Spiritualités

FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  navy le Jeu 30 Déc 2010 - 12:30

Rappel du premier message :

Les medias français, en a t-on parlé à la radio, à la télé, je ne sais pas je n'ai pas ouvert la télé hier ??? un certain silence de l'etat français alien alien qui a des nouvelles à part celles d'internet ?


Tunisie-sidi-bouzid brule


La région, située à 265 km au sud de Tunis, est le théâtre de heurts entre manifestants et force de l'ordre depuis la tentative de suicide d'un jeune diplômé le 17 décembre.



Le chômage, la cherté de la vie et le sentiment d'être laissés pour compte dans des régions défavorisées sont à l'origine d'une récente flambée de mécontentement dans le centre-ouest de la Tunisie où des affrontements ont opposé manifestants et forces de l'ordre, estiment des responsables. De nouveaux heurts ont eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche dans la région de Sidi Bouzid, faisant un blessé par balle et des dégâts matériels importants, a-t-on appris dimanche 26 décembre de sources syndicales.

Des centaines de Tunisiens ont participé à une manifestation dans la ville de Souk Jedid, à 15 km au sud de Sidi Bouzid, a indiqué Mongi Rnimi, syndicaliste et témoin oculaire. Des hommes de la garde nationale ont procédé à des tirs de sommation pour disperser les manifestants qui ont encerclé le poste de la garde et mis le feu à la sous-préfecture de cette ville de plus de 19.000 habitants, a-t-il ajouté. Un des gardes nationaux a été touché par erreur à la cuisse par balles, a également affirmé Mongi Rnimi.

Parallèlement, des affrontements violents ont opposé environ 2.000 manifestants à la police durant plus de six heures, de 20h30 à 2 heures dans la ville de Regueb à 37 km au sud-est de Sidi Bouzid, provoquant des dégâts matériels importants, a déclaré le syndicaliste Kamel Abidi. Des jeunes réclamant le droit au travail ont mis le feu à une banque, à un tribunal et ont détruit un café appartenant à un membre du parti au pouvoir, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), a précisé la même source. Aucune information sur ces incidents n'était disponible de source officielle.


Usage d'armes contre les manifestants

Face à la vague de manifestations dans la région de Sidi Bouzid, le gouvernement a d'abord dénoncé une manipulation à des fins politiques "malsaines" avant de prendre des mesures urgentes en faveur de la région. Ces mesures annoncées par le ministre du Développement, Mohamed Nouri Jouini, portent sur la création d'emplois et des projets pour un montant de 15 millions de dinars (7,86 millions d'euros).

Les manifestations se sont néanmoins poursuivies alors que des rassemblements de solidarité étaient organisés dans plusieurs villes de Tunisie et à Paris.
Dans le même sens, le parti social libéral (PSL, proche du gouvernement) a dénoncé le recours à la violence, préconisant le dialogue pour faire avancer les revendications sociales. D'autres partis d'opposition légale sans siège au Parlement avaient critiqué ce weekend l'usage des armes contre les manifestants. Le ministère de l'Intérieur l'a justifié de son côté par "la légitime défense".


Elevage de bétail et commerce informel

"Le taux de chômage élevé des diplômés universitaires, la hausse des prix des matières premières et le recours au secteur agricole seulement sont à l'origine des troubles", a estimé le président de la section régionale de la Ligue des droits de l'Homme, Raouf Nsiri. La région de Sidi Bouzid, à 265 km au sud de Tunis, est en proie à des troubles sociaux depuis le 19 décembre, à la suite de la tentative de suicide d'un jeune diplômé de l'université, vendeur sans permis de fruits et légumes qui s'était fait confisquer sa marchandise par la police municipale. Désespéré, le jeune homme s'était aspergé d'essence pour s'immoler par feu. Cinq jours plus tard un autre jeune a mis fin à sa vie en s'électrocutant au contact de câbles électriques.

"Le chômage est la conséquence immédiate avec tout ce qui peut s'en suivre", a expliqué Touhami Héni, responsable régional de l'Union générale des travailleurs tunisiens (Ugtt, centrale syndicale). Le chômage des jeunes diplômés de l'université constitue un fléau en Tunisie contre lequel le gouvernement a été mis en garde par les institutions internationales dont le Fonds monétaire international. Son taux atteindrait le double du taux de chômage global, estimé officiellement à 14%.

"La défaillance du modèle de développement, qui a provoqué une inégalité entre les régions, a débouché sur le fait que 90% de projets sont localisés dans les régions côtières et 10% dans les régions intérieures", affirme l'opposant Rachid Khéchana. Selon lui, cette "disparité s'est accentuée avec l'arrivée sur le marché de travail de plusieurs milliers de diplômés originaires de ces régions enclavées".
La population de Sidi Bouzid vit essentiellement d'élevage de bétail et du commerce informel. Cette région est limitrophe de Gafsa, une zone minière qui a connu en 2008 des protestations similaires contre le chômage et la cherté de la vie.

(Nouvelobs.com avec AFP)


Dernière édition par navy le Jeu 13 Jan 2011 - 3:17, édité 1 fois

navy

Messages : 912
Date d'inscription : 20/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net/

Revenir en haut Aller en bas


Re: FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  Invité le Mer 19 Jan 2011 - 14:55

.../...et dont le but principal est d'établir la charia.
Beaucoup d'observateurs disent que l'islamisme est impossible en Tunisie. Je n'ai pas assez de connaissance de ce pays pour me prononcer, mais je crains beaucoup de leur populisme en période de troubles politiques, sociales en même temps qu'économiques. Le discours qui consiste à dire : il faut reconstruire sans compromis, on va éliminer tous les pourris qui étaient au gouvernement, est le fond de commerce des populistes, des fondamentalistes et autres manipulateurs qui finalement se servent de la liberté démocratique pour mieux la confisquer ensuite.
Peut-être que je me fais des films, qu'en penses-tu ?
Pat

Concernant le risque de l'islamisme, oui je pense que tu te fais des films Smile
Les barbus? ils ont perdu l'habitude des barbus, et puis ce n'est pas leur culture.
Il y a bien un parti (? ) en tout cas un leader Rachid Al-Ghannouchi, leader de l´opposition islamiste en exil, qui appelle à renverser le régime, et il est dans son rôle mais je n'y crois pas parce que les tunisiens et surtout les tunisiennes Like a Star @ heaven ne le permettront pas.
Même s'il parvient Rachid Al-Ghannouchi à être représenté dans le futur gouvernement tunisien je trouve ça normal c'est le jeu démocratique.

Voir si vous voulez les extraits vidéo sous-titrés en anglais :
http://www.memri.org/clip/en/0/0/0/0/0/0/2759.htm

Personnellement je suis optimiste et fait confiance aux tunisiens pas parce que je suis de là bas mais parce que la grande majorité de la jeussesse est instruite et rêve de démocratie, ils savent ce que c'est grace à la télé et à internet.
Les Tunisiens ne veulent pas se faire voler leur révolution bounce
La composition du gouvernement de transition est scrutée à la loupe par les Tunisiens, qui n'entendent pas se faire confisquer ce qui faut bien appeler leur révolution dite "du jasmin".

Comme Njama, je comprends les tunisiens, il faut se mettre à leur place !


Je comprends les tunisiens. Ben Ali s'est enfui, il est logique que toute son équipe doit dégager des affaires. Il ne manque pas d'hommes intelligents et de gens diplômés en toutes sciences en Tunisie. Le taux de chômage des bac + 5 et + est très élevé ... Njama

Je suis d'accord bien que quand même tout le monde ne peut pas s'improviser ministre de des finances, même avec bac +5, il faut une certaine compétence.
Alors je ne sais pas je suis pragmatique ( comme tous les tunisiens Laughing ) ne serait t-il pas possible de geler les grandes décisions économiques en se contentant de gerer les affaires courantes comme on le fait d'ailleurs dans tout gouvernement d'intérim, en attendant qu'une personne capable se présente ?
D'autre part ne mettons pas tous les oeufs dans le même panier, 6 (je crois ) ministres de l'ancien regime c'est trop, ne peut t-on pasfaire un compromis et se limiter à en accepter 2 ?, tous ne sont pas impliqués de la même maniére.


Victor

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  Invité le Mer 19 Jan 2011 - 15:03

et surtout les tunisiennes Like a Star @ heaven


Les Tunisiennes et la révolution en bikini


des Tunisiennes ont lancé le groupe Facebook : Toutes Les Tunisiennes En Bikini pour Accueillir Ghannouchi à L'aréoport .




victor






Dernière édition par Victor le Jeu 20 Jan 2011 - 20:57, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  Invité le Mer 19 Jan 2011 - 16:35

Les Tunisiennes et la révolution en bikini

ça c'est de l'insurgeance LOL Wink

Concernant le risque de l'islamisme, oui je pense que tu te fais des films Smile
Une chose est certaine, l'islamisme n'a rien à voir dans ces événements inattendus.
bien que quand même tout le monde ne peut pas s'improviser ministre de des finances, même avec bac +5, il faut une certaine compétence.
Rolling Eyes
Raymond barre était un universitaire en Économie, comme Dominique Strauss-Kahn, mais Nicolas Sarközy qui n'a fait aucune étude d'Économie, ni Sciences Po, ni l'ENA a été ministre du Budget dans le gouvernement Édouard Balladur de 1993 à 1995.

le cas de figure n'est pas unique ... Smile Combien de ministres de la défense ont été militaires ? de la santé, médecins ? des affaires étrangères, diplomates ? de l'agriculture, agriculteurs ? ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  Invité le Mer 19 Jan 2011 - 19:44

Les États-Unis disposés à assister le gouvernement tunisien pour organiser des élections libres (NouvelObs)
Peut-on faire confiance aux États-Unis déjà suspectés plusieurs fois de fraudes électorales ? Suspect

Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  Invité le Mer 19 Jan 2011 - 23:49

Je comprends Pat et ses inquiétudes parce que je pense que la radicalisation est un risque. Il y en a certainement qui attendent leur heure. Mais attendons de voir.

----------------

Voici ces témoignages intéressants (voir lien du site plus loin). J'ai écouté un tunisien sur RFI qui expliquait que les jeunes veulent des jeunes, plus ces "vieux" politiciens qui n'évoluent pas, ne font pas évoluer la société, et ne veulent plus des riches qui ne font rien changer et laissent toujours les gens dans leur difficulté notamment être obligé de partir à l'étranger pour mieux vivre. Ces jeunes veulent la démocratie et la liberté.

http://www.20minutes.fr/article/654342/monde-les-islamistes-tunisiens-disent-vouloir-vivre-tout-monde-construire-ensemble

Cependant, Mohamed comme les autres n’attend pas avec impatience le retour de Rached Ghannouchi. «La Tunisie est un pays musulman, explique-t-il, et n’a pas besoin d’un parti islamiste. On veut juste pouvoir exercer notre foi .C’est tout, on n’a pas besoin d’être président d’un Etat.»

Une position partagée par un autre participant. Kamel Essid est lui aussi contre l’idée de voir Ghannouchi briguer la présidence. «Il n’y a pas de différence entre lui et les autres citoyens», indique-t-il. «C’est le leader du mouvement, le projecteur est sur lui, mais ce n’est qu’un homme comme les autres.»

La démocratie avant tout

Les hommes du quartier affirment que l’important est avant tout la liberté. «Ghannouchi l’a dit: s’il devait choisir entre l’islam et les libertés, il choisirait les libertés, parce que tout le monde peut vivre avec elles, mais tout le monde ne peut pas vivre avec l’islam», souligne Kamel.

Pour Mohamed, «il faut différents partis en Tunisie, car c’est avec la discussion, même s’il y a contradiction dans la pensée, que l’on avance». «On demande juste une boutique dans le marché de la politique», s’exclame un autre participant. Selon Mohamed, «l’islam est très démocratique. Ce n’est pas que la main coupée du voleur ou le voile; le fond de l’islam, c’est la justice, la liberté et l’amour d’autrui».

Tous affirment que «l’islam ne peut jamais être une contrainte, ne peut pas être imposé, et est tolérant à l’égard des autres citoyens». Ils en veulent pour preuve la possibilité laissée aux femmes de porter ou non le voile. Et effectivement, lorsqu’on arrête Malika Menoubi, une passante tête nue qui se dirige vers la mosquée, elle explique que, dans sa famille, sa sœur porte le voile, mais pas elle, et que cela ne pose de problème à personne. Ni à sa famille, ni à ses voisins.

«Il ne faut pas avoir peur de l’islam»

«Les gens qui boivent de l’alcool vivent avec nous et nous les acceptons», indique Jellil. Un autre affirme qu’il a un frère «qui vend du vin». Mohamed Amine Boukhari, un ingénieur informatique de 27 ans, explique qu’il n’y a pas de différence visible entre un islamiste et un autre Tunisien. «Nous n’avons pas la haine, nous voulons vivre avec tout le monde. Nous souhaitons construire ensemble. Il ne faut pas avoir peur de l’islam», martèle Kamel.

S’il n’y a pas de chiffres du nombre de Tunisiens qui embrassent la mouvance islamiste, du fait de l’interdiction du parti Ennahdha, il y aurait «des centaines de milliers de sympathisants», clame Jellil.

Des islamistes loin de l’islam radical ou djihadiste, selon Vincent Geisser, qui a écrit de nombreux ouvrages sur la Tunisie, et a répondu lundi aux questions des internautes de 20minutes.fr. Toutefois, affirme-t-il, «il existe dans la jeunesse tunisienne des tendances islamistes radicales qui sont encore mal connues», et dont le poids politique reste à découvrir.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  Invité le Jeu 20 Jan 2011 - 20:37

Dans l'article du journal 20 minutes en ligne présenté par Assunta je reléve quelques phrases non dénuées d'humour involontaire cat


Jellil, emprisonné de 1993 à 2003 à la prison de Tunis parce qu’il était musulman,
C'est un comble cat Si dans un pays arabe on ne peut plus être musulman ....
Je pense que la journaliste a confondu "Islamisme" et religion musulmane traditionnelle.


Selon Mohamed Ben Brik, instituteur de français à la retraite
.../...
«Que l’islam soit respecté et que le Tunisien pratique sa religion sans problème.» Il explique alors que l’appel à la prière du muezzin a été considéré par un ministre au Sénat le mois dernier comme de la «pollution sonore». Un jugement qui le met hors de lui

Et on le comprend Laughing


Cependant, Mohamed comme les autres n’attend pas avec impatience le retour de Rached Ghannouchi. «La Tunisie est un pays musulman, explique-t-il, et n’a pas besoin d’un parti islamiste. On veut juste pouvoir exercer notre foi .C’est tout, on n’a pas besoin d’être président d’un Etat.»

Il a raison mais c'est quoi ce parti de Rachid Al-Ghannouchi quel est son programme ?
J'ai l'impression qu'il y a une ambiguïté sur les mots alien
Bof ce n'est pas mon probléme.




victor


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  Invité le Ven 21 Jan 2011 - 15:24

Des milliers de Tunisiens ont de nouveau manifesté ( encore Laughing ) hier pour exiger la dissolution du RCD, le parti de ben-ali, et la démission du gouvernement de continuité formé autour de Mohammed Ghannouchi.


Après avoir chassé le tyran, les Tunisiens veulent désormais démanteler l’appareil de son régime dictatorial. Ils l’ont encore exprimé dans la rue, hier. Des milliers de manifestants se sont rassemblés à Tunis, à Sidi Bouzid, à Regueb, à Kasserine, à Thala.

Massés aux abords du théâtre, sur l’avenue Habib-Bourguiba, les manifestants de la capitale, très déterminés, ont de nouveau demandé la démission du gouvernement de continuité formé autour du premier ministre de Ben Ali, Mohammed Ghannouchi.

«À bas le RCD, tortionnaire du peuple?!?», «RCD, dégage?!?», «?Peuple, révolte-toi contre les partisans de Ben Ali?!?», scandaient les manifestants, en réclamant «un nouveau parlement, une nouvelle constitution, une nouvelle république».

Alors que les barons du régime manœuvrent en recul pour s’accrocher au pouvoir, la démission, mardi soir, des trois ministres affiliés à l’Union générale des travailleurs tunisiens semble avoir dopé la contestation et fragilisé l’autoproclamé «gouvernement de transition».


Peu à peu, la vie quotidienne reprend son cours

.../....
ce spectacle de tout un peuple si longtemps bâillonné reprenant la parole est tout simplement extraordinaire. Avec l’allégement du couvre-feu, désormais fixé à 20?heures en raison d’une «?amélioration de la sécurité?», le climat de crainte se dissipe, laissant place à un réel enthousiasme à l’idée du futur qui reste à bâtir.

(Les journaux)




===================================================




Ben Ali laisse derrière lui un champ de ruines politique. L'opposition laïque est aussi faible que divisée. Une bonne partie de ses leaders a passé de longues années en exil. Les islamistes modérés du parti Ennahda (Renaissance), laminés au lendemain des législatives de 1989, peinent pour le moment à relever la tête.

Bon nombre d'opposants reconnaissent eux-mêmes que la Tunisie ne pourra se passer de ses cadres, expérimentés et pour la plupart compétents, au risque de paralyser l'administration et de gripper la machine économique....

(Les journaux)



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  Invité le Ven 21 Jan 2011 - 15:48

Jusqu'à présent je n'ai fait que présenter des informations en les commentant un peu, mais maintenant je pense que nous pouvons en tirer des enseignements, des leçons sur ce chapitre de l'histoire des hommes qui vient de se dérouler sous nos yeux ébahis si riche en enseignements et qui est un sujet qui intéresse notre mission au plus haut point.

Par exemple au niveau des média.

Les media sont à la solde des hommes politiques du moment et des hommes influents aux ficelles du pouvoir . alien
Et nous n'avons rien vu venir Laughing


Victor

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  Invité le Ven 21 Jan 2011 - 16:06

(Les journaux) Rolling Eyes
de quel jour ?
Les choses avancent:
> trois partis Tunisie Verte (écologique) d'Abdelkader Zitouni, le Parti socialiste de gauche de Mohamed Kilani et le Parti du travail patriotique et démocratique tunisien, d'Abderrazek Hammami ont été légalisés. cheers

> Trois jours de deuil national ont été annoncés jeudi par la TV à l'issue du premier Conseil des ministres du nouveau gouvernement.
> les écoles et les universités, fermées le 10 janvier, quatre jours avant le départ du président Zine Ben Ali, doivent rouvrir lundi.

et il y a de l'humour dans l'air !

En France:



En Tunisie, les blagues sur la "Révolution du jasmin" Very Happy
http://www.tunisnews.net/20Janvier11f.htm
CORRUPTION
"Ali Baba est parti mais pas les 40 voleurs!"

PETITE ANNONCE
"Offre d'emploi N°140111: On cherche un nouveau président pour la Tunisie, Expérience: débutant accepté. Type de contrat: CDD. Qualités requises: orphelin, fils unique, stérile, et surtout chauve pour qu'il ne fréquente pas les salons de coiffures.
(La famille de l'épouse du président déchu Leïla Trabelsi, une ancienne coiffeuse, a mis la Tunisie en coupe réglée).

NOUVEAUX VERBES
"Hier je suis allé chez le coiffeur pour me faire Leïler (coiffer) les cheveux. J'ai voulu Trabelsier (voler) le coiffeur, mais il s'est Tunisié (défendu), alors je me suis Benalisé (enfui)".

IVRESSE
"Après l'ivresse du changement, Tunis se réveille avec une gueule de bois nationale! La démocratie c'est comme l'alcool, ça se consomme avec modération... Mais en tant que peuple alcoolique, on a vite fait d'ingurgiter toute la bouteille cul sec. Résultat: Le pays sombre dans un coma démocratique".

BANQUE
Ben Ali a créé une Banque de solidarité... il s'est enfui avec la banque mais il a laissé la solidarité"
(Ben Ali avait fait de cette banque de micro-crédits pour les démunis un motif de fierté)

PRESIDENT
On avait un président tous les vingt-trois ans, maintenant on a un tous les jours"
(du 14 au 16 janvier: Ben Ali, l'actuel Premier ministre de transition Mohamed Ghannouchi, puis l'ancien président du Parlement et actuel président par intérim Foued Mbazaâ)

COMMENTATEURS
"Avant, en Tunisie, on avait 10 millions de commentateur sportifs, maintenant on a dix millions de commentateurs politiques"

KHADAFI:
"Tant que nous sommes chauds, rendez-vous demain à Tripoli vers 09h00. On fait tomber Kadhafi vers 09H30, maximum 10h00, puis on rentre continuer notre révolution".
(Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a regretté le départ de Ben Ali qu'il considère toujours comme le "président légal")

RIRA BIEN
"En 1987 Ben Ali a fait un coup d'Etat contre Habib Bourguiba. En 2011, c'est (l'Avenue) Habib Bourguiba qui lui rend la monnaie (allusion à la manifestation du 14 janvier, avenue Habib Bourguiba à Tunis, qui a précipité le départ de Ben Ali)

CHASSEZ LE NATUREL
"Urgent: En se réveillant ce matin, le roi d'Arabie saoudite a découvert qu'il lui manquait de l'argent"
(L'ancien président Ben Ali a trouvé refuge en Arabie Saoudite)

EMPLOIS
"Ben Ali nous avait promis 300.000 emplois. Ils nous a offert 10 millions de postes... de gardien de quartier",
(en allusion aux comités de vigilance formés par les Tunisiens pour défendre les quartiers des milices armées de Ben Ali)

LA MECQUE
Ben Ali appelle le président égyptien Hosni Moubarak depuis l'avion à bord duquel il fuit la Tunisie: "Allo Hosni, regarde ce qu'ils m'ont fait. Tu peux m'héberger cette nuit"? Moubarak répond: "Bien sûr que non. Tu es cinglé? Regarde dans quel pétrin tu nous a tous mis. Vas en Arabie Saoudite et dit-leur que je pourrais bien faire un pèlerinage anticipé cette année".

IRAN
"L'Iran en a rêvé, la Tunisie l'a fait"
(A propos des manifestations pacifiques de masse contre la réélection contestée du président iranien Mahmoud Ahmadinejad en 2009, réprimés avec violence par le pouvoir islamique qui est resté en place).
Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  Invité le Sam 22 Jan 2011 - 18:02

La mobilisation ne faiblit pas ...


Les Tunisiens manifestent tous les jours pour demander la démission du gouvernement d'union nationale formé lundi, après la fuite du président Ben Ali.

Aujourd'hui samedi, les policiers réclament le droit de s'organiser en syndicat. Ils se sont rassemblés devant le siège de l'Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT).


Alors qu'une semaine plus tôt, la police tabassaient les manifestants, tout le monde fraternise désormais. I love you Les policiers ont participé à une cohue qui a rassemblé d'autres militants de gauche et des employés de ménage venus dénoncer leurs employeurs qu'ils accusent de les traiter comme des "esclaves".

Beaucoup de policiers, qui n'ont pas participé à la manifestation, portent des brassards rouges, pour dire leur solidarité avec leurs collègues tout en continuant à maintenir l'ordre dans la rue.

La contestation dans les rangs de la police a démarré vendredi. "Je vous demande pardon et j'espère que vous nous pardonnerez", a déclaré alors un policier en uniforme, Naïm Selmi, ovationné par la foule rassemblée devant le siège officiel du Premier ministre, la Kasbah de Tunis.

(les journaux)


Victor


Dernière édition par Victor le Sam 5 Fév 2011 - 15:06, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  Invité le Sam 22 Jan 2011 - 18:57



Aprés la Tunisie l'Algérie ?


voir Arrow http://vie-spirituelle.forums-actifs.net/t136-flambee-de-violence-en-tunisie#2482



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  Invité le Mer 26 Jan 2011 - 12:33

Après Ben Ali à qui le tour ?



Après Ben Ali à qui le tour ?ont scandé mardi 25 janvier les manifestants dans toute l'Egypte, en référence au président tunisien chassé mi-janvier par une révolte populaire après vingt-trois ans de pouvoir.

Suivant l'exemple de la Tunisie, plusieurs mouvements militant pour la démocratie avaient appellé la population, au Caire et en province, à manifester pour faire de mardi une "journée de révolte contre la torture, la pauvreté, la corruption et le chômage". "A bas Moubarak !" faisait partie des mots d'ordre qui ont un écho dans tout le pays, en référence au président égyptien, âgé de 82 ans et en place depuis vingt-neuf ans, et réclamaient des réformes sociales et politiques.

Ces rassemblement qui ont terminé dans le sang à Suez et au Caire avec la mort d'un policier et de plusieurs manifestants, ont été signalés un peu partout dans le pays mardi.
Au Caire, ce sont près de 15 000 personnes qui ont participé à des manifestations pour des réformes politiques et sociales. D'autres villes égyptiennes, notamment à Alexandrie (Nord), la deuxième ville du pays, à Assouan et Assiout (Sud), dans plusieurs villes du delta du Nil, à Ismaïliya (sur le canal de Suez) ou dans le nord du Sinaï, ont été le cadre de manifestations.
Dans le nord de la péninsule du Sinaï, des centaines de personnes ont coupé une route entre Al-Arich et Rafah, près de la frontière avec la bande de Gaza, en mettant le feu à des pneus, selon des témoins. Le correspondant du Guardian, lors du suivi en direct des événements par le journal britannique, assurait de son côté que le centre du Caire est une "zone de guerre" dans laquelle les manifestants affrontent les policiers en leur envoyant des pierres.

Victor

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  Invité le Jeu 27 Jan 2011 - 19:18



Égypte: les manifestations se poursuivent


Après une nuit agitée, les manifestations ont repris en Egypte jeudi en début d'après-midi. Des accrochages ont notamment opposé plusieurs centaines de manifestants aux forces de l'ordre dans les villes d'Ismaïliya et Suez , dans le nord-est du pays. Un manifestant a même été tué par la police lors d'accrochages dans la localité de Cheikh Zouwayed, dans le nord du Sinaï, ont indiqué des témoins. Comme en Tunisie, les opposants égyptiens dénoncent la pauvreté, le chômage, la corruption et la répression. Peut-être plus de 1000 arrestations

Victor


Dernière édition par Victor le Sam 12 Fév 2011 - 1:56, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  Invité le Jeu 3 Fév 2011 - 14:22

La contestation s'étend aussi au Yemen.


Des centaines de personnes ont manifesté, jeudi, contre le régime du président Ali Abdallah Saleh, à l'appel de l'opposition à Aden dans le sud du Yémen, avant d'être dispersées par la police, a rapporté le correspondant de l'AFP. ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  Invité le Sam 12 Fév 2011 - 1:00

Alger en état de siège

D'importants renforts de police ont été déployés vendredi au centre d'Alger, à la veille d'une marche de la coordination nationale pour la démocratie et le changement (CNDC), qui réclame le « départ du système ».

Des véhicules anti-émeutes ont déjà pris position aux différents carrefours et lieux stratégiques alors que de nombreux policiers arpentent les ruelles environnantes. Au total, 30.000 hommes seraient mobilisés. Selon Saïd Sadi, président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD, opposition) les autorités ont décidé « d'encercler la capitale » pour empêcher les manifestants venant d'autres régions de rejoindre Alger.

La coordination nationale pour la démocratie et le changement (CNDC), initiatrice du mouvement, parle d'un « rendez-vous avec l'histoire » à l'instar des évènements tunisiens et égyptiens survenus encore vendredi avec la démission de Hosni Moubarak à la tête de l'Egypte. le plan anti-marche » et « la machine répressive » du pouvoir algérien sont mis en place pour empêcher ce rendez-vous, fixé à 11 heures samedi à Alger. Des arrestations à Oran et Alger en amont.



Dernière édition par Victor le Sam 12 Fév 2011 - 1:53, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  navy le Sam 12 Fév 2011 - 1:41

Je vous l'avais bien dit. sunny

Moubarak chassé du pouvoir par la rue, l'Egypte en liesse. Moubarak a quitté Le Caire avec sa famille....


Scène de liesse au Caire après l'annonce du départ d'Hosni Moubarak.

Scénes de liesses dans la bande de Gaza.
Je suis optimiste pour la paix dans la région. Ca va selon moi encourager la paix. Une paix définitive entre les populations arabes et juives est davantage possible .
Avec la chute de Moubarak c'est toute la stratégie israelienne au M-O qui est à revoir.
Mais je pense qu'il est trop tôt pour se prononcer.


navy

Messages : 912
Date d'inscription : 20/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net/

Revenir en haut Aller en bas

Les "indignés" espagnols font des émules à Paris.

Message  navy le Lun 30 Mai 2011 - 15:35

Aprés les pays arabes, l'Espagne....

Les "indignés" espagnols font des émules à Paris.

A l’image de la jeunesse espagnole, plus d’un millier de Français se sont réunis, hier, place de la Bastille à Paris, pour protester contre le chômage, la précarité et la corruption. Ils ont été dispersés par la police.




http://www.parismatch.com/Actu-Match/Monde/Actu/Un-vent-d-indignation-souffle-sur-l-Europe-296597/


Alain Juppé ne croit pas à un «été européen»
Invité de l’émission politique Dimanche +, sur
Canal +,
le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé,
interrogé sur le mouvement de contestation
populaire en Espagne, a déclaré qu’il ne croyait
pas à un «été européen», après le «printemps
arabe» qui a vu les Tunisiens et les Egyptiens
renverser leurs dirigeants. «Il y a un point
commun, c'est le chômage. Grosse différence,
c'est la démocratie. Nous nous l'avons, eux
ne l'ont pas, ils se battent pour ça», a-t-il
expliqué.


navy

Messages : 912
Date d'inscription : 20/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://vie-spirituelle.forums-actifs.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: FLAMBEE DE VIOLENCES EN TUNISIE

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:18


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum