moi. J'aurais envie de dire que ce n'est pas mon problème ... n'étant pas catholique ... 

"Charbonnier est maître chez lui" proverbe français, c'est donc au "Vatican" de se prononcer. Les référendum n'existent pas je crois dans l'Église.
Ce n'est pas parce que son voisin fait quelque chose, quel que soit le domaine, politique, religion, ou autre que c'est une raison qui serait suffisante pour faire la même chose... Comme le mariage religieux importe peu à l’État laïque vu qu'il n'a aucune validité juridique, sauf mélange des genres ..., les revendications pour un mariage gay religieux ne pourraient être soutenues par des politiques d'une part parce qu'ils sont tenus à une neutralité laïque quand bien même ils seraient catholiques, et d'autre part parce que les religions sont des multinationales dont les frontières débordent de celles de l'État.

Dans la Révélation d'Arès le mariage n'existe pas; ni dans le sens que la société civile lui donne ni dans le sens de "sacrement religieux".
Dans l'Ev. d'Arès les épousailles paraissent clairement des unions hétéro ...
"Un jour d’épousailles l’époux fera pour tous Mémoire de Mon Sacrifice ; avec l’épouse ils M’offriront par leur patience et leur dignité la première part de leurs joies de noces ; ils ne prendront pas de boissons enivrantes ; ils serviront leurs invités jusqu’au départ du dernier." (33/37)
 
C'est l'occasion de s'interroger, le mariage civil est un contrat juridique qui lie deux personnes; le mariage religieux est un sacrement depuis le XIII° siècle après n'avoir été qu'une bénédiction donnée sur le parvis de l'Église. Chez les protestants, ce n'est qu'une bénédiction il me semble ... chez les musulmans  ce n'est ni un acte religieux ni un sacrement mais, un acte civil qui consiste en un contrat (nikah) liant un homme et une femme.
Les gays bousculent les traditions catholiques, en exagérant  l'importance d'une sacralisation religieuse de leurs unions ...
Dans l'Église le concubinage hétéro est considéré comme une offense à la dignité du mariage !

Autres offenses à la dignité du mariage

2390 Il y a union libre lorsque l’homme et la femme refusent de donner une forme juridique et publique à une liaison impliquant l’intimité sexuelle.

L’expression est fallacieuse : que peut signifier une union dans laquelle les personnes ne s’engagent pas l’une envers l’autre et témoignent ainsi d’un manque de confiance, en l’autre, en soi-même, ou en l’avenir ?
L’expression recouvre des situations différentes : concubinage, refus du mariage en tant que tel, incapacité à se lier par des engagements à long terme (cf. FC 81). Toutes ces situations offensent la dignité du mariage ; elles détruisent l’idée même de la famille ; elles affaiblissent le sens de la fidélité. Elles sont contraires à la loi morale : l’acte sexuel doit prendre place exclusivement dans le mariage ; en dehors de celui-ci, il constitue toujours un péché grave et exclut de la communion sacramentelle.
http://www.vatican.va/archive/FRA0013/_P82.HTM

Le christianisme n'envisage pas l'option du divorce quel que soit le prétexte, le Coran oui dans des cas précis ...

Revenir en haut Aller en bas

Message Aujourd'hui à 11:29  Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum