Spiritualités

C'est ignoble !

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

02092016

Message 

C'est ignoble !




surenchères dans les délires religieux  !!!
mais surenchére surtout dans la bétise
Après le burkini musulman voici le burkini version juive Very Happy

C'est ignoble !  C'est ignoble !  C'est ignoble !
ça n'a rien à voir avec la religion.
mais ça a surtout à voir avec le buisness,
c'est comme le porc kacher (oui ça existe )

navy

Messages : 914
Date d'inscription : 20/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net/

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

C'est ignoble ! :: Commentaires

Message le Ven 2 Sep 2016 - 15:59  navy

 version musulmane version juive

2 versions, une même bétise.
On se moque du Bon Dieu dans les 2 cas.
farao

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 2 Sep 2016 - 16:37  assunta

Tous ces extrêmes nous demandent de réviser notre façon de vivre (guerre, violence, sexe à outrance dans les films, pubs, etc).
Mais attention, ils doivent eux aussi dépasser leur extrême pour ne pas à leur tour imposer quelque chose de sclérosant, chosifiant, au nom de Dieu. Ils ne doivent en aucun cas rester aussi dans l'extrême.
Ce dépassement ils pourront le faire que lorsque ils verront des personnes(disons les non extrêmes) se remettre en question, apprendre à se connaître, s'harmoniser en eux-mêmes. Alors tout duel n'aura plus lieu.
Et tous pourront choisir des façons de vivre et de s'habiller différement sans que cela pose problème, parce que rien ne sera imposé !!!

(ces femmes qui voilent leur enfant les soumettent déjà futurement à une pression surtout si ces enfants en fois adultes rejettent ces accoutrements, alors ces femmes les rejetteront ou bien les marieront de force, c'est soit l'un soit l'autre chez les musulmans).
Tout doit être dans le choix librement consenti et pour cela il faut attendre que la conscience d'une personne ne soit plus soumise à une autre. Imposer cela à un enfant est déjà le conditionner !!

Tous ces hauts et ces bas nous démontrent que les Hommes (hommes et femmes) veulent retrouver leur véritable nature, et cela passe par la femme plus prédisposée à agir en ce sens car en affinité avec sa nature féminine.


Mais chacun Homme (hommes et femmes) est appelé aujourd'hui à redéfinir sa nature féminine (sentiments, sensibilités, en rapport avec l'intérieur et la connection au divin intérieur)  et sa nature masculine définie seulement comme rapport de force et de pouvoir absolu (mais qui est le côté extérieur créateur, tous les sens objectifs maîtrisés).
Ces femmes inconsciemment appellent à cela !!

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 2 Sep 2016 - 17:06  visiteur

C'est ignoble !  C'est ignoble !  C'est ignoble !
ça n'a rien à voir avec la religion.
@ navy
eh ben dis donc ... il t'en faut peu pour te noyer, un verre d'eau suffit Rolling Eyes
la religion n'est pas la plage effectivement ...
un temps pour chaque chose, un temps pour Dieu, le reste pour nous;  ce qui grosso modo est le message de toutes les religions. Il n'y a que les intégristes qui veulent être "connectés" 24h/24h, sans se rendre compte qu'ils se déconnectent du monde.



le burkini islamique ou juif, sa variante, n'a qu'un siècle de retard environ Very Happy

Juifs et musulmans semblent avoir oublié que leurs ancêtres communs se baladaient en tenue légère



Le bikini a 50 ans, mais la mode n'a pas beaucoup évolué depuis

mate un peu le modèle français clown jocolor

drunken drunken drunken drunken drunken drunken.................................

cette histoire de maillot de bain pourrait à merveille illustrer le 3 ou 4 générations ne suffiront pas ...
patience navy, les cultures n'évoluent que très très lentement ... Arrow la théorie de l'évolution ne me contredirait pas ...

Une fois qu'on s'en rend compte, qu'on le sait, que l'on en prend conscience, qu'on les respecte pour ce qu'elles sont à l'instant "T", il n'y a a pas de soucis ... on a toutes les patiences du monde , car l'humain est notre point commun, qu'il soit pygmée au fond de sa forêt, ou né à Brooklyn afro

la larve en se hâtant rejoint-elle l’abeille ? qu'elle dit la révélation d'Arès bounce Basketball  lol! 

Revenir en haut Aller en bas

Message le Sam 3 Sep 2016 - 19:05  visiteur

Les juifs et le burkini: un silence ambigu
Pourquoi la communauté est sur la réserve

Bien que la pudeur corporelle soit un principe biblique fondamental et les juives les plus pratiquantes se baignent habillées, le CRIF et le Consistoire font profil bas. Voici pourquoi.

lire l'article :
http://www.causeur.fr/burkini-islam-juifs-crif-consistoire-39870.html


Burkini catholique  Very Happy

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 6 Sep 2016 - 9:00  pat

Ce sont les médias, les maires, nous-mêmes qui en en parlant risquons de lancer la mode de ce vêtement rigoriste et pour moi ridicule. Qu'on laisse donc les gens s'accoutrer comme ils veulent dans la mesure où ils respectent la loi en vigueur du pays dans lequel ils sont.

Je sais bien que chez certains il s'agit d'imposer un peu plus au pays, des mœurs d'un autre temps. Mœurs que ce pays a mis des années à faire évoluer. Encore que nos lointains ancêtres étaient moins pudibonds que nos grands parents. La meilleure des ripostes est de continuer à vivre comme nous vivons. De toute façon, les interdits arbitraires des religions finiront par disparaitre comme ils ont disparus chez nous et c'est en continuant à vivre comme nous avons décidé de vivre que nous offrirons le mieux la possibilité de changement à ceux qui le veulent. Surement pas en les sanctionnant.

J'ai bien ri du bain de nos bonnes sœurs....On ne leur fait pas de mauvais procès à elles, moyennant quoi la mode, genre robe de bure ne s'est pas répandue sur nos plages.
Voilà que cette histoire a envahi non seulement nos plages mais aussi celles de ce forum.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 6 Sep 2016 - 13:00  navy

Bon alors résumons nous.
 burkini version musulmane
 burkini version juive

burkini version catholique

J'ai bien ri du bain de nos bonnes sœurs....On ne leur fait pas de mauvais procès à elles, moyennant quoi la mode, genre robe de bure ne s'est pas répandue sur nos plages.
Mais c'est tout à fait different. La robe de bure des bonnes sœurs Very Happy ces bonnes sœurs ne prennent pas de bain, elles font une photo (il faut bien qu'elles s'amusent un peu les pauvres) elles ne viennent pas pour passer la journée allongée sur la plage.
Si elles, ou des curés, voulaient se baigner ils ou elles le feraient avec un maillot de bain normal.... c toute la différence.
dans les années 20 les femmes étaient pudiques mais ça c'était il y a 90 ans ! De plus faire ça, le burkini une semaine après les attentats ne peut être perçu que comme une provocation.
c'en est une. nous ne sommes pas dans un pays musulman.

de toute façon IFOP: seuls 6% des Français sont favorables aux tenues islamiques à la plage...... sommes nous dans un pays démocratique ? Very Happy
on peut être pudique D' nous le demande, mais de là à se mettre des sacs sur la tête .... En tant que pèlerins d'Arès (pour ceux ou celles qui le sont) ne devons nous pas au contraire leur expliquer que ce qu'elles font est ridicule ?

C ça l'insurgence non ?

Dernière édition par navy le Mar 6 Sep 2016 - 16:56, édité 2 fois

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 6 Sep 2016 - 14:37  navy


Pour Alain Finkielkraut : «Le burkini est un drapeau»
Pour Alain Finkielkraut, le « burkini » est un oxymore qui « rassemble la burqa et Jayne Mansfield dans un même vocable

* oxymore > Figure par laquelle on allie de façon inattendue deux termes qui s'excluent ordinairement.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 7 Sep 2016 - 12:13  visiteur

dans les années 20 les femmes étaient pudiques mais ça c'était il y a 90 ans !
Je n'en crois rien. Ni qu'elles l'étaient plus, ou bien moins. La notion de pudeur n'est pas que religieuse, elle est culturelle, relative aux lieux et époques. En fonction du climat, les personnes se sont plus ou moins vêtues. Si la notion de pudeur est une référence collective culturelle (qui n'a rien d'universelle), le sens de la pudeur est individuel, asexué d'ailleurs, car les hommes sont autant concernés que les femmes.
La pudibonderie (synonyme pruderie, pudicité; antonyme grivoiserie, gaillardise, hardiesse, impudicité) est une pudeur mal placée, excessive, et son contraire, un manque de celui-ci. Ce sont des questions très subjectives, où placer le curseur ?
Les thuriféraires de la laïcité qui demandent la mort du burkini, sont ni plus ni moins que des fascistes qui utilisent les mêmes méthodes que ceux qu'ils dénoncent.
de toute façon IFOP: seuls 6% des Français sont favorables aux tenues islamiques à la plage...... sommes nous dans un pays démocratique ?
drôle de conception de la démocratie ! nous ne sommes plus aux jeux du cirque
si les instituts de sondages se mettent à nous gouverner  Rolling Eyes

Pour Alain Finkielkraut : «Le burkini est un drapeau»
Il défonce une porte ouverte, en fricotant avec le nationalisme en parlant de drapeau car on peut aussi dire que « la croix est un drapeau» chrétien ou croisé, que « la kippa est un drapeau » juif, ou israélien, que «la faucille & le marteau est un drapeau» ... les homosexuel(le)s ont aussi leur drapeau ...

ça devient inquiétant toutes ces dérives identitaires ... !!! la France change de visage, ferait une poussée de xénophobie comme un poussée d'acné ?
A qui peuvent bien profiter au fond ces gesticulations bigotes ?

Je croyais qu'une spiritualité saine, c'était plutôt l'inverse, ou du moins les pèlerins d'Arès, laïcs, à l'unisson des humanistes qui les précédaient, se définiss(ai)ent * comme tels :
Les Pèlerins d'Arès ne rentrent dans aucune catégorie particulière. Ils ne sont ni juifs, ni catholiques, ni musulmans, ni protestants, ni bouddhistes, ou même cathares ou socio-gauchistes, etc. Ils sont dans la lignée de tous ceux qui ont défendu la liberté et l'amour du prochain.
http://www.revelation-ares.info/les-pelerins-dares/qui-sont-ils/
* il semblerait que ces dernières années, le mouvement aurait pris une tournure plus "identitaire" qu'il n'avait auparavant.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 8 Sep 2016 - 12:46  assunta

Le problème que pose se burkini, c'est que les musulmans, sans étudier leur coran, la compréhension de ce qui y est dit et expliqué, et sous couvert de Burkini, vont imposer leur vision étroite. Sans réfléchir aux conséquences ou bien en voulant imposer leur vision étroite et irréfléchie de leur culture qui  veut toujours davantage soumettre et dominer, imposer.
C'est ça l'iceberg de la burkini.

Même nés en France ils ont du mal à accepter notre culture. Il faut vraiment qu'ils élèvent leur regard et dépassent quelque chose de leur culture et prioritairement la vision qu'ils ont des femmes.

Notre culture n'est pas parfaite, mais contrairement à ce qui s'écrit, même ici, il n'y a pas d'islamophobie en France. Par contre à cause de tout cela, il risque d'y avoir une politique plus dure demain... c'est ça le danger...

ACCEPTER LE BURKINI = NON !! s'il y a insulte par la suite...
Tout commence par un tissu et on ne sait comment cela va finir. Il y en a marre des mentalités arriérées. Il y a un effort à faire du côté musulman, même si cela déplaît à certains. On ne va pas se faire traiter de "putes" à cause d'un short !!!

Que les musulmans s'habillent comme ils veulent, mais dès qu'il y a insulte de leur part on voit bien à quoi ils veulent en venir. On n'est pas en Angleterrre ici !!

Ils s'habillent comme ils veulent (personne n'a été lynché)  par contre, à cause de leur puritanisme, ils ne supportent pas que nous nous habillons comme on veut. C'est là où transparaît leur injustice et leur vision qu'ils veulent imposer !!
Les Français les accepte comme ils sont mais en retour pas de dénigrement sur notre façon de s'habiller (de vivre) et pas insulte. C'est ça le vivre ensemble, non ???

Tous ces soit-disant modérés qui se taisent. Plus d'hypocrisie religieuse, ça va pas recommencer (cf l'église autrefois) !!!

Voici ce qui vient d'arriver à Toulouse :

https://m6info.yahoo.com/toulon-tabass%C3%A9s-%C3%A0-cause-de-1510726758957110.html


En cause, les femmes portaient des shorts pour faire du roller, ce qui a déplu à une dizaine de jeunes.                 

Agressés à cause d’un short. C’est ce qui est arrivé à deux familles, à Toulon (Var), dimanche. Alors que les trois hommes, deux femmes et trois enfants se promènent en vélo et en roller, ils sont apostrophés par un groupe de jeunes, à proximité d’une cité sensible.
“’Pute’ et ‘Vas-y’, mets-toi toute nue’”, ont-ils déclaré selon le procureur de la République de Toulon Bernard Marchal.  "Les conjoints leur ont demandé de respecter leurs femmes et cela a provoqué une rixe. Les trois hommes ont été frappés violemment au visage sous les yeux des enfants, les femmes ont été légèrement bousculées", a ajouté le procureur, estimant qu'il s'agissait d'une “provocation à caractère sexuel pour provoquer la réaction des hommes”, dont le plus grièvement blessé présente des fractures au visage et a eu 30 jours d'ITT. 
Déjà connus de la police
Deux des agresseurs ont été interpellés et écroués mardi. Âgés de 17 et 19 ans, ils ont des antécédents judiciaires. Une information judiciaire a été ouverte au parquet de Toulon pour identifier d'autres agresseurs.

En juin à Toulon, une jeune femme avait été agressée par un groupe de cinq filles dans un bus parce qu'elle portait un short en jean. Après cette agression, une centaine de personnes s'étaient rassemblées à Toulon pour une “marche en short”.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 8 Sep 2016 - 23:18  assunta

Un homme algérien qui ose regarder les problèmes en face :
Kamel Daoud est un écrivain algérien. Il est notamment l’auteur de Meursault, contre-enquête (Actes Sud, 2014), Prix Goncourt du premier roman. Il est également chroniqueur au Quotidien d’Oran.
(Ancien islamiste)

Que dit Kamel Daoud ? (extraits de plusieurs de ses écrits)

«Le sexe est la plus grande misère dans le ‘monde d’Allah’». «A tel point qu’il a donné naissance à ce porno-islamisme dont font discours les prêcheurs islamistes pour recruter leurs ‘fidèles’ : descriptions d’un paradis plus proche du bordel que de la récompense pour gens pieux, fantasme des vierges pour les kamikazes, chasse aux corps dans les espaces publics, puritanisme des dictatures, voile et burka.»

«Les réfugiés et les immigrés ne sont pas réductibles à la minorité d’une délinquance, mais cela pose le problème des ‘valeurs’ à partager, à imposer, à défendre et à faire comprendre. L’accueillir n’est pas le guérir».

«La femme étant donneuse de vie et la vie étant perte de temps, la femme devient la perte de l’âme»

Le rapport à la femme est le nœud gordien, le second dans le monde d’Allah. La femme est niée, refusée, tuée, voilée, enfermée ou possédée. Cela dénote un rapport trouble à l’imaginaire, au désir de vivre, à la création et à la liberté. La femme est le reflet de la vie que l’on ne veut pas admettre. Elle est l’incarnation du désir nécessaire et est donc coupable d’un crime affreux : la vie.

C’est une conviction partagée qui devient très visible chez l’islamiste par exemple. L’islamiste n’aime pas la vie. Pour lui, il s’agit d’une perte de temps avant l’éternité, d’une tentation, d’une fécondation inutile, d’un éloignement de Dieu et du ciel et d’un retard sur le rendez-vous de l’éternité. La vie est le produit d’une désobéissance et cette désobéissance est le produit d’une femme.

L’islamiste en veut à celle qui donne la vie, perpétue l’épreuve et qui l’a éloigné du paradis par un murmure malsain et qui incarne la distance entre lui et Dieu. La femme étant donneuse de vie et la vie étant perte de temps, la femme devient la perte de l’âme. L’islamiste est tout aussi angoissé par la femme parce qu’elle lui rappelle son corps à elle et son corps à lui.

La liberté que le réfugié désire mais n’assume pas
Le corps de la femme est le lieu public de la culture : il appartient à tous, pas à elle.

Ecrit il y a quelques années à propos de la femme dans le monde dit arabe : [i]«A qui appartient le corps d’une femme ? A sa nation, sa famille, son mari, son frère aîné, son quartier, les enfants de son quartier, son père et à l’Etat, la rue, ses ancêtres, sa culture nationale, ses interdits. A tous et à tout le monde, sauf à elle-même.

Le corps de la femme est le lieu où elle perd sa possession et son identité.

Dans son corps, la femme erre en invitée, soumise à la loi qui la possède et la dépossède d’elle-même, gardienne des valeurs des autres que les autres ne veulent pas endosser par [pour] leurs corps à eux. Le corps de la femme est son fardeau qu’elle porte sur son dos. Elle doit y défendre les frontières de tous, sauf les siennes. Elle joue l’honneur de tous, sauf le sien qui n’est pas à elle. Elle l’emporte donc comme un vêtement de tous, qui lui interdit d’être nue parce que cela suppose la mise à nu de l’autre et de son regard.» fin de citation

«On voit, dans le réfugié, son statut, pas sa culture ; il est la victime. On voit le survivant et on oublie que le réfugié vient d’un piège culturel que résume surtout son rapport à Dieu et à la femme».

Une femme est femme pour tous, sauf pour elle-même. Son corps est un bien vacant pour tous et sa «malvie» à elle seule. Elle erre comme dans un bien d’autrui, un mal à elle seule. Elle ne peut pas y toucher sans se dévoiler, ni l’aimer sans passer par tous les autres de son monde, ni le partager sans l’émietter entre dix mille lois. Quand elle le dénude, elle expose le reste du monde et se retrouve attaquée parce qu’elle a mis à nu le monde et pas sa poitrine. Elle est enjeu, mais sans elle ; sacralité, mais sans respect de sa personne ; honneur pour tous, sauf le sien ; désir de tous, mais sans désir à elle. Le lieu où tous se rencontrent, mais en l’excluant elle. Passage de la vie qui lui interdit sa vie à elle.

C’est cette liberté que le réfugié, l’immigré, ( je rajoute : idem les gens nés en France) veut, désire mais n’assume pas.

L’Occident est vu à travers le corps de la femme : la liberté de la femme est vue à travers la catégorie religieuse de la licence ou de la «vertu». Le corps de la femme est vu non comme le lieu même de la liberté essentielle comme valeur en Occident, mais comme une décadence : on veut alors le réduire à la possession, ou au crime à «voiler».

La liberté de la femme en Occident n’est pas vue comme la raison de sa suprématie mais comme un caprice de son culte de la liberté.

L’islamisme est un attentat contre le désir. Et ce désir ira, parfois, exploser en terre d’Occident, là où la liberté est si insolente. Car «chez nous», il n’a d’issue qu’après la mort et le jugement dernier. Un sursis qui fabrique du vivant un zombie, ou un kamikaze qui rêve de confondre la mort et l’orgasme, ou un frustré qui rêve d’aller en Europe pour échapper, dans l’errance, au piège social de sa lâcheté : je veux connaître une femme mais je refuse que ma sœur connaisse l’amour avec un homme.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 16 Sep 2016 - 10:25  navy

visiteur a écrit:Ca devient inquiétant toutes ces dérives identitaires ... !!! la France change de visage, ferait une poussée de xénophobie comme un poussée d'acné ?
On en parlera de plus en plus ....
mais déjà si tu emploie le mot "dérives" Very Happy Ce ne sont pas des "dérives" ce sont des opinions. Dérives par rapport à qui, à quoi ?
On en parlera de plus en plus. J'en parle sur mon forum > http://vie-spirituelle.forums-actifs.net/t886-l-afrique-pour-les-africains

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 16 Sep 2016 - 13:23  assunta

Je croyais qu'une spiritualité saine, c'était plutôt l'inverse, ou du moins les pèlerins d'Arès, laïcs, à l'unisson des humanistes qui les précédaient, se définiss(ai)ent * comme tels :
* il semblerait que ces dernières années, le mouvement aurait pris une tournure plus "identitaire" qu'il n'avait auparavant.[/color]

Oui il y a une tournure (dérive ??) identitaire. Michel Potay a bien spécifié que les pèlerins d'arès sont une communauté. Quand on dit communauté, il y a toujours un manque de liberté individuelle, notamment les athées auront du mal à trouver leur place. Alors que Dieu les revalorise, mais demande-t-Il de créer une autre communauté ??? Pour ma part je ne le crois pas.
On le voit avec la communauté musulmane où changer de religion est quasi impossible voire menace de mort. Les Juifs ont accepté aujourd'hui le judaisme libéral qui comprend et ne condamne plus au nom de Dieu. Ce jusdaisme libéral est jeune mais plein de promesses positives. L'idée de communauté tant que les Hommes n'ont pas bien évolué est rétrograde car elle enferme plus qu'elle n'épanouit. c'est ce que je pense.

Ca devient inquiétant toutes ces dérives identitaires ... !!! la France change de visage, ferait une poussée de xénophobie comme un poussée d'acné ?
Il n'y a pas de dérive. Même si les gens sont contre le burkini il n'y a pas de chasse aux sorcières. Attention aux politiciens qui récupèrent tout et aux médias. Par contre oui j'ai le droit d'être contre le burkini même si je ne l'interdis pas... Je dis juste : que cela n'aille pas trop loin car ça n'a rien à voir avec le vrai islam mais cela a tout à voir avec l'islam rigoriste qui a du mal à évoluer.
Qui fait l'islam ?, qui le vit ?, mais les Hommes (hommes et femmes)!!!!
S'ils éclairent leur mentalité, la religion brillera de belle façon !!! C'est ce qu'attendent certains Français qui ne sont pas xénophobes (très peu le sont) !!!


Définition de la xénophobie.
Etymologie : du grec xenos, étranger et phobos, peur, effroi. Au sens littéral, la xénophobie est la peur irraisonnée, maladive de ce qui est étranger.

Non il ne faut pas exagérer et surtout généraliser. Les Français sont toujours accueillants, respectueux et tolérants. Bien sûr il y a des exceptions, des gens mal intentionnés. Et les médias qui montent en épingle seulement les violents (des 2 côtés d'ailleurs).
S'il y avait des xénophobes en France il y aurait des meurtres des "étrangers", des Coran mis à feu, etc... Les médias n'en n'ont pas parlé que je sache. Il faut faire attention de ne pas généraliser. Ni même comme le font les médias et les politiciens qui veulent nous diviser, d'employer de tels mots, eux les emploient pour formater notre inconscient à la violence les uns (peuple) envers les autres (musulman). En France les musulmans, contrairement à ce qui est dit, se sentent bien.

Malek Chebel : "D’abord, l’islamophobie est ancienne. Elle est activée par des pulsions ancestrales et par la haine de ceux qui ont perdu, en particulier les terres colonisées."
"Vous me dites : pourquoi les musulmans qui habitent ces pays (occidentaux) ne réagissent-ils pas face aux salafistes ? Plusieurs éléments de réponse me paraissent indispensables pour expliquer l’invisibilité des musulmans en Europe et dans le monde non musulman. 1 - On ne leur donne pas la parole ; 2 - Ils n’ont pas de tradition critique et de réflexion indépendante ; 3 - Ils sont eux-mêmes insérés dans des processus économiques exigeants et n’ont pas le loisir de dégager du temps pour cette affaire ; 4 - Ils n’y ont pas réfléchi de manière argumentée et mesurée, ce qui les rend inaptes à la riposte méthodique ; 5 - La peur de prendre des coups, car s’exposer vous expose à votre tour ; 6 - La peur de déplaire à ceux des leurs qui n’ont pas fait de chemin critique."...

Malek Chebel sur la création de sa revue Noor (lumière en arabe)
«Le problème, analyse-t-il, c’est que les musulmans laissent le plus souvent le monopole de la parole aux plus extrémistes. Les modérés se plaignent de ne pas avoir un lieu pour s’exprimer. Je me suis dit qu’au lieu de se victimiser, il valait mieux créer son propre espace de réflexion»...
Plus loin il dit :
«D’emblée, Noor a rencontré son public. Nous sommes largement diffusés en France, mais aussi en Afrique. Il y a des lecteurs pour les textes de qualité dès lors que la pensée est originale. Je vais même ouvrir nos colonnes à des agnostiques, cela fait partie du dialogue»...

Plus loin :
«Il n’y a pas de sujets tabous. J’aborde même régulièrement le thème de la sexualité. Mais c’est vrai que ma liberté de ton me vaut d’être fréquemment mal vu de dignitaires du monde arabo-musulman. Bizarrement, mes livres sont traduits dans une quinzaine de langues, mais pas en arabe. Je suis rarement invité à faire des conférences dans le monde arabe et on ne m’a jamais proposé de séminaire à l’université en Algérie, le pays où j’ai pourtant effectué la première partie de mes études supérieures»...

Cet homme n'est pas écouté par une grande majorité de musulmans particulièrement les élites, mais cela viendra.


Malek Chebel, L’Inconscient de l’islam. Réflexions sur l’interdit, la faute et la transgression, CNRS Éd., 2015, 128 p., 15,90 €.

Comment comprendre, en plein XXIe siècle, que l’on assassine encore les «infidèles», pille les biens des chrétiens et les chasse de leurs terres s’ils ne se convertissent pas, enlève des jeunes filles pour les marier de force, détruise le patrimoine antéislamique ou même des lieux et des biens considérés comme déviant de la prétendue orthodoxie musulmane, tout cela au nom de la religion ?
Dire que «ce n’est pas l’islam» ne suffit pas. 

Tout au long de cet ouvrage, il fait reposer sa démonstration sur le fait que le «discours mortifère et sans issue», toujours à l’œuvre aujourd’hui tant en Afrique subsaharienne, en Europe, au Maghreb qu’au Proche-et Moyen-Orient, «n’a pris de sens que dans la mesure où l’interdit (haram)» est lui-même «soutenu par des notions de faute et de transgression».      

« Si le bel islam prêche le droit à l’indifférence et à la non-agression mutuelle, il faut croire que l’Homme, lui, est versatile, colérique et impétueux », constate Malek Chebel. A travers cinq études percutantes, il nous montre à quel point la faute et la transgression sont omniprésentes dans le monde musulman contemporain. Cet Inconscient de l’islam remonte aux racines de la religion et se nourrit de l’histoire des califes, pour mettre en évidence et éclairer la folie actuelle d’une partie de la communauté.

Guerre sainte détournée, exacerbation de la figure du kamikaze, violence symbolique de la relation mère-fils, censure des livres, immolation au nom d’une purification sacrée : cette immersion dans le monde complexe des interdits et de leur transgression interroge les liens entre religion, politique et liberté dans la doctrine musulmane.

Plaidoyer autorisé pour la mise à nu d’un inconscient longtemps nié et redouté, cet essai audacieux révèle les contradictions d’un islam aux prises avec le monde contemporain.


Dernière édition par assunta le Sam 17 Sep 2016 - 14:36, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 16 Sep 2016 - 14:58  visiteur

Dieu les revalorise, mais demande-t-Il de créer une autre communauté ??? Pour ma part je ne le crois pas.
Il n'en dit rien il me semble
en tout cas pas au sens politique. Mais comme Michel Potay a vidé ce mot de sa substance (en raison peut-être que la question politique n'apparaît pas explicitement dans le Texte) on a un peu de mal à le suivre ...
L'Évangile d'Arès qui s'adresse à l'évidence en premier lieu à l'aire occidentale chrétienne ... dit "Mes Assemblées" sans plus de précisions, ou rares, genre frères des synagogues ... 

communautés ? église du latin iglésia veut dire assemblée
les églises sont des communautés humaines aussi ...

Oui, je trouve aussi d'une manière générale, je suis d'accord avec toi Assunta, car il y a deux ou trois décennies ces questions identitaires ne planaient pas dans l'air, bien au contraire ! L'esprit était à l'humanisme, un humanisme qui dépassait tous les clivages autant ethniques que religieux, toutes les frontières, qui regardait l'homme de tous les continents comme son alter-ego. Un humanisme qui se nourrissait de pacifisme, un humanisme philanthropique qui se souciait du bien être humain, et de considérations universelles à l'opposé de ces pensées introverties qui circulent dans ces replis identitaires.

Et je trouvais ça très sain !

Pas étonnant que pendant ces années le mouvement humaniste lancé par Silo ( Mario Luis Rodriguez Cobos ) avait séduit tant de gens sur tous les continents, ce qui veut dire qu'il tapait juste, qu'il touchait à quelque chose de vrai.
D'une certaine façon, à leur manière, les pèlerins d'Arès était dans cette grande mouvance humaniste, ainsi qu'on peut encore le lire sur leur site de Bordeaux. Page historique, puisqu'elle n'a jamais été modifiée, et qu'elle reprenait clairement l'état d'esprit de la mouvance arésienne, reflet évidemment des paroles du prophète "frère Michel" que l'on retrouve dans ses écrits de l'époque.

  Les Pèlerins d'Arès ne rentrent dans aucune catégorie particulière. Ils ne sont ni juifs, ni catholiques, ni musulmans, ni protestants, ni bouddhistes, ou même cathares ou socio-gauchistes, etc. Ils sont dans la lignée de tous ceux qui ont défendu la liberté et l'amour du prochain.
    http://www.revelation-ares.info/les-pelerins-dares/qui-sont-ils/
on peut pas faire plus clair, c'est à l'opposé exact de la pensée identitaire.

Sur cette trace historique on peut dire et affirmer qu'il y a eu un virage identitaire assez contrasté dans la mouvance arésienne ces dernières années suivant les conseils de cette même personne, que certains ont choisi de suivre ...

Ma cuti n'a pas virée. Aussi je n'ai rien d'autre à leur dire à ces frères pèlerins d'Arès que bonne route, "buen camino" comme on dit sur celui qui mène à Compostelle ... simple logique et politesse pour qui ne suit pas la même chemin.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 16 Sep 2016 - 21:26  pat

Les replis identitaires ont toujours existé et sans doute plus encore, voici quelques décennies qu’aujourd’hui. Qu'il s'agisse des Corses, des Basques, des Ariégeois ou des Bretons, nous avons vu avec quelle hargne et quelle violence, ces gens ont défendu leurs particularismes. Des attentats qui firent des morts!

Une autre remarque adressée à Assunta. L'humanisme consiste aussi à respecter tout individu, même ceux que l'on n'aiment pas. Interpeller les gens en omettant de les appeler Monsieur ou Madame ou plus simplement en les privant de leur prénom est le signe d'un mépris de cette personne. Je n'apprécie pas.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Sam 17 Sep 2016 - 1:43  assunta

Il n'y a aucun mépris de ma part. Je viens de rajouter le prénom car vous vous êtes senti blessé et je n'aime pas que vous vous sentiez blessé.
Et je vous affirme que je ne déteste pas cet homme : je le respecte (même s'il affirme sans le dire que seule la psychiatrie peut me soigner : écrit sur son blog). Il a été blessé par ma façon de faire, je le comprends et parfois en souffrant on agit durement, je l'ai hélas fait aussi dans ma vie.

Dernière édition par assunta le Sam 17 Sep 2016 - 14:41, édité 2 fois

Revenir en haut Aller en bas

Message le Sam 17 Sep 2016 - 14:13  assunta

communautés ? église du latin iglésia veut dire assemblée
les églises sont des communautés humaines aussi ...
Les 2 mots ont des définitions différentes. Il est important de connaître la définition des mots et savoir à quoi on s'engage.
COMMUNAUTE
Etymologie : du latin "communis", communauté, lui-même issu de "cum", avec, ensemble et de "munus", charge, dette : charges partagées, obligations mutuelles.
La communauté est le caractère de ce qui est commun à plusieurs personnes ou choses.
 Au sens général, une communauté désigne un groupe social constitué de personnes partageant les mêmes caractéristiques, le même mode de vie, la même culture, la même langue, les mêmes intérêts... Elles interagissent entre elles et ont en outre un sentiment commun d'appartenance à ce groupe.


Une communauté intentionnelle est un groupe de personnes qui décident de vivre ensemble en respectant les mêmes règles.

ASSEMBLEE
«action de réunir, rassemblement»
«groupe de personnes réunies»
Etymologie : du latin assimulare, mettre ensemble, et natio, naissance, extraction.



Concernant le mot "sacré" MP ne pouvait pas l'utiliser car ce sont les Humanistes qui l'utilisent. Ceux-ci expliquent que l'Homme (tout homme et toute femme) contient le Sacré (d'où la notion de Dieu puisse être exclue chez eux, bien que croyants et non-croyants se côtoient). Et le fait que l'Homme contienne le Sacré explique chez les Humanistes qu'il est libre de vivre où il veut LIBREMENT sur toute la planète et donc que la notion de frontières est caduque.

"dans une France qui a rejeté la religion" Oui c'est vrai, et même en croyant en Dieu les Hommes comprennent pourquoi la religion est rejetée (c'est également clairement expliqué dans la Révélation d'Arès). Pour ma part, le mot "Sacré" est mieux que le mot "pénitence" qui ce mot est clairement religieux et connoté péjorativement. De toute façon ce n'est pas la religion qui importe (chacun est libre ou pas d'avoir une religion), ni les termes si ceux-ci sont clairement expliqués, mais la Foi. Et sans que l'on croit ou pas en Dieu il est important d'avoir Foi en l'Homme qui est reconnaître son caractère sacré et donc le voir haut, voire le défendre s'il est rabaissé, spolié (cf la RA). sinon Croire en Dieu serait incohérent.


Pas étonnant que pendant ces années le mouvement humaniste lancé par Silo ( Mario Luis Rodriguez Cobos ) avait séduit tant de gens sur tous les continents, ce qui veut dire qu'il tapait juste, qu'il touchait à quelque chose de vrai.
Et cela continue car l'histoire se répète encore même s'il y a des évolutions personnelles avant tout et collectives. Par exemple sur le fait que "l'Etre Humain est en situation régulière sur toute la planète". (blog de Gwen une humaniste)

http://sogwenblog.yagg.com/tag/en-tant-quetre-humain-je-suis-en-situation-reguliere-sur-toute-la-planete/


Où l'histoire se répète

Revenir en haut Aller en bas

Message le Sam 17 Sep 2016 - 15:23  pat

merci Assunta pour votre petit mot précédent.

Revenir en haut Aller en bas

Message Aujourd'hui à 16:49  Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum