Spiritualités

une fissure dans mon bagne matérialiste ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

une fissure dans mon bagne matérialiste ...

Message  Invité le Dim 18 Avr 2010 - 13:26

Ma conversion
Extrait (…)

J'avais complètement oublié la religion et j'étais à son égard d'une ignorance de sauvage. La première lueur de vérité me fut donnée par la rencontre des livres d'un grand poète, à qui je dois une éternelle reconnaissance, et qui a eu dans la formation de ma pensée une part prépondérante, Arthur Rimbaud. La lecture des Illuminations, puis, quelques mois après, d' Une saison en enfer , fut pour moi un événement capital. Pour la première fois, ces livres ouvraient une fissure dans mon bagne matérialiste et me donnaient l'impression vivante et presque physique du surnaturel. Mais mon état habituel d'asphyxie et de désespoir restait le même.

Tel était le malheureux enfant qui, le 25 décembre 1886, se rendit à Notre-Dame de Paris pour y suivre les offices de Noël. Je commençais alors à écrire et il me semblait que dans les cérémonies catholiques, considérées avec un dilettantisme supérieur, je trouverais un excitant approprié et la matière de quelques exercices décadents.
C'est dans ces dispositions que, coudoyé et bousculé par la foule, j'assistai, avec un plaisir médiocre, à la grand'messe. Puis, n'ayant rien de mieux à faire, je revins aux vêpres. Les enfants de la maîtrise en robes blanches et les élèves du petit séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet qui les assistaient, étaient en train de chanter ce que je sus plus tard être le Magnificat . J'étais moi-même debout dans la foule, près du second pilier à l'entrée du chœurà droite du côté de la sacristie . Et c'est alors que se produisit l'événement qui domine toute ma vie. En un instant mon cœur fut touché et je crus . Je crus, d'une telle force d'adhésion, d'un tel soulèvement de tout mon être, d'une conviction si puissante, d'une telle certitude ne laissant place à aucune espèce de doute, que, depuis, tous les livres, tous les raisonnements, tous les hasards d'une vie agitée,
n'ont pu ébranler ma foi, ni, à vrai dire, la toucher. J'avais eu tout à coup le sentiment déchirant de l'innocence, l'éternelle enfance de Dieu, une révélation ineffable. (…)
(1913)
Contacts et circonstances, Œuvres en Prose , Gallimard, La Pléiade, pp.1009-1010.


« Seigneur, vous ne m’avez pas mis à part comme une fleur de serre,
Comme le moine noir sous la coule et le capuchon qui fleurit chaque matin tout en or pour la messe au soleil levant.
Mais vous m’avez planté au plus épais de la terre.
Comme le sec et tenace chiendent invincible qui traverse l’antique lœss et les couches de sable superposées.
Seigneur vous avez mis en moi un germe non pas de mort mais de lumière. »

Extrait du Magnificat, troisième ode.


« Je chanterai le grand poème de l’homme soustrait au hasard !
Je le ferai avec un poème qui ne sera plus l’aventure d’Ulysse parmi les Lestrygons et les Cyclopes, mais la connaissance de la terre,
Le grand poème de l’homme enfin par-delà les causes secondes réconcilié aux forces éternelles,
La grande voie triomphale au travers de la terre réconciliée pour que l’homme soustrait au hasard s’y avance ! »

Extrait de la quatrième ode.


Paul Claudel (1868-1955)



Excellent site consacré à Paul Claudel :
http://www.paul-claudel.net/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: une fissure dans mon bagne matérialiste ...

Message  Invité le Lun 19 Avr 2010 - 15:59

une fissure dans mon bagne matérialiste
Quelle image !!!!
Elle me plaît.
« Seigneur, vous ne m’avez pas mis à part comme une fleur de serre,
Comme le moine noir sous la coule et le capuchon qui fleurit chaque matin tout en or pour la messe au soleil levant.
Mais vous m’avez planté au plus épais de la terre.
Comme le sec et tenace chiendent invincible qui traverse l’antique lœss et les couches de sable superposées.
Seigneur vous avez mis en moi un germe non pas de mort mais de lumière. »

Extrait du Magnificat, troisième ode.


« Je chanterai le grand poème de l’homme soustrait au hasard !
Je le ferai avec un poème qui ne sera plus l’aventure d’Ulysse parmi les Lestrygons et les Cyclopes, mais la connaissance de la terre,
Le grand poème de l’homme enfin par-delà les causes secondes réconcilié aux forces éternelles,
La grande voie triomphale au travers de la terre réconciliée pour que l’homme soustrait au hasard s’y avance ! »

Extrait de la quatrième ode.

Paul Claudel (1868-1955)
Le troisième ode montre bien que c'est dans le monde que l'Homme doit s'épanouir spirituellement. Est un Dieu en puissance !
"vous ne m’avez pas mis à part comme une fleur de serre"
"vous m’avez planté au plus épais de la terre"
"Seigneur vous avez mis en moi un germe non pas de mort mais de lumière."
Je ne comprends pas l'attitude obtue de l'église en lisant ces odes que je ne connaissais pas. Attitude de mort qu'elle entretient à travers ses idées rétrogrades et ses dogmes. Peut-être l'entendent-ils en latin ? Tout le monde ne comprend pas le latin.


Dans le 4e ode
"Le grand poème de l’homme enfin par-delà les causes secondes réconcilié aux forces éternelles,
La grande voie triomphale au travers de la terre réconciliée pour que l’homme soustrait au hasard s’y avance !"

Très beau


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: une fissure dans mon bagne matérialiste ...

Message  Invité le Ven 23 Avr 2010 - 22:11

Assunta a écrit:une fissure dans mon bagne matérialiste
Quelle image !!!!
Elle me plaît.

Et moi, tellement !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Que cela vienne de Rimbaud ou d'une autre personne, quelle importance au fond !!!!!!!!!!
L'Essentiel, n'est-il pas que cela ouvre "en soi" la dimension d'une autre dimension qui est "en l'homme", que autre que celle d'être un amas organique (un "steak" je dis quelquefois) livré aux vicissitudes de la matière ou du matérialisme, aux pures lois du hasard ????????
L'Essentiel, n'est-il pas que cela ouvre "en soi" , une direction , un cheminement ... comme une lumière attire quand nous sommes dans l'obscurité ...

Pour un tel ce sera la Bible, ou le Coran ou un autre écrit ... ou la Révélation d'Arès, et pour un autre un écrit (considéré) "profane" (?), le "Dit du poète", qui est Verbe aussi (selon mon opinion) ou une autre circonstance ...

Je crois au plus profond de moi-même, que Dieu (ou le "Mystère du monde" - ou de l'homme - image et ressemblance - comme on voudra l'appelait) cherche à tendre à chacun des perches, inlassablement, par mille efforts, par mille ruses ...

Où Je suis, où Je ne suis pas ? dit la Parole d'Arès

Je suis la Vie
Le Livre 38/05

Du haut de Mon Séjour Je t’ai appelé, homme Michel, homme de Mon Dessein, pour dire où Je suis, où Je ne suis pas, pour dire que celui qui Me crie : « Seigneur ! », ne sera pas sauvé s’il reste sourd à Ma Parole, et que celui qui M’a oublié sera réchauffé par l’éclat de Ma Gloire s’il suit Ma Parole.
Évangile donné à Arés 28/27


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: une fissure dans mon bagne matérialiste ...

Message  Invité le Sam 24 Avr 2010 - 7:47

http://anarchieevangelique.wordpress.com/2010/04/15/le-monde-vibrera-comme-une-immense-lyre-dans-le-fremissement-dun-immense-baiser/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: une fissure dans mon bagne matérialiste ...

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 18:21


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum