Spiritualités

Croire n'est rien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Croire n'est rien

Message  Invité le Mer 23 Déc 2009 - 19:01

Vous croyez "en Dieu" et vous croyez "à la vie après la mort", bon ! mais où cela peut-il vous conduire, en toute logique ? Vous croyez que le seul fait de croire en Dieu et en l'au-delà peut faire de vous un juste et vous donner le repos éternel ? Si c'est le cas, c'est vous qui sans le savoir avez une religion. Ce n'est pas nous.
La religion, c'est justement ce qu'on peut lui reprocher le plus, a convaincu les hommes que croire suffit. C'est faux. La Révélation d'Arès rappelle que ce n'est pas croire, mais faire le bien, qui sauve.
On n'emporte jamais dans l'au-delà que ce qu'on a fait ici-bas.

Freesoulblog, entrée 103 (dite la "pas géniale" : "C'est vrai, mon entrée n'est "pas géniale", comme dirait mes filles et mes petits enfants.").

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Croire n'est rien

Message  Invité le Jeu 24 Déc 2009 - 1:58

La question de "croire" est la question de toutes les croyances qu'elles soient religieuses ou non.

Je m'explique, "croire" s'applique aussi bien à la foi qu'à la raison. Comme toutes croyances, elles ne sont que des représentations, ou des images du réel. Nous avons besoin de croyances, "de représentations" pour structurer le monde. Peu importe les croyances, qu'elles soient d'aujourd'hui ou d'hier, d'ici ou d'ailleurs, elles ont permis aux hommes de se structurer, de prendre conscience d'eux-mêmes.

A partir de ces croyances, que l'on peut très bien résumer par le mot "cosmogonie" (ensembles de récits mythiques ou de conjectures scientifiques, cherchant à expliquer l'origine et l'évolution de l'univers) nous structurons notre pensée, notre moi. Elles sont indispensables à l'évolution de l'homme, elles se façonnent un peu à la fois depuis l'enfance par héritage atavique, par enseignements, et non de manière "instinctive". Les croyances relèvent de l'acquis et non de l'inné.

Ces croyances, que l'on pourrait désigner de façon générique comme culture y compris le culte, car de culturel à cultuel il n'y a pas loin, sont des outils, des balises qui nous permettent d'évoluer dans l'existence. Elles font partie de l'individu, sont relatives à une époque donnée, à un lieu géographique (ethnique, religieux, ...).

Le faire, à la différence de "croire", ne fait pas partie de l'individu, qui ne fait que co-opérer. On ne peut rien faire sans le monde extérieur, pris comme totalité, choses vivantes ou non, environnement naturel et social. y compris notre corps qui peut être impliqué dans ce faire (méditations, observations, par exemple).

Le lieu de vie, qui est action permanente, ne se situe donc pas dans les croyances qui sont des représentations mentales du monde et de nous-mêmes.
Croire ne suffit donc pas. Simplement croire est un immobilisme qui ne contribue pas ou très peu au côté structurant que la vie peut apporter.

Se pose aussi la question de quoi faire ?
Nous pouvons être le point de départ exclusif, ou personnel, d'actions qui nous seront toujours extérieures. Ceci dit, il y a toujours une cause comme point de départ, un désir, un besoin à assouvir (manger, dormir ...), tout comme la cause peut être totalement extérieure à nous même.
Le faire tient lieu alors d'une sorte de dialectique que nous entretenons avec le monde.

En fonction de la qualité de cette dialectique, de nos faire, qui dépendent aussi de la qualité de nos croyances, nous récoltons (ou semons) bien-être ou mal-être en soi ou autour de nous.
L'individu se structure par des "croire" qui deviennent en quelque sorte sa caisse à outils, et il vit sa relation au monde par des "faire".
Ainsi nous sommes capables d'actions raisonnables quand nous maitrisons l'outil de la raison (ou le bon sens).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Croire n'est rien

Message  Invité le Jeu 24 Déc 2009 - 9:27

Belle argumentation !

"Le faire, à la différence de "croire", ne fait pas partie de l'individu, qui ne fait que co-opérer."

J'ajoute que l'athéisme est aussi une croyance (ce n'est pas péjoratif), celle en l'inexistence de Dieu (une croyance pleine d'imagination d'ailleurs, qui équivaut un peu à imaginer qu'une tribu de singes peut écrire Roméo et Juliette, avec du temps et de la chance.

Faire dépasse croire, et créer les relie.
La preuve de l'Existence de Dieu, c'est Dieu recréé.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Croire n'est rien

Message  Invité le Jeu 24 Déc 2009 - 12:44

J'ajoute que l'athéisme est aussi une croyance

Oui bien sûr, c'est une croyance très honorable sur un plan intellectuel si on pousse le raisonnement jusqu'au bout (ce que peu de gens font je pense). Elle part, je dirais, sur d'autres prémisses, ceux de non-Dieu, de non-cause primordiale intentionnelle à la création du manifesté.

Le raisonnement par l'absurde est une forme de raisonnement logique, philosophique, scientifique qui consiste soit à démontrer la vérité d'une proposition en prouvant l absurdité de la proposition complémentaire (ou « contraire »), soit à montrer la fausseté d'une autre proposition en en déduisant logiquement des conséquences absurdes.

Ce raisonnement n'est légitime que lorsqu'il n'y a que deux propositions contradictoires possibles, dont l'une est nécessairement fausse si l'autre est vraie, et réciproquement ; autrement il dégénère en sophisme s'appuyant sur un faux dilemme.
Ou alors, il faut effectivement prouver la fausseté de toutes les autres thèses alternatives : soit A, B ou C considérées comme hypothèses possibles, on prouve que B et C sont fausses, A est donc vraie (il s'agit classiquement de ce qu'on appelle aussi le raisonnement disjonctif.

D'un point de vue épistémologique, cette preuve reste toujours inférieure à la démonstration directe, parce que, si elle contraint l'esprit, elle ne l'éclaire pas et ne donne pas la raison des choses, comme le fait la preuve directe ou ostensive. Il est donc préférable de ne l'employer que quand on ne peut faire autrement : si, par exemple, dans la discussion, on a affaire à un contradicteur qui se refuse à toute preuve directe ou qui nie les principes. C'est le cas pour la réfutation de certaines doctrines, comme le scepticisme.

La preuve de l'Existence de Dieu, c'est Dieu recréé.
Spinoza a démontré par l'absurde que « la production d'une substance est chose absolument impossible » (Ethique I, proposition VI, corollaire).

En effet, si une substance pouvait être produite, la connaissance de cette substance devrait dépendre de la connaissance de sa cause (sachant que la connaissance de l'effet suppose celle de la cause) et ainsi elle ne serait plus une substance, puisqu'une substance est précisément ce qui est en soi et est conçu par soi.

C'est très intéressant mais cela ne démontre pas l'Existence de Dieu, Pensant, Conscience, disposant d'Attributs (Parole, Volonté, individualité ...), et Dieu ne pourrait être soumis à expériences tel qu'on l'entend d'un point de vue scientifique, car il serait de fait objetisé et soumis à notre volonté. Dieu n'est pas plus objetisable que l'homme ne l'est.


La science est une croyance également. D'aucuns la prennent pour la vérité, mais je ne le pense pas personnellement.

On oppose par exemple souvent l'ancienne vision du monde géocentrée par rapport à la vision héliocentrée mise en évidence par Galilée.
"Et pourtant elle tourne ... "

C'était tout à fait une querelle intellectuelle (de pouvoirs) qui a discrédité l'ancienne vision (et l'Église) dont le tort était simplement de "croire" (de voir ) que la terre était le centre de l'univers.

D'un point de vue "perceptif", le soleil se lève à l'Est, se couche à l'Ouest. Le soleil décrit une courbe dans le ciel, et semble tourner autour de la terre. Évidence si forte, que la remise en question d'une manière logique ne relevait pas de l'évidence.

Le mouvement apparent (ou perceptif) est géocentré, le mouvement physique (logique) est héliocentré. Les deux propositions sont vraies, suivant le point de vue de l'observateur, elles ne se contredisent pas puisqu'elles n'utilisent pas les mêmes critères.
(Dans la vie de tous les jours, que la terre tourne autour du soleil et non l'inverse, qu'elle soit ronde et ne soit pas plate, c'est une connaissance sans aucune importance pratique pour une grande partie de l'humanité.)

Entre interprétation perceptive et interprétation intellectuelle, il y a comme un jeu de miroir déformant.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Croire n'est rien

Message  Invité le Jeu 24 Déc 2009 - 13:11

Quand je note "La preuve de l'Existence de Dieu, c'est Dieu recréé."
je veux dire que lorsque nous serons devenus des christs, Dieu sera Présent.

Dieu recréé, c'est ce qui germe en ce moment sur la Terre incognito dans la vie de centaines de milliers de gens.




(De façon nettement moins élégante, Engels, l'ami de Marx disait :
la preuve du pudding, c'est de le manger.
La preuve de la Lumière est/sera de La rayonner)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Croire n'est rien

Message  Invité le Jeu 24 Déc 2009 - 13:16

"La science est une croyance également. D'aucuns la prennent pour la vérité, mais je ne le pense pas personnellement."

Oui !
Nous pouvons savoir depuis Kant que la science n'est jamais rien que notre représentation de la Réalité.
La physique quantique en est la confirmation la plus nette.

cf. Bernard d'Espagnat,
Physique et réalité, entretien avec Bernard d’Espagnat
http://anarchieevangelique.wordpress.com/2009/03/10/physique-et-realite/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Croire n'est rien

Message  Invité le Sam 26 Déc 2009 - 1:02

Contribution inattendue de l'entrée 103 dite "la pas géniale" :

"Quand on en est à considérer comme douteux ou suspect tout ce qui ne peut pas se reproduire à volonté dans un laboratoire en présence d'expérimentateurs, il y a des montagnes d'expériences humaines, réellement vécues, vues et entendues, qu'on refuse de voir et donc de croire.
http://freesoulblog.net/jJC/jJCtv.html



Je pense à quelques Livres de provenance Céleste, aux innombrables expériences de mort approchée, au Vécu à la base de toutes les spiritualités, mais j'ai conscience de la pauvreté de cette liste, tant l'extra-ordinaire vient se nicher parfois dans la pire banalité, la transcendance prendre corps dans la lourdeur même de l'existence, l'inspiration couler d'une abondance qui chante sa Source.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Croire n'est rien

Message  Invité le Mar 29 Déc 2009 - 1:51

Un vieux proverbe yiddish dit : « Pour le ver qui vit dans un radis, le monde entier est un radis. » C’est vrai pour nous qui vivons dans une culture, dans un système politique, dans une croyance religieuse, dans un système économique et qui pensons qu’en dehors de ces formes d’appartenance, c’est le néant. Ces « bulles » sont nos repères jusqu’à ce que nous en sortions.

L’histoire nous enseigne qu’il y a de ces « bulles » qui éclatent sous la pression de consciences qui n’arrivent plus à s’accommoder d’un monde qui étouffe et déshumanise.
[...]
« L’Issue du Monde, les portes de l’Avenir, l’entrée dans le super-humain, elles ne s’ouvrent en avant ni à quelques privilégiés, ni à un seul peuple élu entre tous les peuples ! Elles ne céderont qu’à une poussée de tous ensemble, dans une direction où tous ensembles peuvent se rejoindre et s’achever dans une rénovation spirituelle de la Terre. » (Teilhard de Chardin, Le Phénomène Humain, p. 245)

Un billet d'Oscar Fortin
La Conscience des consciences. L’humanité au coeur des peuples.

http://www.legrandsoir.info/La-Conscience-des-consciences-L-humanite-au-coeur-des-peuples.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Croire n'est rien

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 18:21


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum